Le Deal du moment :
Borderlands 3 pour PS4
Voir le deal
6.99 €

Keep the fishing - With libre
avatar
Invité
Keep the fishing
Kamui n'était pas en service, il venait juste pour s'entraîner à frapper un sac de boxe. Il devait garder la forme pour garder ses fonctions. Kamui n'était pas un simple policier, c'était aussi un sniper. Il devait le faire pour garder de la masse musculaire, les armes pouvait être particulièrement lourds et puis il devait aussi rester fort pour les interventions qu'il pouvait faire quand il n'était qu'un policier normal. Kamui frappé encore et encore, il s'arrêtait faisait des pompes et recommencer, encore et encore.

Il s'arrêta un moment et s'assit sur un banc qui se trouvait dans la salle. Il n'avait du mal à respirer, mais cela était dû à l'effort physique qu'il venait de faire. Kamui pensait à sa fille qui était encore à l'école. Il se demandait si tout allait bien, si elle ne c'était pas fait mal et si elle n'avait pas de soucis à l'école. Kamui s'inquiète beaucoup pour elle. C'était son trésor, sa merveille. Kamui était un papa poule avec elle.

Il soupira puis retournait à son entraînement. Il devait être en forme, son travail compter plus que tout, mais pas plus que son trésor. Il devait rester en forme pour continuais d'être sur le terrain et aussi pour arrêté les gangs ainsi que celui qui avait abattu sa femme. Il voulait vraiment venger sa femme, mais pas comme ce qu'elle avait subit elle. Lui, il voulait les punir et les envoyer en prison, rien de plus. Il était sniper, mais ce n'est pas pour autant qu'il voulait faire couler le sang. Il n'était pas comme cela, il voulait juste que la justice accomplisse sa tâche.

Il avait l'habitude de s'entraîner ici et tout seul, mais il perdait rapidement sa concentration. Il était habitué à suivre des ordres, à suivre un planning précis. Il prit son sac de sport qu'il posa sur le banc avant de poser ses fesses dessus. Il prit d'abord son portable, un voyant bleu clignoter le signe qu'il avait un message. La mère de sa femme gardée Saaya pendant que lui s'entraîner ou qu'il allait travailler, il avait une totale confiance en elle. Il souriait en voyant le message, c'était une photo de sa fille avec un parapluie transparent avec des licornes dessus. Il pouvait lire aussi « Avec mamie, on est sur la trace des licornes, mais pour l'instant, on va à l'école. J'aime beaucoup mon nouveau parapluie. Mais j'aime plus papa. » Kamui se douter que c'était sa mamie qui avait écrit ce message pour elle, mais cela lui avait fait plaisir. Il savait qu'elle allait bien, mais il ne pouvait s'empêcher de penser à elle.

Il rangeait son téléphone portable dans le sac et prit une bouteille d'eau qu'il ouvrit aussitôt pour boire. Habituellement, il y avait plus de monde dans cette salle, mais la, il était seul. Il soupirait et se disait qu'avec la pluie qui tomber dehors cela était normal. Personne ne veut sortir quand il pleut. Et puis il était encore tôt.
avatar
Invité

Keep the fishing


Feat Delta



Le vieil adage dit "Un esprit sain dans un corps sain". Ledger n'a aucun des deux. Pour son esprit, c'est foutu : tous les artistes sont un peu mabouls, c'est pas nouveau. Par contre pour son physique … gueuler sa perfection à tout va avait tendance à lui attirer des ennuis avec les gros bras. Heureusement qu'il courait vite le p'tit rat des Meiji. Celà dit courir ça va un temps. Quand on a un tempéramment explosif on cherche d'autres solutions, on veut imposer son flow et exploser les badauds qui la ramènent trop. Donc il est temps de se muscler, et d'acquérir des techniques ! Direction la salle de boxe ! Mais Ledger a sa fierté, pas question qu'on se foute de sa gueule. Esquive, il se pointe le matin, assez tôt.

Face à cette foutue porte de fer, sa volonté s'ébranle : un artiste ne peut-il pas se contenter de survivre en usant de son esprit et de son imagination ? Non, arrêter de penser, avancer. Dans le monde que tu as choisis il faut aussi se salir les mains, transpirer, cogner, et recommencer. Il rentre donc, déterminé, en conquérant. Un coup d'oeil circulaire lui permet de constater qu'il est seul. Ledger jette donc son sac sur le côté, fait craquer ses doigts, penche sa tête à gauche, puis à droite … il cherche sa cible. Droit devant, un sac un peu amoché, probablement tendre du coup, jaune et noir. Ses couleurs. Un signe du destin. Calmement, il avance, fixant sa proie. Puis à quelques mètres il fonce et inflige un coup de pied au sac. En l'espace d'une seconde, l'apprenti ninja se retrouve par terre, le cul douloureux, le pied en miette, et son amour propre aux oubliettes. Le sac lui, il est pépère. Il le fixe de toute sa hauteur et se tape des barres. Rageux, Ledger serre le point, se redresse et balance ces mots à la gueule de l'aggressé devenu aggresseur :

" - Tu la fermes face de pastèque ou je te fais sauter la gueule !"


Ca va mieux. Oui, Kosei crache à la tronche d'un objet, c'est souvent. Décidément, il est mauvais en combat. Il n'a ni la force, ni la technique, … ni l'endurance. Y a qu'à sentir le sang qui pulse dans sa jambe douloureuse. Conscient de son infériorité, il retourne furibond à son sac, prêt à en sortir un couteau pour lacérer ce connard de sac hautain. Mais sa course s'arrête nette : après quelques minutes seulement dans le bâtiment, il constate la présence de quelqu'un d'autre. Depuis combien de temps est-il là ? Il est droit dans ses bottes, le nez rivé sur son téléphone. Ledger se fixe et sent une sueur froide couler le long de son front. Avait-il menacé le sac ? Qu'avait-il dit ? Des trucs compromettant ? Non, juste des conneries qu'un jeune adulte furax pourrait balancer par colère.

Le type repose son téléphone, et se met à boire. Il semble musclé, à l'aise … probablement un habitué. Une idée folle court-circuite son seul neuronne valide. Il respire un grand coup, et se dirige lentement vers la seule autre personne présente sur les lieux. Il prend la peine de faire un maximum de bruit pour ne pas se faire péter la machoîre en surprenant ce taureau.

" - Excusez-moi monsieur, vous avez l'air d'être un habitué … ça se voit probablement mais je suis plutôt faiblard et j'aimerais apprendre à me défendre … le climat est très tendu ces temps-ci et je ne suis pas très rassuré. Auriez-vous des conseils à me donner ?"


Un gosse. Un gosse adorable, poli, innocent à première vue, … un trouillard même. Qu'aurait-il à craindre ? Le type a largement l'avantage sur Ledger, pas de quoi se méfier d'un gringalé. Quant à savoir si le bonhomme accepterait de l'aider, c'était une autre paire de manche. D'autant qu'il n'a pas l'air causant, ni bien sympathique.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum