comme un poisson sur un pont // nótt + ellipse
avatar
écoute le silence comme ça sent bon
FT : marcin (kyoux) // jseph (kard)
Crédit : elli + absinthe + oim
Âge : 24 yo
Habitation : ikebukuro
Présentation : no past_
Fiche de liens : no future_
Autres comptes : ophélia
Messages : 144
D/2


Let me see your soul—ft— Ellipse
Music— La douceur de draps de satin. Le tic-tac régulier d’une vieille horloge européenne. Les lignes modernes d’un appartement luxueux. Shinjuku. Depuis une dizaine de minutes tu contemplais le plafond. Blanc. Clairement pas intéressant. L’autre était en train de ronfler. Il devait être quatre heures du matin environ. Ronflement. L’autre dormait. Tu te souvenais de ta soirée. Classique. Un bar. De la musique. De l’alcool. Un mec aussi bourré que toi qui te drague. Et puis tout fini chez lui. Tout fini toujours chez l’autre. Jamais chez toi. Sur le coup tu profites. Les deux grammes dans chaque bras aident pas mal. Et puis plus la nuit avance plus tu commences à regretter. Comme toujours. Mais tu ne montres rien, parce que tu n’en es pas sûr. Une partie de toi veut fuir, une autre veut encore profiter de la nuit. Au final c’est la fuite qui l’emporte. Comme toujours.

Debout. D’un pas léger tu rassembles tes affaires. Tes fringues puent le tabac froid. La pire odeur. Tu fouilles les placards de l’autre. Blue jean slim. Débardeur blanc. Chemise à carreaux rouges et noirs. La chemise est un peu trop grande pour toi mais bon. Tu laisses tes fringues. Cadeau souvenir. Et puis c’est pas comme si tu les avais prises à un autre mec. Baskets au pied et tu sors de l’appartement. Sans un mot. Sans un sourire. Juste un horrible mal de ventre qui ne fait que grossir depuis que tu es debout. Tu aurais voulu prendre une douche. Mais ça l’aurait réveillé. Il serait venu. Très peu pour toi.

Une bouffée d’air. Tu te sens un peu mieux. Direction le métro. Tu veux retrouver ton lieu secret. Là où tu te sens apaisé. Là où tu peux pleurer sans avoir honte. Le temps de traverser la ville. Tu veux respirer. Te calmer. Aller mieux. Odaiba. Il n’y a pas grand monde. En même temps c’est tôt Au loin, le pont brille de mille feux. Rainbow Bridge. Il est le phare de ta nuit. La corde qui te permet de retrouver le rivage. Personne sur la passerelle piétonne. Tu respires l’air de la baie. Appuyé sur la rembarde. Cheveux dans le vent. Une clope dans la bouche. Le mal de ventre se calme. Enfin. Tu fermes les yeux. La ville se réveille. Les gens commencent à partir au travail. Les voitures roulent sur la passerelle juste au-dessus. Tu te sens mieux.
code by nutty   410 mots—  color #f32323

_________________
avatar
FT : Oikawa Tooru ; Haikyuu + Kim Taehyung
Crédit : ma propre race & la non race de Ab(do)s
Âge : 20
Présentation : DASH
Fiche de liens : RUN
Messages : 244
D/2

Run away ;
It's not my day side
MUSIC_Nuit blanche. Tu flanches. Nuit blanche. Tu flanches. Tu grattes le papier, t’as en marre de calculer, de déchiffrer. Tu ne sais même pas pourquoi au fond, tu continuais des études presque sans raison. Sûrement l’égo. Tu avais grandi dans ce berceau, celui qui se fait d’or et d’argent. C’était un monde bien clément. La vie se faisait tellement facile, mais elle n’a tenue qu’à un fil. Toi et Kana, vous aviez tant perdu, que vous aviez fini à la rue.

Vous vous êtes redressés comme vous le pouviez, apprenant quelques métiers. Vous avez grandi, et quand même votre vie n’était plus celle qu’elle fût. Ce n’était pas si mal. Il y avait une certaine forme de liberté derrière cette vie quelque peu bancale.

Tu poses ta plume ayant finis de rédiger ton dernier devoir sur tu ne sais encore quelle foutue technique de marketing trouvé par tu ne sais quel encore autre idiot. Tu jettes un coup d’œil à ton téléphone, et t’en perds tes mots. Tu avais passé la nuit sur cette connerie. Six heures tapantes, ça avait été une nuit peu gratifiante.

Tu files prendre une douche en vitesse te débarbouillant le faciès avant d’enfiler quelques vêtements avant de quitter ce qui te servait de logement. On pourrait te croire inépuisable à courir sans cesses dans tous les sens, quel un pauvre atteint de démence. On dira simplement que tu avais de l’énergie à revendre. Cependant, qu’on ne te demande pas d’être agréable avec si peu d’heures au compteur. Tu tenais bon, mais tu te faisais le roi des cons.

Comme à habitude, tu te faisais en retard, Tu n’en avais jamais marre à croire. Tu dévalais les escaliers du métro à toutes vitesse avec une grande maladresse. Trop de monde & l’impossibilité de rentrer. Changement de plan, dans tous les cas tu ne serais jamais à l’heure. Tu décides d’emprunter la voie piétonne et à courir tel un voleur.

Idée des plus naze. Tu finis par rentrer dans un type brun et fin. Tu claques des dents en voyant que tu avais fait tomber toutes tes affaires au passage. T’avais la rage.

« P’tin. C’est quoi ton délire à rester planter au milieu de ce trou à rat ? » T’étais le seul fautif, mais aujourd’hui : rien à foutre.  


HRP_ c'est une réponse de ksos dsl jtm ; code by nutty

_________________



   
« We saw the mirage in the desert but we couldn’t grasp it »
In the end, we reached the mirage and it became our reality; The scary desert became the ocean with our blood, sweat and tears.
   


   

FC:
 
avatar
écoute le silence comme ça sent bon
FT : marcin (kyoux) // jseph (kard)
Crédit : elli + absinthe + oim
Âge : 24 yo
Habitation : ikebukuro
Présentation : no past_
Fiche de liens : no future_
Autres comptes : ophélia
Messages : 144
D/2


I believe i can crash & dieft— Ellipse
Music— La nuit passe. Elle suit son cours. Autour de toi la ville est en train de se réveiller. Monstre informe et immense au sommeil léger. Et toi Nótt tu es là sur ton pont. Ce Rainbow Bridge que tu affectionnes tant. Ce lieu où tu peux admirer la baie de Tokyo en fumant tranquillement parce que ne personne viendra t’emmerder à une heure aussi matinale. Le temps passe. Une cigarette. Deux. Trois. Peut-être quatre. C’est mieux. L’esprit s’apaise. Le calme revient. Au loin le soleil commence à montrer ses rayons. L’eau noire de l’océan prend peu à peu une couleur rouge sang. Déjà le bruit des klaxons des voitures arrive à tes oreilles. Le monstre est debout. Habité de tous ces parasites grouillants. Un instant court à la beauté enivrante. Tout aurait pu être parfait. Tout. Mais non. Parce qu’il a décidé de pointer son nez sur ce pont. De rompre le charme de ce moment en te fonçant dedans. La cigarette t’échappe des mains et tombe dans la mer. C’est malin. Au prix où ça coûte.

Tu t’étais rattrapé à la barrière de sécurité pour ne pas tomber. Idée intelligente. Ainsi tu admires l’autre. Il râle, commence à geindre dans tous les sens comme quoi c’est ta faute. « P’tin. C’est quoi ton délire à rester planter au milieu de ce trou à rat ? » Ta faute ? Mon cul. Tu le toises en silence pendant qu’il est accroupi à ramasser ses affaires. Un pied sur un cahier. Tu enlèves ton pied pour le ramasser. Tiens, un cours de marketing ? Pourtant il ne porte ni costume, ni cravate, ni jolie coupe bien arrangée de fils à papa. Définitivement pas la gueule pour faire des études de commerce. Tu détailles le garçon. Il n’a pas l’air plus vieux que toi. Peut-être un peu plus jeune. Peut-être que bourré dans un bar tu aurais commencé à le draguer. Certainement même.

Une personne normale se serait énervée devant cette fausse accusation. Mais pas toi. Tu n’as pas envie de commencer ta journée comme ça. Et puis ce n’est pas ton genre de te mettre en colère. En tout cas pas pour si peu. Finalement tu lui tends ce cahier que tu gardais dans ta main depuis tout ce temps. « Désolé. » Un mot. Belle entrée en matière Nótt. Ça te dirait pas d’en faire un peu plus ? En plus t’as pas à être désolé. « J’peux t’inviter à boire un café pour me faire pardonner ? Ou t’es vraiment trop pressé ? ». Deux phrases. Exploit. Miracle même. Et en bonus un sourire de gentil garçon, juste pour gommer cet air blasé-dépressif que tu te tapes depuis le début. Mais t'espères quoi avec cette invitation ?
code by nutty   458 mots—  color #f32323

_________________
avatar
FT : Oikawa Tooru ; Haikyuu + Kim Taehyung
Crédit : ma propre race & la non race de Ab(do)s
Âge : 20
Présentation : DASH
Fiche de liens : RUN
Messages : 244
D/2

Run away ;
It's not my day side
MUSIC_Manque de sommeil, satané réveil. Tu te fais désagréable quand tu es dans ces états là : épuisé et pressé. Au fond, tu ne pouvais en vouloir qu'à toi-même : tu aurais pu tout arrêter il y a bien longtemps dans un élan de flemme. Tu cours, te rue pendant que les rues de tokyo, elles, se réveillent sous le soleil de l'aube. Évidemment, c'était sans compter sur ce type dans quelque tu venais de rentrer et après qui tu venais râler. Tu te disais que de toute manière, ta journée était foutue, alors à quoi bon vouloir paraître sympathique quand t'as tout juste le temps de te trimballer ta dégaine pathétique.

T'étais à peu près sûr qu'il allait réagir comme n'importe qui d'autre l'aurait fait : élever la voix avant de t'insulter et probablement balancer tes affaires par dessus le pont contre ton gré. Pourquoi ? Pourquoi pas. Après tout, c'était toi le fautif et c'était toi qui venait aussi de t'en prendre à lui des plus simples manières. Et pourtant tu avais tout faux.

Tu t'étais à moitié jeté au sol pour ramasser tes affaires désassemblée. Cahiers et papiers. T'aurais du les mettre dans ton sac au lieu de courir les bras chargée de tes dossiers. Qu'elle idée. Tu perdais un temps précieux, ça te faisait une belle jambe. Et voilà que ta victime de collision vient t'aider tendant ton cours de marketing. Ah.

Désolé. s'excuse-t-il. Tu en restes presque bouche bée. C'était quoi ce type ? Sur le coup, tu savais plus si tu le remerciais intérieurement de ne pas gâcher un peu plus ta journée ou si ça t'agaçait. Tu te tais récupérant simplement tes affaires avant de te redresser et de vérifier s'il ne te manquait rien.

J'peux t'inviter à boire un café pour me faire pardonner ? Ou t'es vraiment trop pressé ?
Finalement, tu sais, il te tape sur le système. Tu récupères tes affaires soufflant.

"Je vois pas pourquoi je serais pressé. J'étais pas du tout en train de courir pour rattraper mon retard voyoooooons." Sarcasme. C'était d'une évidence que tu étais loin d'avoir tout ton temps. Tu jettes un coup d'oeil à ta montre rapidement. C'était mort de toute façon.

"Laisse tomber." Tu comptes tes feuilles et, il t'en manque. Tu commences à paniquer regardant à droite, à gauche. Oh putain, elles ont volé par dessus le pont. Doux Jésus, ton devoir venait de partir à tout jamais. Tu te jettes contre la rempart admirant la chute de ton dur labeur. Tu aurais du faire attention, quelle erreur.

"...Je crois que ça ne sert plus à rien de courir. Plus qu'un café, je crois que je vais me jeter du pont pour aller boire la tasse." Tu te laisse mourir contre la barre de métal. "Ou un verre. Seulement si tu paies."

Quand t'as pas d'argent, ma foi. 


HRP_ 12h03; à 3 min près ça va code by nutty

_________________



   
« We saw the mirage in the desert but we couldn’t grasp it »
In the end, we reached the mirage and it became our reality; The scary desert became the ocean with our blood, sweat and tears.
   


   

FC:
 
avatar
écoute le silence comme ça sent bon
FT : marcin (kyoux) // jseph (kard)
Crédit : elli + absinthe + oim
Âge : 24 yo
Habitation : ikebukuro
Présentation : no past_
Fiche de liens : no future_
Autres comptes : ophélia
Messages : 144
D/2


Shut up & hopeft— Ellipse
Music— Il est là. Devant toi. Il ramasse ses papiers égarés, éparpillés. Et toi tu le regardes. Tu ne l’aides pas. C’est pas ton genre. Tu peux faire semblant d’être gentil, afficher des faux sourires au premier venu, mais être serviable non. Arrête de ne penser qu’à ta gueule. Mais c’est plus fort que toi. L’enfer c’est les autres comme disait Sartre. Un jour tu te feras tatouer cette phrase dans la peau tellement elle te suit partout. Tellement elle s’applique à toi. Il te répond : « Je vois pas pourquoi je serais pressé. J'étais pas du tout en train de courir pour rattraper mon retard voyoooooons. ». Sarcastique le garçon. Ça te plait. Tu es les mecs qui ont du caractère, qui se laissent pas faire et savent ce qu’ils veulent. Enfin avant de penser à l’avenir de cette relation encore inexistante, il faudrait réussir à la sauver. Parce que là l’autre est toujours aussi agacé et ça fait pas tes affaires.

D’un coup le jeune homme se met à regarder autour de lui. Frénétique. Agité. Tu le suis des yeux, toujours enfoui dans ce silence qui te va si bien au teint. Le sarcasme a laissé place à l’inquiétude. A l’anxiété. A la panique. Et puis plus rien. Juste le désespoir. « ... Je crois que ça ne sert plus à rien de courir. Plus qu'un café, je crois que je vais me jeter du pont pour aller boire la tasse. Ou un verre. Seulement si tu paies. » Il est là. Avachi sur la rembarde. Regardant l’eau coulée juste en-dessous. Tu ne peux pas le laisser là. Tu n’aides pas les gens. C’est pas ton genre. Mais là c’est différent. Pourquoi ? T’en as aucune idée. Imbécile. C’est juste que ce garçon te fait de la peine. Un sentiment qui n’est très pas très courant dans ton corps.

Tu te poses à côté de lui. Le dos contre la rembarde. Une clope dans la bouche. Un clic. Et de la fumée se mêle à l’air ambiant. Le soleil s’est levé sur la ville, l’éclairant de lumières rouge orangé. Comme si elle prenait feu. « Fous toi en l’air si tu veux. Mais évite de polluer la mer au passage. » Classe. Pour sûr ça va lui remonter le moral. Tu prends le temps de l’observer un instant. Alors que son regard se perd dans l’horizon. Il fait à peu près ta taille. Un peu plus grand. Des cheveux châtains comme tous les japonais qui ne se font pas de coloration. Et des yeux sombres. Mignon. C’est peut-être ça que t’espérais avec ton invitation. Une nouvelle conquête. Un nouveau nom à ajouter à ton tableau de chasse. Un cœur brisé de plus aussi. Probablement. « Jveux bien te payer à boire. Mais avant va falloir m’en dire un peu plus sur toi. » Tu lui souris. Encore. Le coup du gamin innocent. Très original. Sérieusement tu joues à quoi ? Y’a quelques heures t’étais à deux doigts de vomir après avoir passé la nuit avec un mec. Et à peine remis tu en dragues déjà un autre. Crétin.  
code by nutty   521 mots—  color #f32323

_________________
avatar
FT : Oikawa Tooru ; Haikyuu + Kim Taehyung
Crédit : ma propre race & la non race de Ab(do)s
Âge : 20
Présentation : DASH
Fiche de liens : RUN
Messages : 244
D/2

Run away ;
It's not my day side
MUSIC_C’est à demander ce que tu fous réellement. Tu te tues à la tâche et au final tu laissais ton dur labeur s’envoler. Et maintenant ? Bonne question. Tu aurais pu rentrer chez toi ou encore tenter d’obtenir un délai supplémentaire auprès de ton école, au final tu choisis la troisième (et certainement la pire) option : ce jeune garçon à l’allure particulière. Fous toi en l’air si tu veux. Mais évite de polluer la mer au passage. Tu le toises : pour le capitale sympathie, tu repasserais. Ca restait quand même mieux que rien. Tu t’avances d’un pas en sa direction et tu lui tires de ses mains sa clope avant que lui ne tire au contraire une nouvelle latte.

« Et toi évite de polluer mon air. » Donnant-donnant, tu envoies la tige rejoindre tes copies au fin fond de l’océan. C’était typiquement le genre de gars qui voulait justement se donner un genre à tes yeux. Tu devrais passer ton chemin, mais tu te dis que quitte à perdre du temps, autant tuer celui-ci avec lui, puisqu’il semble volontaire.

Jveux bien te payer à boire. Mais avant va falloir m’en dire un peu plus sur toi. T’as l’impression d’être face à un mauvais personnage d’un des mangas super étrange de ta sœur. Il sortait d’où sérieusement ? Junjou Romentica ? (Bah quoi, t’avais fini par capté les bails chelou de ta frangine à force).

Tu fourres tes mains au fond de tes poches cherchant à réchauffer tes doigts des plus glacés et tu avances en direction d’un coin plus à même de vous proposer des bars -que ce pont au milieu de nulle part.- « Elliet. Mon nom. C’est un bon début. » Encore un nom d’emprunt au milieu de toutes tes autres pseudos identités d’un soir.

« Il va falloir aussi m’en dire plus sur toi aussi. C’est rare de voir quelqu’un dans le coin. Et tu sais de quoi tu parles.  C'est tout aussi rare de proposer un verre aussi tôt. » Tu le détailles sans aucune gêne. « Un mauvais coup ? » Tu brûles les étapes, mais il ne fallait pas être un génie pour conclure. Stéréotype ou non, il y en a pas beaucoup qui se baladent dans des vêtements trop grands au petit matin avec un air morose dans un coin désert.


HRP_ giga random im sorry, ça me réussi pas de rp au boulot je devrais bosser mdr ; + je me relirais plus tard dsl y a doit avoir des fautescode by nutty

_________________



   
« We saw the mirage in the desert but we couldn’t grasp it »
In the end, we reached the mirage and it became our reality; The scary desert became the ocean with our blood, sweat and tears.
   


   

FC:
 
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum