Le Deal du moment :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
21.95 €

des silences obscurs.
Kazunari Wataya
(c) électre.
FT : ogata hyakunosuke (gk).
Âge : 39
Présentation : www.
Fiche de liens : www.
Autres comptes : rei akieda.
Messages : 36
Kazunari Wataya
D/5
Kazunari Watayaft. ogata hyakunosuke (golden kamui)« He who didn't play cannot win. »
pseudo ; autrefois connu sous le nom de Yaiba pour la précision chirurgicale avec laquelle il défendait ses clients, il a repris son véritable nom il y a quelques années.
âge ; trente-neuf ans.
sexe ; masculin.
groupe ; shinsengumi, mais a conservé des liens d'affection avec son ancien groupe, alcatraz (pas forcément réciproques, ceci dit).
nationalité(s) ; japonaise.
origine(s) ; quelques origines ainu dans son sang japonais.

orientation sexuelle ; hétérosexuel.
situation maritale ; marié, un gosse, une fille de douze ans.
situation financière ; plutôt tranquille, eh ouais, cool pour lui.
job ; avocat, défend avec vigueur les victimes, mais ne s'engage jamais dans les affaires l'opposant à Alcatraz (défend ponctuellement certains de ses anciens clients avec qui il n'a pas rompu)

taille ; 180 cm.
corpulence ; massif et musculeux.
cheveux ; noirs.
yeux ; noirs.
force
défense
dextérité
intelligence
charisme
social
●  ●  ●  ○  ○
●  ●  ●  ○  ○
●  ○  ○  ○  ○
●  ●  ●  ○  ○
●  ●  ○  ○  ○
●  ●  ●  ●  ●
Que pensez-vous de la guerre des gangs ?
Trop de morts. Trop de peines. Au bout d'un moment, ça lasse. Y'a eu un ras-le-bol. L'envie de voir autre chose que des criminels face à lui. De voir les larmes couler et de se dire que, peut-être, on pouvait réparer ce qu'on avait fait.

Que comptez-vous faire pour remédier à cela ?
Il n'y remédie pas. Il ne l'a jamais fait.

Êtes-vous plutôt anti-gang, pro-gang ou neutre dans ce conflit ?
Ni pour, ni contre, ni neutre, les gangs, c'est son gagne-pain, son passé, sa vie, sa némésis, sa raison de vivre, alors pourquoi s'embêterait-il à avoir une opinion sur le sujet ?
CARACTÈRE ;

C'est une voix grave, puissante et tonnante, qui annonce la présence d'un homme presque grand qui s'avance dans les couloirs du Shinsengumi comme s'il était chez lui. Bien rapidement, on pose les yeux sur les marques de son visage - des cicatrices qui témoignent de certaines choses qu'il a dues faire, des blessures qu'il a reçues dans l'exercice de son métier. Parfois, il fume mais bien poliment il éteindra sa cigarette si vous le lui demandez, car indisposer ses interlocuteurs est quelque chose qui le gêne et qu'il préfère éviter. On le sent à l'aise, bien peu prompt à hésiter, mais les efforts qu'il fournira pour que vous vous sentiez bien à votre tour sont limités. Il n'est pas là pour vous réconforter ou vous adresser sa pitié, il est là pour vous aider, pour vous accompagner, pour vous faire gagner, et mettra pour cela toutes les chances de votre côté. Car par votre victoire, il sera toujours lui aussi victorieux. Votre soulagement joyeux sera peut-être affecté par une gêne que vous ne vous attendiez pas forcément à ressentir. C'est sa brutalité sous-jacente qui vous a interpellé(e), et qui ferait presque oublier qu'avant tout de chose, Wataya est et a toujours été un homme de loi comme les autres.
Wataya n'est peut-être pas l'avocat le plus charismatique du barreau, mais il est doté d'une poigne qui fait toute la différence. Imprégné de la culture de gang, qu'il connaît bien pour avoir grandi ce milieu, Wataya n'est pas le genre d'homme à céder aux menaces et, là où d'autres peut-être se retireraient pour se protéger, il n'hésite pas à s'exposer, et pourquoi pas à riposter. Les limites de la légalité sont à coup sûr très floues pour cet homme pour qui la justice est un concept qui n'est pas fait pour protéger. Sa connaissance du droit est ce qui le sert le mieux : Wataya sait où jusqu'où il peut aller, et il connaît toutes les ficelles pour s'épargner les retombées. S'attaquer à lui par la voie légale est, comme vous pouvez vous en douter, pratiquement impossible, parce qu'il connaît bien son métier.
Sa faiblesse, peut-être, tiendrait dans son isolement, que les incertitudes sur sa loyauté nourrissent dangereusement. Traitre ou loyal, yakuza ou civil, avocat ou usurpateur, de nombreuses rumeurs circulent à son sujet, et elles sont toutes contradictoires. Aux yeux de certains membres d'Alcatraz, il est clairement un traitre, mais d'autres hésitent à rendre ce jugement et pensent que Wataya n'a pas totalement abandonné ses anciens idéaux. Aux yeux de certains de ses collègues, Wataya est un homme revenu à la raison, mais ses détracteurs sont persuadés qu'il n'a jamais rompu avec son ancien clan. Si le départ de Wataya avait été clair, sans doute aurait-on pu avoir un avoir plus tranché sur la question, mais les relations avec Alcatraz s'étaient distendues au cours des années alors même que Wataya se rapprochait de ses collègues avocats. Un jour, sans qu'on sache trop comment, Wataya était devenu membre du Shinsengumi.  Sans jamais vraiment renier ses origines.
Wataya ne fait pas dans la subtilité : agressif, direct, l'avocat ne s'embarrasse de détours et de procédés rhétorique superficiels, il va droit au but, sans ambages, octroyant à ses mots toute la force qu'il possède et qui se révèle parfois écrasante. Mais qu'on ne le taxe pas pour autant d'honnêteté : voilà bien une qualité dont Wataya n'use qu'avec une parcimonie prudente. Savoir ce qu'il pense relève d'une gageure assurée. À vrai dire, on hésite même : est-il vraiment sérieux, quand il s'exprime ? La neutralité de sa voix, la fuite de son regard, le calme de ses cordes vocales contraste sérieusement avec les paroles qu'il peut prononcer. Wataya est ce genre d'homme à vous menacer avec un tel détachement que vous pourriez en douter, à parler des pires horreurs comme si elles n'étaient que des constructions logiques de la pensée, à éprouver une compassion de façades envers les victimes qu'il s'évertue pourtant à protéger. Si l'on ne peut faire confiance à sa voix, ses gestes, sans doute, seront plus parlants : les engagements que Wataya prend sont significatifs, quoique parfois contradictoires. De là peut-on penser qu'il aime aider les autres, ou du moins, qu'il s'est pris récemment d'affection pour ces victimes anonymes que les gangs piétinent sans s'en soucier. Les véritables motivations de Wataya, si elles ne sont guère dangereuses, sont bien difficiles à cerner, mais il est évident qu'il a changé, et qu'il abandonne peu à peu sa peau d'avocat du diable, sans pour autant muer en justicier.
L'honneur que Wataya met à tenir ses engagements, qui aux yeux de certains peut paraître excessif et insensé, est l'une des qualités que l'on comprend le mieux. Lorsque Wataya vous fait une promesse, vous pouvez être certain(e) qu'il fera tout pour la tenir, même si cela doit lui prendre des années, même s'il a promis quelque chose d'impossible ou qui doit lui coûter. Wataya n'oublie jamais.
HISTOIRE ;

C'est l'inodeur d'aquarelle, doucereuse et fuyante, l'accueillant lorsqu'il rentrait chez lui à la tombée de la nuit, qui incarnait au mieux selon lui l'image d'un foyer. Les premières effluves fantômes signalaient la présence de sa fille à l'étage, qui peignait à la lumière de la lune des tableaux d'une grande beauté. Il allait la voir en silence, après avoir posé ses clés dans l'entrée et s'être défait de ses chaussures, pour déposer un baiser paternel sur ses cheveux de poupée. Il l'appelait sa petite étoile, parce qu'à ses yeux elle incarnait un don céleste que la vie lui avait fait. Difficile de croire que tant de douceur avait pu naître de sa chair, et pourtant, Wataya Suzume existait, et c'était là un miracle auquel il avait du mal à s'habituer. Le regard qu'il jetait sur ses aquarelles, témoins lumineux d'une existence encore un peu balbutiante, avait l'intensité d'un feu qui brûlait.
L'autre étoile de son existence n'avait pas tant de douceur, mais la force de son caractère était quelque chose qui lui plaisait. Elle rentrait tard, plus tard encore que lui, elle travaillait dur, encore plus dur que lui, et elle aurait eu le don de lui faire sentir insignifiant sans ces sourires chaleureux que même la fatigue ne parvenait pas à abattre. Elle n'avait pas de limites, elle était éternelle, et elle n'avait pas besoin de lui mais elle le gardait quand même, car elle l'aimait beaucoup. Elle n'avait aucune connexion avec le milieu des gangs, mais elle n'y était pas forcément opposée. Elle survolait la vie à une telle hauteur que ces préoccupations ne sauraient la concerner. Il l'aimait pour cela et l'adorait avec tout le silence teinté d'admiration d'un être humain conscient d'avoir pêché.
Mais la parenthèse merveilleuse se fermait dès qu'il sortait de son foyer.
Et les traits de Wataya se dépouillaient sous les coups de la réalité.

Les dossiers s'empilaient sur son bureau de bonne heure, mais jamais Wataya n'accélérait sa cadence : il allait à son rythme, bourrin du travail qui marquait précautieusement chacune des étapes par lesquelles il passait, mais qui de façon très certaine avançait. Le travail bien fait mérite que vous vous y attardez : telle était la devise de Wataya et, en comparaison de collègues pour qui la quantité éclipsait la qualité, elle paraissait d'autant plus judicieuse qu'elle portait souvent ses fruits.

Lorsqu'on l'interrogeait sur les raisons pour lesquelles il avait pris distance avec Alcatraz et avait accepté de rejoindre le Shinsengumi, Wataya s'arrêtait brusquement et, le regard vague, disait :
« C'est parce que mon chien est mort. Ça a changé. »
Mais il refusait toujours de répondre à toute autre question sur le sujet, se bouclant dans un silence buté où l'on ne parvenait pas à trouver la moindre trace de douleur et de sentiment. Et effectivement, ceux qui le connaissaient un peu pouvaient confirmer que son chien était bien mort peu de temps avant qu'il ne soit officiellement engagé par le Shinsengumi, preuve que Wataya ne mentait pas tout à fait. Mais parfois, il rajoutait :
« Ainsi va la vie. »
On ne sait pas où elle nous mène. Peu de temps après, Wataya avait apporté un portrait de Kiba réalisé par Suzume, et personne n'avait su s'il chérissait davantge la figure de son chien décédé ou le travail délicat de sa fille, mais il y avait quelque chose d'effrayant lorsqu'il regardait le portrait - une absence qui l'engloutissait tout entier.
Qu'il était dur, Wataya. Aucun des malheurs qui touchaient le monde ne semblaient tout à fait l'affecter. Il considérait davantage ses chances de gagner un procès que la moralité de la cause qu'il défendait. Et dans le domaine, il n'avait jamais été exemplaire, tous le savaient. Alors certains de ses collègues affirmaient qu'il avait usurpé son badge, qu'il ne s'agissait que d'une contrefaçon qu'Alcatraz lui avait procuré pour mieux les défendre. Mais Wataya était un véritable avocat. Il avait obtenu de façon régulière son concours et son diplôme de l'école de droit était d'ailleurs pour le prouver. Son badge était authentique, personne ne devait en douter.  
C'était son père qui l'avait embarqué dans cette histoire. Son père, un yakuza comme on en a toujours fait, droit, juste, fidèle, qui avait rejoint le gang avant même que Wataya fût né. Naturellement, Wataya savait qu'il le suivrait, parce qu'il aimait son père et le respectait, et avait été nourri des sentiments que celui-ci lui avait inculqués. Il avait suivi la voie que son père avait ouverte pour lui, avait étudié avec application à l'école, plus encore que les autres, avait commis quelques méfaits, avait rejoint l'école de droit, avait été reçu, avait reçu son badge doré, avait représenté des yakuza sans avoir besoin de rejoindre un cabinet. Et pour tout cela, il considérait avec bienveillance son père, qui avait bien voulu l'éduquer.
C'était peut-être son métier qui l'avait corrompu. D'honneur, il n'en était nullement question : il fallait mieux savoir mentir mieux que les autres et dans le domaine, Wataya s'était rapidement montré doué. Clâmer l'innocence de quelqu'un qui ne l'était pas était aisé lorsque cette personne était des vôtres - vous le défendiez comme vous défendriez vos pères et mères, avec acharnement et célérité. Il était doté d'une conscience de classe très forte qui ne s'était pas tout à fait estompée avec les années.
Mais qu'importe. Son père était mort, et maintenant, Mishima Hideo aussi.
PSEUDO ; ÂGE

J'ignore pourquoi, mais mes persos ont toujours l'air mieux dans ma tête que dans la réalité.
Rinne
des silences obscurs. 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Hanmi / Unstoppable Siblings
Crédit : Kayou & Sunsun & Absinthe (l) & Arashid e_e & Pureté infinie (l)
Âge : 24 ans
Habitation : 3 Chome-19-7 Nishiikebukuro Toshima-ku, Tōkyō-to 171-0021 Japon
Autres comptes : Lullaby
Messages : 532
Rinne
C/4
Bonjour,
ici la classe.

Bienvenue, Mr. la classe

_________________
des silences obscurs. 100x1011    des silences obscurs. 100x1012    des silences obscurs. 100x1010
Rinne a une identité multiple ; il faut au moins ça 
pour protéger son propre petit jardin secret s a c r é.
* rinne < civile >  ** riné < omega > 
*** rhyme < gérante du marché noir pour omega >
Pure
FT : Satsuki Kiryuin — Kill la Kill
Crédit : © cheshireFTW
Âge : 25 ANS.
Habitation : IKEBUKURO
Présentation : LOST IN TRANSLATION
Autres comptes : Jun, Ace
Messages : 218
Pure
D/1
Ouh, un autre Shinsengumi. des silences obscurs. 71894665
Pis un avocat en plus, c'est une super idée omg. J'ai juste dévoré la fiche, son caractère est.. fascinant. C'est carrément un personnage fascinant et intriguant même. Bref, voilà, je me suis étalée, mais bienvenue!

_________________






LES KDO:
 
Chiharu Sugimoto
(c) solosand
FT : shinsou hitoshi
Crédit : absinthe & hondo
Âge : 28
Habitation : shinjuku
Présentation : www
Fiche de liens : www
Autres comptes : aquamarine
Messages : 123
Chiharu Sugimoto
D/5
Je crois que c'est la première fois qu'un personnage est à ce point fait pour rencontrer le mien. des silences obscurs. 2386599915
(la perfection de ta fiche n'empêche des silences obscurs. 2715238403 oser dire que ce n'est pas suffisamment bien est un crime)
Fahrenheit
bonjour
FT : occultic nine // hashigami sarai
Âge : Inconnu
Habitation : Partout
Messages : 613
Fahrenheit
S/0
Bienvenue Ace Attorney
Ohlala je suis super content parce que vous avez tellement de bonnes idées de personnages... Ils s'inserrent non seulement trop bien dans le contexte mais en plus ils ont clairement le potentiel pour influer directement sur celui-ci, et franchement c'est juste génial.
Evidemment, Kazu rentre totalement dans cette catégorie.
Déjà, j'adore le fait qu'il soit... totalement insaisissable? On arrive pas à savoir ce qui se passe vraiment dans sa tête. Il est mystérieux, oui (les circonstances de son départ d'Alactraz par exemple sont fort troubles, j'aime) mais y'a plus que ça. Kazu, il semble repenti, mais de l'autre côté, il n'a pas vraiment de scrupules à s'arranger un peu avec "les limites de la légalité" comme tu le dis dans ta fiche (d'ailleurs je trouve le contraste entre sa fonction et ses convictions PARTICULIÈREMENT intéressant). Il tient toujours ses promesses, mais on l'accuse toujours de trahison. C'est un personnage de l'entre-deux, qu'on a du mal à cerner, et je trouve ça juste passionnant. Je pense que tu auras grand plaisir à jouer ce personnage aux multiples facettes, en plus, ça lui donne des potentialités d'évolution(s) incroyables. Je dois avouer que j'admire vraiment les personnes qui réussissent à construire ce genre de perso imprévisible de façon ultra crédible, qui intriguent par leur côté totalement déroutant, inattendu. Kazu est 100% plausible comme personnage  malgré tous ses paradoxes, et même plus que plausible, il est totalement passionnant ; et honnêtement je trouve ça mais juste digne de respect. Bravo pour ton travail, on a le sentiment en lisant ta fiche d'un personnage ultra travaillé ; sa complexité et ses contradictions sont totalement humaines et tous ses aspects composent un personnage ultra réaliste. Y'a des remarques et des passages que j'ai vraiment trouvé super super justes, par exemple son rapport à la guerre des gangs. Non vraiment la psyché de ton personnage est impeccablement construire (de mon point de vue en tout cas), je suis soufflé !
J'aime le fait que ça soit un papa ; l'affection qu'il porte à sa fille est vraiment touchante, d'ailleurs la descriptions de ses rapports avec Suzume est vraiment jolie ? Encore un contraste super appréciable entre la douceur de son amour paternel et son attitude implacable en tant qu'avocat. Sérieusement j'adore le côté papa, c'est vraiment la cerise touchante sur le gâteau de la crédibilité. BRAVO.
Ah et enfin : je connaissais pas le visu mais je le trouve particulièrement stylé. Voilà voilà
Et donc aucune raison de te faire attendre plus longtemps : BRAVO, TU ES OFFICIELLEMENT VALIDE.E !
Passe de très bons moments parmi nous, j'espère que tu vas vraiment kiffer d'autant que ton personnage a un potentiel énorme et il mérite d'avoir plein de liens parce que vraiment woaw woaw
Si tu as la moindre question hésite pas à poke on se fera un plaisir d'aider ♥️ besous besous et have fun encore une fois :pouce en l'air:  des silences obscurs. 3118616643

Avant d'aller arpenter les rues de Tokyo, n'oublie pas de recenser ton avatar. Tu peux aussi faire ta fiche de liens et poster une demande de RP ou répondre à une demande déjà faite.

Amuse toi bien parmi nous ♥️

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum