Le Deal du moment : -24%
Grosse réduction sur la TV LG OLED77CX ...
Voir le deal
3799 €

welcome to the panic room. crescendo.
Mieko Fawkes
welcome to the panic room. crescendo. Tumblr_ntptieb8b61sekryuo5_250
FT : miku hastune + halsey
Crédit : arashi & crescendo x2 & onyx & mieko
Âge : 20 ans
Présentation : i self-consume.
Autres comptes : ataraxie
Messages : 47
Mieko Fawkes
D/5
(panic room) + my phone has no signal, it's making my skin crawl
Elle balance la tête au rythme de la musique. Elle a un casque vissé sur les oreilles, caché derrière sa capuche trop grande et sa casquette de baseball. Il y a des signes dessus qu'on pourrait deviner, mais en vrai elle n'y connaît rien en sport. Elle aime juste mater les athlètes. Retenir leurs noms, c'est trop lui demander.
Le métro est une berceuse qui convient à beaucoup ; Mieko, ça la réveille ça la fait trembler. Elle a un peu peur qu'une de ses mèches tombe sur son visage, que ses tresses la prennent en traîtresse, que les bruits de son sac à dos éveillent des soupçons.
Elle ne savait pas trop quoi emmener -enfin, elle savait ce qu'elle voulait faire, mais pas forcément comment. Ce qui, en soit, était plutôt problématique. Elle a embarqué un bordel monstre, et ça claquait dans son dos au rythme des wagons.
Elle sort, comme la jolie voix enregistrée le lui propose. Quand le grand air vient à elle, il ne sent que le pétrole renversé et la fumée (de radiateurs de cigarettes des restaurants). Les rumeurs veulent que le quartier général des Meiji soit dans le coin ; à vrai dire, ce n'est pas une information très difficile à vérifier. De toutes manières, c'est un endroit qui va bien à leur image -triste, un quartier où l'on vient que parce qu'on a pas le choix, à cause d'une existence qui ne tient pas. Elle s'était arrêtée un instant, à regarder les lumières dans les immeubles. Elle se demande combien de gens vivent ici, collés dans des dix mètres carrés vieillots que personne ne veut. Elle hausse des épaules. Ce n'est pas quelque chose qu'elle peut changer.
Elle relève son masque type chirurgical sur son nez -on ne voit plus que ses yeux, sa peau blanche, ses tâches de rousseur, entourés du noir morne de ses habits. Sans les lumières du quartier, on ne la verrait pas, dans son grand sweat, son pantalon et ses rangers ; même son sac est d'un triste, de ceux qui ne l'habillent que rarement.
Peut-être que si elle se mettait sur la chaussée --
Bah. Elle avance, de ses longues jambes longilignes. Elle était déjà venue la semaine dernière, et celle d'avant, et peut-être d'autres encore, jusqu'à avoir tout noté dans son carnet. Elle avait un peu réfléchit, Mieko -elle ne sait pas trop si c'est correct ou non, mais ça valait le coup de tester. Elle arrive devant la zone de travaux -il y a probablement des gens qui l'ont vue, mais c'est un quartier où on ne veut pas s'attirer d'ennui. Personne ne contactera la police.
Elle saute dans la partie du trottoir qui a été enlevée ; le trou est presque aussi profond qu'elle est grande. Mh. Pas très pratique pour ressortir, mais au moins, on la verra moins encore qu'avec juste la protection de la nuit. Il doit être deux ou trois heures du matin, elle se donne deux heures. Si ce qu'elle fait touche les meiji, elle le saura bien vite le lendemain. Après, il suffira de regarder les réseaux du quartier -ah, elle dira qu'elle doit faire un sujet sur la logique de la construction de Tokyo et son évolution au cours du temps, une bêtises comme ça.
En attendant, les câbles noirs sont juste devant elle. Elle n'avait pas prévu qu'ils soient si gros ; ils doivent chacun contenir des centaines de fibres optiques. Ugh. Elle sort des choses de son sac, une à une, les teste et soupire. Elle n'a pas de pince assez grosse ou assez puissante pour ce qu'il y a devant elle. Bon. Elle sort encore un objet de son sac : ça, ça devrait fonctionner.
La flamme s'allume au bout du chalumeau ; le plastique fond en quelques secondes.
Derrière son masque, elle sourit -entre une adolescente idiote heureuse de faire un méfait et une adulte qui croit que ça la venge un peu.
Ça sera long, de tout faire fondre, mais elle a ses écouteurs et la nuit comme manteau ; elle peut prendre son temps. Elle fredonne presque, les rythmes qu'elle connaît déjà par coeur donnent un tempo à son travail she said, "do you love me?" i tell her, "only partly" La protection est suffisamment ouverte pour accéder aux fils plus petits, elle passe à la pince. "i only love my bed and my momma, i'm sorry" et elle recommence.
De temps à autre, elle regarde au-dessus de son épaule pour s'assurer d'être seule mais oh- qui viendrait ici à cette heure-là.

_________________

i could let my true feelings show on my face
without anyone seeing them

Crescendo
whaaaat ?
FT : katsuki bakugo // bnha {suga de bts irl}
Crédit : torabeautéparfaite
Âge : 21 ans
Habitation : il vivait à la campagne, il s'est établi à quelques endroits de Tokyo (3 planques au total)
Présentation : {.ghost
Fiche de liens : {.hack
Autres comptes : karas et coma
Messages : 364
Crescendo
D/0

i wait till
midnight
i can feel a cold
breeze

Musique — Affalé sur sa chaise, son casque audio sur les oreilles, il secoue la tête en tapant sur son clavier, slidant avec sa souris avec rapidité pour faire bouger les images sur ses nombreux écrans ; scrutant chaque détail que les caméras de la ville lui donnait tout en sirotant son café brûlant. Les minutes défilent, tout comme les heures, alors que ses yeux ne quittent pas son écran, pas même le temps d'allumer une cigarette ; non ; inspecter les caméras en temps réelle et repasser les images enregistrer à côté de certains jours ((juste pour comprendre, voir qui, pourquoi.)) Mais rien, aucun indice, rien ne lui saute aux yeux, quedal, des clous. Alors il lève les bras en l'air Crescendo, de dépit, plein d'amertume, avec ses bandages et ses pansements sur la gueule... Il avait faillit péter en même temps que ce putain de QG ; partir en fumée, calciné. Froid dans le dos ? Pas vraiment, c'était peut-être monnaie courante dans ce monde là ; mais mourir dans une guerre qui ne le concerne pas, très peu pour lui. Alors il reprend sa recherche effréné, tapant avec rapidité, cherchant des informations partout et nul part à la fois ; s'égarer dans une botte de foin ; voilà où était Crescendo... Perdu dans le web, le deep web. Rien. Nul part. Les gens disent que le Shinsengumi à péter un câble, que c'est Meiji les vrais responsables et qu'ils essayent de faire porter le chapeau à d'autres, qu'Alcatraz n'a pas l'air tout blanc, que l'organisation Neverland n'est pas étranger à ça ; les gens partent en couille.

Personne ne sait, mais tout le monde donne de sa version et de ses hypothèses et son cerveau grille sous le flot d'information qui se retrouve gerber à sa gueule ((son écran freeze.)) Une pause. Crescendo a très clairement besoin d'une pause, alors c'est avec sa flemme légendaire qu'il s'affale de toute sa longueur sur sa chaise qui se courbe de plus en plus sous son poids... Puis vient une erreur. Internet n'est plus là et d'un coup c'est carrément l'électricité qui part en vacance... Le QG n'avait jamais perdu source d'électricité vu qu'il y a normalement son propre générateur. Quelque chose ne tourne pas rond. Ils demandent aux autres membres, mais personne ne semble vraiment inquiet de la situation ((sauf lui, comme d'habitude.)) Soupir long et las, le jeune homme lève son cul de sa chaise, attrape une cigarette dans son paquet qu'il fout dans sa poche, fait glisser de son pied une boîte à outils qui traîne sous une table, dégainant plusieurs tournevis et autres bricole pour aller directement voir à la source du problème... Pas le temps de se tourner les pouces, il y avait beaucoup d'affaire à résoudre, beaucoup de questions auxquelles il lui fallait une réponse. Masque chirurgicale sur la gueule et capuche vissée sur sa tignasse fraîchement colorée en vert datant de la veille, le jeune homme sort. Il quitte sa tanière, l'endroit qui abrite une révolution dont personne n'a encore entendu le nom ; et il avance, avec lenteur. Il ne lui faut pas longtemps avant de rejoindre la cause du problème ; le néon bleu d'un bar de quartier clignote à répétition et semble être l'unique source de lumière... 'Great'.

Haussement d'épaule, l'homme enlève son casque audio et entend enfin le bruit si dérangeant... Une lumière semble jaillir d'un endroit en contrebas, provenant très certainement d'un chalumeau vu le craquement étrange... Quelqu'un faisait fondre les câbles ? Caché dans la pénombre, Crescendo avance doucement, d'un pas léger, faisant bien attention à rester le plus discret possible pour te prendre sur le fait. Tu es dans un renfoncement, tu n'auras pas le temps de sortir et il te toisera de sa hauteur pour mieux te réprimander à sa façon. Une fois arrivé à destination, il retire sa capuche, son masque toujours devant la gueule ((réflexe naturelle malgré la nuit noire)) et lâche sur son ton un peu blasé ((et pourtant vénère à la fois.)) « Tu veux un coup de main tant que j'y suis ? » Question qui n'exigeais évidemment aucune réponse ; sarcastique jusqu'au bout des ongles de ses pieds ; il te regarde... Et la stupeur peut sans doute se lire dans ses prunelles... Une fille ? Ton gabarie ne trompe pas... Le voilà qui arque un sourcil et qui relève un peu son masque le temps de prendre une bouffée de sa clope et de couper la musique qui retentit encore de son casque. « J'peux savoir c'qu'une jeune fille fout en pleine nuit, à brûler des câbles qui sont essentiels à mon travail ? »

Ne rien dire de plus, rester ferme et un peu brusque ; montrer que tu ne vas certainement pas t'en sortir comme ça ; oh non, clairement pas. Mais Crescendo ne sait pas pourquoi, il sent qu'il y a une couille dans le potage, que la pénombre ne l'aide pas à discerner un détail qui devrait lui taper aux yeux... Plus physionomiste que lui, ça n'existe pas ((la mémoire eidétique est là pour ça)) et pourtant, quelque chose lui échappe. Dommage qu'il ne sache pas quoi. Son masque est descendu sur son menton, sa clope fini coincé entre ses dents alors qu'il s'accroupi finalement pour être un peu plus à ta hauteur malgré l'écart. « J'crois qu'il va falloir que tu t'expliques ma belle. Et vu l'heure, j'vais pas être très patient. » Y'a ses bandages et ses pansements sur sa gueule qui parle pour lui ; comme ses cernes éternelles qui sont ancrés sous ses yeux de camé à la morphine et au café. Il n'a pas le temps de papoter, il a des coupables à chopper et des gens à, mentalement, torturer.


Bon je pense que ce rp va me faire autant marrer que feels des bisous j't'aime ♥︎♥︎♥︎


_________________
soumets toi, rencard à quatre heure sur le toit, amène tes arguments j'amènerai mon nunchaka ; ma colère gronde, j'te ferai cuire au micro-onde j'irai pisser sur ta tombe ce sera immonde comme la fin du monde

welcome to the panic room. crescendo. R59o
Mieko Fawkes
welcome to the panic room. crescendo. Tumblr_ntptieb8b61sekryuo5_250
FT : miku hastune + halsey
Crédit : arashi & crescendo x2 & onyx & mieko
Âge : 20 ans
Présentation : i self-consume.
Autres comptes : ataraxie
Messages : 47
Mieko Fawkes
D/5
(six feet under) + i can't help but wonder
Elle ne se rend pas compte, Mieko, du bruit qu'elle fait. Ça crépite, ça a ce son si particulier -ça lui fait penser à une fusée, et elle est déjà partie bien bien loin, elle imagine le bruit des comètes et du son dans le zéro atmosphère, elle se dit que la musique doit avoir d'autres sensations sur la lune et peut-être qu'un jour on regardera la terre du haut d'immeubles noirs d'ailleurs.
En attendant, elle coupe des fils. Elle s'acharne, elle y reste, elle regarde sa montre de temps à autre parce qu'elle sait qu'elle oublie le temps quand elle chante, mais que le monde se rappelle de la rendre visible. Si elle pouvait choisir un pouvoir, elle deviendrait sûrement transparente. Elle fondrait à travers la matière, et elle serait libre, et elle-même, et elle n'aurait plus de barrière, et elle explorerait le centre de la terre, et elle s'asphyxierait à coup de rêves achevés, morts sur le bas côté, déjà dépassés.
Mais elle ne fait que couper des fils. Même ça, elle ne le fait pas bien, au vu de ce qu'elle entend. Elle s'immobilise -ça la glace. Sa colonne vertébrale se rigidifie ah ses doigts garde l'appareil enclenché mais ce n'est pas vraiment réfléchi et elle se dit et merde. Parce que bon, il ne faut pas vraiment se leurrer. Il est quatre heures du matin, il y a une fille tout en noir avec un chalumeau qui trafique des fils -il ne faut pas être très malin pour comprendre que c'est assez volontaire.
Elle réfléchit, parce qu'honnêtement, elle a l'impression que c'est la seule chose qu'elle sait faire. Et puis -oh, sa remarque. Cette fois-ci, c'est son esprit qui se gèle. Elle n'est plus vraiment sur la défensive. Elle préfère l'attaque contre ce genre de crevard. Je ne suis pas contre un peu d'aide, c'est gentil de proposer. Elle parle sans se retourner et elle recommence même sa besogne -elle bouge, et en même temps elle vérifie ce qu'elle a dans ses poches -trois pinces, ok. Avant, elle aurait pu les lancer en plein dans le mille et s'enfuir, mais sa dextérité n'est plus ce qu'elle était. Avec un peu de chance, elle pourrait le toucher -avec un miracle, le blesser, mais ce n'est pas ce qu'elle a l'intention de faire. Regarde autour de toi, il y a des travaux. Donc je travaille. T'aurais dû lire ton courrier, gamin, tout le monde a été prévenu. Elle se tourne légèrement, juste assez pour voir une touffe de cheveux verts. Ah. Du mauvais goût typique du quartier, quand même. Le vert c'est l'espoir, mais l'espoir ça suffit plus. La véritable question c'est plutôt qui travaille à cette heure-ci chez lui. Elle exagère. Elle le provoque un peu plus, encore ; elle veut qu'il descende à sa hauteur. Il a un avantage énorme, d'où il est, et elle, elle a un chalumeau dans la main.
De toutes manières, tant qu'il ne l'arrêtera pas, elle continuera.
Et elle veut savoir. L'idée est présente oh en filigrane dans ce qu'elle dit, et les gens en colère disent bien plus qu'ils n'en veulent.
ptdr ils vont se taper dessus help ♥

_________________

i could let my true feelings show on my face
without anyone seeing them

Crescendo
whaaaat ?
FT : katsuki bakugo // bnha {suga de bts irl}
Crédit : torabeautéparfaite
Âge : 21 ans
Habitation : il vivait à la campagne, il s'est établi à quelques endroits de Tokyo (3 planques au total)
Présentation : {.ghost
Fiche de liens : {.hack
Autres comptes : karas et coma
Messages : 364
Crescendo
D/0

in my shoes
just to see
what it's like
to be me

Musique — Toi, t'es le genre de nana qui va lui en faire voir des vertes et des pas mures, il en est persuadé. Le chalumeau que t'as entre les mains pourrait le dissuader de faire quoi que ce soit, mais dans le monde de Crescendo, la douleur n'est qu'une étape de la vie qu'il faut savoir franchir. Soupirant en voyant que tu continues ton "oeuvre", le jeune homme se redresse légèrement, avalant sa fumée avant de te toiser de sa nouvelle auteur. Il était persuadée d'avoir déjà vu ce visage quelque part, sur ces nombreux écrans, mais étrangement, pour une fois, Crescendo n'en était pas certain. Sa mémoire eidétique ne lui avait jamais fait défaut ((mais la morphine et le cannabis n'aide peut-être pas à avoir les idées très claires.)) Une nouvelle remarque cinglante, dans la bouche d'une aussi jolie fille, ce n'est vraiment pas très reluisant ; alors il hausse les épaules.

Gamin ? Sérieusement ? Et pour quelqu'un qui traînait un peu trop sur internet plutôt qu'avec des êtres fait de chair et de sang, non, il y avait bien quelque chose qui clochait dans cette histoire. T'es pas une nana qui bosse sur les chantier, pas le profil, pas la carrure et surtout, c'est pas ainsi qu'on bosse sur ce genre de terrain. L'hésitation est palpable, ça le chatouille du bout des doigts. Qu'est-ce qu'il pourrait dire ? Le jeune homme cherche en se grattant le crâne, la capuche vissé sur sa tête. Son masque revient devant son visage alors qu'il jette sa cigarette en ta direction, sur ta tignasse si parfaite ; avant de descendre et de te bloquer les mains. ((Hors de question d'se faire cramer la gueule, pas aujourd'hui.))

« J'suis informaticien, c'est mon boulot de travailler chez moi et ce à n'importe quelle heure de la journée. Hors, je n'ai pas été informé qu'une "saboteuse" devait ruiner ma connexion et surtout l'électricité de cette partie du quartier... » Crescendo maintient sa prise, mais même si elle se fait dur, il garde quand même un certain contrôle sur sa force. Il ne souhaite faire de mal à personne, ce n'est pas dans son optique, ce n'est pas comme ça qu'il voit sa vie. C'est un jeune homme qui souhaite simplement remettre à leur place ceux qui ont agit de façon malhonnête, salement. Mais il ne se prend pas pour un justicier pour autant, car il se salit lui-même les mains pour y parvenir. Sourcils froncés et yeux un peu plissé, le jeune homme ne quitte pas le chalumeau de son champ de vision... « Je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu cherches ; mais s'il y a une raison à tes agissements, j'aimerais bien la connaître. » Son regard n'est pas doux, mais sa voix se fait tendre ; il essaye tant bien que mal de te mettre en confiance ; même s'il ne se fait pas d'illusions... Crescendo le sait, il le sent, il se doute que tu as compris ((qui tu as en face de toi.)) Son cœur s'emballe, mais son faciès reste identique, toujours aussi blasé, toujours aussi inexpressif. Il ne sait pas trop sur quoi cette situation va se dégoupiller, mais il a une grenade aveuglante planqué dans l'arrière de sa poche au cas où il devrait s'échapper.

désolé pour le temps d'attente jpp j'espère que ça te vas et noooon je veux pas taper mieko jpp ♥︎♥︎♥︎

Mieko Fawkes
welcome to the panic room. crescendo. Tumblr_ntptieb8b61sekryuo5_250
FT : miku hastune + halsey
Crédit : arashi & crescendo x2 & onyx & mieko
Âge : 20 ans
Présentation : i self-consume.
Autres comptes : ataraxie
Messages : 47
Mieko Fawkes
D/5
(let it all go) + who cares if we're dead
Ce qui était dangereux avec Mieko, c'est qu'elle oscillait à se réduire à un corps qui n'a plus rien à perdre et à une âme avec un but ultime. Les deux étaient d'une tristesse affligeante -c'était une fille si merveilleuse. Elle aurait pu faire tellement, et peut sûrement encore, mais elle n'a au bout de ses synapses que de sombres histoires. Des choses trop froides pour elle. Elle aura bientôt la moiteur d'un cadavre si elle continue de plonger la tête la première.
Elle coupait des fils. Et ça n'était que plus déprimant, de voir les petites choses qu'elle faisait, suffisamment pour qu'on appelle ça des conneries, mais pas assez fortes pour qu'il y ait vraiment une différence.
Peut-être qu'au fond, elle était une bombe à retardement. Une de plus que les meiji ont pu construire de toutes pièces.
Elle ne réagit pas quand il vient la bloquer. Quel intérêt ? Il a sûrement plus de force que lui. Elle sait, Mieko, qu'elle joue plus dans la finesse. Dans la fuite, irrémédiablement, ou dans les attaques cachées. Oh, elle est certaine, elle aura sa revanche. Elle a déjà envie de lui mettre un coup de boule mais elle a comme l'impression que le ko ne sera pas pour aujourd'hui.
Elle attend. Il a l'air d'être cliché, comme gars. Il va peut-être lui sortir un discours de grand frère spirituel, ou attendre un peu avant de lui casser la gueule. Il va peut-être l'engueuler ; elle pense à pire aussi mais elle se refuse d'imaginer. Elle essaie de se rassurer. Elle se dit peu importe ce qui arrive, tu restera entière mais la vérité c'est qu'elle n'est pas faite de pierre. Il pourrait la déchaîner en un sourire, et la faire pleurer en deux mots ; la faire décéder en quelques rires -stopper son cœur, ne plus ressentir aucune douleur.
Zut alors, serais-je démasquée. Elle ne fait même pas l'effort de faire passer sa phrase pour une question. Peut-être est-elle blasée, fatiguée, ou juste pas joueuse, elle ne sait même pas elle-même. Elle n'a plus envie de savoir. De chercher. De comprendre. Elle veut juste qu'on lui dise tout, et qu'on ne mente pas -elle se souvient des médecins. C'était pour la préserver. Elle comprend. Elle en a juste déjà trop vu pour rester saine. Et toi ? Informatique ou terrorisme ? Elle dit ça en lui enfonçant un bon vieux genou dans l'entrejambe. S'il lui lâche les mains, elle grimpe le mur en un éclair.
la violence c'est mal ♥

_________________

i could let my true feelings show on my face
without anyone seeing them

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum