Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven]
Gypsophila
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] Icongy10
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Raven

Mon rêve ne serait pas complet sans toi.

Music

Les étoiles scintillaient de mille feux, tout comme mes yeux, plongés dans les tiens. Nous n'étions pas sur un toit ce soir-là, mais dans les nuages. Mon cœur se serrait, ma respiration s'accélérait. Je n'avais qu'un seul désir, n'être qu'avec toi, sentir ton cœur battre auprès du mien, exister avec toi...

Il avait appréhendé ce moment durant trois jours. Chaque minute, chaque seconde, il regardait l'heure sur son téléphone. Il ne savait pas s'il devait se réjouir ou s'inquiéter. Ce qui s'était passé sur le toit, ce soir-là, était tellement magique, ce garçon était si magique... Alors... La magie serait-elle de nouveau présente à ce rendez-vous ? Et si elle ne l'était pas, qu'adviendrait-il d'Haru qui plaçait tant d'espoir en ce moment ?

Il avait passé la journée à se demander comment s'habiller. D'habitude, sa tête regorgeait d'idées de vêtements allant parfaitement ensemble et adaptées à chaque type de situation. Mais cette fois-ci, c'était tellement différent. Devait-il avoir l'air décontracté, fallait-il être extravagant ? Trop de questions se bousculaient dans son esprit. Pourquoi se prenait-il autant la tête ?

C'était la première fois qu'il avait un rendez-vous comme cela.

La première fois qu'il avait brillé dans les yeux d'une personne.

Alors il ne devait pas le décevoir, il devait se montrer sous son meilleur jour, malgré ses cernes, car il n'était pas parvenu à trouver le sommeil. Il portait un pantalon noir qui s'arrêtait au-dessus de ses chevilles et semblait vouloir dévoiler ses fines et longues jambes, puis un énorme pull en laine, blanc avec quelques motifs, surmonté par une veste en jean bien trop grande pour lui. Il s'était bien coiffé, il sentait bon. Il voulait être parfait.

Le brun descendait de chez lui après avoir passé trop longtemps à s'occuper l'esprit. L'air était doux, mais il savait qu'il ferait plus frais dans la soirée. La nuit tombait petit à petit, c'était bientôt l'heure. Son téléphone indiquait qu'il était neuf heures moins le quart. Encore une fois, son cœur se mettait à battre. Haru avait peur, si peur. Et si Kin ne le trouvait pas si intéressant que cela, au final ? Il valait mieux ne pas trop y penser, ou il risquait de perdre tous ses moyens face à lui.

Près de la statue d'Hachiko, il attendait son invité. Nerveusement, il tapotait le sol avec son pied-droit. Les bras croisés, il tentait de se calmer. Il regardait les gens qui marchaient, courraient, prenaient des photos devant cette célèbre statue. Il y avait tellement de monde, et Gypsophila avait peur de ne pas le retrouver. Sa tête se balançait de droite à gauche, puis, parfois, elle se baissait pour regarder le téléphone, pour voir l'heure, pour voir si aucun message n'avait été envoyé.

Et le temps passait. Et ça lui semblait être une éternité. Sa colombe avait cinq minutes de retard. Ce n'était rien, et pourtant, ça faisait monter l'angoisse dans le cœur du garçon. Non, il n'avait pas pu lui poser un lapin, ce n'était pas possible...

Et là, il le vit, marchant entre les gens, et il semblait briller, tout comme les étoiles qu'ils avaient regardés ce soir-là, et Haru ne voyait plus que lui. C'était vraiment ridicule. Ils ne se connaissaient même pas vraiment. D'un pas rapide, il s'approchait de Kin, un large sourire aux lèvres, et du rose sur les joues, à force d'avoir trop angoissé. Il était si content, il se sentait soulagé, et pourtant, incroyablement stressé.

"Tu es venu. Je suis vraiment content je... Euh... Bonsoir au fait..."


Il bafouillait, pourtant, il essayait de montrer qu'il avait l'air à l'aise. Il aurait pu lui demander si ça allait, mais peut-être n'était-ce pas une si bonne idée. Si l'autre lui demandait à son tour comment il allait, Haru ne saurait pas quoi répondre.

"Je connais un restaurant super sympa, j'espère que tu aimes bien les sushis. Moi, j'adore ça, on y va ? J'ai une faim de loup."

Et, sans vraiment attendre de réponse de sa part, Haru l'emmenait vers le fameux restaurant. Il n'était pas loin, seulement quelques petits mètres. Il poussait les portes de l'enseigne. Il n'avait pas fait les choses à moitié. S'il voulait impressionner Kin ? Oui, un peu. Le restaurant avait des allures chics, presque occidentales, même si la nourriture servie était typiquement asiatique. Il avait réservé une table un peu isolée. Peut-être que son ami n'aimait pas le monde ? En tout cas, Haru espérait avoir bien fait. Il s'asseyait et il le regardait enfin droit dans les yeux. Il était si différent, si beau...

"Tu portes des lunettes ? Ça... Te va bien, je trouve..."

Les menus arrivèrent et la fleur tentait de se camoufler derrière sa petite carte. Un long silence s'installait. Comment cette soirée allait se passer ? Personne ne le savait. Mais Haru était content, il souriait. Comme un imbécile. Un imbécile heureux ? Oui, c'était ce qu'il était.

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
Raven
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] 1517877543-rara
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).



Musique


19h.
Le soleil était encore présent arborant avec fierté ses doux rayons lumineux sur la ville s'agitant encore un peu. Le portable du corbeau se mit à sonner, le laissant doucement ouvrir les yeux, observant le plafond. C'était tôt 19h pour un oiseau nocturne, mais c'était nécessaire. Absolument nécessaire. Ce sommeil n'avait pas été réparateur, déjà, parce qu'il avait eu du mal à dormir et surtout, parce qu'il ne cessait de se réveiller par intermittences de peur de rater l'heure. C'était un jour très important, très très important. Celui qui, pendant si longtemps l'avait torturé par sa simple existence allait rentrer de nouveau dans sa vie. Une personne lambda qui au fur et à mesure avait réussit à gravir les échelons arrivant jusqu'à un point de non-retour, l'amour était né, une alchimie particulière, c'était doucement mise en place reliant les deux protagonistes par un fil fraîchement tissé par l'araignée du hasard. Alors, sans attendre, l'oiseau sortit de son lit dans son pyjama habituel traînant la patte jusqu'à la salle de bain. Il se mit devant la glace, les cernes étaient présentes et il aurait du mal à la cacher. Il retira alors doucement ses vêtements, branchant son téléphone à une petite enceinte. Rien de mieux pour commencer une nuit que de prendre une douche en musique.

L'eau chaude coulant sur son visage, ses cheveux, son corps lui faisait l'effet d'une fontaine de jouvence, bougeant par moment au rythme de la musique. Il passa ses mains savonneuses dans ses cheveux. Son esprit se posa enfin, laissant sa conscience ce réveillé à son tour. Il allait le revoir, il allait enfin pouvoir le revoir, le toucher, le sentir, c'était sur, certain. Qu'est-ce que c'était agréable de savoir cela, savoir que cette personne qui dans notre esprit nous idéalisons un peu tous, cette personne si précieuse, si cher et si incroyable à nos yeux rencontrera de nouveau notre vie relativement banale. Ce petit piment, cette petite bribe de joie parcourant frénétiquement une partie de notre existence avant de devenir notre propre existence. Ce petit moment d'ambiguïté entre deux personnes, de romance, de flirt plus ou moins poussé. Cela fait tellement longtemps que le corbeau n'avait pas ressentit une telle excitation à l'idée de revoir quelqu'un et c'est ainsi qu'il prit conscience qu'il était rentré dans sa vie.

20h. Tout devait être parfait, absolument tout. Du bout des ongles à sa chevelure en passant par ses habits. Les premières questions commencèrent à pointer le bout de son nez et le corbeau n'apprécia guère cela. Cette petite graine de stress qui peu à peu gagnait l'intégralité de son ventre, la serviette autour de la taille il se plaça devant son armoire et choisis ses vêtements. De la couleur ? Des habits chauds ? Froids ? Un chapeau ? Une veste ? Un sac ? Woh. Doucement, tout devait être posé, calme. Il s'assied sur le bout de son lit, respirant lentement. Ne pas se faire submerger par l'euphorie, rester calme, ne pas stresser. C'est toujours ainsi avec lui, tout est tellement compliqué à faire pour le corbeau, à comprendre. Les interactions sociales n'a jamais vraiment était son fort, d'autant plus que ce rendez-vous n'avez rien de professionnel.

Il passa un long T-shirt noir lui arrivant jusqu'aux genoux et un vieux jean délavé. Il retourna ensuite à la salle d'eau, séchant ses cheveux puis les brossa avant de les réunir en un gros chignon, ou une queue-de-cheval. Il était indécis, il ne trouvait pas ça esthétique, pas assez beau. L'oiseau se stressait seul, il savait que l'homme qu'il allait revoir ce soir serait d'une beauté incomparable comme la dernière fois, alors il ferait un effort lui aussi. Il retourna dans sa chambre et mit ses lunettes de vue avant de se vernir les ongles de son noir habituel. Il passa plusieurs couches dessus et souffla frénétiquement afin de faire sécher cette peinture fraîchement appliquée.

20h30. Merde. Il était en retard, complétement en retard. Il en avait déjà pour 40 minutes en marchant assez rapidement. Il enfila en vitesse ses boots noirs, sa chemise marron à carreaux descendant jusqu'aux genoux également ainsi qu'un chapeau afin de cacher la misère de ses cheveux et ferma la porte à double tour. Il était clairement, mais clairement en retard et le stress revenait. S'il ne l'avait pas attendu ? S'il était déjà parti ? S'il pensait que Raven lui avait posé un lapin ? Pas le temps d'attendre le tram, juste le temps de courir assez vite pour réussir à ne pas être si en retard que ça. Il n'avait même pas pris de quoi payer, merde. Il hésita à faire demi-tour, pas le temps et il courut si vite, si fortement. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas couru ainsi, il courrait inlassablement, poussant les gens par moment, les basculants par mégarde, il devait avancer, il voulait hurler aux gens " dites-lui de m'attendre ".

21h10. L'oiseau arriva devant le parc haletant, il respira un grand coup passant sa main frénétiquement sur ses habits qu'il imaginait sûrement très sale. Pourvu qu'il ne puait pas la transpiration. Pourvu qu'il l'avait attendu, pitié qu'il l'ait attendu. Il rentra dans le parc, cherchant d'un regard inquiet cette figure étrangement amicale et lorsque, d'un regard en biais, il le trouva, son cœur encore sous l'effet de cette adrénaline insoutenable fit un bon. Un seul. Le temps semblait s'être arrêté lorsque leurs regards se sont croisés, lorsque le visage d'Haru vint s'éblouir d'un sourire chaleureux, lorsqu'enfin, ils étaient ensemble. La seule envie qui parcourra le corps essoufflé de Raven était de courir encore plus, lui sautant au cou, mais il se devait de rester relativement calme. Lorsque son pas s'était enfin décidé à rejoindre Haru, son coeur s'emballa de nouveau, ses jambes lui hurlaient de partir loin, mais son être le poussait à continuer cette route. Ca allait, ça devait aller, tout aller bien. Respire.

Lorsque le corbeau lui fit face, il semblait être sur un nuage, cette sensation indescriptible de plénitude immense. Il parcourra brièvement le corps d'Haru, dieu qu'il était beau. Il voulut le toucher du bout de ses doigts comme pour de nouveau se dire qu'il était présent, qu'il était là avec lui. Il prit la parole d'abord gêné, hésitant, c'était étrange, mais cette magie était de nouveau présente, de nouveau palpable, ses mots sonnant comme une douce mélodie à ses oreilles.

" Je n'aurais manqué ce moment pour rien au monde. "

C'était sortit tout seul, une honnêteté défiant toute concurrence. Il avait faim, il voulait aller au restaurant. Raven n'avait rien eu le temps d'ingurgiter en se levant, l'estomac noué, il avait faim également, et Haru prit les rênes, il savait où manger et c'était parfais ainsi. L'oiseau hocha la tête, il le suivrait. Ils marchèrent alors tout deux, côtes à côte le soleil se couchant derrière les montagnes dans leurs dos laissant une brise légère parcourir le corps du corbeau, les frissons remontant le long de ses bras faisant dresser l'entièreté de ses poils.

Bientôt, ils arrivèrent devant le dit restaurant, c'était beau, vraiment, plutôt chic, très occidental dans l'idée presque comme dans un conte de fées. C'était romantique pour tout dire, l'ambiance y était relativement calme et très posée, et même si Raven avait conscience que sa présence faisait peut-être tâche dans un lieu comme celui-ci, il ne prit pas la peine de faire remarquer quoi que ce soit. Après tout, il était bien accompagné. Le serveur conduisit les deux protagonistes vers une table plutôt isolée, c'était parfais, un sans-faute, incroyable. Raven ne pouvait poser ses yeux directement sur Haru, car cette sensation qui à chaque fois dévorait l'intérieur de Raven le reprenait lorsque leurs regards tombaient l'un sur l'autre. Il observa alors les décorations du restaurant et une fenêtre donnant sur l'extérieur attirait par moment son attention. Le silence se fit briser lorsqu'Haru reprit la parole remarquant les lunettes du corbeau. Mince. Il avait totalement oublié de les retirer, mais, dans sa phrase, il glissa un compliment qui toucha Raven en plein cœur. Il trouvait que ça lui allait bien. Ses pommettes rougirent et ses lèvres vinrent s'étirer dans un léger sourire. Boom, dans le mille.

" Je.. Oui. Ce sont des lunettes de repos. Je les porterais plus souvent si tu veux. "


Sous-entendu " on se revera bientôt j'espère ". Les menus arrivèrent et il observa la carte avec attention. Son cœur continuait de battre si fort qu'il était obligé de lancer des regards gênés à Haru afin de savoir s'ils les entendaient. C'était plus fort que lui, ses choses la ne se contrôlaient vraiment pas. Leurs mains, posées sur cette petite table étaient à quelques centimètres l'une de l'autre et peu à peu, le corbeau rapprochait la sienne de façon relativement subtile. Un contact physique, juste un pour être sûr qu'il ne rêvait pas, mais il arrêta bien vite ce petit manège, cachant sa tête derrière le menu, mordillant sa lèvre inférieure.

Par la fenêtre du restaurant, l'étoile du berger, seule, illuminait le ciel d'un noir profond. Cette étoile, semblable à Haru brillait d'une intense lumière et jamais Raven ne les quitteraient des yeux.

" Qu'est-ce que tu vas prendre ? "
Gypsophila
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] Icongy10
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Raven

Mon rêve ne serait pas complet sans toi.

Music
" Je n'aurais manqué ce moment pour rien au monde. "

Cette phrase semblait se répéter inlassablement dans l'esprit d'Haru. Lui non plus, il n'aurait raté ça pour rien au monde. Rien que pour ressentir de nouveau cette magie qui les animait tous les deux. Un vent de fraîcheur traversait le corps tout entier de la fleur, allant même jusqu'à son cœur. Il se sentait bien, là, à ses côtés, tout simplement.
Dans le restaurant, avant de cacher sa timidité derrière sa carte, Haru ne pouvait pas s'empêcher d'être attendri par ce garçon. Il avait une apparence que beaucoup jugeaient effrayantes, et pourtant, aux yeux du brun, il était si mignon, si beau. Sa manière d'agir contrastait tellement avec l'image qu'il donnait de lui.

Haru se fichait bien au fond, de ce qu'il allait choisir, il était d'ailleurs même prêt à prendre quelque chose de totalement au hasard, son esprit était concentré à autre chose, quelque chose de bien plus important. Alors, un peu dans la lune, il ne répondait pas à Kin lorsque celui-ci lui demandait ce qu'il allait prendre. Le serveur arrivait bien vite, et, d'un air détaché, le garçon commandait.

"Je vais prendre un menu mix, celui-là, le plus grand, avec une pinte de bière. Tu veux quelque chose à boire ?"

Disait-il, daignant enfin regarder son ami, abandonnant sa carte aux mains du serveur qui prit leur commande avant de s'en aller dans le silence. Il n'y avait aucun filtre devant eux à présent, si ce n'était la carafe d'eau plantée en plein milieu de leur visage. Assez rapidement, la fleur remplissait son verre avant de remplir celui de Kin et de bouger cet objet encombrant. Il avait l'air si calme, pourtant, en dessous de la chaise, ses jambes s'agitaient, ses pieds tapotaient. Il ne savait pas comment il devait réagir. La nouveauté l'effrayait, et en même temps, ça le fascinait. Il passa plusieurs instants à regarder Kin, un léger sourire au visage, et il s'estimait chanceux, ce moment, il le souhaitait à tout le monde. Plusieurs fois, Haru avait envie de glisser ses doigts fins entre ceux de sa colombe, plusieurs fois, il avait envie de caresser ses joues blanches, et, à chaque fois, il retenait ses gestes. Rien ne se passait, on entendait que le bruit des gens qui discutaient, et la musique jazz que passait le restaurant.

"Tu sais, depuis ce fameux soir... C'est bizarre, mais... Enfin j'ai pas arrêté d'y penser..."

Les plats arrivèrent assez rapidement. Tant mieux, car Haru passait son temps à bafouiller, et c'était ridicule. Où diable était partie son assurance ? Pourquoi perdait-il ses moyens face à lui, lui qui n'était au fond rien de plus qu'un garçon comme les autres. Il prenait son temps pour manger, regardant quelques fois Kin, s'assurant que tout allait pour lui, et il buvait rapidement le verre de bière qui lui avait été servi, puis, il en commandait un autre, puis un autre. Le stress lui faisait faire n'importe quoi.

"Tout va bien ? C'est bon ? Tu as un..."

Il montrait avec son doigt un endroit du visage. L'autre avait un grain de riz au bord des lèvres. Plus cliché, il n'y avait pas, on se croyait dans un manga. Haru se levait légèrement de son siège pour passer sa main vers les lippes de Kin et y retirer le minuscule petit grain. Satisfait, il se rasseyait, lui offrant un sourire radieux.

"J'imagine que tu te régales alors. Ça me fait plaisir."

Il commandait cette fois-ci un verre de saké, il passait à la vitesse supérieure, et, petit à petit, la chaleur de l'alcool envahissait son corps. État-ce une bonne idée ou non ? Il voulait s'amuser, au fil des années, son côté joueur restait, il voulait rire, faire rire, et ressentir, toujours plus. Et, il recommençait à sourire bêtement, sauf que cette fois-ci, c'était l'alcool le responsable, et ce n'était que le commencement.

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
Raven
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] 1517877543-rara
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).




Une petite bulle, peu à peu, venait se construire morceaux par morceaux autour des deux hommes présents à la même table et pourtant, aucun regard l'un envers l'autre caché par la carte du restaurant. Un refuge pour tout deux, et même si le corbeau avait voulu brisé ce silence devenu pesant l'autre continuais à l'entretenir, laissant l'oiseau sans réponses. Bientôt, cette bulle translucide venait se refermer au-dessus de leurs tête, seul la musique lointaine leur parvenais accoutumés des conversations environnantes brisant par intermittences ce silence qui peu à peu devait pesant. Il n'osait plus parler et se concentra sur le menu. Une bonne assiette de sushis frais aux goûts divers, entre le saumon, le thon, du maki, rien que de lire ce genre de mets délicieux, il en avait l'eau à la bouche.

Le serveur arriva, Haru commandait en premier, demandant à Raven s'il voulait quelque chose à boire.

" Bonsoir, je vais vous prendre un menu, dit-il en pointant le met du bout de ses ongles, ainsi qu'un thé chaud à la menthe, je vous prie "


La carte fut reprise et le serveur hocha légèrement la tête, souriant, relativement professionnel. Les yeux du corbeau suivirent l'homme qui partait en direction du bar et il fit rouler ses yeux jusqu'à venir les déposer dans ceux de Haru.

" Désolé, je ne boit que très peu d'alcool. "

Le serveur déposa devant le corbeau un teillère ainsi qu'une tasse, celui-ci le remercia et fit doucement couler l'eau chaude dans son récipient avant de déposer l'objet au centre de la table. Il posa sa main sous sa joue afin de s'y adosser remuant doucement le liquide avant d'en boire une gorgée, il regardait Haru se servir et commença à boire. L'oiseau croisa les jambes, la tasse à la main, le regard, un peu déconnecté se laissant bercé par intermittence à des souvenirs de ce soir. Cette soirée incroyable qu'ils avaient vécue et dont il garderait une trace pendant encore un très long moment, il ne l'oublierait jamais. Raven était heureux d'être là ce soir, content que l'objet de ses désirs, ce soit de nouveau manifesté dans sa vie même si l'absence de communication devenait relativement désagréable, mais il ne prit pas la peine de le relever. C'était nouveau pour les deux d'autant plus que Raven n'est pas vraiment du genre à faire la conversation et lorsque leurs regards se croisèrent une dernière fois, l'autre dit d'une voix hésitant et un peu gênée que depuis tout ce temps, il y pensait aussi. Télépathe ? Sorcier ? Avait-il réussi à sonder l'esprit du corbeau afin d'assouvir son désir de conversation et surtout, labouré encore un instant ses souvenirs qui laissait naître chez Raven ce sentiment si particulier ? Aucune idée, mais l'oiseau n'avait pas envisagé qu'ils en reparleraient alors celui-ci eu comme un léger coup de chaud, sentant ses oreilles et ses petites joues atteindre un ton plus rosé, il ne répondit pas. Son corps parlait pour lui.

De nouveau, le serveur fit éruption et vint déposer les mets sur la table. Les deux se souhaitèrent un bon appétit et, comme s'ils avaient faim, se mirent à manger. Pendant qu'Haru semblait dévoré avec appétit son repas, le corbeau resta tout de même quelque peu détaché du rendez-vous, pas beaucoup de conversation. Peut-être devait-il se donner un peu d'assurance ? Lorsque Haru ouvrit de nouveau la bouche, c'était pour lui demander si tout allait bien, mais au beau milieu de sa phrase il s'interrompit. Il se leva de sa chaise et dans un simple geste il vint passer sa main chaude sur le pli de ses lèvres retirant ainsi un morceau de riz. Cette main, frêle et chaleureuse mettait fin aux soupçons du corbeau concernant la réalité de ce moment. Bien sûr que c'était réel, que c'était vrai, alors il rougissait encore plus. Pas l'habitude qu'on le touche, qu'on prenne soin de lui, une nouveauté qu'il devait avoir comme acquis, son seul souhait aurait été que sa main reste plus longtemps, que le contact reste encore un peu, juste le temps pour lui de ressentir cette émotion qui l'avait animé à ce moment-là, alors, alignant à peine un mot, il sortit un simple " Merci " avant de poser sa main sur l'endroit de la rencontre. Il était content que Raven se régale.

" Tu as de très bons goûts en matières de rendez-vous, j'y consens. "

Le serveur revint de nouveau, Haru commandait de nouveau un verre, mais de saké cette fois-ci. Était-il alcoolique ou avait-il besoin lui aussi d'une bonne dose de courage en bouteille ? Il souriait bêtement et l'innocence dans ses lèvres étirées par l'alcool laissa le corbeau sourire également, rare moment de bonheur.

" J'espère que tu t'y connais en vin, parce que c'est l'une des rares boissons alcoolisées que je bois, je te laisse commandé. "

Un léger sourire d'excitation dans un coin de ses lèvres admirant le visage rougit d'Haru par la boisson, moment singulier et unique de partage.

Lui aussi avait besoin de courage en bouteille pour ne pas se laisser bercé par la petite voix au fond de lui, lui hurlant de prendre ses jambes à son cou.
Gypsophila
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] Icongy10
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Raven

Mon rêve ne serait pas complet sans toi.

Music

Il aimait observer chaque partie du visage de Kin. Ses yeux, sa peau, ses joues qui rougissaient face au contact de ses mains sur celles-ci. Son sourire ne le quittait pas, et l'alcool semblait l'accentuer. Un sentiment de plénitude envahissait le corps entier de la gypsophile, sincèrement heureuse de partager ce moment. Il avait tant envie de passer de nouveau ses doigts sur la peau de l'homme qui se tenait face à lui, il désirait tellement passer délicatement ses mains dans ses cheveux, le serrer dans ses bras et sentir de nouveau leurs cœurs battre à l'unisson. Mais ils étaient dans un restaurant, et Haru devait apprendre à se tenir, ce ne fut pas sans mal. Il passait un bon moment, mais pourtant, il n'avait qu'une hâte, sortir de cet endroit pour être encore un peu plus proche de lui, ce garçon qui l'attirait tant, comme s'il était aimanté à son cœur.

Il s'empressa de demander au serveur la carte des vins, il voulait tellement faire plaisir à Kin, il ne souhaitait pas le faire attendre plus longtemps. C'était vraiment un restaurant "à la française", malgré la cuisine servie. Heureusement que le brun avait déjà visité ce pays, la France, et s'y connaissait plus ou moins en vin. Il étudia quelque temps la fameuse carte, il ne fallait pas se tromper, tout devait être parfait... Tout l'était tellement pour l'instant.
Il prit une bouteille de vin rouge, le nom sonnait plutôt bien, et ce n'était pas la bouteille la moins chère, ça plairait sûrement à sa colombe, pensait-il. Rapidement, le serveur revint vers eux avec deux verres ballon et la bouteille. Il les servaient avant de poser la bouteille sur la table et de s'en aller. Regardant Kin dans les yeux, il approcha son verre du sien avant de le porter à ses lèvres. Haru n'était pas un grand amateur de vin, cependant, il appréciait ce moment. Le silence était roi, mais cette fois-ci, il prenait une drôle de dimension. Peut-être était-ce à cause de l'alcool qui lui montait à la tête, mais Haru ne pouvait s'empêcher de lancer des regards joueurs à Kin. Il désirait plus que tout s'approcher encore plus, briser cette table qui les séparait.

Lorsque la bouteille fut terminée, les deux garçons restèrent quelques instants encore assis. S'il se levait immédiatement, Haru tomberait, c'était certain. Tout son corps s'était engourdi, et il semblait prêt à rire à tout et à n'importe quoi. Il repérait la main de son ami posée sur la table. Avec quelques hésitations, il se décidait tout de même à venir la toucher du bout de ses doigts, et ce simple contact le faisait frissonner. Il fallait partir. Il voulait partir. Nerveusement, il se mordait les lèvres d'impatience. Ce comportement ne lui ressemblait pas, et peut-être était-il en train d'effrayer Kin, pourtant, c'était plus fort que lui. Il quittait sa chaise, s'empressant à la caisse pour payer. Heureusement qu'il avait économisé, le prix était cher, mais ce soir-là, il ne le regardait pas. Quand on aime, on ne compte pas, c'est bien ça que l'on dit non ?

Les deux hommes venaient à peine de sortir de l'établissement, et, rapidement, Haru prit fermement le poignet du brun pour l'entraîner dans un endroit plus discret, à l'abri des regards, à l'abri de tout ce monde, de tous ces yeux indiscrets et remplis de jugement. Deux hommes si proches, ça en choquait plus d'un ici... Au moins, en Europe, la population était moins impressionnée, moins dégoûtée par tout cela.
Ils finirent leur petite course entre deux grands buildings, dans une ruelle peu éclairée, totalement déserte, et, sans vraiment contrôler ses gestes, la fleur vint plaquer la colombe contre le mur. Sa main caressa à nouveau la joue de cet oiseau délicat, elle glissait ensuite vers son menton pour le relever. Les yeux mi-clos, Haru approchait son visage de celui de Kin, et ses lèvres vinrent enfin retrouver celles de l'homme magique. Elles y déposèrent une légère marque, avant de s'écarter légèrement. Son visage toujours aussi proche du sien, il enchaînait.

"Désolé... Je... J'en avais tellement envie Kin, je ne comprends pas ce qui m'arrive quand je suis avec toi, pourtant, on ne se connaît pas tant que ça, et j'ai quand même le sentiment que je peux agir de la sorte avec toi."


Ses joues devenaient un peu plus écarlates, mais cette fois-ci, ce n'était absolument pas à cause de l'alcool qu'il avait bu. Bien sûr, celui-ci l'aidait à dire les choses plus simplement, à se libérer, et il se sentait plus léger, bien que son corps bouillonnait.

"J'aimerais bien... Recommencer..."

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il engagea un nouveau baiser, plus langoureux cette fois-ci, plus long, et chaque fois qu'il semblait toucher à sa fin, Haru venait le prolonger un peu plus longtemps. Il s'arrêtait enfin. Il s'imaginait que Kin devait être dans tous ses états, tout comme lui.

"J'ai jamais ressenti ça avant, tu me rends totalement fou Kin. Et ce n'est pas une mauvaise chose... Je crois..."

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
Raven
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] 1517877543-rara
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).



Lorsqu'Haru demanda au serveur de lui donner la carte des vins un léger frisson parcourra le corbeau, il aurait pu refuser, lui dire non tout simplement, mais c'est tout le contraire. Il avait des airs si entrepreneur, il prit les choses en mains et c'est ce que Raven trouvait si attractif chez lui, ce petit côté mâle alpha. Il arborait un sourire franc et sincère, ça aussi ça lui plaisait, lui qui n'avait pas pour habitude de sourire, il appréciait cette compagnie si chaleureuse à son égard. Il le scruta un long moment, l'observant choisir le vin, il semblait si appliqué pour lui faire plaisir et ce sentiment si étrange le reprenait de nouveau, cette petite sensation qui remontait en lui comme des millions de picotements à l'intérieur de son estomac, de son ventre, de ses entrailles, ça le prenait aux tripes. Lorsqu'il eu terminé sa lecture, il ferma la carte et commanda un rouge de belle année, un léger rictus étira les lèvres de l'oiseau.

Le serveur revint de nouveau rapportant de verres à ballon ainsi que la bouteille, il prit le soin d'annoncer le vin avant de remplir les verres puis de la déposer sur la table. Haru trinqua légèrement laissant un son cristallin retentir avant de porter le verre à sa bouche, si sensuel. Il avait presque envie de balancer la table sur le côté et se jeter sur lui afin de retirer les restes du liquide rouges sur sa peau, mais il se retenait. Premièrement, parce qu'il y avait du monde autour et dieu seul sait que le corbeau était particulièrement sensible aux regards des autres. Il s'était posé des milliards de questions concernant son orientation affective et n'en parlait que rarement. C'était étrangement incompris par la population, la pression social, les mœurs, les traditions tout cela n'était que foutaise empêchant les uns et les autres d'exister et de vivre comme bon leur semble. S'il devait changer quelque chose dans ce monde, c'était bien cela. Cette peur qui montait peu à peu fût vite atténué quand leurs regards se croisèrent de nouveau et qu'il vit, dans ses yeux, cette lueur brûlante, le regardant avec une telle intensité. Jamais personne n'avait regardé l'oiseau de la sorte et de nouveau, un frisson parcourra le long du dos de Raven laissant chacune des plumes du corbeau se dresser à la vue d'Haru. Intense.

Pour se donner une contenance, il prit le verre en main qu'il porta rapidement à ses lèvres lassant le liquide chaud parcourir le long de sa gorge, un velours et une chaleur intense qui peu à peu faisait monter la température du restaurant. Il prit un second verre tout en mangeant le reste ses sushis, il était prêt, tout comme son interlocuteur visiblement, à rire de n'importe quoi. Cette sensation d'euphorie étrange mêlée à un arrière-goût agréable. S'il n'avait pas du monde ici, il se jura de se jeter sur lui, mais il préféré garder ce genre de chose dans un coin de sa tête, se laissant doucement bercé par le vin. Il se servit de nouveau et cette fois, si ses joues étaient roses ça n'était pas qu'à cause d'Haru.

La bouteille était vide, déposée sur la table, le corbeau avait manger à sa faim et ils se regardèrent dans le blanc des yeux encore un moment, les mains encore et toujours à quelques centimètres l'une de l'autre et doucement, la main d'Haru vint se déplacer relativement subtilement vers la main de l'oiseau, du bout des doigts, il vint effleurer la main du corbeau. Son cœur se mit à s'emballer, sa tête à bouillonné, ce contact, cette chaleur, ce moment, encore une fois. Doucement, cette sensation remonta les doigts de notre oiseau dressant sa pilosité relative, remontant de plus en plus jusque dans sa nuque. Il avait envie de sentir ses doux doigts sur son cou couvert de ses chauds baisés, il voulait se blottir dans ses bras encore une fois. Il observa Haru se mordiller les lèvres et Raven passa sa main sur sa nuque comme si l'homme pouvait lire dans ses pensées, il était gêné. Son interlocuteur se releva et le corbeau prit sa serviette entre ses doigts, il y versa de l'eau et vint se le passer sur le visage. " Arrêter de fantasmer " se disait-il, mais il était bien trop tard, l'alcool l'avait fait perdre cette notion de bienséance, livré à lui-même. Il secoua la tête. C'était une mauvaise idée, ça tournait maintenant.

Il était l'heure de partir, Haru l'avait invité et ça a dû lui coûter bien cher. Lorsqu'ils sortirent du restaurant, il ne fallu pas beaucoup de temps pour qu'Haru prenne le bras de Raven, celui-ci le suivant avec difficulté jusqu'à l'entraîner dans une ruelle. L'endroit n'était pas très idyllique, mais cela lui rappelait leur première rencontre. La lumière n'était pas de bonne qualité, elle grésillait laissant le visage d'Haru apparaître par intermittence. Ils étaient tout deux maintenant, face à face entre deux buildings totalement vide de toute trace vivante.

D'un coup, l'homme plaqua avec une grande vitesse le corbeau contre le mur, posant ses mains juste à côté de sa tête, un léger ressentit d'effroi lui traversa le dos. Il allait lui faire du mal ? Allait-il le frapper ? Pour quelle raison ? Il était trop bourré ? Il avait payé trop cher. La main de l'homme parcourra doucement son visage, sa joue. Cette chaleur était encore présente, ce geste délicat laissa échapper un doux bruit sortir de la bouche du corbeau, il baissa les yeux, mais l'autre ne lui en laissa pas l'occasion. Il saisit son menton entre ses deux doigts afin de lui relever la tête et il le regarda. La respiration du corbeau s'accéléra, son cœur battait la chamade, allait-il mourir ici ? Non. Haru approcha doucement son visage de Raven les yeux mi-clos et ses lèvres d'une intensité incomparable vinrent trouver réconfort sur celles du corbeau chamboulé par tout cela. Il continua le baiser, c'était un moment magique, comme ce qu'il c'était passé sur le toit, tout était incroyablement magnifique. Kin passa ses mains autour de son cou et l'autre retira sa bouche de la sienne pour parler. Il ne comprenait pas, mais il n'avait rien à comprendre, il ne voulait pas laisser l'homme repartir comme ça, le laissait au bord de l'explosion. Il rougit de nouveau. Le retour du mâle alpha. Il voulait recommencer, et l'oiseau s'approcha doucement de lui, murmurant à son oreille

" Alors... Recommence ? "


Il reprit sa tête entre ses mains et vint déposer de nouveau un baisé langoureux, long et intense, Raven ferma les yeux, s'abandonnant totalement à l'autre, son corps ne répondait plus de rien, il passa ses mains autour de sa nuque, il se rapprocha de Haru afin d'intensifier encore plus ce moment si unique. Et si quelqu'un les voyait ? À ce moment-là, plus rien ne comptait. Il s'arrêta pour de bon cette fois-ci et reprit la parole. Raven le rendait fou, mais lui ? Avait-il une simple idée de l'effet qu'il lui faisait, alors, comme pour lui témoigner qu'il ressentait la même chose, il s'approcha encore, déposant un baisé sur son cou avant de lui susurrer à l'oreille, dans un soupir

" Soyons fous... Ensemble ? "

Un léger sourire vint de nouveau égailler le visage du corbeau et il descendit ses mains jusqu'à sa taille, partageant ainsi une douce étreinte, il avait rêvé de ce moment, rêvé de cet instant pendant tellement longtemps, se retrouver dans ses bras encore une fois et s'abandonner encore à lui.
Gypsophila
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] Icongy10
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Raven

Mon rêve ne serait pas complet sans toi.

Music

Jamais Haru n'avait été aussi entreprenant, lui qui était si docile, si calme, face à Kin, il devenait une autre personne. Il osait. Bien évidemment qu'il avait toujours eut ce petit côté joueur et sensuel, mais jamais il ne s'était retrouvé à cette position, il avait toujours été soumis aux besoins et envies de ses précédents "partenaires", et, aujourd'hui, d'une certaine façon, c'était lui qui prenait les rennes.

Lorsqu'il sentait le souffle chaud du garçon caresser son oreille, il ne pouvait s'empêcher de frémir, et, au bruit du grésillement des lumières, il l'embrassait, lui touchait son doux visage de ses doigts fins, il voulait le sentir d'avantage, étai-ce l'alcool, ou bien la frénésie du moment ? La fleur n'en avait aucune idée, mais elle se laissait aller à cette danse, à ce jeu, à ce moment de plus en plus magique. Sans penser aux regards, sans penser à l'endroit, il était à présent comme dans une bulle, où seul l'être qui faisait battre son cœur était invité.

" Soyons fous... Ensemble ? "

Une simple phrase, et tout venait exploser dans le corps d'Haru, tout comme un feu d'artifice, qui effraie, mais qui émerveille en même temps. Les bras de l'oiseau entourèrent la taille du garçon qui se serrait toujours plus à lui, ses mains se promenaient le long de ses joues, le long de son cou, il souriait comme il n'avait jamais sourit. Ce n'était pas une expression exagérée due à l'intensité du moment, non, c'était une image de lui qu'il n'avait jamais affiché sur son visage, une image emplie d'amour, ou peut-être d'autre chose tout aussi puissant. Il passait un de ses longs doigts sur les lèvres de sa colombe, le faisant glisser de droite à gauche, comme pour se rassurer que tout cela était bien vrai.

"Tu es magique Kin, tu as réussi à me faire vivre à nouveau."

Encore un baiser, peut-être pas assez chaste pour n'être qualifié que de tendre, il avait encore envie de sentir la douceur de ses lèvres, et s'il avait pu, il aurait continué à l'embrasser toute la nuit dans cette ruelle. Il vint ensuite chatouiller son cou avec ses lippes, enfin, il s'écartait, restant néanmoins toujours dans ses bras.

"Je veux ressentir encore plus ce moment, je veux ressentir encore plus ces sensations à chaque fois que tu me touches, que l'on s'enlace, et que nos lèvres s'embrassent et s'embrasent."


Il allait ensuite placer ses mains vers les bras de Kin pour venir défaire cette étreinte. Il l'embrassait sur le front, délicatement, et s'amusait à deviner à quoi il pensait. L'autre devait se dire "mais pourquoi s'arrête-t-il si soudainement ?". Il se baissait pour ramasser quelque chose dans sa chaussure, un pochon remplit de cannabis. Déjà sous l'emprise des effets euphorisants de l'alcool, la fleur en voulait toujours plus, elle voulait que son cœur s'emballe à chaque fois que son amant l'enlacerait, l'embrasserait, ou simplement lui toucherait la main du bout des doigts. Rapidement et avec une facilité déconcertante (compte tenu de son état actuel), il venait de rouler leur poison, leur "aphrodisiaque" qui les ferait encore plus sourire qu'avant, qui les feront encore plus ressentir qu'avant.

Une nouvelle lumière venait éclairer le visage de la gypsophile, celle de la flamme de son briquet. Cela ne dura que quelques instants, mais Kin pouvait découvrir à nouveau son visage sous un autre angle. Peut-être que l'image n'était pas la plus belle, mais elle était celle qui semblait exprimer le plus d'émotions. Il tirait sur le pétard, laissant une première fois échapper la fumée dans les airs, dansant tout comme le vent, libre de s'en aller vers d'autres horizons. Une seconde fois, il tirait avant de s'approcher de Kin pour venir lui souffler la fumée vers ses commissures probablement légèrement entrouvertes, avant d'y déposer un léger baiser. Enfin, il amenait le joint vers ses lèvres pour le laisser profiter, lui aussi, de cet instant, caché, à l'abri de tous.

Le vent commençait à se lever, guidant la fumée où bon lui semblait. Haru se disait qu'ils finiraient tout cela, qu'ils se promèneraient, sûrement, dans les grandes rues de Shibuya, et puis ? Comment se terminerait cette soirée ? F allait-il parler ? Cracher des sentiments qui étaient enfouis au fin fond de lui et qu'il n'arrivait pas à faire sortir ? Allaient-ils finir dans un hôtel ? Non, tout devait être parfait, alors, peut-être l'emmènerait-il dans son intimité, son petit chez lui tout fleuri, peut-être qu'ils dormiront l'un dans les bras de l'autre, peut-être vivront-ils leur amour. Amour... Ce n'était pas encore une certitude, et Haru ne voulait pas se faire des films, lui qui, pourtant, semblait tomber amoureux si facilement. C'était si facile avec les autres, pourquoi avec Kin, tout était si différent ? Pourquoi n'arrivait-il pas à mettre de véritables mots sur ce qu'il ressentait à son égard ? Pourquoi se disait-il que tout allait trop vite, sans pour autant que ça le dérange ? Pourquoi avait-il si peur, et en même temps, se sentait-il si rassuré dans ses bras ? Il ne comprenait rien, il ne savait plus.

Il ne s'était pas rendu compte qu'il existait à nouveau.

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
Raven
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] 1517877543-rara
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).



Encore et toujours ce toucher incroyable, cette chaleur partagée entre deux caresses dociles, entre deux baisés langoureux, aucune animosité simplement une passion incontrôlable, incompréhensible, douce et tendre. Lorsque les doigts d'Haru parcoururent le visage du corbeau, le schéma se reproduit indéniablement, des frissons, son cœur s'emballe et sa respiration s'accélère encore et toujours, jusqu'où sera-t-il capable d'aller ? Ce contact pourtant si simple remplissait le cœur de l'oiseau d'une harmonie étrange, si étrange... Ce sentiment de plénitude semblant lui donner des ailes, il aurait pu voler à ses côtés, et doucement, la voix calme et rassurante de son amant vint murmurer à ses oreilles, il était magique. Mais s'il savait ce qu'en retour le corbeau ressentait, si un instant, ils échangeaient de corps pour qu'il comprenne que la véritable magie ne venait pas de Raven, mais qu'on contraire elle provenait d'Haru, cet être encore inconnu il y a de ça quelques jours était devenu cette drogue dont on ne peux plus se passer. Comment le corbeau pouvait ne pas l'avoir rencontré plus tôt ?

Un nouveau baisé, plus intense, les yeux de Raven se fermèrent et les images de cette soirée lui revinrent en tête, ce toit, ses étoiles qui dansaient au-dessus de leur tête, cette lune émerveillant avec douceur le ciel d'une intense noirceur. Ses lèvres se posèrent sur son cou avec tendresse alors que le corbeau n'était plus maître de lui-même, plus maître de son corps et de son esprit entremêlant avec grâce et harmonie son âme et son cœur. C'était lui, cette unique et singulière personne qui arriverait à le faire être. Il voulait ressentir encore plus ce moment, ressentir plus fortement les sensations que pouvait lui transmettre le corbeau et doucement, l'étreinte se relâcha, l'oiseau pu enfin respiré, mais il n'en avait pas envie. Une frustration commença à sommeiller en lui, il ne voulait pas le lâcher, ne pas le perdre. Qu'allait-il faire ? Partir ? Non, il n'avait pas le droit de le laisser, abandonné à son propre sort dans une ruelle désertique ou sa présence seule permettait à l'endroit inerte de vivre. Il l'embrassa sur le front et un léger sourire se dessina sur son visage lorsqu'il scruta le regard de Raven. Il n'avait pas le droit de le laisser en plan. Alors, l'air benêt l'oiseau commença à renifler, tel un enfant à qui on avait retiré son joujou, il aurait voulu lui sauter dessus et lui dire de ne pas partir, mais lorsque le corps frêle se baissa, il comprit qu'il ne partirait pas tout de suite. Alors, lorsqu'il se releva il sortit un pochon remplit d'une substance qu'il connaissait si bien, cette drogue qu'ils chérissaient tout deux.

Avec une certaine facilité et une précision déconcertante, l'étoile réussit à rouler un joint d'une incroyable beauté, à son effigie me dirait-vous. Et ainsi, il l'arborait avec fierté, il le fit doucement glisser entre ses lèvres humides des baiser langoureux partagés à l'instant et il sortit un briquet. La flamme, tressaillant laissait place à une lumière particulièrement agréable et une bribe de chaleur qui bien vite, repartit. Le visage d'Haru était illuminé grâce à ce petit objet et cela permit au corbeau de discerner cette beauté qu'il n'aurait cessé de faire l'éloge si on lui en avait permis. Ses grands yeux baissés en direction de la flamme, ces cheveux d'un noir intense et cette peau que l'on rêvait encore d'effleurer du bout des doigts. Ce moment, incroyablement intense ne laissa pas son interlocuteur de marbre. Il frissonnait à l'idée d'avoir cet être avec lui, dans sa vie, et même si l'autre n'en avait pas (encore ) conscience, il était encré dans sa tête et jamais il ne pourrait en sortir. La fumée, s'échappa doucement des lèvres entrouvertes d'Haru et celui-ci, à travers ce voile translucide releva le regard afin de rencontrer de nouveau les yeux du corbeau. Il tira une seconde fois et approcha son visage de l'oiseau, partageant ainsi dans un langoureux baisé une fumée euphorique qui venait ajouter un aspect plus charnel encore à la situation. Il amena ensuite l'objet de convoitise à Raven directement entre ses lèvres, et celui-ci tira avec insistance dessus. Une dose de courage, encore et toujours.

Doucement, le vent vint s'introduire entre les deux interlocuteur laissant l'oiseau foisonner un instant, la fumée dansant chaotiquement au-dessus de leurs têtes. Ce qu'Haru ignorait à cet instant, c'est que Raven s'en fichait pas mal de mettre des mots sur les choses, y déposer des étiquettes soigneuses et catégorique, la seule chose qu'il désirait était de simplement profiter de ce moment. Il ne fallait pas parler, les mots étaient bien trop abstraits pour définir l'état dans lequel se trouvait les deux jeunes gens, oscillant entre l'euphorie, la passion et cette alchimie inexplicable. Il ne fallait pas cracher ses sentiments à la tronche de l'autre, mais simplement donner un peu de nous-même dans ce moment afin que chacun puisse rentrer le cœur rêveur, la tête ailleurs. En vérité... C'était bien plus complexe. Raven aurait voulu penser ainsi, mais ça n'était pas le cas. Il avait besoin de lui dire ce qu'il ressentait pour ne pas se tromper sur la personne qu'il avait en face de lui, il avait besoin de le voir une dernière fois et lui dire ce qu'il ressentait, alors, il s'avança doucement de lui.

" Je me réfugie encore dans tes bras un instant, le froid me fait trembler. "

Et le temps sembla s'arrêter de nouveau, tout était silencieux. Sa tête, posée sur son torse laissait entendre des battements mélodieux d'un cœur tendre. Alors, il releva la tête, tirant une dernière fois avant de lui rendre, il prit une grande inspiration, et dans un léger murmure, d'une voix à peine audible, dans un dernier râle, un dernier soupire il laissa échappé une phrase, une simple phrase qui n'avait pas besoin d'explications, pas besoin d'être décortiquée, il fallait seulement qu'il le partage, seulement qu'il l'exprime afin de ne pas repartir le coeur lourd à la fin de cette rencontre. Peut-être allait-il tout détruire ainsi ? Mais c'était un mal nécessaire. Depuis qu'Haru était rentré dans sa vie, tout était chamboulé, son sommeil était devenu léger et ses rêves ne tournaient plus qu'autour de lui.

" Je t'aime. "

Et doucement, il se retira du torse d'Haru avant de poser une main sur sa bouche. Avait-il vraiment dit ça à voix haute ? Visiblement oui. Il ne s'en voulait pas, car il avait conscience que pour son bien-être, il était nécessaire de lui admettre la vérité. Il se prépara à recevoir un rire, une moquerie, un remerciement, quelque chose qui finirait par le ramener sur terre, brisant les ailes qu'il avait cru avoir un instant.
Gypsophila
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] Icongy10
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Raven

Mon rêve ne serait pas complet sans toi.

Music

Son cœur se mettait à battre fort, si fort, lorsque Kin vint se rapprocher de lui. Le moment était étrange, et pourtant, si agréable. Il n'y avait que dans les films que l'on voyait cela, alors, la fleur se demandait encore parfois si elle ne rêvait pas, si elle n'avait pas vu trop de films romantiques avant de le revoir, si elle ne se faisait pas des idées, mais pourtant, ce moment était bien réel, et ce qui se passait entre ces deux être était unique. Ils se connaissaient à peine, et pourtant, ils ne pouvaient pas se passer l'un de l'autre, chacun agissant comme une drogue dont ils avaient besoin. Délicatement, il reprenait le poison que sa colombe lui tendait, puis, il faillit le faire tomber l'instant d'après, lorsque l'autre sortait cette phrase si simple, et qui pourtant, voulait en dire tellement. "Je t'aime". Et cette simple phrase résonnait inlassablement dans l'esprit de la gypsophile.

Je t'aime
Je t'aime
Je t'aime


Pendant un long moment, aucun son ne parvenait à sortir de ses lèvres. Il lui fallait du temps pour se rendre compte de la situation, il lui fallait du temps pour comprendre, pour assimiler, pour être certain. Du coin de l'oeil, il observait son amant, lui-même semblait ne pas s'être rendu compte de ce qu'il disait, et ces mots s'étaient glissés dans sa bouche comme ça, trop rapidement. Et, d'un côté, ça faisait plaisir à Haru, car ça voulait dire qu'ils étaient sincères, que Kin le pensait réellement. On ne réfléchit pas, lorsque l'on dit ce genre de choses. Mais qu'en était-il du jeune garçon ? Plusieurs fois, il se posait cette question, lui qui tombait amoureux si facilement, pourquoi, cette fois-ci, tout semblait si difficile ? Pourquoi les mots restaient muets face à cette situation ? Il se blâmait de ne pas pouvoir répondre à cela, de ne pas réussir. Il tirait à nouveau sur le joint, comme pour se donner un peu plus de courage.

Mais rien ne sortait.
Et pourtant.
Il l'aimait.


Pourquoi se refuser à l'avouer ? Ca lui faisait tellement mal à la poitrine de garder tout ça en lui. Il aurait aimé lui hurler qu'il l'aimait, il aurait voulu le serrer dans ses bras, à lui casser trois côtes, il aurait aimé que tout ça sorte de lui, pour enfin se libérer.


Mais rien ne sortait.


Alors, il venait enlacer fermement son amant, posait sa tête dans son cou, sans rien dire, simplement, quelques larmes sortaient de ses yeux. Il semblait vouloir les cacher, pour ne pas l'inquiéter. Il respirait un grand coup, avant de se retirer, et de regarder Kin, les yeux encore légèrement mouillés, un regard qui voulait tout dire, un regard amoureux, comme pour tenter de lui faire passer le message autrement que par des mots.

Oui, il l'aimait lui aussi. Sûrement.

Il rallumait leur poison qui s'était éteint, tirait encore une fois, puis le redonnait à sa colombe. Il regardait le ciel, complètement défoncé. Les yeux rougis par les larmes et la drogue, le corps engourdit par ses sentiments et l'alcool. Lorsque sa voix se remit enfin à fonctionner, il venait loger ses lèvres au creux de l'oreille de Kin, comme pour lui murmurer un secret qu'il ne devait pas répéter.

"Moi aussi." (Je crois)

Ses deux mains, froides, vinrent enlacer celles de l'oiseau, son cœur battait la chamade, et chaque fois qu'il effleurait sa peau, des fourmillements traversaient son corps. Il le désirait tant. Il le voulait, rien que pour lui, il était son trésor, et pour une fois, Haru ne partagerait pas.

"On... Est ensemble alors ? J'aimerais vraiment... Être avec toi. Tout le temps. J'ai le sentiment que je ne peux me passer de toi."

Tout sortait à présent. Rien n'était réfléchi, rien n'était calculé, il avait juste besoin de parler, de s'exprimer, d'être vraiment lui, avec cet être, sa colombe, son trésor, son étoile.

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
Raven
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] 1517877543-rara
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).




Lorsque le corbeau prit ses distances après le lourd aveu qu'il venait d'effectuer à son ami son cœur continua de battre la chamade, avait-il fait une erreur en désirant vouloir retranscrire ses émotions ? Il en eu le doute à cet instant. Il observa avec un certain intérêt son interlocuteur, ensuite, guettant sa réaction, mais il ne perçut rien, rien d'anormal du moins. C'était une situation particulièrement complexe, car il venait enfin de cracher ce sur quoi il s'apitoyer si durement durant les derniers jours, tous plus affreux les uns que les autres, alors il se reprit mentalement, soufflant un bon coup, tout avait l'air calme, figé dans le temps, suspendu à ses lèvres. Le monde entier suspendu à ses gestes, à chacune des respirations. Ce temps d'attente était dans la tête de l'oiseau incroyablement long, incroyablement pesant et il semblait si fatigué de cette situation, en disant ses mots, il aurait voulu que tout soit arranger, mais il n'en fut rien. Ce moment n'était peut-être pas réel, un doux rêve idyllique sortit des méandres de son sommeil et des bras de Morphée, mais ça n'était pas le cas.

Je t'aime est pourtant une phrase si simple et courante dans la vie, on peut dire " j'aime ta robe " ; " j'aime ton maquillage " ; " j'aime ton caractère " alors pourquoi nous ne pouvons pas dire purement et simplement, je t'aime toi ", ça n'engage à rien, il ne lui avait pas demandé de l'épouser, il lui avait simplement dit que c'était la personne qui, actuellement, lui faisait du bien et lui permettait de se sentir exister encore un peu dans un monde ou la norme est d'être dans une masse pénible et lente. Souvent, ce genre de réflexion intérieur ressurgissait dans la mémoire du garçon se laissant vaquer de nouveau dans une rêverie profonde mais pas toujours très agréable. Doucement, le souvenir de l'action à peine terminée lui revenait en mémoire, il lui avait enfin avoué ce qu'il ressentait et n'avait guère oublié qu'il n'avait pas répondu, mais a-t-il réellement besoin de le faire ? Une réponse est-elle nécessaire ? Peut-être tout simplement que le corbeau avait besoin d'extérioriser cela tout simplement, sans attendre aucune nouvelle manifestation de la part d'Haru, simplement qu'il accepte ses sentiments même si ceux-ci différent peut-être du sien.

Trop tôt ? Étais-il trop tôt pour qu'Haru puisse se définir comme amoureux de l'oiseau fraîchement apparu dans sa vie ? Sûrement et c'était bien trop tôt même pour lui. Avait-il peur de l'engagement ? Se jouait-il seulement de la situation ? Désirait-il simplement passer ce genre de nuit dans une illusion de partage sans aucun fond derrière ? N'était-il pas sûr d'aimer les hommes ? Le corbeau était tout à fait capable d'entendre ce genre de remarque surtout la dernière car, lui-même avait payer le prix de cette interrogation, lui ayant pourrit totalement sa vie. Peut-être aurait-il était plus calme avec une femme, peut-être, aurait-il était plus complet, plus serein dans ses relations si l'homme n'en était pas un ? Mais il en doutait, ayant connu d'expérience que des hommes et pour la plus part néfaste, il était pertinemment consciencieux de l'amour qu'il pouvait porter à son égard, à cette personne toute nouvelle dans sa vie qu'il chérissait pourtant déjà tant. Cette petite drogue à laquelle on devient rapidement dépendant et qu'on ne souhaite pas abandonner.

Doucement, son interlocuteur vint s'avancer jusqu'à lui, passant ses doux bras dans la nuque du corbeau, fermement et vint déposer sa tête dans son cou en silence, sans rien dire, sans son aucun, simplement cette figure fantomatique qui venait s'écrouler dans les bras de l'oiseau. Il sentait dans sa nuque un léger liquide semblant à des larmes alors, doucement, les aile de corbeau vinrent s'enrouler autour de son amant, le rassurant même s'il était particulièrement mauvais dans ce genre de domaine, l'altruisme n'étant pas son fort, mais pour lui, il ferait n'importe quoi, même l'impensable. Il prit ensuite une grande respiration avant de regarder le charognard dans les yeux, une lueur particulière dans son regard qui, d'un œil envoûtant décortiquait chacun des morceaux de plumage du protagoniste. C'était étrange, car il aurait voulu qu'il lui dise quelque chose, mais la peur le rongeait à l'idée qu'il se fasse repousser alors il restèrent comme ça encore un peu. C'était étrange, car il aurait voulu qu'il lui dise quelque chose, mais la peur le rongeait à l'idée qu'il se fasse repousser alors il restèrent comme ça encore un peu.

De nouveau cette lueur incroyablement agréable illuminait le visage marqué d'Haru afin de rallumer cette plante qui permettait un oubli temporaire des problèmes du quotidien, cette petite porte vers un monde sans soucis aucun, sans problème, sans questionnement interminable. Il lui tendit l'objet d'échappatoire et le corbeau le saisit entre ses griffes, tirant dessus une ultime fois. L'autre avança de nouveau, et vint glisser doucement ses lèvres jusqu'à l'oreille de son ami. Les oreilles, ce point culminant qui pouvait rendre dingue le corbeau plus qu'il ne l'est déjà, alors, tel le plus grand des secrets, il lui dit, dans un râle qu'il l'aimait également. Son souffle chaud ripant et glissant sur sa peau frêle ainsi que ses mots incroyablement bouleversant rempli le protagoniste d'un sentiment bien étrange, semblable à un long frisson dévorant l'intégralité des plume noircies par cette terreur qui ne cessait de l'habiter depuis tout ce moment, son souffle réchauffant et rassurant descendant dans son corps lui faisant lâché prise encore une fois.
Les mains anormalement chaudes d'Haru vinrent trouver logis dans celle du corbeau et il entendit ainsi les battements de son cœurs aussi rapide que le sien, il passait son pouce sur le dos de la main de Raven créant ainsi une espèce de picotement intense et particulièrement agréable. Alors voici ce qu'était l'amour ? L'avait-il déjà ressentit avant ? Il ne pensait pas. Son regard était si agréable, rempli d'une étrange chaleur et d'une intensité révoltante. Kin lui appartenait et Haru était sien. Incroyable moment de partage, et le vent vinrent de nouveau s'engouffrer dans la ruelle portant avec intensité ses derniers mots.

Il lui demanda s'ils étaient ensemble, qu'il aimerait être avec lui tout le temps, qu'il ne pourrait se passer de Raven. Ce sentiment était, en effet, partagé, mais tout au fond de lui, les questions revinrent inlassablement, cherchant visiblement le meilleur moyen pour le briser définitivement, et les petites voix dans sa tête continuèrent éperdument de semer le doute et le trouble chez lui. Était-il normal d'aimer un homme ? Qu'allait penser sa sœur ? Les autres ? Ses connaissances ? Devait-il lui dire son travail ? Qu'il faisait partit d'un gang ? Le gang devait-il être au courant ? Est-ce que.. Stop. Il n'en pouvait plus alors il le regarda une ultime fois, d'une rare intensité.

" Je souhaite être avec toi, ne jamais te quitter, ne me quitte pas, j'en mourrais. "

À ses mots, le corbeau s'installa dans ses bras, passant doucement ses mains froides sous le haut d'Haru, l'embrassant langoureusement, le regardant en biais. Il mordit doucement la peau de son coup avant d'y laisser une légère marque. Assez discuter, l'oiseau voulait jouer. Il passa ensuite sa main dans ses cheveux, se mordant doucement la lèvre, l'embrassant par intermittences descendit ses mains jusqu'à ses bras et finit par le lâcher avant de reculer. Il lui adressa un regard complice et lui dit, d'une voix qu'on aurait peine à ne pas deviner un brin excentrique

" J'ai marqué mon territoire. "

Il sourit, son visage, c'était transformé, sa pâleur habituelle n'était plus qu'un lointain souvenir laissant apparaître des joues rosie par l'alcool qui semblait lui monter bien vite à la tête. Mais l'alcool n'était guère le seul facteur de cette intense couleur qui peu à peu gagnait en intensité au fur et à mesure du regard de Kin dans celui d'Haru.

C'était de l'amour et ça, c'était certain.
Gypsophila
Dans la nuit noire, tôt ou tard, va briller un espoir [Raven] Icongy10
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2
La suite ici ~
_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum