Le Deal du moment : -42%
STANLEY Coffret outils 38 pièces
Voir le deal
19.99 €

アキラ · MEAN GIRLS
Akira Kinomoto
アキラ · MEAN GIRLS VmcIkG8
FT : Subaru Sumeragi — Tokyo Babylon
Crédit : Skuld aka Sarin ♥
Âge : 17 ans
Présentation : アキラ
Fiche de liens :
Messages : 7
Akira Kinomoto
D/5
nationalité(s) : japonaise
origine(s) : 100% made in Japan. Des origines coréennes, mais c'est plutôt tabou dans la famille.

orientation sexuelle : Shoesexuelle. Don't ask.

situation maritale : Célibataire

situation financière :  Ça coule à flot, comme le champagne.

job/étude : Lycéenne

taille : 1m54

corpulence : 42 kg — svelte et androgyne

cheveux : brun

yeux : presque noirs

force : ○ ○ ○ ○ ○
défense : ● ● ● ○ ○
dextérité : ● ● ● ● ○
intelligence : ● ○ ○ ○ ○
charisme : ●  ●  ●  ●  ●
social : ●  ●  ●  ●  ○
Que pensez-vous de la guerre des gangs ?
Vous savez, tant qu’on ne touche pas à son joli visage et à son train-train de princesse, la ville peut bien s’écrouler.  Elle vit loin de la guerre et de ses affres, dans des palais dorés, entre vêtements de luxe et salons de thé à la française.

Que comptez-vous faire pour remédier à cela ?
Continuer de griller la carte bleue de papa chez Miu-Miu et Vivienne Westwood pour entretenir son style vestimentaire inimitable. Comment ça, ce passe-temps frivole et superficiel n’arrêtera pas les criminels ? Il y a bien des policiers, non ? Et à ce qu’elle sache, ils sont payés tous les mois pour faire régner l’ordre, n'est-ce pas ? Alors qu’ils fassent leur boulot. Elle a d’autres chaussures à acheter.  

Êtes-vous plutôt anti-gang, pro-gang ou neutre dans ce conflit ?
Pour faire plaisir à papa devant les caméras, elle se pose clairement en modèle de vertu, grande défenseuse de la veuve et de l’orphelin. En réalité, elle apprend par cœur des discours rédigés par les conseillers de son père, histoire de cultiver l’image de marque des Kinomoto. Pour être honnête, ces gangs, elle s’en fout comme de sa première paire de Jimmy Choo — elles sont tellement démodés maintenant, hors de question qu’elle les sorte du placard un jour, sauf lorsqu’elles seront enfin devenues vintage.
AKIRA KINOMOTO
∅ — DIX-SEPT ANS — FÉMININ — NEVERLAND
CARACTÈRE
Pile

Je suis une licorne mouchetée d’or et de diamants. Un leprechaun au trésor inestimable. J’ai dans mes mains la clé du monde et je connais le sens de la vie. C’est un cercle absurde sans début, ni fin. J’aime espionner les secrets inavouables par le trou de la serrure. Je suis une tragi-comédie au décor baroque et je vis à la vie comme à la scène.  J’ai en moi la légèreté de l’être et du paraitre. Barbara Cartland est ma mère spirituelle et comme elle, je vois la vie en rose. Je suis peut-être celle que vous pensez.  Je suis une veste militaire fuchsia avec de larges épaulettes dorées. Dans mon donjon, j’imagine que je fais tourner le monde d’un geste nonchalant.  Je suis l’alpha et l’oméga. J’espère, toujours. Je désespère, parfois.  Je viens de Vénus ou d’une galaxie lointaine. Très lointaine. Je rêve d’infini, de tout et de son contraire. Je suis un tourbillon de signes abscons. Je suis l’éclat de rire. Je suis le jugement facile. Je suis la cruauté gratuite. Ma langue est un couperet acéré. Prenez garde, je tranche. Si l’on me jalouse et qu’on me conspue, c’est sans doute que je suis digne de cette attention. Je vends du rêve sous le manteau et mon masque parfois se fissure mais jamais ne tombe. Je cours après des chimères, me précipite dans des plaisirs sans parfum.  J’abreuve le monde d’illusions. Je me noie dans la satisfaction personnelle. Je jouis. Je faute et puis j’oublie. La réalité n’existe pas. Tout est rêve et fantaisie. Je n’aspire pas au réveil, seulement au sommeil infini. Mes paupières sont lourdes d’envie et mes sentiments sourds au cœur. Je finirai seule et malaimée pour n’avoir aucun regret. Je suis une peinture inachevée, un De Vinci oublié. Les terre-à-terre me diront excentrique et ils n’auront rien compris.

Au printemps, c’est l’aurore. En été, c’est la nuit. En automne, c’est le soir. En hiver, j’aime le matin.

Face

明 — La lumière, l’intelligence.  C’était bien plus qu’un prénom, c’était une promesse d’avenir. Un espoir désormais évanoui. D’aucuns diront d’Akira que son indigence rare se double d’une superficialité à toute épreuve. Et ceux-là, n’auront peut-être pas tout à fait tort. La jeune fille n’a jamais brillé par son intellect. Aucune trace non plus d’une quelconque sensibilité métaphysique ou d’une spiritualité inspirée. Akira ne vit que dans un monde de surface en plaqué or. Il suffit de gratter du bout de l’ongle pour révéler la supercherie. Pour autant, elle n’est pas aveugle. Les deux yeux grands ouverts, elle porte la malédiction de la lucidité. Et comme un ultime geste de désespoir, elle brandit la superficialité comme un rempart au mauvais temps et aux idées noires. À l’époque, l’enfant qu’elle était ne connaissait ni la honte, ni la retenue. Avec le temps, le monde est devenu de plus en plus tangible et le regard des autres s’est fait insupportable. Alors elle a appris la feinte. À jouer sans comprendre, ni savoir, simplement pour maintenir les apparences qui menaçaient de s’abimer. Mais quand le rideau se baisse, dans le grand silence de l’intimité, on ne se sent jamais plus vain.  

Akira n’a jamais connu l’errance, elle a vécu dans le luxe et la facilité. Elle a reçu l’attention et l’amour, sans jamais essayer. Certains meurent d’avoir trop espéré, trop tenté. D’autres, comme Akira, meurent de n’avoir jamais lutté. Lentement l’argent et l’influence ont corrompu son monde, comme un champ de mauvaises herbes qui affaiblit la terre.  Elle sera bientôt infertile, aucune idée nouvelle ne germera. Elle aura comme seule compagnie les racines d’un mal ancien et quelques souvenirs fanés. Si elle continue de céder à cette torpeur, la fabrique de monstres aura raison d’elle et son sourire s’effacera. Elle disparaîtra, rongée par l’obscurité, pour ne devenir qu’un relent de vie recroquevillé sur lui-même, irascible et amer.

On a construit pour elle des murailles si hautes, sans jamais l’armer pour le bonheur.
HISTOIRE
Pile

La troisième sonate de Bach retentit dans les couloirs du lycée privé pour filles le plus huppé de la capitale. Elle sonne la fin des cours et le début des activités extra-scolaires. Alors que le professeur donne ses dernières instructions, Akira voit déjà s’amasser autour de son bureau quatre filles. Elles gravitent telles des satellites autour de leur planète mère, emportés par un irrésistible pouvoir d’attraction. Elles se mettent à glousser, parlent de rien et notamment des dernières teintes de vernis à ongles Chanel. Une fille à dents de cheval, tout sourire, se rapproche du petit groupe déjà compact :
— Akira, j’ai entendu dire que tu partais à New-York pendant les vacances d’hiver, c’est vrai ?
La concernée lui rend son sourire, non sans réprimer un certain dégoût. Elle sait que son père est PDG d’une grande entreprise de textile, alors il doit bien avoir les moyens de lui payer un appareil dentaire. C’est répugnant. Akira s’abstient néanmoins de tout commentaire, se contentant de lui répondre sur un air détaché :
— Oui, je vais rendre visite à ma mère et son nouveau boyfriend.  
Dans la classe on sent comme un frémissement. D’autres lycéennes se rapprochent et se joignent à la plèbe qui glousse de plus belle. Deux tables plus loin, le centre du monde aperçoit une jeune fille, la mine basse, les yeux encore rivés sur son manuel d’histoire.  Akira, l’air narquois, hausse le ton pour surpasser le brouhaha ambiant :
— Dis-moi Mieko, tu as déjà fait du shopping à Times Square ? C’est gé-ni-al. Tu devrais essayer de refaire ta garde-robe là-bas.
L’hilarité s’empare de la classe et Mieko n’a d’autres choix que de noyer sa honte dans ses cours. Ici, elle n’est que la boursière et tout le monde le sait.  Heureusement pour elle, l’attention n’est que de courte durée et très vite Akira se voit assaillie de questions. Alors ce boyfriend ? Il est américain ? Il est beau ? Ta mère va se remarier ? Il est riche ? Il a des enfants ? Un fils séduisant ? Elle les ignore et prend ostensiblement le temps de refermer son sac orné d’un porte-clés Tiffany en platine. Akira, feignant l’agacement, se lève finalement et devant elle, les filles s’écartent comme la Mer Rouge devant Moïse.
— Oh, vous me posez trop de questions ! Je ne vous dirai rien…pour l’instant.
Nouveau soubresaut de plaisir mêlé de curiosité. Dans les couloirs, ses pas sont rythmés par ceux de sa cour et le cliquetis cristallin de son porte-clés.
Au bout du corridor, une foule de lycéennes bavardes s’amoncellent devant les panneaux d’affichages. Les résultats des derniers examens sont enfin arrivés.
*
Dans le salon cossu des Kinomoto, Akira, son père et sa belle-mère sont confortablement assis sur des fauteuils de style empire ; un souvenir de leur dernier voyage en France. Face à eux, trois journalistes et toute une équipe technique silencieuse, du caméraman à la maquilleuse.  Akira est une habituée de l’exercice. Elle dompte parfaitement son image publique. À la demande explicite de son père et de ses conseillers en image, la jeune fille a abandonné ses bijoux clinquants, son goût pour les imprimés léopard et autres excentricités vestimentaires.  Son expression est calme et ne trahit en rien son ennui. Son père achève enfin son long monologue
— … Oui, il est vrai que ma famille et moi-même avons reçu des menaces. Je tiens à rassurer l’opinion publique et prévenir mes potentiels agresseurs : nous bénéficions actuellement d’une protection policière extrêmement efficace. En tant que député de la circonscription de Tokyo, je tiens donc à réaffirmer formellement ma position antigang et ne manquerai pas demain à la Diète de prononcer un discours en faveur d’une politique ferme. Le gouvernement actuel doit prendre la mesure de la situation.
Une journaliste tirée à quatre épingles se tourne à présent vers la jeune fille :
— Mademoiselle Akira, il est aujourd’hui de notoriété publique que votre père a été menacé en raison de son engagement politique. N’êtes-vous pas inquiète à ce propos ?
Akira prend une légère inspiration et adresse un sourire aimable à la caméra.  Elle simule l’hésitation quelques secondes, pour faire croire à une intense réflexion.
— Il serait déraisonnable de ma part de dire que je ne suis pas inquiète. Mais au-delà de l’inquiétude, c’est surtout la fierté qui prime et, j’en suis convaincue, doit toujours primer.
A en voir l’air impressionné de la journaliste, sa réponse a fait mouche.  Un second journaliste prend alors la parole :
— Autre question pour Mademoiselle Akira, plus légère cette fois-ci. Mais je suis persuadé que la réponse intéresse de nombreuses adolescentes. Votre style vestimentaire attire de nombreux paparazzi et on retrouve ces photos volées dans beaucoup de magazines. Comptez-vous faire carrière dans l’industrie de la mode ?
*
À la suite de son père, Akira sort de la limousine dans une superbe robe en dentelle vert émeraude, signée Alexander McQueen. Une tenue qui a coûté pas moins de 580 000 ¥, une petite fortune. Mais comme son géniteur aime à le rappeler : rien n’est jamais trop beau ou trop cher pour sa petite princesse. Le gala de charité, quant à lui, est déjà bien entamé, tout le monde n’attend plus que le généreux donateur de la soirée : Isamu Kinomoto. Sa fille et lui sont accueillis sous les applaudissements, alors qu’il se dirige vers l’estrade pour livrer un discours de bon aloi sur l’importance de la recherche médicale et les plaisirs simples de la vie comme le bonheur retrouvé d’un enfant malade, enfin guéri. De nouveaux applaudissements, auxquels Akira se joint, clôturent son discours. Alors que la jeune fille se dirige vers son père, un serveur l’intercepte et lui propose une coupe de champagne. Elle refuse avec politesse :
— Je regrette je n’ai pas l’âge de boire de l’alcool.  
*
Akira descend les escaliers de chez elle à la hâte. Elle s’arrête brusquement lorsqu’elle aperçoit dans l’entrée un inconnu serrant la main de son père.  Elle ne l’a jamais vu de sa vie. Il a de longs cheveux blonds et ne ressemble pas vraiment aux hommes d’affaires que son père fréquente d’habitude. Gênée, Akira se recoiffe discrètement et salue avec respect l’invité. Elle n’échange aucun mot avec lui.  Alors qu’elle se dirige vers la porte d’entrée, son père la questionne :
— Tu sors ?
— Avec des amies, répond-elle, tout sourire. On va faire du shopping dans le quartier.
Son père approuve de la tête.  
— Ne rentre pas trop tard. Nous avons un diner important ce soir.
Elle acquiesce toujours avec un grand sourire. Une fois passé la porte d’entrée, ce dernier se dissipe subitement.

Face

À 18h30, les couloirs du lycée sont enfin déserts. Akira marche lentement vers son casier au rez-de-chaussée pour profiter du silence. Alors qu’elle s’approche du but, des voix familières s’élèvent. Elle est prête à aller à leur rencontre, mais se retient in-extrémis.
— Je n’arrive pas à croire que cette pétasse de mademoiselle ma-mère-habite-à-New-York est arrivée 12e au dernier examen. Je suis sûre qu’elle est même pas capable de résoudre une simple addition. Elle est tellement bête, ça se voit. Les filles qui l’accompagnent sont là que pour son fric, tout le monde le sait.
Une autre fille, une binoclarde au physique ingrat, se met à rire avant d’ajouter :
— Sachiko Mizuhara de la 1ère B m’a dit un jour que c’est sa famille qui l’obligeait à fréquenter Akira pour se rapprocher de son père. Glauque !
Vient ensuite le tour de dents de cheval, toujours fidèle au poste, et pas peu fière de son exclusivité :
— Et moi j’ai entendu dire récemment que l’établissement gonflaient ses résultats parce que son père a financé les travaux de la nouvelle bibliothèque. Ma mère appartient au conseil d’administration et elle a surpris une conversation entre M. Mochizuki et le directeur. Je vous dis pas le scandale !
Akira écoute attentivement, le poing serré. Elle ne dira rien. Elle en est incapable. Elle laisse les trois filles à leurs ricanements et leurs messes-basses et se précipite dehors, sans prendre le temps de changer ses chaussures. La jeune fille s’engouffre directement dans la Mercedes qui l’attend devant le portail de l’école.  La porte à peine refermée, son portable se met à sonner. L’écran affiche sobrement « Mère ». Elle refuse de décrocher. Elle la déteste. Elle et son stupide banquier New-Yorkais.
*
Alors que les journalistes et l’équipe technique prennent congé, Akira se dirige vers les deux conseillers de son père, qui avaient pris soin de se tenir à l’écart, le temps de l’interview.
— Alors, j’étais comment ?
Sa question était éminemment rhétorique, il suffisait de voir son petit air satisfait pour comprendre qu’elle était extrêmement fière de sa prestation. Le conseiller le plus expérimenté, Yamamoto, hésite quelques instants.
— C’était très bien. Seulement…
— Seulement ?
Alors qu’il n’a encore rien dit, Akira se sent déjà piqué au vif.
— Tu sais au moment de ta réplique sur la fierté, tu as oublié d’ajouter : « il faut savoir se préoccuper avant tout de la sécurité de nos concitoyens ». On avait répété ce passage, pourtant. C’est important, ça prouve que tu es proche des gens. C’est le genre de petites attentions que les électeurs adorent.  
La jeune fille hausse les sourcils d’un air circonspect puis se met à ricaner :
— Pffft…con-citoyens. Très bonne blague. Vous me prenez pour une débile ou quoi ? Je vais pas insulter les gens en direct. CON-citoyens, et puis quoi encore ?
Sur ce, elle tourne les talons, laissant les deux hommes, visiblement partagés entre incrédulité et consternation.
*
Akira s’enfile en douce sa troisième coupe de champagne de la soirée. Ce gala de charité est d’un ennui mortel. Ses zygomatique souffrent d’avoir trop souri et les ronds de jambe l’ont épuisé.  Elle ne rêve que d’une chose désormais : monter dans le premier taxi venu pour rentrer à la maison.  Mais avant de s’éclipser, elle tient à prévenir son père. Depuis sa cachette, elle aperçoit ce dernier s’engouffrer dans une pièce au premier étage.  La jeune fille vide d’un trait sa coupe et se faufile rapidement vers les escaliers. La porte est entrouverte et depuis le couloir, elle comprend qu’il n’est pas seul. Elle identifie distinctement trois autres voix en plus de celles de son père. Une seule lui semble familière : celle d’Hayato Miura, avocat et ami de la famille depuis plus de vingt ans. Il a ce petit tic de langage très reconnaissable. Pour le reste, c’est le flou total. Malgré le tumulte de la fête, Akira parvient à saisir quelques brides de la conversation.
— Vous savez, avant de me lancer en politique, j’ai fait fortune dans l’immobilier. J’ai toujours quelques billets dans le business, voyez-vous. Et ce climat d’insécurité nuit grandement à la cote de la ville. Les valeurs sont en chute libre et si ça continue, je vais y laisser des plumes. Alors voilà le marché…Hayato, veux-tu bien me donner ce contrat ?  Voilà, c’est parfait, merci. Je disais donc…si vous réussissez à mater les autres gangs et à rétablir un semblant d’ordre, je veux bien vous aider à étouffer certaines affaires et à faire sortir certains de vos compagnons de prison. Si vous rendez au marché sa splendeur d’antan et je vous accorderai même quelques parts dans mon trust. Alors, qu’en dites-vous ?
*
Par la fenêtre de sa chambre, Akira regarde suspicieusement l’homme qui sort de chez elle. Encore ce blond mal peigné, avec son costard de mauvaise qualité. Il est là tous les premiers jeudis du mois, à 11h30 précises. Quelques fois, il arrive les mains dans les poches et repart avec une valise.  Le reste du temps, c’est l’inverse.  La jeune fille fait semblant de ne rien voir, mais la curiosité la ronge de plus en plus. Un jour, il faudra bien qu’elle sache.

T.ft. Hokuto et Subaru Sumeragi / Tokyo Babylon
Je suis la force rose maléfique. Craignez mes paillettes. Vous en retrouverez dans votre lit pendant au moins trois semaines.
avatar
Invité
LBJJEFBEZFEBZFB Vu que tu es avec Sarin tu ne peux être que fab olala ♥️ Bienvenue ami d'origines coréennes on va faire un squad ensemble 8)))
Gypsophila
アキラ · MEAN GIRLS Icongy10
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
Gypsophila
D/2
Olala cet avatar magnifique アキラ · MEAN GIRLS 3754624134
Mais c'est que Sarin nous ramène bien du peuple 8)
Bienvenue parmi nous ! Hâte de découvrir ce très mignon personnage !
_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
Invité
Bienvenue アキラ · MEAN GIRLS 3170418002
Je connais absolument pas l'animé de ton perso ça m'intrigue je regarderais bientôt アキラ · MEAN GIRLS 2386599915
Remplis vite ta fiche ♡
Akira Kinomoto
アキラ · MEAN GIRLS VmcIkG8
FT : Subaru Sumeragi — Tokyo Babylon
Crédit : Skuld aka Sarin ♥
Âge : 17 ans
Présentation : アキラ
Fiche de liens :
Messages : 7
Akira Kinomoto
D/5
Merci beaucoup pour votre accueil ♥️ アキラ · MEAN GIRLS 125022726

Je dois encore me relire, mais en tout cas ma fiche est bientôt terminée !
Rinne
アキラ · MEAN GIRLS 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Hanmi / Unstoppable Siblings
Crédit : Kayou & Sunsun & Absinthe (l) & Arashid e_e & Pureté infinie (l)
Âge : 24 ans
Habitation : 3 Chome-19-7 Nishiikebukuro Toshima-ku, Tōkyō-to 171-0021 Japon
Autres comptes : Lullaby
Messages : 532
Rinne
C/4
" Ça coule à flot, comme le champagne. "

アキラ · MEAN GIRLS 4122535112 アキラ · MEAN GIRLS 4122535112 アキラ · MEAN GIRLS 4122535112

Sinon j'aime bcp ton personnage en l'état.
Et ton avatar très chouette.

J'espère que tu te plairas ici ! ♥

_________________
アキラ · MEAN GIRLS 100x1011    アキラ · MEAN GIRLS 100x1012    アキラ · MEAN GIRLS 100x1010
Rinne a une identité multiple ; il faut au moins ça 
pour protéger son propre petit jardin secret s a c r é.
* rinne < civile >  ** riné < omega > 
*** rhyme < gérante du marché noir pour omega >
Pure
FT : Satsuki Kiryuin — Kill la Kill
Crédit : © cheshireFTW
Âge : 25 ANS.
Habitation : IKEBUKURO
Présentation : LOST IN TRANSLATION
Autres comptes : Jun, Ace
Messages : 218
Pure
D/1
ok, j'aime les vibes qu'il y a par ici
le côté androgyne, des illus de clamp à foisins
(ça fait du bien d'en voir ça faisait tellement longtemps que j'ai un regain nostalgique assez hardcore soudainement)
qu'importe si c'est pile ou face, j'aime déjà ce que je vois :wink-wonk:

welcome à toi ♥️

_________________






LES KDO:
 
Akira Kinomoto
アキラ · MEAN GIRLS VmcIkG8
FT : Subaru Sumeragi — Tokyo Babylon
Crédit : Skuld aka Sarin ♥
Âge : 17 ans
Présentation : アキラ
Fiche de liens :
Messages : 7
Akira Kinomoto
D/5
Merci vous deux アキラ · MEAN GIRLS 3170418002

Et Clamp c'est la vie, si, si ♡
Fahrenheit
bonjour
FT : occultic nine // hashigami sarai
Âge : Inconnu
Habitation : Partout
Messages : 613
Fahrenheit
S/0
Awesome GirlBonjour à toi et Bienvenue sur Rift Akira. アキラ · MEAN GIRLS 2386599915 Désolé pour l'attente de ta validation qui s'est fait retardé, nous somme un peu trop booké pour notre propre bien - mais j'vais prendre sur mon temps de pause pour te valider (en essayant de faire une validation à la hauteur de ta fiche - parce que oui, ta fiche était un réel plaisir à lire.) Pour commencer par le commencement, le graphisme (les images de ta fiche) me plaisent beaucoup, je trouve qu'elle dénote parfaitement avec le caractère d'Akira - jusque dans les images on ressent l'essence du personnage et je trouve ça assez fou. (Très aesthétic 8)) C'est une lycéenne tout à fait intéressante que tu nous as pondu, j'me rappelle pas avoir vu énormément d'adolescent/lycéen sur le forum, donc c'est cool à voir - encore un bon point pour toi アキラ · MEAN GIRLS 2386599915 Le fait qu'elle s'en branle de la guerre des gangs, c'est assez sympa également (vu qu'il suffirait d'un événement pour faire pencher la balance entre telle ou telle décision, donc oui, la neutralité à ses avantages, comme ses inconvénients 8D)

Puis j'en suis arrivée à la lecture du caractère et, j'avoue que j'étais totalement perchée devant le premier paragraphe - je comprenais pas pourquoi je lisais licorne et lepreuchaun dans la même phrase XD Mais j'crois avoir compris finalement, c'est un peu pour démontrer qu'Akira, c'est tout et rien à la fois, qu'elle est le revers de la même pièce de monnaie - en gros, qu'elle est autant "pile" que "face". Je l'ai interprété comme ça en tout cas et du coup j'ai trouvé ça réellement plaisant à lire. Il faut le dire, ta plume est magnifique, ça se lis d'une traite sans être "lourd" (et pourtant je ne suis pas une personne qui apprécie forcément la lecture à la première personne - mais comme quoi, il y a des gens capable de me faire changer d'avis, bravo pour ça.) (Enfin, je le redis, mais le premier paragraphe du caractère c'était la bonne surprise ! Du coup merci.) Et pour la suite du caractère, on passe à quelque chose d'un peu plus conventionnel, toujours aussi bien rythmé et décrit, j'adore le contraste entre le caractère d'Akira qui ne m'évoque absolument rien de superficiel (étrangement), mais qui en use pourtant comme un rempart. Elle se conforte là-dedans et c'est vachement rare à voir. (J'en ai validé des gens dans ma vie et je ne me rappelle pas avoir souvent lus le mot "superficiel" dans le sens ou tu l'as employé.) Tu mets vraiment des défauts pour mettre en lumière ses qualités, c'est super bien fait, je suis assez admiratif et je dois te le dire, j'ai relus plusieurs fois ta fiche (sans doute parce que je suis un peu beaucoup fan de ton personnage.)

Puis viens forcément la lecture de l'histoire, qui n'est pas obligatoire sur Rift, mais qui fait finalement bien plaisir à mes petits yeux endormis. Je suis ravi d'avoir vu un peu la backstory d'Akira, ça m'a permis d'en savoir bigrement plus à son sujet et ça m'a donné, on va dire, des cartes en plus après la lecture de son caractère. J'adore certaines tournures de phrases que tu as employés - ça sonne comme des punchlines à mes oreilles et du coup j'suis ravi (exemple cette phrase "Alors que le professeur donne ses dernières instructions, Akira voit déjà s’amasser autour de son bureau quatre filles. Elles gravitent telles des satellites autour de leur planète mère, emportés par un irrésistible pouvoir d’attraction." Je dois le dire, j'ai visualisé la scène relativement assez bien et j'me suis imaginé l'expression facial d'Akira, bref, j'étais assez amusé !) Akira, c'est vraiment une petite peste, mais la peste comme on les aimes (je crois ?) C'est un peu celle qu'on détestait au collège et au lycée, mais devant laquelle y'avait quand même cette admiration limite malsaine. J'adore aussi le passage de l'interview avec le père, j'attendais d'en savoir un peu plus sur la figure patriarcal et je ne suis pas déçu, je trouve ça vraiment intéressant et plaisant d'avoir un député qui affirme ses convictions haut et fort - sans mettre sa famille à l'écart d'ailleurs - Akira a de qui tenir je crois ! Je pourrais continuer à dire du bien de ta fiche entière pendant encore des heures, mais je t'avoue que je manque de temps et je vais donc en conclure part une unique phrase - Akira, c'est vachement pile, mais sacrément face surtout - j'peux pas m'empêcher d'être peiné et en même temps frustré par ta demoiselle, j'ai juste hâte de savoir ce que tu vas faire avec elle sur Rift, du coup ma hâte l'emporte sur ma raison. Je te valide donc sans attendre !

Ps - pour ton avatar, malgré que Hokuto et Subaru soient jumeaux (si ma mémoire sur clamp ne me fait pas défaut bordel, ce choix me donne envie d'crever de bonheur tellement c'est RARE !) il faudra choisir l'un des deux malheureusement (une négociation est toujours possible, mais il me semble que les "images" ne manquent pas - il faudra donc voir ça !) Bref je ne te retiens pas plus アキラ · MEAN GIRLS 2386599915

Avant d'aller arpenter les rues de Tokyo, n'oublie pas de recenser ton avatar. Tu peux aussi faire ta fiche de liens et poster une demande de RP ou répondre à une demande déjà faite.

Amuse toi bien parmi nous ♥️

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum