Le Deal du moment : -55%
Remise de 50% sur le tractopelle de chantier à ...
Voir le deal
10 €

trouver une enflure (alcatraz)
Karma
fuck you
FT : iwaizumi hajime (haikyuu)
Crédit : fahr, délico, moi
Âge : 22 ans
Habitation : shinjuku.
Présentation : nos âmes éphémères.
Autres comptes : absinthe
Messages : 60
Karma
C/1
trouver une enflure
Le sang bouillonnait en ton corps, tes pas étaient lourds alors que tu étais maintenant dans l’une des plus grandes pièces du QG, au sous-sol, à l’abris des regards indiscrets. Tu avais convoqué les membres du gang à te rejoindre, quelques-uns étaient déjà présents dans l’attente de tes sentences, car ils se doutaient certainement que tu n’étais pas là pour parler du goûter, mais bien du gang, de son avenir et de l’affaire de ton père : de sa mort. Tu étais étrangement agacé que cette affaire n’avance pas, Mishima Hideo est mort et personne ici ne semblait réellement chercher le connard ayant tué ce grand homme, tu avais envie de pousser une gueulante, ou de les fracasser tous un par un, tu n’aimais pas quand le gang était si inactif alors que c’était quelqu’un de si important qui était maintenant en compagnie de dame la mort.

Ton regard se portait sur la petite assemblée, un regard froid et emplit d’une colère sombre, alors même que tu avais les poings serrés pour ne pas l’abattre sur la face d’un con. Hideo Mishima était un grand homme, respecté mais aussi craint, quelqu’un avec un grand cœur mais qui faisait preuve d’un terrible sang-froid quand ses devoirs le rappelaient à l’ordre.

Il était droit.
Juste.
Fort.

Tu savais que ton avis était peut-être commandé par l’amour que tu portais à ton paternel, c’était sûrement la raison pour laquelle tu ne supportais pas de ne pas encore avoir le meurtrier entre tes mains pour le fracasser, le tuer, le détruire en le regardant droit dans les yeux, qu’il comprenne son erreur avant d’en payer le prix fort. Cette personne allait regretter, on ne s’en prenait pas ainsi à Alcatraz, et quand bien même cela serait l’œuvre d’un gang, tu serais capable de vouloir la mort de tous car à tes yeux, l’honneur d’un gang était primordial.

Un soupir échappait à tes lèvres, tes bras se croisaient autour de ton corps alors que tu allais au centre de cette masse de monde, tu avais bien assez attendu, de plus, les petits membres n’étaient pas pour le moment des plus intéressants, sauf si, bien sûr, ils avaient des indices sur le tueur.

« Bon, je pense qu’il y a ici des personnes qui se doute de la raison de ma convocation ? Je l’espère en tout cas. »

Tu levais les yeux au ciel, s’ils n’étaient même pas capables de comprendre pourquoi ils étaient ici, le gang était peut-être dans une passe des plus terribles.

« Mishima Hideo est mort, mon père a été exécuté d’une balle dans la tête, je pense que vous êtes tous au courant de cela, cependant, le meurtrier, ce connard, est encore en train de courir sans que personne ne sache son identité. »

Exposer ces faits n’étaient pas la meilleure chose que tu aies faite de ta vie, tu n’aimais sincèrement pas dire que ton père n’était plus.

« Et ce qui est drôle, ironiquement, c’est l’inactivité de nos recherches alors même que le Shinsengumi doit déjà être en train de se mobiliser pour retrouver le tueur. Ce n’est pas à eux de rendre justice pour la mort de notre ancien chef, mais à nous de faire payer son crime à l’enculé qui lui a volé sa vie. »

Ton pied tapait au sol, plusieurs fois, alors que ton sang bouillonnait en toi, tu avais les nerfs à fleurs de peau car tu savais que si le Shinsengumi mettait la main sur cette chose, tu ne pourrais pas le tuer comme le désir que tu possédais.

« Cet enfoiré ne peut pas couler sa vie tranquillement, nous sommes Alcatraz et l’honneur est notre première parole, il est de notre devoir de venger mon père, alors je veux qu’on se bouge un peu le cul par ici afin de mettre la main sur cette pourriture avant le Shinsengumi ou n’importe qui d’autre. »

Tu allais alors t’asseoir sur une des tables, soupirant à nouveau, un regard noir de haine porté sur les membres de ton gang.

« Je veux, tout de suite, qu’on me propose des pistes, qu’on fouille celles-ci afin d’agir le plus rapidement possible mais surtout dans les meilleures conditions. Je suis curieux de savoir qui vous soupçonnez d’être l’enflure d’assassin de mon père. »
hrp : jvm, allez hop faut se bouger un peu les enfants.
je n'avais pas d'idée de titre, si vous avez une meilleure idée....
#461212


Chiharu Sugimoto
(c) solosand
FT : shinsou hitoshi
Crédit : absinthe & hondo
Âge : 28
Habitation : shinjuku
Présentation : www
Fiche de liens : www
Autres comptes : aquamarine
Messages : 123
Chiharu Sugimoto
D/5
Sugimoto n'avait pas l'habitude de ces réunions, où il était entouré de personnes contre lesquelles il n'avait aucune puissance, aucun moyen d'influencer leurs pensées ; et une part de lui se trouvait mal à l'aise.
Pourtant, quand il avait été convoqué comme tout membre d'Alcatraz, il n'avait pas songé une seule seconde à se défiler. Il était, contre toute attente, vraiment touché par la mort de Mishima Hideo. Il savait qu'il n'avait pas grand-chose à apporter à Alcatraz, si ce n'était de l'argent. C'était déjà bien, mais dans le fond, c'était quelque chose d'attendu. Peut-être pouvait-il apporter autre chose, au final. Peut-être pouvait-il apporter des réseaux qu'il avait commencés à élaborer, rapporter des rumeurs qu'il avait pu entendre de la part de ses clients et de ses collègues. Il ne savait pas trop quoi, mais il attendait.
Il était de ceux qui ne remettaient pas encore la position de Karma, qui ne pensait pas que sa prise de pouvoir pouvait poser problème. Sugimoto pensait savoir lire dans les regards des autres ; et il avait lu l'éclat dur dans le regard du jeune homme. Il savait que lui-même, à 22 ans, n'aurait jamais eu la même férocité ; et pourtant, il faisait preuve de volonté, à l'époque. Il avait des rêves et des projets, et s'efforçait de trouver la force d'atteindre ses objectifs. Il ne se faisait pas vraiment de souci pour l'avenir d'Alcatraz ; tout au plus était-il vaguement inquiet pour les responsables, car visiblement ils étaient assez stupides pour s'en prendre à son clan. Il ne le pensait pas parce qu'il appartenait à Alcatraz, mais parce qu'il savait à quel point ces gens-là n'étaient pas à prendre à la légère. La loyauté qu'il avait jurée de maintenir pour ce groupe était née de ce constat-là : mieux valait être avec eux que contre eux.
Et il n'avait jamais regretté son choix, jusque là.
Il pouvait sentir la colère de Karma, malgré son regard glacé ; ses mots étaient bercés d'insultes qui s'adressaient aux meurtriers. Il visait plus spécifiquement celui qui avait appuyé sur la détente, mais il était certain qu'il pensait aussi aux commanditaires. Sugimoto n'avait absolument aucune de qui ils pouvaient être.
En temps normal, il aurait laissé parler ceux qui avaient plus le droit de s'exprimer en public ; toutefois, quelque chose, dans l'attitude de Karma, l'incita à ne pas se taire. Karma était furieux, et il voulait que ses hommes parlent. Alors Sugimoto prit la parole à sa suite :
« J'ignore qui peut avoir intérêt à s'en prendre au chef d'Alcatraz, mais c'est probablement un gang. Aucune boîte, même si elle doit des sous au clan, ne prendrait un tel risque. De ce que j'ai pu entendre, beaucoup de gens dans les milieux d'affaires sont plutôt inquiets de la tournure des choses. »
Il n'avait pas grand-chose à dire de plus ; il n'avait pas forcément beaucoup à apporter. Mais il ne pouvait pas rester indifférent. Ce n'était pas uniquement par égoïsme : il venait certes d'avouer que ses propres activités pouvaient être menacées par l'inquiétude que la mort de Mishima Hideo suscitait ; son statut trouble le protégeait des attaques frontales. Il savait qu'il garderait une oreille attentive, dans tous les cas ; il l'aurait fait même si Karma n'avait pas réuni son assemblée.
Lapin
trouver une enflure (alcatraz) Icon1010
FT : Killer Jungkook
Crédit : Ellipse, Absinthe, Revolver, Rinne et Floween ♥
Âge : ??
Habitation : ??
Messages : 59
Lapin
D/5
World of Empty Dreams
Sous ses paumes la peinture du mur s’abandonne en brouillage impassible ; et, malgré l’imminence de la souillure, ça n’ose pas bouger, horrifié par les grattements réguliers d’une horloge qu’un âge affamé avale continuellement ; « ces aiguilles ressemblent aux moustaches d’un souris », ça pense, alors que les vestiges crucifiés de la vermine éternellement écartelée matraquent leur circulaire assourdissante entre ses cervicales, là où, exactement là, ça sent encore l’empreinte enveloppante du pouce divin tremblant à l’effleurement de sa chair comme ces tic tac, tic tac, la souris lui sourit

« mon lapin »

Son cœur bat très fort, la petite aiguille fait le dos rond ; depuis que c’est ici, attente clouée au mur, la grande aiguille a eu le temps de se glisser avec malice entre le douze et le trois, et quelques gens sont passés, ça a inspiré 1350 fois, expiré à 1348 reprises, quatre cafards ont grignoté son sursis, une araignée au plafond ; mais ça ne s’est pas exactement langui.e, non, car ça n’attendait rien, on n’attend jamais Dieu, qui est apparition d’un bon-vouloir impénétrable et supérieur

« montre-moi tes mains »

prière brisée, l’index Unique plisse le tracé catastrophique des lignes de vies, lentement

« tu as les mains sales »

et ainsi le baptême est signé à la pointe aigue d’un ongle parfaitement ineffable ; et Lapin dit merci, merci pour la douleur, merci pour la chair en minuscule ébullition, merci pour ce sang qui coule sur les poignets dans un flot salvateur de pureté inatteignable

Dieu passe comme un ange, et Lapin se fait ombre, il y a déjà beaucoup de personnes dans la salle, ça ne les regarde pas, ça ne le regarde pas, ça regarde les petites racines pourpres s’entremêler gaiement entre ses doigts, les petits feu écrabouillés repousser les limites de sa chaleur corporelle à l’orée de ses phalanges, les petites gouttes bouillonner au creux de sa peau qu’il recueille comme une punition chérie avec la passion du châtiment  
c’est un ravissement
une félicité que les graves circonstances entrelacent à la lettre haineuse du chef, mais le verbe autoritaire glisse sur sa peau en sang d’encre qui lae tâche à peine ; car monsieur Mishima parle aux gens importants, et le tee-shirt de lapin s’enorgueillit de rouge

« Chef Mishima » dit Dieu, et le lapin, se sachant heureusement à la merci de la bénédiction, dresse docilement l'oreille « Sugimoto a bien parlé, et je n’ai pas grand-chose à dire de plus. Le coupable est forcément un type d’un des autres gangs. Beaucoup de gens disent que ça pourrait être Exodus, et tu sais ce qu’on dit, il n’y a pas de fumée sans feu – moi je crois que les rumeurs ça a toujours un fond de vrai. »

La main providentielle capture soudainement en sa poigne l’insignifiante épaule de la proie – et dans une impulsion ample comme la clémence, le Destin exhibe son glas à la lumière enragée d'un regard que Lapin craint, vaguement, car il est craint aussi de Dieu

« Si tu as besoin de mon Lapin pour éradiquer la vermine – il sera content, très très content, de faire le ménage à ta place. Hein ? »

La nuque courbée, l’épaule basse, le poignet raide – épousant la posture de l’obéissance – « oui monsieur, tout ce que voudra monsieur » Lapin se rend complaisamment objet  

« Lapin, pourquoi tu saignes ? En pleine réunion, devant le chef, c’est dégoûtant ! Dégage de ma vue et nettoie-moi ça »

La nuque courbée, l’épaule basse, le poignet raide – oui monsieur, tout ce que voudra monsieur – ça retourne à l’ombre de Dieu, là où est sa place.
BY MITZI

_________________
trouver une enflure (alcatraz) 8827
Somnifère
trouver une enflure (alcatraz) ZagXoum
FT : Ronan Lynch ▬ The Raven Cycle.
Crédit : Yas & Rinnicutie
Âge : 25 ans.
Présentation : www
Fiche de liens : www
Messages : 40
Somnifère
D/5
Ils comprennent rien les soumis, les idiots, les vulgaires
A la tristesse de l'Eden, aux clartés de l'Enfer.

"J'habite un désastre sous la colère des Dieux." Une détonation. Silencieuse. Délicieuse. Implacable. & un corps qui tombe au sol. Lourdement. Dans un choc vide, la tête heurte le pavé. Les orbes s'éteignent alors. D'un geste lent. Dans un sourire malsain. Tu essuies le sang giclé sur tes traits. D'un revers de la main, tu balayes la douce odeur de fer. Pour finalement le faire disparaître sur ton jeans. Un travail achevé. Si simple maintenant que tu y penses. Si simple que finalement, ce n'est pas assez grisant. L'adrénaline s'est déjà dissipé. En un instant, elle s'est envolée. Tu soupirs, Somnifère. Fatigué de ce vide qui emplit ta poitrine. De cette flemme qui revient à grand pas. La colère. La sensation électrisante n'est plus. Tu te détournes du corps sans vie. Du corps encore chaud. Pour rentrer chez toi. Ah, mais non. Tu as été convoqué par le clan. Par Karma. Regardant ta montre, tu vois l'heure qui défile. T'es déjà en retard. Inspirant longuement, tu soupirs à nouveau. « Pas l'choix. » Snoopy sur l'épaule, tu traînes les pieds. Jetant un bref regard vers ton ami. Le seul à bien y penser. Oui, sûrement le seul. Haussant les épaules, tu sors une clope. Cancer en barre qui se consume entre tes lèvres. La fumée s'échappe en rythme avec tes pas. Lentement. Lentement jusqu'au QG.

Ce n'est pas que tu n'es pas concerné.
Que tu t'en fous.
Que la mort de l'ancien chef ne te trouble pas.

Ce n'est pas tout cela. C'est seulement l'immense flemmardise qui étreint tes tripes. Qui s'insinue dans tout ton corps. Tu sens les semelles de tes baskets frotter le sol. Écrasant ta roulée, tu entres enfin. Arrivée après vingt minutes. Karma doit déjà être là. Comme bon nombres de tes collègues. Ou de tes frères. Tu ne sais pas. T'en penses rien, Somnifère. Passant une main lasse sur ton crâne presque rasé, tu entres dans la pièce. D'un coup de pied, t'ouvres la porte. Un bâillement ouvre tes lèvres en gros. « Wsh ! » que tu lances d'un ton détendu. Levant le regard. Lentement. Doucement. Tu tombes sur Karma. Ses yeux pourraient lancer des éclairs. Ils pourraient tuer quelqu'un. Tu te sens revivre une seconde. Affichant un sourire en coin. Discret. Malsain encore une fois. « J'suis en retard, j'crois. J'suppose qu'on cause de la mort de l'ancien chef ? » tout en parlant, tu viens te poser contre un mur. Croisant les bras. Détendu. Presque trop. « Hum... s'tu veux, je peux interroger du monde. » que tu lances en fermant les yeux. Ce sourire toujours placardé sur tes traits.

T'es pas assez intelligent pour prétendre trouver la solution.
Pour donner une réflexion poussée.
T'es aussi trop flemmard pour réfléchir.

Autant foncer dans le tas. De torturer des gens. De faire des interrogatoires musclés. De tuer du monde. Encore et encore. Dans un bain de sang. « J'peux toujours interroger des gens d'tout milieu... histoire de faire ça bien. » tu rouvres un regard affamé. Affamé de mort. Affamé de violence. Tu avais du respect pour l'ancien chef. Dans ce sentiment lourd et blasé, il y a une étincelle de vie. Flamboyante. Qui te prend à chaque fois qu'il faut faire le sale boulot. Ce sentiment vibre à l'idée de trouver la tête de ces enfoirés. Plus encore. Oui, tu sembles encore plus apte à faire gicler la vie en mille morceau. Pour le moment, tu n'as rien d'autre à dire.  

+ tagAlcaz
+ notesrip.
BY MITZI

_________________

Somnifère
Acétone
trouver une enflure (alcatraz) ZRmKNSW
FT : OC de Bad Pharmacy.
Crédit : © cheshireFTW (love u), vertigo.
Âge : 26 ANS.
Habitation : SHINJUKU.
Présentation : WWW.
Fiche de liens : WWW.
Autres comptes : Pure, Jun.
Messages : 41
Acétone
D/5
ft. alcatraz


Feels like a kick in the teeth, I can take it. Throw your stones and you won't see me break it. Say what you want, take your shots.
You're setting me free with one more kick in the teeth

Tension, abstention,
la réunion a débutée, le chef a parlé. Et parmi les rangs, si certains préfèrent baisser le regard et d’autre chuchoter le regard inquiet, tu te tiens droit, l’esprit curieux. L’affaire avait ébranlée bien plus que le gang lui-même, celle-ci avait paralysée la ville même à son annonce. Et depuis régnait un sentiment paranoïaque, des méfiances en défiances coulaient telles des sueurs froides le long de la nuque des plus fragiles. Si vous étiez toujours sous la gouvernance du même sang, tel l’hydre à qui l’on aurait coupé la tête, le doute planait toujours dangereusement.

Alors tu écoutes ce que les autres disent, quelles pistes ont-ils trouvés, qu’est-ce que toi tu aurais pu manquer. Car tu n’es pas infaillible et le problème trop important, trop vaste, noie dorénavant preuves et rumeurs. C’est comme tenter de retrouver les choses intactes après une inondation, tout est finalement dilué, illisible, mélangé. Bras croisés et esprit décontenancé, tu sens le sang bouillonner. Dans le ton agressif, l’emploie des mots, il y a avant tout le deuil qui parle. Un élément qu’on ne pourrait lui reprocher et dont les autres devraient ressentir eux-même les effets. Hideo Mishima vous a quitté et si cet homme fût une figure des plus respectées, les membres présents semblaient avoir digéré la perte d’un chef aimé.

« Tu vas les interroger? Un à un, tu vas les faire patienter à la queue-leu-leu en espérant qu’ils te disent la vérité? Si tu commences à les cogner et à beugler, ça va créer la paranoïa, rien de plus. Tu tireras rien d’un bétail effrayé. » Tu baisses le masque médical qui couvre en partie ton visage, empêchant ta voix de porter. Si tu ne désirais pas répandre la maladie, c’est ta parole qui a besoin d’être entendue. Épaule haussée, désabusé, ta mine déconfite et idéalement fatiguée par tes cernes creusées. « C’est inquiétant de vous voir aussi calme, c’pas le portier qu’on a perdu, c’est l’ancien chef d’Alcatraz. Sans lui vous seriez pas là, on serait des chiens galeux. »

Tu évites d’appuyer ton regard dur sur des visages ou bien des individus. T’es pas là pour viser en particulier, c’est pas un procès que tu comptes organiser. Et bien que tu aurais désiré rester discret, être le prétendu simple membre il y a des mots, des attitudes et des regards qui t’ont agacés. Tu peux pas prétendre avoir eu un lien privilégié avec le fût et regretté ancien chef, mais tu étais son espion avant d’être celui de son fils. Et la nouvelle t’as ébranlé, t’as fais réalisé à quel point vous étiez tous dans la merde. Car si lui pouvait être touché, n’importe qui ici pourrait bientôt passer l’arme à gauche.

« Ceci étant dit j’trouve la piste d’Exodus faiblarde. C’est le premier nom qui est sorti. J’vais être honnête en disant que j’ai rien pour le prouver, mais c’est vraiment simplet que de penser que ça peut leur profiter. De toute façon, ici et maintenant personne peut rien prouver. Tout simplement parce que personne a vraiment cherché. » Ton regard rencontre celui de Karma quelques secondes car tu ne peux en dire davantage devant les autres membres. Tes propres recherches t’avaient menées vers un point de non retour prouvant une innocence certaine. Et puisque tu ne fais confiance qu’à la tête pensante et au bras armé de ce gang, tu te refusais de divulguer quoique soit.

« Par contre, que Alcatraz et Exodus se fassent la guerre, ça arrange les autres. » Meiji font leurs affaires de leurs côtés, ils sont bruyants et envahissant mais c’est pas leur genre. Vous aviez maintenant eu le temps de le réaliser vu les derniers événements. Informations télévisées, articles sur le net, ils étaient les derniers arrivés et pourtant aujourd’hui les premiers sur le devant de la scène. On pouvait leur trouver de nombreux torts, mais ignorer leur génie pour attirer l’attention aurait été une erreur. Et quant au reste, tu préférais résumer ça simplement.

« Et ça m’étonne que personne cite Neverland. Tu croises les bras, reniflant avec des yeux fiévreux. Alcatraz étant le gang le plus ancien, le plus durablement enraciné dans la criminalité, tu voyais en ce meurtre plus que du hasard. Presque quelque chose de symbolique à vrai dire. Ce sont pas des camés à la tête brûlée mais ils ont des contacts, de l’argent. Ils peuvent commanditer n’importe qui, de n’importe quel gang. »

Et c’est ainsi que tu conclues. Tu n’as rien pour prouver tes dires alors tu t’attends à ce que ta tirade te reviennes en plein faciès, agrémentée de mépris. Car tu n’avais toi-même pas pris des pincettes. Mais tu sous-entendais clairement que ta préoccupation n’était pas qui l’avait tué, mais qui cela profitait, assez pour le commanditer. Car personne n’aurait été assez fou pour vouloir se salir les mains avec le meurtre d’Hideo Mishima. Y penser et le réaliser étaient deux choses différentes. « Quoiqu’il en soit faites au moins semblant d’être un minimum concerné c’est pourtant pas compliqué. »

HRP — Et c'est tipar pour se remuer, go go go Alcatraz o/ & Oui Ace est un con, vous avez le droit de le tabasser à la sortie de la réu, promis.


Karma
fuck you
FT : iwaizumi hajime (haikyuu)
Crédit : fahr, délico, moi
Âge : 22 ans
Habitation : shinjuku.
Présentation : nos âmes éphémères.
Autres comptes : absinthe
Messages : 60
Karma
C/1
trouver une enflure
Quelle est douce cette envie de casser des dents, étrangement, tu ne diriges pas cette haine nouvelle vers l’enflure qui aurait tué ton père, mais vers ces cons qui ne semblent pas être concernés par la mort de Hideo Mishima, l’ancien chef d’Alcatraz. Pourtant, il était un homme respecté au sein de sin gang, un chef exemplaire que tous admiraient. Peut-être que tu exagérais un peu, mais ton amour pour ton père était si grand que tu ne mesurais plus tes mots. Ce n’est pas par joie que tu te retrouves à la tête du gang, après tout cette succession te paraissait imprévisible, malheureusement Hideo pouvait trépasser n’importe quand et ce moment fut il y a peu. Les poings serrés, tu te retournais vers Sugimoto.

« Quel intérêt ? Ils ont tous au fond un intérêt à s’en prendre à Alcatraz. Les gangs, les civils et le Shinsengumi sont tous des cibles, des pistes potentielles. Car ils ont tous un intérêt à la mort de mon père, c’est simple pourtant, perdre son chef pour un gang revient à montrer une certaine faiblesse, quoi de mieux que de s’en prendre à l’un des gangs les plus importants de Tokyo pour les affaiblir un bon moment afin de foutre la pagaille ? Il y aurait des millions de raison de tuer le chef d’un gang : la gloire, l’affaiblissement de celui-ci, la terreur. Un chef, c’est un pilier, celui qui maintient le gang en place, sans lui, cette stabilité s’effrite. Je me doute bien qu’ici on pense que je suis encore jeune pour me retrouver à la tête d’un gang, cependant j’ai une éducation pour obtenir ces fonctions depuis mon plus jeune âge, j’ai conscience de ne pas être mon père, mais je compte tenir ce gang d’une main de fer comme l’a fait mon père par le passé. »

Tes yeux se ferment, un instant, avant que tu ne quittes Sugimoto du regard pour le placer sur les membres du groupe. Tu n’es d’ailleurs pas étonné de voir Akira – celui qui est toujours avec Lapin – prendre la parole. Ce gars, un véritable lèche cul, tu te dis parfois que ce pauvre garçon qui l’accompagne ne doit pas avoir la vie facile, après tout, tu n’accordes aucune confiance en Akira : il t’énerve plus qu’autre chose. Mais ce qui t’énerve encore plus, c’est sa réaction face à cet assassin, il saigne, mais qu’est-ce que tu t’en branles qu’il y ait trois goûtes de sang sur le sol. Un soupir t’échappe, agacé.

« Akira, je n’ai pas besoin de lui, qu’est-ce que tu ne comprends pas quand je dis que je le buterais de mes mains ? T’es bouché ou tu le fais exprès ? Et puis, qu’est-ce qui te prend de dégager un de mes membres de la réunion sans mon accord ? Tu me saoules terriblement alors reste à ta place, veux-tu. »

Grade ton calme, oui, tu dois rester calme et ne pas t’énerver encore plus. C’est ça, respire, calme toi.

Un mouvement, des paroles, et tu te dis encore une fois que tu aurais peut-être pas dû faire venir le gang, ils n’apportent aucune piste, comme si Hideo n’était qu’un fantôme oublié du passé. Pourtant, un regain d’espoir nait en ton esprit à l’écoute des paroles d’Acétone, un peu de bon sens, effectivement ce n’est pas un portier qui est mort. Il y en a au moins un qui porte un peu de bon sens, quand bien même tu respectes tes membres, ce manque de réactivité est réellement agaçant pour toi. Tu l’écoutes alors, reprenant contenance durant ses sentences.

« Merci Acétone. Comme il vient de le dire la piste visant Exodus me paraît bien mince, nous sommes certes en mauvais terme, mais nous voir se taper sur la gueule, ça arrange énormément de monde. Neverland peut être une bonne piste, Acétone vu que tu les as cités, est-ce que tu pourrais faire de vague recherche sur eux ? Pour voir qui aurait potentiellement intérêt à commanditer la mort d’Hideo. Somnifère, je te remercie de vouloir t’impliquer mais questionner est beaucoup trop voyant, de plus, il serait pour beaucoup risqué de parler, ce n’est pas une bonne solution. »

Tu vas alors t’asseoir sur une table, les bras croisés, le temps de réfléchir un peu et de remettre tes idées en ordre. Après tout, tu te dois de faire preuve de calme dans tes prises de décision.

« Il me faudrait des volontaires pour enquêter. Pas besoin d’être des experts pour trouver des informations importantes, je ne vous demande pas de trouver le tueur mais les intérêts des gangs et des membres importants de s’en prendre à Alcatraz. »


hrp : hop me revoilà open pour le rp yeah
#461212


avatar
Invité

Trouver une enflure
ft alcatraz
Dès le départ, tu t'étais mise à l'écart, t'asseyant au fond de la salle. Tu n'étais pas une vétéran, tu n'étais là que depuis peu alors tu préférais observer la situation. Avant même que votre chef ne rentre, certains semblaient tendus, anxieux, appréhendant ce qui arriverait. Toi, tu restais immobile, dans une position parfaitement droite, tu te sentais de nouveau à l'école, tentant de faire la bonne image. Les murmures se répandaient, tu comprenais bien l'objet de cette réunion, ce n'était pas quelque chose qui s'oubliait.

La tension s'élève dès que Karma franchit le seuil de la porte et le silence plane. Son aura semble instable, violente. Tu frissonnes, tu ne dis rien, tu n'oses même pas ravaler ta salive. Visiblement, vous avez fauté et ce n'est pas sans conséquences. Les remarques sont salées, tu n'as pas de réponse précise, simplement des hypothèses qui te semblent logiques. Sauf qu'elles seront vites démontées alors tu te contentes de détourner le regard, le portant sur les interlocuteurs qui s'expriment. Toi qui piailles en permanence, tu es bien trop calme. Tu analyses, tu écoutes mais tout cela sonne creux. C'est faible, trop léger. Il n'y a rien de sérieux, aucun indice pertinent.
Même toi tu le comprends.

Pourtant, tu restes assise, tournant tes pouces car tu n'es pas là depuis longtemps. Tu n'as pas eu le temps de vraiment connaître le précédent chef, tu ne l'as pas vu beaucoup et tu n'en sais rien. C'est encore trop compliqué. Cependant, tu sais que les enfants aiment leurs parents et que le chef d'un gang est respecté par ses membres. Alors, ils doivent faire quelque chose, se remuer avant que quelqu'un dans le Shinsengumi ne récupère le criminel. Et eux, pourquoi ils ne sont pas soupçonnés ? Tu poses ta main devant tes yeux, c'est trop compliqué. A ce train-là, il faudrait se méfier de tout le monde. Cependant, c'est trop gros. Les gangs seront forcément coupables ? Quelle connerie. Dans ce cas, l'assassin pourrait filer à l'anglaise facilement ! Un pauvre citoyen un peu riche aurait pu s'arranger pour foutre le bordel...!

Note à toi-même, rejoindre Acétone après cette réunion. Possiblement t'énerver contre lui et plus. Car il a l'air de bien parler ton aîné mais tu ne le vois pas toujours se battre (jamais ?). T'es un peu agacée. Tu lâches un soupir. Si c'était aussi simple que de foutre un coup de pied, l'histoire serait déjà finie mais non, il n'y avait pas une trace d'indice. Personne n'était assez fou pour infiltrer les policiers et avoir accès au dossier de l'enquête. Tu n'y songeas pas, autant te tirer toi-même une balle. A la place, tu te lèves enfin, en même temps tu soulèves lentement ta main pour te porter volontaire. Pas que tu aimes prendre des risques mais c'est très simple au vue de ton métier.

▬ Je peux m'en charger. Avec mon travail, ce sera facile d'obtenir des informations. Après quelques verres, certaines personnes lâcheront des informations et sûrement des qui nous seront utiles.

Autant ne pas supposer, tu te montres sûre de toi car les résultats doivent suivre. Vous ne pouvez pas être ignorants et simplets à tourner les pouces. Néanmoins, tu essayes de ne pas trop monopoliser la parole, simplement de dire ce qui est nécessaire, de ne pas tourner autour du pot. Inutile de faire des chichis, l'ambiance est bien assez pesante comme cela.
 
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum