Le deal à ne pas rater :
Support Téléphone Voiture à Fente CD
12.99 €
Voir le deal

Bomberman | Ledger [Terminé]
Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

En traque.
L'enquête avait progressé de façon surprenante. Comme quoi, s'acharner au travail portait finalement ses fruits. A force de faire sauter la moitié de la ville, les gangs finissaient par semer tellement d'indices sur leurs passages qu'on pouvait presque les suivre à la trace. C'est sur ce « presque » qu'il fallait bosser. Les bombes ça poussait certainement pas sur les arbres. Ça demandait du savoir faire et du matériel. Même s'il était plutôt facile de trouver comment faire sur le net, celles qui avaient ravagées plusieurs fois la villes n'avaient rien de pétard d'amateur. D’après nos spécialiste c'était du jolie travail. Il fallait donc ce concentrer sur les personnes ayant les capacité et les moyen de faire de tel engin de mort.
La liste des suspects déjà dans nos bases n'avaient rien donné. En prison. Mort. Exilé au bout du pays on avait l’embarra du choix question alibi. La seule certitude qu'on avait à peut prêt, c'était les Meiji. D’après les sources et ce qui se disaient dans la rue, c'était ce gang qui était à l'origine de plusieurs attenta à la bombe. Leurs membres étaient certainement trop jeunes ou trop bon pour se trouver dans nos fichiers. Alors il fallait les traquer. Remonter les pistes jusqu'à trouver le petit détail qui reliait tout. La pièce du puzzle qui révélait enfin le tableau. Et j'avais trouvé cette pièce manquante.
Une série de plaintes émanant du Directeur de l'Université Suzuran. On leurs avait volé à plusieurs reprises des matériaux destiné au labos de chimie. Les composants dérobés figuraient sur la liste d'ingrédient que les façonneur Meiji aimaient faire pété.
Ça méritait de s'y intéresser avec attention. Les plaintes n'avaient pas eu de suite, pas de preuves, pas de témoins, pas même la petite trace d'infractions. Les feignants qui avait traité les dossiers avaient conclu à une mauvaise gestions des stocks ou une négligence administrative. Certes, ça avait du sens, ce n'était pas des marchandises facilement revendable, elles n'étaient pas utile à la confection de drogue et la quantité volé restait minime. Aucune vraie raison de faire une enquête approfondi.
Jusqu'à aujourd'hui.

La première chose qui m'avait marqué en arrivant sur place c'était la taille de cette Université. A tout les coups j'allais m'y perdre. Personne ne m'attendais puisque je passais à l'improviste. Je voulais simplement quelques réponses à deux trois questions. Pas de mandat ou de voiture de flics. Juste moi et mon sens de l'orientation déplorable.
Bien entendu je m'étais perdu deux trois fois, maudissant les couloirs qui se ressemblaient tous sans exceptions. Au moins l'endroit était vivant et vus mon âge je ne détonais pas vraiment dans le décor. Je crois que la vie d’étudiant m'aurait plutôt convenu. Je pris quelques secondes pour observer la foule d'élèves qui s’agglutinaient un peu partout, revenant rapidement sur terre en atterrissant enfin dans le bon couloir.
Le bureau du Directeur.
Il n'était pas d'une grande utilité.. au final c'est surtout les professeurs de la section Labo qui s'étaient plaint de la disparition. J'étais reparti pour un tour à travers les méandres de couloirs et de classes.. cette fois je n'avais eu à demander mon chemin que deux fois Les couloirs s'étaient lentement vidés jusqu'à devenir silencieux. Mes pas résonnèrent sur les dalles blanches, cherchant toujours le labo de Chimie.
Une fois trouvé, ce fut une nouvelle désillusion.
La salle était vide. La port fermé. Pas l'ombre d'un Professeur à l'horizon. J'étais de naturel très patient mais je devais bien avouer être légèrement agacé par la situation.. Peut être que j'aurais du prévenir avant finalement...
Après quelques secondes à errer en long et en large dans le couloirs, je me résignais à essayer d'autres portes dans l’espoir d'en voir une ou deux s'ouvrir sur quelqu'un qui ne serait pas une paire de balais et quelques torchons.
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

avatar
Invité

Bomberman


Feat Hope



En bon paumé qu'il était, Ledger avait pas mal traîné sur les bancs de l'université avant d'y trouver un sens. D'abord étudiant en mathématiques pour faire plus intelligent, il avait choisir de changer de cursus pratiquement à la fin du premier. Rejoindre les Meiji l'avait aidé à trouver son destin : faire tout péter. Et pour ça, il faut des connaissances. Il ne pouvait pas toujours coller le train aux spécialistes de sa nouvelle famille, donc il avait trouvé une autre option. L'université. Combien de jeunes un peu largués avaient changé de voie sans en exprimer les raisons ? La paperasse avait été bien chiante à compléter mais Kosei avait obtenu ce qu'il voulait : rejoindre la filière Chimie appliquée. Le deal avait néanmoins été dur à accepter, repartir de la base, du début, retourner avec les minots. Mais soit, qu'importe. De toute façon, on ne peut pas dire qu'il soit bien adulte le jeune artificier.

Cela faisait donc un moment que Ledger traînait dans ces bâtiments, qu'il connaissait bien mieux que la moyenne. C'était également devenu un lieu de "course". Tant pour ses exploits personnels que ceux de ses camarades. Des matériaux qui disparaissent, des produits qui s'évaporent … au début sous les conseils d'un autre façonneur Kosei l'étudiant avait falsifié le registre (assez simple d'ailleurs, tout le monde s'en tape). Des motifs divers et variés figuraient sur la liste, c'était presque un jeu d'innover : "casse", "incendie involontaire d'un élève", "produit périmé", "consommé par une souris" … Et puis ça l'avait vite ennuyé, comme souvent. Donc il avait cessé de compléter la liste. Était-ce suspect ? La magouille avait-elle été découverte dés le début ? Il s'en foutait. D'ailleurs si ça ne risquait pas d'impliquer son gang, il aurait carrément laissé un origami à la place de chaque élément chapardé.

Mais la donne avait changé. Kosei l'ignorait. Le cours actuel était d'un ennui sans précédent. Mêler la physique à la chimie, c'était ce qu'il maîtrisait le moins, et ça ne l'intéressait pas. Pas une once d'art là-dedans, juste des calculs prédéfinis. Pourtant c'était utile. C'est pourquoi Ledger s'autorisait à ignorer les cours collectifs, mais faisait le double d'effort en travaux pratiques. Important. Ce cours durait une heure trente. Encore quelques secondes. La prochaine bombe, noire avec un origami jaune, ou jaune avec un origami noire ? Plutôt localisée pour plus d'efficacité ou évasive pour un maximum de dégâts ? La sonnerie retentie. Il s'élança hors de la salle, laissant une grue en papier sur sa table.

Une fois dans le couloir il prit une grande inspiration. Plus qu'une heure. Alors qu'il se dirigeait vers son prochain TP un type étrange attira son attention. Un gosse à première vue, plus âgé mais probablement étudiant. Ah, non … ou alors arrivé en cours d'année. A moins qu'il n'ait eu une envie pressante de nettoyer le sol en se rendant dans le placard à balais.

" - Eh, t'as besoin d'un coup de main ? Tu viens de débarquer ? Tu cherches quoi ?"


Il s'approchait du type qu'il trouvait un peu ahurit, une main dans la poche et son sac sur l'épaule. Un étudiant en psycho probablement. Pas spécialement bien bâtit (au moins aussi faible que toi Kosei) et même mou de son point de vue, ne semblant pas bien vif … un type probablement malmené par les autres. Pas un mec issu d'un gang de Tokyo, c'était certain.

" - Tu es en filière Théâtre je parie. Tu t'es carrément planté de bâtiment, ton sens de l'orientation est très mauvais. On ne t'a pas confié de parrain pour ta première visite ? Parce que t'as pas la gueule du concierge."


Était-ce une blagounette ? Non, tu penses tout haut Kosei, c'est dangereux. Si tu savais à qui tu as affaire, tu aurais vouvoyé et tu aurais joué l'innocence au lieu de chercher à le dominer, bien droit dans tes baquettes. Non. Tu aurais juste fuis.
Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

Quelqu'un arrivait.
J'allais peut être être sauvé. En réalité je ne l'avais pas entendu approché, c'est sa voix qui me fit sortir de mes pensées, un peu trop occuper à chercher une solution à mes problèmes. Une heure de transports en communs pour un échec. C'était déplaisant. Un peu frustrant aussi, un sentiment que je n'aimais pas vraiment. Mon attention se porta sur le jeune homme qui venait de faire irruption au bout du couloir et qui se dirigeait déjà vers moi. Je devais vraiment avoir l'air perdu pour qu'il m'aborde aussi facilement. Il avait l'allure de beaucoup de jeunes de son âge, un style cool et débraillé, plus qu'à l'aise avec les familiarités et un peu trop directe. J'avais vraiment l'air d'un étudient ? J'eu envie de regarder par mon épaule pour être certain qu'il s'adressait bien à moi et pas un élève qui serait apparu soudainement dans mon dos. Je pensais pas avoir l'air si jeune, mais en l'observant un peu mieux, on devait avoir sensiblement le même âge.. Pourtant il était encore étudient, ce qui était étrange à réaliser d'ailleurs. Je pouvais pas lui en vouloir de se méprendre sur la situation. Quelque part c'était peut être un peu flatteur.

« Non.. Heu.. Vous faite erreur. »

Au moins je n'avais plus à chercher quelqu'un, et même s'il venait totalement de se méprendre sur mon identité, je pouvais toujours lui demander de me conduire à un professeur.  Ou au pire lui poser quelques question puisqu'il avait l'air bavard.
Abandonnant ma porte close, je m'étais tourné vers lui pour lui faire face, me redressant par la même occasion pour remarqué qu'au final il était légèrement plus petit que moi. Si j'avais mis mon uniforme toute confusion aurait été difficile. Ma main glissa jusqu'à ma veste pour lui dévoiler la plaque de police qui ornait l’intérieur du revers histoire de lui faire comprendre ou était la méprise.

« Agent Tatsuya. J'aurais aimé m'entretenir avec le Professeur Sato... Est ce que vous savez.. s'il est dans le coin ?  Toutes les salles ont l'air vide et le directeur n'a pas vraiment l'air d'en savoir plus que moi.»

La courtoisie d'un sourire plus tard, je pris le temps d'analyser un peu mieux le jeune homme en face de moi. S'il traînait dans le coin c'est peut être qu'il venait se rendre dans ces labos, il devait y avoir cours, c'était certainement la meilleur personne que j'avais sous la main pour m'aider.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

avatar
Invité

Bomberman


Feat Hope



Il y a des jours où vaut mieux fermer sa gueule. Genre rester piauté, sous la couette à comater, mâter un film, remplir sa piaule d'origami ou s'éclater un tournevis à la main. Ce jour-là, c'en était un. Mais Ledger avait été trop con pour s'en apercevoir. Un véritable branleur. Délico l'aurait probablement sermonné sévère, et il aurait fermé sa gueule. Saviez-vous qu'il est possible pour un homme de pâlir en une demie-seconde ? Par contre l'étudiant ignorait ce qui venait après l'étape "blanc comme un cul" : pouvait-il devenir transparent ? Ce serait cool. Le type n'était pas aussi "faiblard" que lui-même. Juste un mec voûté. Gros con d'armoire à glace. Il tentait de paraître inflexible, mais intérieurement Ledger était déjà en PLS. Mon gars, un coup de point dans la gueule et celle-ci roule par terre comme un flipper. Mais ça encore, c'était rien.

Un plaque de poulet. GG. Tu les entends les confettis et les roulements de tambours ? Le premier gangster à se jeter tout seul comme un grand entre les pattes des flics. Bien joué mon pote, t'iras loin. Il sentait ses jambes perdre de leur énergie, mais le stress le gardait bien planté dans le sol. Malgré tous ses efforts et ses talents d'acteur, son visage avait du passer de "l'amical-je-me-fous-de-ta-tronche" à "putain-je-te-jure-j'ai-pas-volé-les-bonbons". Réfléchir, et vite. Se justifier.

" - La vache, vous êtes un putain de taureau en fait ! Euh … Pardon Monsieur l'agent, je suis confus. Je vous prie de bien vouloir excuser un étudiant beaucoup trop impulsif et sans une once d'intelligence. Mon impolitesse n’honore pas ma famille. "


Remettre des couches et couches, s'incliner légèrement par respect. Jouer la carte de l'enfant qui descend de son piédestal face à un adulte pas content. Après tout, c'était bien ce que Ledger était avant d'être un façonneur Meiji : un gosse, un abruti, un connard hautain et imbus de sa personne qui pète plus haut que son cul. Donc au final, ce n'était pas réellement jouer. Fallait juste l'admettre pour quelques secondes. Il cherchait Sato ? C'était pas bon. Kosei aimait beaucoup ce vieux (enfin vieux … la trentaine ou la quarantaine ? Peut-être plus … en tout cas pas un jeune DONC un vieux pour l'étudiant) fou, mais il était suffisamment pointilleux pour noter les disparitions, et l'implication de son étudiant ainsi que ses questions pointues auraient pu lui mettre la puce à l'oreille.  

" - Je fais de nouveau preuve d'impolitesse, veuillez m'excuser. Je m'appelle Kosei Iskander, je suis étudiant en chimie. Je sais que le professeur Sato est souffrant pour aujourd'hui, mais il devait passer en fin de journée m'expliquer un devoir. "


Mentir. Seule échappatoire. Il n'avait pas vu Sato dans l'établissement aujourd'hui, mais il avait peut-être cours plus tard dans la journée. Kosei fit mine d'être embêté pour que ses songes n'éveillent pas les soupçons. La plupart des policiers de Tokyo lâchaient vite l'affaire, peut-être que celui-là aussi était de cette trempe ? Il suffisait de l'occuper un peu et il repartirait, morose.

" - Puis-je me permettre de vous faire visiter le bâtiment en attendant ? Nous retrouverons Monsieur Sato plus tard si vous le voulez bien ? Peut-être voudriez-vous voir les laboratoires ? Je n'ai pas accès à la réserve ni au matériel mais les salles restent ouvertes à ceux qui souhaitent travailler. "


Sur ce, Kosei commença à avancer à pas lent, attendant de voir si son interlocuteur le suivrait. En tout cas, cette journée sortait de l'ordinaire. Si les Meiji apprenaient sa mésaventure, il en prendrait plein la gueule. Ledger, le façonneur qui se jette dans la gueule du loup.
Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

Il était plus aussi éloquent le pauvre.
Son visage vira au blanc en une fraction de seconde. Je n'avais pourtant pas fait preuve de la moindre intimidation, mais peut être était ce simplement ma taille qui l'avait surpris. S'il me prenait pour un avorton de la classe de théâtre, je ne pouvais que comprendre son étonnement et la surprise qu'il ne tarda pas à formuler avec très peu de délicatesses et de courtoisie. Au moins ça m'avait fais sourire, les jeunes ici était tous comme ça. La langue bien pendu et les familiarités à la limite de l'insolence. Heureusement qu'il comprit son erreur, essayant de se rattraper en s'inclinant et en redoublant de pardon et de politesses après avoir vu ma plaque. J'imagine qu'un flic en pleine université ça pouvait laisser deux trois sueurs froides aux élèves rebelles.. Mais nous avions visiblement sensiblement le même âge ce qui rendait cette entrevue plutôt étrange en réalité.

Il m'offrit un nom. Un nom qui sonnait assez étranger à vrais dire. Je le notais dans un coin de ma tête a défaut de le noter sur mon calepin. Au moins il m'avait fourni les informations que le directeur avait été incapable de me fournir, et je n'avais décidément pas de chance puisque le principal intéressé n'était pas présent pour le moment. Tout ça pour rien, c'était frustrant..
Mais l'inconnu et son langage des rues me sauvèrent d'une déception de plus. Il me proposait de me faire visiter, soudainement motivé à se montrer gentils après l'arrivé qu'il m'avait fait. Au moins, je devais avouer que ça m'arrangeait un peu..

« Vous le proposez si gentiment, je ne vais pas refuser. »


Je lui rendis un sourire, sortant mon calepin en lui emboîtant le pas. C'était peut-être une excuse pour sécher les cours ou raté une interro, mais j'avais envie de croire qu’il voulait simplement se montrer serviable après avoir était un peu trop rude avec moi. Où peut être qu'il flippait que je lui colle une amande pour outrage à agent. Qui sait.
Je relisais mes notes tout en prêtant une oreille attentive à ce qu'il me disait. La visite des salles me paraissait être une bonne idée pour commencer, histoire que je puisse avoir une vue d'ensemble sur la sécurité des lieux et les différents moyens qu'aurait un voleur de s'infiltrer ici.

« Parfait. Les salles de classe sont accessibles à tous alors ? Elles sont souvent occupées ? On peut entrer et sortir facilement d'ici d’après ce que j'ai vus, est ce qu'il est possible que quelqu'un n'étant pas un étudient puisse entrer dans les salles ou la resserve sans que quelqu'un le remarque ? Il n'y aucune caméras ici ?»

Prenant quelques notes, je mis une seconde à réaliser que mes questions sortaient peut-être un peu de nul part. C'est vrais que je n'avais pas vraiment formulé le motif de ma visite. Chose qu'il était nécessaire de faire tout comme ce présenté en tant qu'agent lorsque l'on souhaitait poser des question et obtenir des réponses dans le cadre d'une enquête.
Nouveau sourire pour faire passer la gêne que pouvait inspirer un interrogatoire même aussi décontracté que celui-ci.

« Votre professeur a signalé le vol de plusieurs produits dans sa resserve, et ce au cours des derniers mois. Vous n'avez rien entendu de suspect là-dessus ? »

Mon regard accrocha le sien, prêt à prendre des notes, après tout s'il était élève ici et qu'il avait cours avec le professeur Sato, il avait peut être entendu parler de quelque chose. Des détails. Même infimes, tout est important au cours d'une enquête et les bruits de couloir se rependaient plus vite que les faits.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

avatar
Invité

Bomberman


Feat Hope



Pas de sarcasme. Pas de moquerie. Pas de regard hautain. Ce type était décidément difficile à percer. Ou trop professionnel pour laisser paraître ses émotions ? Peu importe, le type acceptait de le suivre. Il commença donc à longer le couloir, un peu perdu dans ses pensées : où l'emmener ? Le plus logique serait de l'éloigner des lieux où Sato pourrait se pointer. Mais le poulet n'était sûrement pas aussi con que sa dégaine le laissait paraître. Réfléchir vite et agir. Marcher lentement, la mine attentive aux paroles de son interlocuteur. Mais surtout, surtout, peser ses mots. C'est qu'il notait le bougre. A priori son nom n'avait pas suffisamment d'importance pour faire couler un peu d'encre, déjà ça de prit.

Ledger ouvrait une première porte, une salle de TD. La salle des "somnolences" qu'on l’appelait. Généralement les cours dispensés séant étaient bien barbants car prodigués par un vieux con à lunettes qui ressemblait plus à une tortue qu'à un bipède au QI évolué. Kosei ne l'avait jamais eu (dieu merci) mais il avait entendu des histoires. Les classes les plus dissipées finissaient ici généralement. Il entrait donc le premier tout en écoutant les questions de l'agent. Une fois au milieu de la classe il croisa les bras la mine songeuse.

" - Comme vous venez de le voir, oui les classes sont accessibles à tous. Quand à savoir si elles sont souvent occupées, j'avoue que je travaille davantage chez moi ou dehors dans mon temps libre alors je ne saurais dire. "


Répondre franchement pour éviter le mensonge. Ledger avait reprit son calme, ou en tout cas son coeur semblait battre à un rythme plus régulier. Il se sentait quand même comme un gosse qui vient de se faire chopper à l'épicerie du coin, deux sucettes dans la poche. Finalement, c'était moins l'arrestation possible que la réaction de son gang qui l'inquiétait.

" - Après … vous avez bien vu qu'aucun étudiant ne vous a posé de question alors oui, je suppose que n'importe qui peut venir ici comme bon lui semble. Quoi que ces gangsters qui pourrissent nos rues doivent se reconnaître à des milles, non ? Mais du coup je ne sais pas si mes camarades n'auront pas peur de vous parler … "


Tu joues sur les stéréotypes un peu Ledg', abuse pas quand même. Quoi que vu ta situation de gosse de semi-riche, si ce Tatsuya rentre ton nom dans son fichier il verra tout au plus que tu n'es qu'un connard imbue de sa personne vivant au crochet de papa/maman. Enfin … c'est tout ce qu'il trouvera, hein ? Le doute le submergea tout à coup. Il ne s'était jamais renseigné, n'avait jamais fais appel à un "nettoyeur". Un "vrai" hacker. Il faudrait remédier à cela, et vite.

" - Pour les caméras aucune dans les couloirs et la salle de classe de ce que j'ai pu voir. La réserve est juste derrière vous, je ne sais pas si la serrure est facilement crochetable. Et j'ignore aussi s'il y a des caméras comme je n'y suis jamais entré. "


Finement joué. A voir s'il goberait ça. Une fois le silence fait, Kosei tendit l'oreille. Des "bruits" étranges semblaient émaner de la dite réserve. Des bruits qu'il avait déjà entendu dans les ruelles sombres en traînant la nuit. Des bruits qu'on ne génèrent qu'en étant au minimum deux en général. Putain décidément, quelle poisse ! … ou quelle chance ? Si effectivement deux tourtereaux faisaient leur affaire derrière la porte, et si Tetsuya y jetait un œil, ça ne ferait que renforcer l'idée qu'on peut circuler comme un moulin, non ? Il déboîta donc sa petite tête angélique vers la droite, l'air de dire "tiens donc, quels sont ces étranges sonorités provenant de l'arrière boutique ?".

Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

Le jeune homme, Kosei, pris les devant pour me guider vers une des premières salles. D’après lui c'était plutôt simple d'entrer ici sans se faire remarquer. J'avais tendance à le croire étant donné que j'en avait fais l’expérience. Il suffisait d'avoir l'air d'un étudiant normal et le tour était joué, du moins, en théorie. J'imagine que pour entrer dans la resserve et y ressortir avec du matériel n'était peut être pas aussi discret que de simplement se balader au milieu de la foule. Quelqu'un avait peut être vu quelque chose. En tout cas il comprenait vite que tout ça était un peu plus sérieux qu'un petit vole de produit pour faire des expériences dans sa chambre ou avancer sur ses devoirs.La façon qu'il avait de voir ça était assez intéressante également. J'en étirais un sourire en lâchant mon calepin du regard pour le poser sur l'étudiant.

« Oh certain sont des gens ordinaires comme vous et moi vous savez.. Et vos amis ne devraient pas avoir peur, sauf s'ils ont quelque chose à se reprocher bien sûr. »


Dans le fond j'étais aussi ici pour tâter le terrain au niveau des élèves. Parce que les principaux suspects dans cette histoire c'était eux. Les élèves. Ceux qui grouillaient partout, ceux qui étaient tout à fait en âge de se rebeller contre la société, contre le monde et contre eux même. Mais je ne pouvais pas les convoquer un par un pour les interroger étant donné que je n'avais pas l'ombre d'une preuve. Juste des intuitions, aussi bonnes soient elles, ça ne suffisait pas pour obtenir un mandat et 48h de garde à vue. Peut être qu'il savait lui. Après tout il était élève ici aussi, il avait peut être entendu des choses ou remarquer des comportement suspects. Mon attentions s'était braqué sur lui quelques secondes, le temps à mes sens de percevoir quelque chose d'inhabituel dans cette salle.
Nous n'étions pas seuls.
Un bruit provenait de la réserve, je crois qu'il l'avait entendu aussi. J'avais un peu peur de reconnaître le genre de bruits d'ailleurs, mais vus l'endroit ou on se trouvait, j'avais très envie de croire que je faisais fausse route et que tout ça était simplement le bruit d'un concierge agacé par son rangement.. Ou n’importe quoi d'autre.
La gêne commençait à s’installer, elle s’immisçait lentement jusqu'à rendre l'ambiance ici un peu trop étrange à mon goût. Et puis on allait pas faire comme si on avait pas entendu c'était ridicule.. Essayant de garder le plus de sérieux possible malgré la situation, mon corps s'était légèrement redressé alors que j'approchais de la porte de la réserve. Me raclant la gorge une première fois, je mis quelques coups à la porte pour leurs signifier notre présence.
Le malaise avait gagné les tourtereaux eux aussi.

« Pardon.. Mais je crois que ce n'est pas l'endroit idéal pour ce genre de choses... »

Derrière le bois, les chuchotement s'affolaient, le bruit des pas et des gestes maladroits se précipitaient jusqu'à se taire. Un long silence, suspendu dans le temps, comme s'ils espéraient se faire oublier, bien obligé de se résigner à sortir à un moment ou un autre.
Les secondes passent et la porte finit par s'ouvrir sur un couple rouge de honte. Le regard fuyant et la gêne collé sur leurs visage, le garçon bafouilla quelques mots qui ressemblait à des excuses. Il se détendit légèrement à la vu de Kosei, ainsi qu'à la mienne. Je crois qu'il était content de voir que ce n'était ni un prof, ni un « adulte » qui aurait put les sermonner d'avantage. C'est dans des moments comme celui ci qu'une plaque était utile. Il m'avait suffit de la montrer pour qu'ils virent du rouge au blanc en trois secondes et s'inclinent une ou deux fois.

« Si vous partez tout de suite je ferais comme si je n'avais rien vu... »

Je leurs glissais un sourire malgré la gêne. Ils n'avaient rien fait de mal mis à part chercher un endroit confortable ou se montrer leurs affection. Mais c'était quand même une salle de classe, et pas de chance pour eux, j'avais vraiment besoin de voir cette réserve.
Le départ des amoureux laissant plané une ambiance étrange, comme si le sérieux de l'affaire était parti en fumée.
Et je n'ai plus aucune idée de ce que j'étais en train de dire avant ça.

« Je ne sais plus ou j'en étais... Mais comme c'est ouvert.. autant allez y jeter un œil.»

Autant que ça serve à quelque chose ! La porte était ouverte. Je pris les devants pour une fois, attendant que le garçon entre à ma suite pour me guider dans l'étalages de produits en tout genre. Je ne savais pas vraiment ce que je cherchais. Me faire une idée, avoir un œil sur ce qui avait été volé... Puisqu'on entrait ici comme dans un moulin visiblement, le plus dure était finalement de trouver ce qu'on cherchait.

« Est ce qu'il arrive aux professeurs d'autoriser les élèves à venir prendre deux trois produit pour leurs projet personnel ? »

Mes yeux se posaient un peu partout jusqu'à tomber sur différent barils de produit et pipettes ordonné sur une étagère. Je crois que c'était ça. Visiblement il y'en avait encore beaucoup. Peut être avaient ils fait une livraison récemment. J'aurais aimé trouvé un registre, il devait forcément y en avoir un. Approchant des produits marqué dangereux, j’entendis la porte se refermer derrière nous.
Elle avait claqué dans un courant d'air. Un courant de mal chance.

« .. Vous n'aviez pas dit qu'il fallait une clef pour entrer ici ? »

Est ce qu'il en fallait une pour sortir également ?..
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

avatar
Invité

Bomberman


Feat Hope



Ledger avait réussi à esquiver la dernière question du flic : nan, il n'avait rien entendu de suspect puisque c'était lui le responsable et qu'il n'en parlait pas. Il ne put cependant s'empêcher de sourire. "Des gens ordinaires comme vous et moi" … l'autre était peut-être "commun" mais Kosei était un artiste, il n'était pas ordinaire. Il resplendissait de talent et de confiance en soi contrairement à l'immensité du monde. Et puis si tu savais concernant ses potes tu ferais moins le malin. Ledger contint tout de même cette courte tirade, inutile de se foutre davantage dans la merde.

La situation était des plus cocasses. Le flic avait visiblement lui aussi entendu les bruits suspects. Kosei saisit l'opportunité que Tetsuya soit de dos pour jeter un coup d’œil circulaire dans la salle en quête d'un registre. Nada. Tout allait bien. L'idée que le papier pouvait se trouver dans la réserve elle-même (ce qui semblait logique) ne l'effleura même pas. Les deux abrutis sortirent, rouge de honte. Leurs mines crispées se détendirent un peu en voyant Kosei, ou Tetsuya, il n'aurait su dire. Soit ils pensaient que le poulet n'était qu'un minable facilement intimidable (en mode "ta gueule sur ce que t'as vu où je te pète les rotules"), soit ils reconnaissaient l'étudiant en chimie. Kosei ne se préoccupait pas de ses camarades. Il en appréciait deux ou trois histoire de ne pas voir l'air suspect, mais aucun n'était digne de discourir avec lui.

Il les contemplait donc, le visage fermé. Fallait être sacrément con pour s'envoyer en l'air dans une réserve de cours. Ils auraient facilement pu se faire péter la gueule là-dedans. Le changement de couleur sur leur tronche fit sourire Ledger, qui avait visiblement oublié son jeu d'acteur. Rien à faire, la connerie humaine ça le faisait toujours marrer. Le menton légèrement en l'air, il les toisait d'un regard méprisant dont le message était clair "alors, on rigole moins bande de brèles ?". Mais comme toute à l'heure, il gardait cette pensée pour lui. Les deux cassos se tiraient sans demander leur reste. L'entracte était terminée, le reste de la pièce pouvait se dérouler.

Kosei entrait à la suite de Tetsuya, sans grande motivation. Ce jeu du chat et de la souris commençait à le gaver. Il attendait les bras croisés que le flic pose ses questions, mais vu son regard il attendait un guide personnel. Oui, mais Kosei avait dit qu'il n'y était jamais entré.

" - Je ne vais pas être d'un grand secours. Je peux juste vous dire que le matériel des TP est sur votre gauche, les produits à droite sont des éléments chimiques sans grande incidence, de quoi démontrer la présence d'eau par exemple ou des chromatographies. "


Décrire le "paysage", rien de plus normal pour un étudiant. Ce qui aurait pu l'intéresser était au fond, mais Ledger n'était pas suffisamment con pour l'y guider lui-même.

" - Je crois que pas mal de matériel a été cassé ces derniers temps. J'ai vu des camions livrer il y a quelques semaines, mais je ne saurais dire si c'était pour ce département. En tout cas j'ai eu du matos neuf au dernier TP, ça se voyait. "


Il fit mine de réfléchir.

" - Moi en tout cas je n'ai jamais eu ce privilège. Peut-être que d'autres élèves oui, ou de cursus supérieur. En tout cas Sato se pointe toujours avec tout ce qu'il faut quand il m'explique un autre procédé. "


Ça, c'était vrai. Le vieux Sato n'était pas né de la dernière pluie, et il évitait toujours de laisser Kosei entrer dans le sanctuaire. Une vraie plaie. Mais il avait quand même réussi à échapper à la vigilance du vieux renard. Alors qu'il allait suggérer de continuer la visite, les yeux de Tetsuya semblèrent se poser un peu plus loin. Sur le matériel un peu plus huppé. Un frisson parcourrait son dos. Et un "Merde" retentissait dans son esprit. D'ailleurs il faillit tourner de l’œil quand il aperçu le tas de papier où il avait récemment noté des motifs excentriques façon "emprunt de souffre pour une chiasse", "Bec bunsen cassé en buvant un whisky" et compagnie. Il n'avait jamais écris son propre nom, mais celui d'autres professeurs. Malgré tout une simple analyse graphologique pourrait le confondre. Il aurait pourtant du penser à changer d'écriture merde !

Un coup de bol lui laissait -peut-être- une échappatoire : la porte s'était refermée. Soit le flic n'était pas aussi futé qu'il semblait le penser, soit il se foutait de Ledger. Puisque le couple de connard était sorti toute à l'heure sans refermer la porte, il était clair qu'il n'avait pas besoin de clé. Une clé, c'est utile quand on a refermé derrière soit. Les Meiji ne sont pas plus cons que la moyenne : ils sont même au-dessus. A force de se monter la tête, Kosei s'était dit que Tetsuya savait déjà tout. Qu'il le prenait pour un con pour le faire sortir de ses gonds. Peut-être, peut-être pas, mais clairement Ledger commençait à perdre la tête face à tant de pression. Il sortit une feuille de sa poche et commença à faire une grue en papier. S'occuper les mains l'avait toujours détendu. Les dents serrés, il réfléchissait : faire croire qu'il était enfermé et risquer que l'autre découvre le registre, ou se tirer et risquer de tomber sur Sato ?

" - Je ne pense pas que c'était verrouillé de base puisque mes camarades en sont sortis toute à l'heure. "


Il se déplaça vers la fenêtre du fond. Pas moyen de décolérer. Ledger l'ouvrit et passa la tête dehors pour respirer à l'air libre. Non clairement, valait mieux que le poulet discute avec Sato plutôt qu'il risque de tomber sur une preuve compromettante.

" - Désolé, je suis claustrophobe je supporte mal les endroits confinés. Le professeur Sato ne va pas tarder, il faudrait qu'on se dépêche si vous voulez inspecter les autres salles. "


Menteur. L'autre ne goberait jamais un truc pareil. Et puis … tu enchaînes les conneries merde ! Passer le long du matériel, du registre … et si Tetsuya pose le regard dessus du con ? Tant de familiarité avec les lieux en plus ! Tu vas te faire griller pauvre pouilleux !

Une grande inspiration et Ledger se retourne. Avoir l'air déterminé, histoire de traîner l'autre ailleurs. Tu es fier, tu es majestueux, … tu es un Meiji ! Un pas devant l'autre, tu vas le niquer ce poulet ! Ton pied se lève, il avance … et ton lacet se prend dans l'établi de gauche. Toi t'es con, tu insistes, tu perds l'équilibre et tu te casses la gueule sur les produits dangereux. Genre, bien comme il faut. Comme une merde. Sur toute ta hauteur. Et tu vois du rouge. T'as quand même pas butté le poulet en renversant un gros bidon sur sa gueule quand même, si ? A la "Destination finale". Non gros con, c'est TON sang. Tu te redresses péniblement. Les effluves te prennent à la tête. Ne pas respirer. Tu reconnais cette odeur, et ça pue dans tous les sens du terme. Faut se tirer.

La vue totalement brouillée et le nez douloureux, Ledger tente de se relever, un échec. Des liquides coulent sur la droite … est-ce que ça a touché le registre ? L'autre va-t-il penser à le prendre ? Pour une fois ta maladresse légendaire va peut-être te sortir d'un mauvais pas. Ou pas.    
Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

Le malaise persistait.
Pourtant, les gêneurs étaient partis. Je sentais l'agitation de l'étudiant sans réussir à la comprendre. Mon regard cherchait en vain un indice, quelque chose, mais il fallait se rendre à l'évidence que sans caméra et témoins, mes investigations risquaient de s'achever plus rapidement que prévues. Peut-être que le vol de ces produits n'était qu'une coïncidence. Une très grosse coïncidence.. Mais l'endroit étant relativement accessible, n'importe qui pouvait être coupable. Des profs aux élèves en passant par tout le personnel. Autant dire des centaines de personnes. Un peu trop pour des interrogatoires, surtout que personne ne semblait vraiment se soucier de ce « détail ».
Vraiment, s'en était déprimant.
La porte close s'était fermé sur nous, se fermant aussi sur cette motivation qui m'avait animé jusqu'ici. Même si brasser de l'air m’apportait la sensation d'avancer, il fallait bien se rendre à l'évidence que je n'aurais rien de plus aujourd'hui. Mon attention se portait à moitié sur cette déception, l'autre tentait d'enregistrer les informations fournies par le jeune homme et son air renfrogné. C'est l'endroit qui ne le rendait pas à l'aise ? Il s'agitait encore un peu, se ruant vers la fenêtre, prétextant ne jamais avoir mis les pieds ici comme s'il avait quelque chose à se reprocher. Mais peut être était il réellement phobique des endroit clos. J'avais certainement un peu trop abusé de sa sympathie, pas certain de trouver autre chose d'utile, j'allais le libérer de ses obligations quand mon regard se porta sur le registre déposé sur une table juste à côté.
Bien sûr, j'aurais dû commencer par là. Il y avait forcément un registre pour ce genre de choses. Une brève lueur d'espoir scintilla au fond de moi, étirant un sourire sur mes lèvres sans me rendre compte de désastre qui s’appétait à me tomber dessus.
Le désastre et les meubles, accompagnés d'un fracas anarchique.

J'en avais sursauté. De surprise et d'effrois. Qu'est-ce qui s'était passé tout d'un coup ? En un battement de cils, il s'était retrouvé à terre, étendu de tout son long sur le sol imbibé. Est ce que c'était du sang ? Les yeux écarquillés, je peinais à comprendre ce qui s'était passé, approchant d'un pas précipité pour aider le jeune à se relever. Qu'est-ce que ça sentait tout d'un coup ? Très mauvais. Trop mauvais. L'odeur chimique me prit au nez et à la gorge, je ne sais pas ce qu'il avait renversé, mais c'était certainement nocif. Il baignait dedans, essayant de se relever sans grande réussite, nageant dans son sang et sa maladresse. J'en oubliais le registre. J'en oubliais l'enquête. Le moment présent avant tout. Mes mains attrapèrent le jeune homme par les épaules, l'aidant à se relever, se maintenir droit sur ses pieds et éviter qu'il ne renifle ces saletés à plein poumons. Au moins, s'il s’évanouissait j'étais certainement le mieux placé pour l'aider. Même si mes expériences de secouristes remontaient un peu, j'avais toujours les réflexes.

« Est ce que ça va ? Vous arrivez à marcher ? Je vais vous aider à sortir.. »

Je n'avais aucune idée de ce qui jonchait le sol. C'était peut-être dangereux. Corrosif ? Explosif ? S'il y avait une mauvaise réaction avec un autre élément ? J'en savait foutrement rien, mais au vu des différents pictogrammes présents sur les barils, je crois qu'il valait mieux s'écarter un instant. Mes cours de chimie remontaient au lycée, autant dire une éternité. Je réalisais soudainement que si cette réserve était fermée, c'était aussi pour éviter ce genre d'accident. Un bras pour le soutenir, il était plus petit et plus léger, c'était donc plus facile que je ne l’imaginais.

« Je suis désolé, je n'aurais pas dû insister pour entrer.. »

La culpabilité avait tendance à me happer un peu trop facilement. S'il s'était blessé, c'était ma faute, je n'étais même pas certain d'avoir le droit d'être ici. Lui non plus d'ailleurs. Mais le flic, c'était moi et je n'avais aucun mandat, aucune raison de me trouver ici sans la présence du professeur.
Bref. J'avais plutôt merdé et j'avais horreur de ça.
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

avatar
Invité

Bomberman


Feat Hope



Une idée venait de frapper Ledger *aïe /PAN/* en pleine figure : et s'il accusait Tetsuya de son accident ? Genre un interrogatoire trop musclé ? Heureusement que l'idée avait disparu aussi vite qu'elle était venue, ça n'aurait sûrement pas été crédible. Quoi qu'il en soit pour le coup, Kosei ne jouait pas la comédie, il était vraiment dans la merde. Et ce flic venu pour l'emmerder allait bel et bien l'aider. Alors qu'il galérait à se redresser, deux mains solides l'empoignèrent pour le mettre sur ses deux jambes. Est-ce qu'il allait bien ? Non. Mais c'était toujours mieux que quand un de ces engins lui pétait à la gueule. Est-ce qu'il pouvait marcher ? Ouais sans problème, le seul soucis c'est qu'il ne percevait pas correctement vers où il allait.

Alors qu'il tentait de se relever avec l'aide de son ami le policier, sa main termina sa course sur le meuble d'à côté. Sur le registre. Les produits commençaient à s'étaler un peu partout. Machinalement, sans savoir pourquoi, Ledger réussit à se saisir des premières pages et les fourra dans sa poche. Ni une ni deux, l'autre semblait l'entraîner vers l'extérieur. Un bon réflexe, pas totalement con ce poulet. Habitué des effluves toxiques non prévues au cours de ses montages, Ledger ne répondait pas de suite et limitait ses respirations. Arrivés vers la porte, l'étudiant se dégagea de son "sauveur" et se laissa tomber par terre comme une merde, allant s’accouder à une paillasse, le cul sur le sol froid.

" - Ça va aller, pas de problème ça m'arrive tout le temps ce genre de maladresse. Par contre il vaut mieux laisser la fenêtre ouverte et la porte fermée. "


Il enleva une manche de son pull et s'en servit pour coincer son nez. Merde c'était quand même pas de bol. A priori, pas de gros bobos. Quelques douleurs aux genoux, au nez, mais le mal de tête se dissipait. Un peu comme quand il courrait gamin les mains dans les poches. Déjà tout p'tit il était malin. Ledger ne s'inquiétait donc pas outre mesure. Par contre le gars en face avait l'air un peu blasé. C'est vrai que jusque là Kosei lui avait pas mal salopé son enquête. Et bizarrement, ça le mettait mal à l'aise. Comme dans chaque situation désagréable, il plongea son autre main dans sa poche en quête du précieux papier à plier. Et le papier en question était épais. Un peu humide. C'était pas son papier. Son esprit hésitait. Était-ce les odeurs chimiques qui lui avaient retourné le cerveau ?

" - Merci pour le coup de main. J'ai choppé ça avant qu'on ne sorte … ça pourrait vous servir. "


La main tendue, il présentait les extraits de registres froissés et humides. Est-ce que quelque chose y était lisible ? Rien à battre. Après tout il se sentait redevable, même en rampant il aurait été dans la merde après une telle chute au milieu des bidons. Ledger est un connard imbue de lui-même, qui fanfaronne, qui se fout de la gueule des gens … mais Kosei reste un mec réglo. Et s'il se faisait chopper, les Meiji respecteraient ça ou le prendraient pour un blaireau, il aurait vite fait de redorer son blason avec son talent. Mais bon, faut quand même pas pousser la mémé en terme de gentillesse.

" - Bon du coup faut aller signaler l'incident au secrétariat du département ou on va en prendre plein la gueule. Quoi qu'on pourrait dire que c'est les deux autres crétins qui … "


ON SE CALME c'est un poulet, tu commences pas à faire ton gangsta des bacs à sable avec tes histoires à deux francs ! Surtout qu'il prend son taf au sérieux le minet, il est probablement pas corruptible.

" - Pardon, la fumée qui me fait délirer. Fin bref, faut signaler ma connerie. Par contre je ne sais pas si on aura le temps de rattraper monsieur Sato. Mais en même temps le secrétariat a peut-être des infos pour vous. "


Au fond, la destination Ledger s'en tapait. Comme un enfant vexé dans son ego de s'être ramassé comme une merde (et surtout, surtout, d'avoir reçu de l'aide) il fit glisser sa capuche sur sa tête. Plus envie de jouer le gentil étudiant et de faire des manières. Il ne voulait plus jouer, quand ça a mal un gamin ça ne joue plus. Il se rehaussait avec un peu de difficulté contre la paillasse et constatait que son nez ne saignait plus. Déjà ça. Au tâtonnement il nota la présence d'une légère coupure, rien de bien méchant. Une cicatrice de boxeur, quand il s'est fait agresser par deux types d'un gang rival et … nan personne goberait. Tu devras dire la vérité, que tu t'es viandé à cause de tes lacets. Plus naze que Sunny, c'est hard. Deux trois coupures aux mains aussi, mais il avait vu pire quand sa "bombe elfique #2" lui avait pété dans les doigts. Donc tout allait bien physiquement. Par contre il espérait que l'accident n'entacherait en rien ses études … après tout, il était accompagné par la police.    




Je te tend une perche si tu veux un ordi avec le secrétariat poto 8D Soit on en choisi un (ou pas, si tu veux te barrer XD), soit on fait les deux, comme tu l'sens :D
Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

Plus de peur que de mal.
Ce Kosei avait l'air habitué à ce genre de maladresse. Il s'était éloigné de la porte, rempart sur le sol pour s'adosser à un des posts de travail. Je ne pouvais m’empêcher de jeter des regards inquiet dans sa direction, espérant qu'il ne tourne pas de l’œil et que le sang qui dégoulinait sur son visage finisse par cesser. C'était pas super sérieux comme situation. Surtout que ça n'avait mené à rien. Soupir et déception. J'avais peut être espéré un peu trop de choses. Beaucoup trop. Il fallait peut être se résigner à arrêter les frais. Du moins, le temps de prendre un peu de recule. Revoir le dossier. Chercher la faille. À mes cotés l'élève tentait de calmer le saignement de son nez, il avait l'air dans un piteux état, mais semblait gérer la situation. Peut être un peu blessé dans son amour propre, je me retenais de lui proposer mon aide, souriant en coin à ses remarques et son vocabulaire typique des jeunes de cette ville.
Fermer la porte. Ouvrir la fenêtre.

Mon corps s'était exécuté automatiquement, fermant la porte de bois avec force après avoir jeté un dernier coup d’œil à l’intérieur. L'odeur piquante des produits agressait toujours mes narines et mes yeux. Peut être qu'il valait mieux ne pas trop traîner dans le coin. Après avoir ouvert la fenêtre pour profiter de l'air frais, je revenais vers le garçon qui me tendait quelque chose. Quelque chose qu'il avait réussi à attrapé avant que tout ne lui tombe sur la tête.
Le registre.
Je l'avais presque oublié, l’esprit un peu perturbé par la chute et le danger. J'imagine qu'il devait être noyé dans les produits corrosifs. Plus aucune chance d'y jeter un oeil.. Mais ce garçon avait fait preuve d’initiative en essayant de sauver ce qu'il pouvait. Un nouveau sourire glissa sur mes lèvres, reconnaissant du geste.

« Merci à vous. Je n'ai pas eu le temps de l'attraper.. Même si je doute que les voleurs aient signé de leurs noms, ça me sera peut être utile. »

J'y jetais un coup d’œil rapide, parcourant la liste de noms et de motifs, cherchant je ne sais quoi. Un détail, quelque chose d’anormal ou simplement la liste des produits suspects. Les écritures variaient beaucoup, certaines revenaient plus souvent que d'autres, mais il faudrait passer tout ça en revue. Au calme. Ailleurs. Mon regard quitta finalement les pages gribouillé pour s’intéresser de nouveau à l'étudiant et son visage blesser.
J'en oubliais les priorités..
Prévenir de l'incident, ça semblait évident. Rangeant le papier dans ma poche, j'amorçais un mouvement vers lui, me ravisant ensuite pour garder une distance raisonnable et éviter de lui donner la sensation d’être un gamin ayant besoin d'une béquille pour marcher. Il allait bien, et sa mine renfrognée m'indiquait clairement qu'il pouvait s'en sortir tout seul. Je me contentais donc d'un autre sourire, m'habituant étrangement à son caractère et ses mots.

« Oh. Oui bien sûr.. Peut être voulez-vous.. Soigner vos blessures... Quoi que vous avez l'air de plutôt bien les encaisser.. »

Il enfonça sa capuche sur sa tête avec de se redresser, son nez ne saignait plus vraiment ce qui était plutôt un avantage, je me voyais mal parcourir la moitié du bâtiment avec un élève pissant le sang.. Encore une fois ça faisait pas vraiment pro... Un sourire de plus et j'escortais le garçon jusqu'au secrétariat. Cette fois, bons nombres de regards se retournaient sur notre passage. Mais c'est peut être plus le nez ensanglanté du jeune homme que mon identité qui attisait les curieux. Peut être que les gens allaient croire qu'on s'était battu ou quelque chose comme ça ? Une rumeur que j'aurais aimé évité, heureusement que je n'avais rien à me reprocher..

Arrivé au secrétariat. La jeune femme derrière son bureau leva le nez de son écran une seconde pour hausser les sourcils à notre présence. Pas l'ombre d'un sourire pas même une once de sympathie. À croire que le flot régulier et constant d'élèves insatisfait avait déteint sur elle. Autant couper court aux malentendus tout de suite.
Plaque à la main, je la fis glisser sous son nez ce qui eu au moins l'effet de lui arracher un sourire et un peu plus d’intérêt.

« Agent Tatsuya, j'enquête sur les vols commis au laboratoire, le directeur m'a reçus il y'a quelques heures.. Voilà. Ce jeune ici présent m'a gentiment proposé de me faire visiter les lieux... Ainsi que la réserve qui n'était visiblement pas fermée. En y entrant nous avons eu un petit accident avec des produits chimiques, il faudrait envoyer quelqu'un pour aller nettoyer ça.. »

J'essayais d'y mettre le plus de sympathie possible, sincèrement désolé du dérangement causé par mes investigations et la maladresse de mon « guide ». La jeune femme m'adressa un sourire entendu avant de glisser un regard plus accusateur à l'étudient qui m'accompagnait. À croire que sa simple présence expliquait un tel carnage.

« J’envoie quelqu'un tout de suite.. »

« Il y'avait aussi un registre dans la pièce, malheureusement, j'ai peur qu'il ai été dégradé dans l'accident.. Est ce que vous avez des copies numériques de ce genre de chose. Vous comprenez, c'est pour l'enquête.»

Elle eu un moment d'hésitation avant de pointer du doigt un ordinateur derrière elle, ajoutant un sourire à sa réponse.

« Vous pouvez utiliser ce post, il faut juste vous connecter au réseau de l'école et entrer vos identifiants.. mais le jeune homme peut vous aider pour ça. Excusez-moi, je vais prévenir le service d’entretien.»

Elle s'inclina légèrement avant de sortir de la pièce en faisant claquer ses talons pour nous laisser seuls dans la pièce. Visiblement, elle avait confiance en moi et ma plaque ce qui facilitait grandement les choses. Mon regard glissa vers l'élève toujours à mes côtés. Encore une fois, j'avais besoin de ses services et fût peut-être un peu embarrassé de le retenir encore.

« Je ne voudrais pas abuser de votre sympathie.. Mais est ce que vous voulez bien m'aider encore un peu. »

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

avatar
Invité

Bomberman


Feat Hope



Bien sûr que "les voleurs" n'avaient pas signé de leurs noms ! Même le plus débile des Meiji n'aurait jamais fais une connerie pareille. Son amour propre parti en miette le rendait susceptible. Ou du moins, plus susceptible qu'à l'accoutumée. M'enfin l'autre lui avait sourit et semblait reconnaissant, donc c'était toujours ça de prit. Il parcourrait le document rapidement sans butter sur les conneries infantiles écrites par Ledger. Peut-être que ce n'était pas les pages concernées ? Ou que les données étaient effacées ? Peu importe. Ce Tetsuya lui rappelait beaucoup Gypso, un comportement relativement calme et le sourire aux lèvres en permanence. Ce genre de comportement lui donnait généralement envie d'exploser quelques dents blanches, mais actuellement il n'en était rien. Peut-être était-ce du à la fatigue soudaine provoquée par le saignement, ou peut-être qu'au fond il s'était mis à apprécier ce flic qui sortait des clous ?

Car il en avait déjà croisé des poulets, souvent en binôme, et c'était pas des rigolos. Kosei préférait parfois tomber sur des gangs rivaux que sur ses ripoux et bâtards violents du Shinsen. Le Tetsuya il ne l'avait pas frappé, pas menacé, pas traité avec manque de respect (contrairement à ce que Ledger avait fait) … il semblait réglo comme mec. Mais pour combien de temps ? Tokyo change les gens, cette atmosphère putride de guerre arrangée s'insinuait dans le cœur des meilleurs pour en faire des soldats décharnés au regard vide et sans espoir. Et celui-ci ne semblait pas bien robuste … Bizarrement Ledger en eut le cœur un peu penaud. Il ignorait la remarque de son interlocuteur sur son état et entamait le court trajet vers le secrétariat.

En passant dans le couloir Ledger reconnu un mec qui avait l'habitude de faire le malin aux côtés de certains Omega. D'ordinaire fanfaron, cette fois il tirait une gueule choquée au passage de l'étudiant. Ce dernier lui fit son sourire le plus sadique et le regarda de haut avant de le dépasser toujours au même rythme. Il n'y avait pas pensé, mais si on apprenait que c'était un flic qui était en sa compagnie, sa réputation pourrait grimper en flèche. Pas une réputation de bagarreur, non, puisque l'autre n'avait pas une tache contrairement à Ledger qui était dans un état douteux. Mais plutôt une rumeur. Une rumeur qui dirait "le Meiji là, il s'est fait passer à tabac et il a rien dit !". Ouais, ce serait pas mal. Il la propagerait lui-même pour éviter le surplus de déformation du téléphone arabe.

Madame Tarentule Huileuse, surnom donné affectivement par Ledg' lui-même face à tant de sympathie, d'entrain, et de beauté, tirait la gueule comme à son habitude. Quand Tetsuya fit glisser sa plaque sous le nez de l'aimable bonne femme, Ledger jubila. Même en étant en retrait derrière le flic, il avait pu voir la tronche de leur interlocutrice enfiler un masque de gentillesse, de force. Peut-être qu'au fond c'était son autre personnalité qui était un masque, mais Ledger ne l'appréciait pas, un point c'est tout. Et ce n'était pas près de s'estomper vu la gueule qu'elle lui faisait.

" - Un accident, vous savez ce que c'est ? Merci je vais bien ! "


Il avait pu canaliser son envie de lui gueuler dessus (davantage à cause de la présence de Tetsuya qu'autre chose), mais pas celle de lui balancer une réplique cinglante. Et puis "le jeune homme" il a  un nom, tu le convoques tous les 4 matins pour des motifs de merde, tu dois bien t'en souvenir non ? Il serra les dents en la regardant partir. Un jour, il la ferait sauter sans ménagement. Un truc tellement ridicule qu'on en parlerait pas plus de 2 jours. Ce serait une honte à son talent, mais elle ne méritait pas mieux.

" - Allons-y … "


Ledger prit l'initiative d'entrer le premier. L'espace n'était pas bien grand, bien fait pour elle. Bien sûr qu'il allait aider, qu'aurait fait l'autre sinon ? Il s'installa, fouilla dans son sac pour trouver le code inscrit dans un cahier juste en face de son dernier schéma de bombe. Ça passerait peut-être pour un délire d'étudiant qui s’ennuie en cours ? En tout cas noter ses identifiants n'est clairement pas un réflexe de bon Hacker, heureusement qu'il avait changé de branche. Il tapota rapidement.

" - Voila vous y êtes. Mais je doute que mes permissions soient suffisantes … à voir ce que vous cherchez. "


Il se décala du bureau pour s'appuyer contre le mur. Devait-il rester ou partir ?
Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

J'abusais peut être un peu ?
Mais il me semblait l'avoir vu parader à mes côtés tout le long du chemin. Escorté par un flic, peut être que ça allait faire monter sa côte en flèche. Par moment, j'en venais à me demander si j'aurais aimé la vie d’étudiant. Cette légèreté, peut être un peu d'insouciance. C'est la vision que j'en avais, c'était certainement erroné, peut être même idyllique, mais il m'avait bien aidé, même s'il avait un coté insolant qui collait beaucoup trop aux jeunes de cette ville. Il était resté,là, et il avait même accepté de m'aider malgré l'état déplorable de son nez.
La jeune femme partie, non sans accroches avec l'étudiant, nous avions accès aux pc et au réseau. Je n'étais pas très à l'aise avec les pc, je savais me servir de ceux du post, mais ça s’arrêtait là. Mon personnel me servait pas vraiment. Mais ça ne devait être bien compliqué. Comme au post. Un identifiant, un mot de passe et le serait certainement enfantin. Je le laissais prendre place, toujours avec cette nonchalance saupoudrer d'un peu de frustration. Assis, il farfouilla dans son sac à la recherche de je ne sait quoi. Je ne pouvais pas m’empêcher d'afficher un sourire amusé à le voir soupirer et se blaser. Il avait oublié ses identifiants j'imagine. Une suite de chiffres et de lettres certainement. Il l'avait noté dans un cahier. Par réflexe, ou par habitude, mon regard se glissa par dessus son épaule. Ça me rappelait chez moi,  quand je devais aider mes sœurs pour leurs devoirs. Trônant là, derrière elles à épier par dessus leurs épaules la moindre erreur. Sauf que cette fois c'était un étudiant et que les gribouillages sur son cahier n'avaient rien à voir avec des noms de garçons enrobé de cœurs.
Qu'est ce que c'était d'ailleurs ?
Trois secondes. Peut être quatre. Mes yeux détaillaient vaguement le schéma anarchique qui décorait le cahier. Quelque chose venait de se passer, là, à l'instant précis ou mes yeux accrochèrent un élément du dessin. J'étais presque certain d'avoir vu ça. D'avoir reconnu les éléments. Mais ça ne pouvait pas vraiment être ça. Après tout, il était élève ici c'était certainement un croquis pour quelque chose. Un devoir ... qu'importe.
Je tentais de garder le sourire malgré le doute qui venait soudainement peser au fond de ma poitrine. Ce doute qui s'accrochait et qui faisait un peu trop travailler mon cerveau, regroupant des détails, des faites jusqu'à tisser des liens entres chaque éléments.
Mais je divaguais certainement.
J'en avais presque oublié ce que j'étais en train de faire, planté là a attendre. Il s'était relevé, toujours aussi blasé, me laissant la place en questionnant sur là nécessite de sa présence. Est ce qu'il pouvait partir ? Une part de moi voulait le libérer de mon emprise, après tout, il m'avait aidé. Mais une autre part de moi s'accrochait ferment à tout ces petits détails qui, mis bout à bout, peignaient un tout autre tableau..

« J'en ai pas pour longtemps.. je vous relâche après, promis. »

Assis à mon tour, je pris quelques secondes pour m'adapter au logiciel et parcourir un peu chaque page. En plus des modules et des classes il y'avait également les horaires de cours et le planning des travaux divers et varié. Pas de registre. Évidemment, ça ne pouvait pas être aussi simple que ça. Mais malgré l’échec, une curiosité me poussa a vérifier un détail. Pas grand choses, simplement les horaires de ce garçon.. Mais ce serait peut être suspect ? Précipité ? L’accumulation d’échecs me faisaient peut être voir des coupables un peu partout.
Mais ça coûte rien de vérifier. Pour lui et les autres.
L'imprimante s'activait.

« Voilà.. Bon.. je pense que je ne pourrais rien avoir de plus...»

Mon regard s'était tourné vers lui, le détaillant peut être avec plus d’intérêt que je ne l'avais fais jusqu'à présent. Il avait cet éclat sauvage au fond du regard. Une espèce de fureur qu'il essayait de retenir. Mais beaucoup de jeunes étaient comme lui.. c'est dans l'ordre des choses, surtout à cet âge. Pourtant j'avais du mal à détacher mon regard du sien comme si j'allais trouver la réponse à mes doutes en scrutant chaque geste et réaction de sa part.
Bon là ça devenait peut être un peu trop suspect..
S'en était ridicule.
Me relevant soudainement de toute ma hauteur, mon attention se détourna vers l’imprimante qui continuait de cracher mes informations, une bonne diversion pour retrouver un semblant de rationalisme et ne pas plonger pied joints dans la précipitation. Rassemblant les éléments, je fis l'effort d'un sourire, me tournant de nouveau vers lui pour finalement le libérer malgré le doute qui ne s'était pas décidé à parti.

« Merci de votre aide Monsieur Iskander.. Vraiment. Je crois que vous en avez assez fait et j'imagine que vous avez un million de choses à faire... »

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

avatar
Invité

Bomberman


Feat Hope



Ledger avait refermé son cahier sans hâte, sans se soucier de quoi que ce soit. Non, l'idée que le flic pourrait reconnaître ses motifs ne l'affolait pas plus que ça. De toute façon ça changerait quoi ? Une étude sur les mécanismes explosifs juste pour mieux comprendre leur fonctionnement. Ou un devoir donné par Sato. Mieux encore : il envisageait de rejoindre la police dans la cellule déminage ! Ça touche toujours les gens quand les "enfants" disent qu'ils veulent être des héros comme eux. Généralement ça suffit même à les convaincre. Niais. Bref, il avait sa batterie d'excuses bidons. Mais le regard de Tetsuya avait changé, et ça Kosei ne le remarqua que trop tard.

Une sueur froide glissa le long de sa colonne vertébrale. Il n'était peut-être pas aussi facile à embobiner qu'il l'avait cru au premier abord. Avait-il été trop négligeant ? Le ton employé n'était pas bien différent de leurs précédents échanges, mais quelque chose cloquait, c'était désormais sûr. Pourquoi ne pouvait-il pas partir ? Il tacha de garder la même mine d'enfant boudeur. Ne pas laisser paraître ses émotions. Ledger aperçu la bouteille qui devait servir à arroser l'espèce de plante crevée du bureau. Il sorti un bandage propre de son sac (il avait fait le stock avec ses échecs successifs) et l'humidifia légèrement avant de tenter de se nettoyer le nez, face à la vitre. Il voyait ainsi les mouvements du policier, qui se mit à imprimer des documents. Ils se retournèrent en même temps, et le regard aiguisé de son interlocuteur fit réagir instantanément Kosei.

" - Je vous prie de m'excuser, au final je vous ai causé plus de tord qu'autre chose Monsieur l'inspecteur. Je dois vraiment sembler étrange. J'en ai l'habitude, mais là je suis gêné … "


Jouer sur la corde sensible, ça suffirait ? Quand Tetsuya se releva, Ledger en profita pour rajouter une couche, inconsciemment. Un mouvement de recul naturel face à cette immense masse humaine. C'était devenu instinctif à force d'attirer les ennuies en compagnie de Sunny. L'autre penserait peut-être qu'il avait l'habitude d'être traité comme un type bizarre et donc comme une victime ? Ça jouait en sa faveur, sauf si l'autre ne gobait pas.

Il avait retenu son nom. Il ne l'avait pas noté, mais il l'avait retenu.

" - … Je vous en prie. J'ai quelques devoirs à rendre pour demain, je vais donc me retirer puisque vous le permettez. Monsieur Sato doit être arrivé maintenant. Nous devions nous voir dans la salle au fond du couloir, s'il vous reste du temps. "


Puis sans un mot supplémentaire, Ledger s'était forcé à s'incliner respectueusement, puis était sorti un peu chancelant. Le choc de toute à l'heure ou la peur ? Les deux ? Son front perlait de sueur, son cœur battait à la chamade et le doute avait envahit son esprit. Il fallait qu'il contacte un hacker, vérifier que la police n'avait rien sur lui. Car il n'en était pas certain.
Hope
Bomberman | Ledger [Terminé] 6glr
FT : Makoto Tachibana - Free! | Lee Donghae
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Kaya
Âge : 26 ans
Habitation : Asakusa, loue une chambre chez Mme Sato.
Présentation : Holde On Pain Ends
Autres comptes : Sunny
Messages : 88
Hope
D/1
Bomberman
Ledger

Le fixer.
Analyser ses gestes, chasser les doutes déjà bien encrée dans ma tête. Parce qu'il avait pas l'air si innocent que ça peut être.. ou c'est simplement moi qui commençait à voir le mal partout à force de ne le trouver nul part. Après tout ce n'est qu'un jeune. Peut être qu'il était simplement curieux ou quelque chose dans ce genre là. C'était aussi dans son domaine d'études. Des excuses plus plausibles les unes que les autres si on est pas trop regardant. Si on aime bien la simplicité et le travail bâclé. Mais c'est bien parce que j'étais acharné que je me trouvais ici.. Impossible de fermer les yeux sur ces coïncidences même si je gardais un sourire professionnel alors qu'il bafouillait encore quelques excuses.
Il avait pourtant l'air sympa.
Mais le mal n'a pas forcément le visage du diable. Bien au contraire. Mais j'avais envie de croire que je me trompais, parce qu'il était innocent jusqu'à preuve du contraire. Et les preuves c'est bien ce qui me manquait, même si les soupçons suffisaient à beaucoup pour arrêter ou éliminer les suspects. J'avais besoin de plus que ça, même pour le bien de cette ville. Surtout pour son bien.
Au moins il me servait un discours convainquant. Je savais pas trop si le rôle du mec incompris lui allait bien ou non. Après tout, il s'était montré sous un tout autre visage en m'abordant. Se ravisant bien vite en voyant la plaque. Mais ça, c'était de coutume. A se demander qui était le pire entre nous et ces gangs. Alors, je le remerciais d'un sourire, m'inclinant à mon tour respectueusement alors qu'il ne se faisait pas prier pour déguerpir. L'air un peu tendu. Le visage blanc et le stresse qui suintait.
J'avais ce qu'il me fallait.

« Merci encore de votre aide... »

Relevant lentement mon corps, le garçon s'en allait déjà. Peut être qu'il se serait enfuit en courant si ça n'avait pas paru trop suspect. Mon regard se braqua sur lui jusqu'à ce qu'il disparaisse de mon champ de vision. Parti. De nouveau seul, mes méninges s'activaient à toute vitesse et mon regard se perdait sur les feuilles imprimées, y notant toutes informations possibles. Il allait fallait décortiquer tout ça, encore des heures des travail mais cette fois, je sentais que je tenais quelque chose. Cette simple idée était motivante, bien plus que la perspective de croiser le professeur Sato, même s'il fallait bien passer par là.
Comme imaginé, le vieille homme ne savait rien de bien intéressant. Poli, un peu pressé, mais content qu'on s’intéresse finalement à ce sujet, à croire qu'il avait perdu tout espoir de croiser un flic ici, attentif à ses remarques et ses plaintes. Malgré le manque d'informations, j'avais hâte de rentrer au commissariat pour approfondir tout ça, tissant lentement la toile des événements et des accusation.
Incapable de me sortir ces schéma de la tête.
Gravant son nom dans ma mémoire.


©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum