-53%
Le deal à ne pas rater :
Bosh Readyy’y – Aspirateur Balai sans fil 2 en 1 – Rechargeable ...
71 € 150 €
Voir le deal

troubleshit ft. kaya
avatar
Invité

ft. sexy!kaya

pour une raison indéterminée, probablement un peu alcoolisée et complètement imprévue, la vie avait mené nana dans la chambre d'un love hotel improbable possédant une chambre sur le thème de l'espace. elle gisait là, sur un tapis en peluche bleu foncé, quasiment nue, les mains et les pieds gelés par la brise matinale qui s'infiltrait insidieusement via la fenêtre entrouverte. sa culotte scandait un "sugar" rose criard sur fond blanc. un truc brodée, pas des plus discret, avec un lacet en satin sur le devant. et pour le reste, elle était nue, tirant avec un certain agacement sur la couette pendante du lit au dessus d'elle.
impossible pourtant, de l'attraper cette couette. et impossible alors de réchauffer son corps parcourut de frissons.
c'est avec des efforts dantesques qu'elle redresse sa carcasse percluse de bleus au milieu de la pièce et lance un mais qu'est-ce que c'est que cette merde embrumé, de sa voix cassée.
elle se racle la gorge et finit par réussir à attendre à quatre pattes la fenêtre, fermant cette dernière dans un claquement sec. le courant d'air mourut avec la fermeture de la lucarne et ce fut bien ainsi. affalée contre le mur, elle ramène vers elle un infâme plaid à étoile, avant de doucement retourner dans un coma sans rêve.

sans jamais chercher à comprendre le pourquoi du comment.
enfin, du moins, pas maintenant.
on est en droit de se demander, alors, quelle tête fera-t-elle en s'apercevant qu'elle ne trouve aucun de ses vêtements ?

Kaya
troubleshit ft. kaya 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
Kaya
D/1
Troubleshit
nana × kaya
In the latest midnight hour
When the world has gone to sleep
You gotta get up
When doubts begin to rise
And the world is at your feet
You gotta get up
Le monde est injuste, le monde est dur. Surtout lorsque tu émerges un matin, la tête coincée sous un immense rocher. Ou entre deux obèses, se serrant l'un contre l'autre. Oh non, n'essaie pas de te faire rire, c'est encore pire après. T'es étendue sur un lit certainement, mais t'oses pas ouvrir les yeux encore. T'as dû te mettre une de ces races hier soir, la pire de ta vie. Enfin, n'exagère pas, tu bois souvent comme ça. C'est fou comme le cerveau est incroyable. Tu kiff comme une ouf la soirée. Et BIM il te le fait regretter le lendemain.

Mais es-tu sûre d'avoir autant aimé ? Te souviens-tu d'un quart de ta soirée hmm ? Tu ouvres les yeux, fixant le plafond mauve au dessus de ta tête. Tu fais face aux étoiles qui te regardent de haut et tu te maudis. Le pire dans tout ça, c'est que tu ne peux pas savoir si le client d'hier soir t'a payé ou non. Surtout qu'il doit être parti à présent. Tu lâches un misérable gémissement qui ne fait qu'accentuer ton horrible mal de crâne.

Sous toi, la couette bouge légèrement.
Quel est ce fuck.
Tu tournes la tête mais la seule chose que tu aperçois, c'est la main qui tire sur la seule chose de confortable ici. Dubitative, tu laisses couler. Ton ou ta cliente est toujours là, et c'est le principal. La personne avec toi est une femme, au vu de ses attributs que tu peux voir lorsqu'elle se traine d'un air tout aussi misérable que toi, pour aller fermer la fenêtre. Ce qui te rappelle que tu es à moitié à poil toi aussi. La seule chose que tu portes c'est le string prune en soie que tu avais hier. Mais sûre que tes vêtements ne sont pas trop loin, tu ne t'inquiète pas. Tu devrais pourtant.

Tu arrives à t'assoir lentement, alors que ton cerveau fait mine d'exploser entre tes mains. tu lâches une énième plainte et souffle lorsque tes pieds touchent le tapis. Tu te recouvre de la couette, parce que putain ça caille ici. Quelle idée de laisser une fenêtre ouverte quoi.


« Eh meuf. Je sais plus ce qu'on a fait hier soir. Du coup j'te fais un prix d'amie ça te va ? »

La bouche pâteuse, c'est tout ce que tu peux sortir pour l'instant. Tu masses tes tempes un instant, en attendant sa réponse qui ne viendra jamais. tu soupires et attrape un oreiller à côté de toi pour le lui jeter.
Alleeeez debout ma vieille, j'ai pas que ça à faire !
Eeeet BOOM HEADSHOT. Tu sais pas trop mal viser même avec une tronçonneuse dans la tête.
@Panda
avatar
Invité

ft. sexy!kaya


elle l'entend sans vraiment réaliser que cette voix n'est pas la sienne, qu'elle ne sort pas de son subconscient, que ce n'est pas un rêve. alors elle se laisse emporter à nouveau, réconfortée par la chaleur du plaid. juste quelques secondes de répit avant de recevoir un projectile impromptu dans le visage. c'est pas que ce soit violent comme impact mais elle sursaute quand même. imprévu dans son emploi du temps; qui l'empêche de se rendormir tranquillement ?
elle grogne un charabia incompréhensible avant d'ouvrir un oeil, dégageant la vue en poussant le coussin. là-bas, dans le lit rond, y a une fille qui la regarde et qui a l'air tout aussi fraîche qu'elle. elle lui parle de prix d'ami et de hier soir.
mais hier soir n'existe plus dans la nébuleuse de son esprit et puis elle n'a pas de sous pour payer quoi que ce soit.    
payer quoi d'ailleurs ?
elle ouvre sa seconde paupières et frotte ses yeux des deux mains. un mal de crâne assourdissant vient frapper l'arrière de sa tête.

—  t'es qui toi ?


marmonne-t-elle entre deux raclement de gorge.
sa voix l'étonne, trop grave, et sa langue est pâteuse, épaissie.

—  c'est toi qui as laissé la fenêtre ouverte ?


c'est vrai que c'est le plus important dans cette histoire, dans ce vaste mystère, ce trou noir ; savoir qui a laissé la fenêtre ouverte.


Kaya
troubleshit ft. kaya 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
Kaya
D/1
Troubleshit
nana × kaya
In the latest midnight hour
When the world has gone to sleep
You gotta get up
When doubts begin to rise
And the world is at your feet
You gotta get up
Ca y est, l'autre à décidé d'émerger. C'est pas trop tôt. Sauf qu'elle est dans un état un peu plus préoccupant on dirait. Elle ne se souvient même plus qu'elle a voulu se payer une pute hier soir. Qu'importe, tu vas aller lui rafraichir la mémoire. Une fois que le sol se sera arrêté de tanguer sous tes pieds bien entendu. Du coup tu te stoppes, à demi levée, une main sur le lit pour ne pas t'effondrer, les jambes légèrement tremblantes. Tu fermes à nouveau les yeux, fronçant les sourcils en l'entendant de nouveau.

« Quoi ? Mais j'en sais rien moi. »

Et puis c'est pas comme si c'était le truc le plus intéressant de la journée.

« On s'en bat un peu les couilles non ? »

La terre semble enfin se stabiliser et tu peux te redresser doucement. Tu cherches des yeux un truc à te mettre, mais rien est à portée. Étrange. T'iras vérifier sous le lit plus tard, du coup tu fouilles dans le seul meuble de la pièce. Mais à part une tonne de dildo, pas de trace de coton.

« Tu te souviens où on a foutu nos vêtements ? Parce que pas moi. »

C'est pas que ça te dérange de te trimballer les nichons à l'air, mais si tu veux pouvoir sortir normalement, faut bien un truc à te mettre.

« Histoire qu'on retrouve ton portefeuille aussi. J'ai déjà dû te le dire hier mais je prends que du liquide. »

Tu ne perds pas le nord quand même. Une main sur ta tempe, tu t'approches de la jeune et t'essaies de retrouver son nom ou ce qu'elle a pu te donner pour l'appeler. Mais dans le brouillard qu'est devenu ton esprit c'est un peu compliqué.
@Panda
avatar
Invité

ft. sexy!kaya

décalage des idées, décalage des sons. tout est embrumé, tout est déréglé. y a comme un trémolo dans sa tête quand elle pense, une vibration, un arrière-son. c'est lancinant, ça lui prend le crâne et puis elle a cette barre au front qui écrase son visage. comme la sensation qu'une force supérieure lui écrase la tête entre ses doigts épais.
elle sait plus trop qu'elle genre de murge elle s'est mise, mais elle devait être costaude. bien plus costaude que prévue. à moins qu'un taré - une - lui ai foutu un truc pas net dans le fond de son verre ?
voilà bien ma veine.

y a l'autre qui se rapproche et elle essaie de se relever, mais tangue, vacille et fini par capituler. à quatre pattes, elle tourne autour des jambes de sa pseudo-dulcinée et rejoint le lit pour y poser sa tête de bébé. ses seins rencontre le bord froid du meuble en mélaminé, elle grimace. mais ne bouge pas, trop compliqué.

—  je sais pas de quoi tu parles mais j'ai pas le souvenir de t'avoir touché. ou en tous cas, si ça s'est passé, l'idée venait pas de moi.

elle redresse sa tête et hausse les épaules. c'est vrai qu'elle est jolie, la prostituée, mais c'est pas trop son genre. et puis les filles, c'est pas souvent que ça lui ait arrivé, trois, ou quatre fois peut-être. mais pas en étant aussi beurrée.
j'me souviens de pas grand chose. grogne-t-elle pour elle même avant de se hisser sur le lit de façon à s'asseoir. son corps est parcouru de frisson et elle glisse la couette sur ses épaules, le temps que sa peau et puis la pièce se réchauffe.

— et j'me souviens pas non plus de mes vêtements. si t'as deux minutes, j'vais me lever et je vais t'aider à chercher.

ce serait con de les avoir égarés, dans une des poches de sa veste, y avait ses clés.

Kaya
troubleshit ft. kaya 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
Kaya
D/1
Troubleshit
nana × kaya
In the latest midnight hour
When the world has gone to sleep
You gotta get up
When doubts begin to rise
And the world is at your feet
You gotta get up
Le mal de crâne qui menaçait de t'engloutir, revient à la charge. Ca t'es déjà arrivé ce genre de trucs en plus. Une soirée de gâchée à cause de l'alcool et du coup, du travail effectué gratuitement. Tu hais faire les choses pour les autres, t'es pas bénévole pour rien merde !

Tu recommences à bien te peler les miches alors tu retournes te poser sur le lit, de l'autre côté bien entendu, te couvrant de l'autre moitié de couette. Tu ne sais pas ce que tu pourrais faire pour l'amener à te payer. Une deuxième tournée ? Ca fait toujours une de gratuite. Tu te mords la lèvre d'agacement face à cette situation. Tu vas finir par t'énerver et ce n'est bon ni pour elle, ni pour toi. Une fois que t'es vener on t'arrête plus. Et une bagarre c'est pas bon pour les affaires. Surtout si tu te retrouves avec le visage tuméfié, les cheveux arrachés, un nez cassé ... On ne va pas faire toute la liste mais elle peut être longue.

« Même si l'idée vient pas de toi, j'ai fais mon boulot ... J'crois. T'aimes bosser pour que ton patron te dise que finalement il te paie pas à la fin du mois ? Bah moi non plus. Et quand je suis bourrée je baise. Donc forcément ... »

Qu'elle se dépêche un peu, t'aimerais bien retourner chez toi pour aller prendre un truc contre ce foutu mal de crâne. Le sang bat à tes tempes comme jamais. Une fois de plus tu passes une main sur ton front puis derrière la tête pour essayer de te soulager. Ta nuque est raide, ton ventre crie famine mais en même temps tu n'es pas sûre de réussir à avaler quelque chose ...
La vraie merde.

« Chérie, j'dois retourner bosser. Demande à ta tête de te stabiliser, je t'en prie. »

Tu jettes un œil vers elle et quelques vagues souvenirs s'amassent devant tes yeux. Ouaip, vous n'avez pas fait que parler hier soir.
@Panda
avatar
Invité

ft. sexy!kaya

mauvais rêve, mauvais trip. mauvaise chambre, mauvaise nuit. plus rien ne va, faites vos jeux, et caetera. c'est pas comme si elle avait envie de rester là mais il lui encore cinq bonnes minutes pour réussir à évacuer la nausée et le reste. alors elle se retourne et ricane à ce qu'on lui dit. elle se souvient pas, elle paie pas. comment faire confiance à une pute après tout. et puis qui paie pour quelque chose qu'on jure vous avoir donné et dont vous ne vous souvenez absolument pas ?
une idée fugace et elle roule sur le lit pour aller se poser juste à côté de la jeune femme. yeux dans les yeux, seins dans les seins, elle pose sa bouche sur la sienne et l'embrasse calmement dans une tentative d'électrochoc. mais non. elle se détache, jauge et juge avec désinvolture.

— non je me souviens toujours pas.

alors elle se lève, elle détaille la pièce et grimace du mauvais goût, de l'agencement et de la couleur de la moquette.  ses cheveux sont dans tous les sens, hirsutes, mal rangés. et puis elle doit puer de la gueule. elle sent son aisselle et tire la langue. farfouille la chambre avec plus ou moins de volonté.

— tu vois quelque chose ? parce que moi non.


elle ouvre la porte sur sa quasi-nudité et jette un coup d'œil dans le couloir. mais toujours rien, pas la moindre petite trace de ses vêtements ou des autres.
d'ailleurs elle portait quoi hier ?

le simple fait d'essayer de se souvenir lui vrille le crâne d'une nouvelle vague de maux de tête. elle finit par s'accroupir dans l'encadrement de la porte.

Kaya
troubleshit ft. kaya 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
Kaya
D/1
Troubleshit
nana × kaya
In the latest midnight hour
When the world has gone to sleep
You gotta get up
When doubts begin to rise
And the world is at your feet
You gotta get up
La brune semble revenir à elle. Enfin c'est un bien grand mot puisqu'elle se contente de rouler vers toi. Cette magnifique technique la fait se retrouver pile devant toi, et elle te regarde un instant. Avant de se pencher un peu plus pour venir poser ses lèvres sur les tiennes. Tu ne bouges pas pour autant, ce n'est pas ce prude baiser qui va te faire quelque chose. Et surtout, elle vient de profiter de la marchandise. On ne te touche pas sans payer.

Un léger sourire étire tes lèvres lorsque tu la regardes se lever et faire le tour de la pièce. Même si elle continue de dire que vous n'avez rien fait, tu pourras au moins faire payer le bisou. Alors ton humeur est légèrement meilleure. Sauf qu'elle non plus ne trouve aucune trace de tissu dans la chambre. Elle ouvre même la porte pour regarder au delà, comme si vous aviez pu laisser vos vêtements sur le pas de la porte. Puis elle s'accroupit et plus rien.

« Ca doit vouloir dire que t'as rien trouvé non plus. Tu crois qu'on est arrivée ici en string ? »

L'idée pourrait te faire rire, mais c'est un peu trop tiré par les cheveux.

« Un petit copain jaloux peut-être ? »

Un coup à trois qui aurait mal tourné c'est pas la première fois que ça t'arrive. Mais que ledit copain se tire avec vos vêtements ... C'est un peu gros non ? Tu fronces les sourcils et rapproche les pans de la couette autour de toi. Mais avec un soupir tu te lèves et te poste derrière ta compagne de malchance.

« Tu veux venir avec moi pour faire la tournée des chambres ou tu restes là parce que t'es trop timide ? Ou trop mal, au choix. »

Si ça se trouve vous avez commencé la soirée dans une autre pièce du love hotel. Et à la limite, si tu tombes sur une chambre ouverte, piquer un jean et un t-shirt ne t'apporteras pas pire.
@Panda
avatar
Invité

ft. sexy!kaya
elle marmonne, grommelle et y a quelque chose qui sors, et ça ressemble à ça :

— j'sais pas et puis j'ai pas de copain. mais peut-être que c'est d'un des tiens dont tu parles ? ou peut-être que c'est plus un admirateur chelou....


elle parle, mais sans grandes convictions dans ce qu'elle peut dire - ou dans ce que peut ajouter la prostituée. ses yeux parcourt encore l'insipide couloir sans vraiment chercher quoi que ce soit. si elle pouvait, elle irait juste à quatre pattes jusqu'à chez elle- nue ou pas, ça lui est égal. elle daigne tout de même offrir un hochement de tête peu volontaire. et se relève en s'aidant des montants de la porte. je voudrais juste dormir jusqu'à demain; ou à dans deux jours, peu importe, le tout c'est que je dorme.

— ouais, viens. on se les pèle et avec tout ça, j'ai pas de quoi m'offrir tes services dans l'espoir de me réchauffer.

l'ironie transpire dans chacun de ses mots tandis qu'elle s'engage dans l'allée, les bras ballants. son ton de voix dénote, doux, dans ses mots rugueux. sans ses atours de gamine geek, elle ne joue plus à chat avec le temps. elle a son âge et son corps témoigne. c'est une drôle de sensation.
sa pudeur étant morte depuis longtemps, elle frappe à la porte voisine mais personne ne répond. des bruits étranges - mais explicites, s'échappent d'une chambre non loin.

— je fais ce côté, tu fais l'autre ?

elle montre du doigt le couloir qui s'étend encore sur un petite dizaine de chambre.
elle veut bien faire l'effort de chercher, mais au fond d'elle, elle sait.
elle sait que ses vêtements seront pas si facile à trouver.

Kaya
troubleshit ft. kaya 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
Kaya
D/1
Troubleshit
nana × kaya
In the latest midnight hour
When the world has gone to sleep
You gotta get up
When doubts begin to rise
And the world is at your feet
You gotta get up
La jeune fait preuve d'un humour que t'aime bien. Ca a pas l'air d'être ce genre de meuf chiante à souhait. Juste un peu cassée par sa taulée d'hier. Et puis, tu peux lui  laisser sa mauvaise humeur, t'es pareille.

Lorsqu'enfin elle se met en mouvement, vous décidez de vous séparer. Enfin c'est vite dit, y a même pas 1m qui vous sépare. Chacune prend un côté du couloir, pour aller fouiller dans les chambres. Enfin tu aimerais plutôt dire "demander s'ils n'ont pas vus des vêtements à elles". Mais qui répondrait oui à ça ? Les gens vont penser avoir à faire à deux gamines bourrées qui retrouvent pas leur chemin. Tu soupires et tu fais moins dans le délicat que la brune. Tu ne toques pas, t'entre sans honte, surtout qu'ils n'ont qu'à pas laisser une stupide porte ouverte. T'as juste une légère appréhension, après tout on ne sait jamais sur quoi on va tomber dans ce genre d'endroit. Vous pouvez en témoigner.

La chambre est dans le même style que la votre, à un détails près :
la chambre est redécorée et une odeur acide emplit l'air. Les gens qu'étaient là dedans devaient être dans un sale état, y a du dégueulis partout. Tu fronces le nez et ressors en vitesse. tu préfères rester un string toute la journée plutôt que de rentrer là dedans.

T'essayes d'autres portes, mais celles-là sont fermées et t'as beau toquer personne ne réponds. Ton visage se ferme et tu pestes intérieurement. L'autre à pas l'air d'avoir plus de chances que toi, et ça te fait penser que tu sais toujours pas comment l'appeler.

« Au fait, moi c'est Kaya. On s'est sûrement déjà présentées vu qu'on a dormi au même endroit mais j'm'en souviens pas, et je suppose que toi non plus. »

Et puis on dirait bien que vous êtes coincées ici pour un moment.
@Panda
avatar
Invité

ft. sexy!kaya
chaque porte qui s'ouvre - reste close, est une nouvelle bouffée d'échec à inspirer et expirer. chaque fois qu'elle toque, qu'on lui ouvre à poil, en pyjama, qu'on lui ouvre pas, y a pas ses affaires, y a pas celle de l'autre, y a rien qui traîne, qui dépasse, qui soit à elles.
et le couloir finit par finir, et l'on revient à son point de départ, penaude comme un prédateur qui aurait loupé sa proie. les yeux dans le vague, la main sur la tête - et ses tétons tellement durs qu'ils pourraient percer des murs, nana ne sait plus si elle veut rire ou si elle veut exploser la gueule de la personne qui les fait jouer à chat avec leurs vêtements. elle ne sait plus si elle trouve la situation simplement désespérante ou extrêmement agaçante.
un bref coup d'oeil à son acolyte pour savoir que ses recherches ont été aussi infructueuses que les tiennes.

— nana.

elle voudrait ajouter enchanté mais ça n'est pas vraiment le cas. alors elle se tait n instant, mord sa lèvre en grognant et finit par dire :

— j'ai pas reconnu le paysage dehors quand j'ai regardé par la fenêtre, donc on est dans un coin où je viens pas souvent et franchement, ça, ça me plaît pas du tout.

elle lâche sa crinière et sa tête, laisse retomber ses mèches devant ses yeux fatigués. elle a des poches si grandes et si noire qu'on la croirait sorti d'un cauchemar. mais le marteau-piquer à l'arrière de son crâne commence doucement à se calmer, alors elle rassemble ses idées.

— j'passe à la chambre récupérer un drap pour pas mourir de froid et puis je vais sortir dehors voir si je vois pas ma bagnole. tu viens ou tu viens pas, c'est toi qui vois.


et elle s'exécute sans plus de cérémonie. après avoir récupéré un plaid qui trainait, ses pieds nus sur la moquettes du couloir font un bam-bam régulier tandis qu'elle avance rapidement vers la sortie. la dame au guichet de l'entrée ne lève même pas les yeux pour la regarder passer, tellement habituée à ce qu edes choses sordides et singulières arrivent dans son établissement.

à moitié nue, elle sort dehors, resserre le plaid sur elle et c'est le drame quand elle s'aperçoit que sa voiture n'est absolument pas là.

— putain.

c'est craché entre ses dents serrées.
elle voudrait hurler.
Kaya
troubleshit ft. kaya 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
Kaya
D/1
Troubleshit
nana × kaya
In the latest midnight hour
When the world has gone to sleep
You gotta get up
When doubts begin to rise
And the world is at your feet
You gotta get up
Nana alors. Tu hoches la tête, un peu dépitée. T'as de quoi l'appeler mais c'est pas pour autant que vous êtes sorties d'affaires quoi. La problème de vêtements n'est toujours pas réglé. Surtout que vous êtes arrivées au bout du couloir et que personne n'est dans la capacité de vous aider. Lorsqu'elle parle de dehors, des frissons te parcourent. Ce n'est pas l'idée d'être nue qui te dérange, mais plutôt le froid qui va être un soucis. Mais tu la suis pour trouver te mettre un truc autour des épaules. N'importe quoi fera l'affaire, et lorsque tu as enfin trouvé de quoi te couvrir, tu le tiens bien fermé autour de toi. Vous avez certainement l'air ridicules, enroulées dans une couverture, pieds et jambes nus.

Nana propose d'aller voir si elle retrouve sa caisse, et lorsque vous déboulez dehors, elle lâche un juron, qui est certainement de mauvaise augure. Elle est arrêtée en plein milieu, l'air déprimé.

« Je suppose que ça doit vouloir dire qu'elle est pas là. »

Tu hausses les épaules et tu pointes un bâtiment que tu reconnais.

« J'suis déjà venue ici il me semble. on doit pas être loin de Shinjuku. »

Tu hausses les épaules et attrape son plaid pour la faire revenir dans l'entrée sombre du love hotel.

« J'allais proposer d'appeler quelqu'un mais sans mon portable impossible d'avoir mes numéros. J'retiens jamais ces trucs là. Dis moi que c'est plus ton truc s'teuplait. »

Tu passes tes doigts sur tes tempes, le mal de crâne est toujours là, certainement moins dur qu'au réveil, mais tu le sens toujours au fond, le sang pulsant fortement. Et plus tu essayes de te souvenir du numéro de Wei, plus ça empire. Pour une fois que t'as besoin de lui, t'es pas capable de l'appeler ... Quoique, c'est peut-être pas plus mal en fait ... Tu ne veux pas imaginer sa tête s'il te voyait dans cet état. Il ne parlerait pas devant la brune, mais une fois seuls à seuls, il te dirait que tu es bonne à rien et tout ce genre de choses. Ouais finalement c'est plutôt cool que tu ne l'aies pas sur toi.

Tu ouvres de grands yeux et tu lâches un gémissement. Tu viens de te rendre compte qu'au delà de ne pas avoir le numéro de ton petit frère, tu n'as plus du tout ton répertoire. Ce qui veut dire que si tu ne retrouves pas ton téléphone, tu as perdu tout tes clients.
C'est la merde putain.
Tu tournes la tête vers la réceptionniste, elle a le regard baissé vers un magasine qu'elle consulte, tournant les pages de temps à autres et a l'air de ne rien avoir à faire à vous. Et si tu lui demandais ? Peut-être qu'elle a vu quelque chose hier soir ?
@Panda
avatar
Invité

ft. sexy!kaya
non, bien sur, elle n'est pas là. son char, son carosse n'est pas avancé et elle-même n'est pas plus éclairée. cette situtaion commence légèrement à l'agacer tandis qu'elle sent un courant venir chatouiller ses doigts de pieds.
elle racketerait bien un passant juste pour un bonnet et des gants.
une lueur de nouveauté brille lorsque la prostituée les situe finalement pas loin de shinjuku. elles ne sont évidemment pas plus proche de récupérer leurs vêtements mais voilà, en sachant cela, elle fait une liste mentale des coins branchés où elles auraient pu se rencontrer.

— non, je retiens rien, j'connais juste me numéro de mon père.

elle hausse les épaules.

— il est mort depuis des années.  ajoute-telle avant que l'autre ne lui demande de l'appeler. en dehors de ça, elle n'a pas d'idée. pas le moindre début d'une piste dans son crâne embrouillé. et puis y a ce marteau-piqueur qui lui donne des haut-le-cœur. suivant le regard de sa compagne d'infortune, elle regarde fixement la réceptionniste.

—j'ai un doute sur le fait qu'elle ait vu quoi que ce soit mais...


et sans plus attendre, elle se dirige vers la femme dont la peau est aussi tannée que du vieux cuir. ses petits yeux noirs derrière des montures écailles scrute le visage de nana alors qu'elle daigne enfin relever sa tête.

s'pour quoi ? dit-elle de sa voix chevrotante. c'est alors que nana entreprend de lui exposer la situation. la discussion dure peu de temps, peut-être deux ou trois minutes. et elle revient finalement.

— elle a dit qu'elle se souvenait de pas grand chose d'hier, et qu'elle est un peu bigleuse mais qu'elle est presque sûre qu'on était déjà en string en arrivant. donc ça veut dire que nos vêtements sont pas là. ah et... il y avait un homme avec nous.


et à chaque fois qu'elle essayait de se remémorer son visage, une migraine lui vrillait la tête et faisait pleurer ses yeux.

Kaya
troubleshit ft. kaya 1503175769-2017-08-19-22h49-10
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
Kaya
D/1
Troubleshit
nana × kaya
In the latest midnight hour
When the world has gone to sleep
You gotta get up
When doubts begin to rise
And the world is at your feet
You gotta get up
Elle ne connais pas de numéros. Enfin si un seul, seulement c'est le numéro de son père décédé. C'est pratique dis donc. Du coup vous n'êtes pas plus avancées. T'as l'impression de faire un pas en avant pour deux pas en arrière. Vous ne faites que reculer depuis un moment. Alors tu ronchonnes dans ton coin, t'es de mauvaise humeur et rien ne s'arrange. Heureusement que Nana est allée voir la réceptionniste. De là où t'es t'entends pas tout. Et c'est pas comme si t'essayais de te concentrer sur la conversation de toute manière.

Quand la jeune revient vers toi, elle te fait un résumé de leur conversation. Et il y a bien une info que tu n'as pas entendue. Un homme avec vous ?

« Je suppose qu'elle a pas fait attention à lui, et qu'elle ne sait pas à quoi il ressemble ? »

Tu t'assois sur une des chaises miteuses de l'entrée, parce que tu commences à être pas mal fatiguée. T'as beau essayer de te souvenir de qui ça pourrait être mais c'est le noir total. T'as envie de te tirer les cheveux parce que t'es arrivée à bout d'idée. A part rentrer à pieds, tu vois pas ce que vous pourriez faire. Sauf que t'as vraiment pas la fois de marcher pieds nus dans la ville. Imagines que tu marches sur un truc coupant, que t'attrapes une maladie chelou ... Tu fais déjà assez d'effort pour pas tomber malade à cause de ton métier, c'est pas pour finir comme ça ! Ton humeur s'assombrit un peu plus et tu t'enfonces un peu plus dans ta couverture. T'as envie de te fermer au monde, de rester bien au chaud et de ne plus voir dans quelle situation merdique tu es.

« Plus jamais je bois comme ça. »

T'as beau dire ça on sait tous que tu ne t'y tiendras jamais. Tu vas tenir une semaine et puis on va te proposer plusieurs verres et tu finiras bourrée dans un coin.

Tu es si concentrée sur ton malheur que t'as pas fait attention à la nouvelle personne qui vient d'entrer.
@Panda
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum