Colère et trahison × Utopie
avatar
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
D/1

Colère et trahison
Une longue semaine s'est passée. Tu as eu le temps de changer ton numéro professionnel pour ne plus recevoir les appels qui te font remonter des mauvais souvenirs. La prostitution c'est fini, tu ne veux plus avoir affaire avec ça. Sauf que depuis t'es censée trouver des informations pour le shinsen. Mais t'as pas la force de sortir de chez toi. Un mélange de peur, de dégoût et d'adrénaline. C'est tout nouveau pour toi et t'as peur de te faire chopper par les autres. Et surtout t'as pas envie qu'Utopie l'apprenne. C'est la seule que t'as envie de protéger, que tu ne pourrais pas balancer. Même au prix de ta vie ? Franchement t'en sais rien, t'aimerais bien dire oui. Mais tu sais à quel point l'être humain peut-être traitre et égoïste. T'aimerais bien te dire que tu pourrais te sacrifier pour protéger ceux que tu aimes.

C'est ce que tu traines derrière toi lorsque tu décides de te lever de ton lit. Tu n'en sors que pour assouvir des besoins primaires, pour te renfermer sous la couette ensuite. Ca ne peut pas continuer comme ça. Le regret te ronge et te détruit petit à petit. Il va falloir que tu y remédies. Et si tu veux pouvoir commencer à donner des informations il faut que tu te mettes en condition, sinon tout le monde pourra lire en toi et ton but n'est pas de finir crevée.

Tes pieds nus frottent sur le parquet alors que ton regard est fixé sur la petite cicatrice que tu portes à présent sur ta cuisse. Signe évident que tu n'as pas rêvé la nuit de ta rencontre avec Astaroth. Tu passes un doigt dessus, perdue dans tes pensées. Et après quelques minutes tu laisses échapper un gémissement. T'es complètement perdue et si tu pouvais passer ta journée à grogner ton mécontentement de la tournure de ta vie, tu le ferais. Sauf que ça serait trop facile et tu serais vite à court d'argent. Alors tu te lèves et tu t'habilles. En t'observant dans la glace tu te dis qu'il va vite falloir que tu ailles renouveler ta garde robe, sinon on te reconnaitra à tous les coups. Peut-être qu'une teinture serait pas mal non plus, histoire de vraiment faire un trait sur ta vie d'avant. Ca va te faire mal au cœur de cacher ta couleur naturelle, mais un sacrifice nécessaire. Tu risques d'être interrompue par d'anciens clients sinon.

Habillée oui, mais pour aller où ? Chez Asuna. Tu es à présent devant chez elle, les pieds sur le paillasson mais tu n'arrives pas à toquer. Tu restes là pendant de longues minutes avant de décider de laisser ta main avancer vers le bois de la porte. Tu ne fais pas beaucoup de bruit, peut-être juste assez pour te dire que si elle n'ouvre pas, ce n'est pas de ta faute, qu'elle n'est juste pas chez elle ou en train de dormir. Que tu vas pouvoir retourner chez toi pour te morfondre mais au moins tu ne vas pas avoir cette épreuve de tout lui raconter. Si seulement.

Si.

_________________
avatar
FT : 2B - Nier Automata
Âge : 26 ans
Présentation : [url=lien]www[/url]
Fiche de liens : [url=lien]www[/url]
Messages : 69
D/5




MAKE NO MISTAKE, I LIVE IN PRISON

☁️
« Madame Maeda, nous vous avons reçu cinq corps dont il serait important de s'occuper. Il semble qu'une rixe ait eu lieu entre deux gang, et voici les cadavres que nous avons pu extraire des lieux.  » Asuna mis sa blouse en place et ajusta correctement le col au creu de son cou. Elle se déplaca jusqu'au premier brancard et ouvrit lentement le tissu noir qui recouvrait le corps. Un jeune homme. La vingtaine aux premiers abords. Il semblait qu'il ait reçu un coup fatal dans l'abdomen, provoquant une forte hémorragie interne, laissant le pauvre homme mourir lentement, mais douloureusement. Asuna soupira longuement avant de refermer le sac mortuaire, et de lever les yeux vers les enquêteurs. « Je place ces corps en haut de ma liste, Monsieur l'Enquêteur, soyez en sûr. » Les forces de l'ordre acquiécèrent tour à tour, saluant le dévouement du médecin légiste, avant de quitter la morgue, laissant derrière eux Asuna et les cinq cadavres à autopsier. Elle attendit que la porte battante se ferme pour de bon avant de s'étirer dans un long râle aigue. C'était un véritable jeu d'enfant pour elle. Ce qu'elle ne dit évidemment pas, c'est que ces chiens en sac sont une vermine à exterminer. Et pour la peine, Blacky, un membre d'Exodus comme elle, c'était amusés à rentre leur petit corps frêle plus attractif pour un chien. Ce même membre d'Exodus avait dû être soigné d'urgence par la médecin en pleine nuit, car ils avaient eu l'audasse de s'en prendre à lui de dos, et à plusieurs. Alors ils ne s'étaient pas privés de leur rendre la pareille. En réalité, ça faisais quelques temps qu'Utopie n'avait pas eu l'occasion de se défouler de la sorte, qu'elle ne s'était pas tâché d'un sang autre que d'un cadavre, qu'elle n'avait pas ressentie autant d'adrénaline.

Utopie avait retrouvé le temps d'un instant la fougue de ses premiers combats. Ceux qui sont un peu désordonné, ceux ne se passent pas totalement comme avait prévu mais qui finalement vous font vous sentir plus que vivant. Elle s'était pris quelques mauvais coups, mais ce n'était rien comparé à la joie qu'elle avait pu ressentir en goutant de ce merveilleux liquide vermeille. Le toucher de leur peau contre ses poings, le son d'un os qui se brise lentement, les dents qui grincent et le souffle qui fini par s'éteindre doucement. Elle et Blacky s'était occupé de ces marmots comme il le fallait, et de la bonne manière. S'en prendre à un gang n'était jamais de bonne augure, et encore moins lorsque ce dernier est Exodus. La jeune femme n'allait pas passer énormément de temps à savoir qu'elles étaient les raisons de leurs morts. Non. L'un avait dû être retrouvé vidé de certains organes vitaux. Le second avait été frappé un nombre incalculable de fois au visage, certains de ses os avaient été brisés en milles morceaux, le cerveau  n'avait pas suivi, le coeur non plus. Deux autres, un peu plus costaud il faut l'avouer avaient eu certains membres cousu l'un à celui de l'autre, puis moururent étouffer par un sac plastique. Le dernier avait eu un peu plus de chance, il faut dire que sectionner l'artère phémoral permettait une mort dès plus rapide, et par conséquent des moins douloureuses. Utopie lâcha un léger rire à peine audible, et mis chaque corps dans un compartiment réfrigéré avant de s'en aller. Elle avait fini sa journée sur note des plus délicate et des plus agréable. Celle d'une victoire.

Utopie ne pensait plus qu'à une seule chose. Rentrer chez elle. Se faire couler un bon bain et y rester jusqu'à ce que l'eau lui glace jusqu'à même le sang. Cependant, qu'elle ne fût pas sa surprise de voir à l'extérieur, droite devant sa porte une silhouette rousse quelque peu familière. Kaya. Sans aucun doute. Utopie n'avait rien perdue de son excellente vision, ni même de son esprit de déduction infaillible. Alors, elle se glissa lentement, tel un chat, derrière elle et vint murmurer doucement à son oreille. « Quel bon vent t'amène ici. Kaya. » Utopie n'attendit pas sa question pour passer devant elle, le visage serein, pour lui ouvrir la porte et la laisser s'installer convenablement à l'intérieur de son chez-elle. « Je t'en prie fait comme d'habitude, n'hésite surtout pas. Fait comme chez toi. » La jeune femme enleva son long manteau pour se mettre à l'aise, et se laissa tomber d'une manière dès plus féminine sur son canapé, les jambes croisées l'une sur l'autre. Elle était exténuée. Le genre de fatigue qui vous fait vous sentir hors de vous, comme si vous étiez une ombre, planant au dessus de votre enveloppe charnelle, sans pouvoir faire quoique ce soit. Spectateur de votre vie.  


Kaya-chou
Colère et Trahison
Color 0489B1
©️ SIAL ; icon tumblr



_________________
avatar
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
D/1

Colère et trahison
Pas de réponse. Tu comptes une minute dans ta tête après avoir frappé une nouvelle fois un peu plus fort.Plus les secondes passent et plus tu es rassurée. C'est peut-être mieux finalement, de ne pas en parler, de garder ça enfouit en toi. Les gens n'ont pas besoin d'être au courant et tu ne vas pas avoir besoin de t'expliquer, de rendre Asuna triste et de te dé-crédibiliser à ses yeux.

10.

Tu sais que c'est la poids de la culpabilité qui te fait penser ça, sauf que tu es prise entre ses griffes. Il n'y a pas moyen que tu sortes de ce cercle vicieux qui t'étreint.

9.

Tu ne peux pas en parler à Hideo, tu ne l'as toujours pas retrouvé. Toujours pas de signe de lui.

8.

Encore quelques secondes et tu pourras revenir chez toi le cœur léger. Ce n'est pas que tu ne voulais pas, c'est le destin qui en décidé ainsi. Tu auras au moins essayé.

7.

De toute façon elle n'ouvrira pas, tu peux tourner les talons, elle n'est pas là.

6.

Sauf que  quelqu'un souffle près de toi, te faisant sursauter. T'as pas besoin de te retourner pour savoir que c'est elle. Elle est rentrée. Ton cœur bat la chamade, et tu te mords la lèvre. Elle passe devant toi pour ouvrir et entre directement alors que t'es incapable de la regarder dans les yeux, tu gardes le silence et tu te morfonds dans ton malheur.

Asuna je suis désolée, tu sais quoi ? Je t'ai trahie toi et ton amour pour la famille qu'est le gang.

Tu ne peux pas lui dire ça. Tu as beau tourner les phrases dans ta tête, aucune n'est assez bien. Tu entres à sa suite et pense qu'elle ne dirait pas de faire comme chez toi si elle savait ce que tu es devenue. Tu fermes la porte derrière toi et entre pour te placer en face du canapé. Tu t'adosses au mur, les mains derrière toi, comme une coupable. Tu avales ta salive beaucoup trop de fois pour quelqu'un qui n'a rien à se reprocher et tu ne regardes toujours pas ton amie, les yeux au sol. Puisqu'elle ne dit rien tu finis par lever ton regard. Elle a l'air épuisée et n'a pas l'air de remarquer ton désarroi.

« Hmm. Asuna j'crois que j'ai merdé. »

T'as envie de tout lui raconter d'un coup. Lui dire que t'étais obligée, t'avais pas le choix ou il te faisait sauter le crâne. Mais tu te contentes d'avaler une nouvelle fois ta salive.

« Faut que tu me promettes de n'en parler à personne. Vraiment, je rigole pas. Personne. »

Ton regard cherche le sien à présent. Tes sourcils froncés attestent de ton désarroi. Le ton que tu emploies est pressant, annonciateur de mauvaise nouvelle. Tu es désolée de devoir lui annoncer ce genre de choses alors qu'elle a des cernes aussi longues que les tiennes.

_________________
avatar
FT : 2B - Nier Automata
Âge : 26 ans
Présentation : [url=lien]www[/url]
Fiche de liens : [url=lien]www[/url]
Messages : 69
D/5


 

 

 
MAKE NO MISTAKE, I LIVE IN PRISON

☁️
La jeune médecin ne pu s'empêcher de laisser s'échapper d'entre ses lèvres un léger bâillement, qu'elle camoufla du mieux qu'elle le pouvait  à l'aide de sa main. Les yeux humides et cernés comme jamais ils ne l'avaient étaient, Utopie se fit pourtant violence en essayant d'être la plus présentable possible pour son invitée surprise : Kaya. Son expertise humaine lui avait fait bel et bien savoir que la jeune femme ne semblait pas dans son assiette, et que quelque chose venait la contrarier, au moins suffisamment pour venir la voir. Cependant il était impensable de venir la forcer à s'exprimer. Il fallait laisser parler Kaya. Lorsque le moment lui serait propice. Et surtout lorsque l'envie serait présente.

« Hmm. Asuna j'crois que j'ai merdé. » Utopie se retourna tout en déposant son manteau sur le meuble à cet effet, et ne dit rien. Son visage était impassible. Imperméable à ne serais-ce que la moindre émotion. On ne peut pas brusquer quelqu'un qui est sur le point de se livrer. « Faut que tu me promettes de n'en parler à personne. Vraiment, je rigole pas. Personne. » Utopie invita la jeune femme à s'asseoir en face d'elle, avec une table basse faite de verre séparant les deux membres d'Exodus. A l'instant t, la médecin se fichait bien de quel genre de bêtise elle avait pu faire, à vrai dire elle voulait simplement que Kaya se livre e et qu'elle se libère de se fardeau.

Il n'était pas dans ses habitudes d'hurler, de crier ou de sermonner les gens. Elle avait également fait des erreurs, de toutes sortes, celle qui parfois coûte la vie à quelqu'un aussi. Et rien que pour cela, elle ne pourrait jamais se permettre de juger Kaya, ou de lui en vouloir. Elles étaient un groupe. Deux membres distinct. Deux identités différentes. Et pourtant plein de choses les réunissaient. « Ca ne dois pas être si grave que ça. » Elle s'installa confortablement au fond de son canapé et plongea son regard océan sur Kaya. Impatiente sans le montrer.

« Tu devrais me connaître assez bien pour savoir qu'ô grand jamais je n'oserai divulguer quelque chose, à qui que ce soit. Les personnes trop bavardes sont tôt ou tard punies pour leurs méfaits. Cela ne m'intéresse pas. »   Utopie se redressa pour ramener la plante de ses pieds à même le sol, ses coudes posés sur le bout de ses genoux. Attentive. Elle essayait de décrypter les attitudes de Kaya. La jeune femme lui avait tout particulièrement semblait nerveuse. Une personne qui ne se sent pas bien, qui souffre d'une trop grande anxiété pour n'importe quelle raison a diverses manières de l'exprimer. Par des mouvements répétées, une patte folle, les yeux qui semblent sauter ; mais surtout une salive qui se veut excessive à ce moment précis. Comme avec son interlocutrice qui ne semble pas le moins du monde à l'aise entre ces murs, face à Utopie. « Je t'écoute Kaya. Qu'as-tu fais pour te retrouver dans un état pareil. » Si seulement elle savait. Si seulement elles savaient.


Kaya-chou
Colère et Trahison
Color 0489B1
©️ SIAL ; icon tumblr


 
_________________
avatar
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
D/1

Colère et trahison
Tu finis assise en face d'elle mais tu ne tiens pas en place. Tes doigts ne cessent de se plier et se déplier comme si voir tes articulations se mettre en marche te fascinait tout d'un coup. Et quand ce n'est pas tes doigts, c'est ta bouche qui te trahit. Tu ne cesses de mordre tes lèvres ou tes joues te faisant avaler beaucoup trop de salive. Ce n'est que le juste retour des choses, tu imagines. Tu as trahit ceux qui étaient censé être les tiens alors ton corps te rend la pareille. Pourtant tu ne t'es jamais sentie appartenir aux bleus. C'était une étiquette que tu te mettais pour pouvoir faire comme les autres. Crétine.

Pas si grave ? Tu t'agites un peu plus alors que ses mots te transpercent. Tu es tellement paranoïaque que tu imagines qu'elle le sait déjà et que ses mots sont des lames prêtes à te lacérer. Ou simplement le juste retour du karma. Ton cœur tambourine toujours, coincé dans la cage qu'est devenue ta poitrine. Elle emprisonne ce muscle qui se débat alors qu'il n'y a pas de combat. Juste des remords bien trop acérés. Oui Kaya, qu'as-tu fais ?

Ta bouche s'entrouvre pour ne laisser qu'un souffle sortir. En plus de trahir les tiens tu es lâche. Incapable de lui dire la vérité, à cette jeune femme que tu apprécies. Que tu chéris sans vraiment t'en rendre compte. Tu lui dois bien ça non ? Tes coudes sont posés sur tes genoux mais tes mains emprisonnent ta tête comme si elle allait exploser.

« J'voulais pas ça. Il est arrivé et ... Il avait un putain de flingue ! J'ai encore l'impression d'avoir son canon pointé sur moi ... »

Tu frissonnes violemment à ce souvenir qui te déchire. Tu finis par laisser tomber tes bras contre ton corps, vaincue.

« J'suis une taupe Asuna. Pour le Shinsen. »

Tu n'as pas le courage de la regarder en face. Tu ne peux que laisser dériver ton regard amère sur tes genoux.

« Mais j'te jure que j'ai rien dit sur toi. Ils n'auront aucune information sur toi. »

C'est une promesse tout autant pour elle que pour toi. Tu te promet de ne pas balancer ceux que tu apprécies. Ca ne doit pas en faire beaucoup mais ... Au moins tu peux avoir la conscience tranquille pour ça.

Les secondes s'étirent alors que tu attends une réaction d'Asuna. Tu ne relèves pas les yeux, t'attendant à tout et n'importe quoi. Tu penses que même ses cris ça ne pourrait pas être pire que le silence qui crée un gouffre entre vous deux. Tu le savais, tu n'aurais pas dû te confier. Tu es une imbécile Kaya ! T'aurais aimé qu'elle te hurle dessus, ou même qu'elle te demande de partir. Mais rien, toujours rien. Alors que toi, t'as pas le courage de la regarder. C'est peut-être toi qui te fais des idées. Elle attend sûrement de te voir lever la tête, ou que tu lui dises les choses droit dans les yeux. Tes paupières se ferment fortement, ainsi que ta mâchoire. Il faut bien que quelqu'un fasse le premier pas. Tu dois le faire. Alors tu prends une grande inspiration et petit à petit tu lèves la tête dans l'espoir de croiser son regard.

_________________
avatar
FT : 2B - Nier Automata
Âge : 26 ans
Présentation : [url=lien]www[/url]
Fiche de liens : [url=lien]www[/url]
Messages : 69
D/5


 

 

 
MAKE NO MISTAKE, I LIVE IN PRISON

☁️
L’atmosphère n’était pas des plus agréables. Utopie pouvait sentir à des kilomètres le malaise qui planait entre les deux jeunes femmes. Quand soudain. « J'voulais pas ça. Il est arrivé et ... Il avait un putain de flingue ! J'ai encore l'impression d'avoir son canon pointé sur moi ... » Son cœur s’arrête un instant. Qu’a-t-elle dit ? Qu’a-t-il fait ? Utopie reste de marbre et attendre la suite de sa déclaration, stoïque. « J'suis une taupe Asuna. Pour le Shinsen. » Son cœur ralentit tout doucement. C’était donc ça. « Mais j'te jure que j'ai rien dit sur toi. Ils n'auront aucune information sur toi. » Utopie haussa les épaules, elle aurait pu dire n’importe quoi sur elle, qu’Utopie ne lui en aurait pas voulu. La jeune femme leva les yeux vers Kaya, le visage froid. Le sang qui s’écoule le long de ses veines l’est tout autant.

Jamais ô grand jamais elle aurait pensé Kaya capable d’une chose pareille. Déçue. C’est tout ce qu’elle est. Déçue. Ni triste ou énervée, juste déçue. La jeune femme arrive très nettement à percevoir une once de regret dans le son de sa voix. Et finalement c’est tout ce qui compte pour Utopie. Ne pas la voir fière ou s’en fiche d’une manière ou d’une autre. Le sentiment de regret qu’elle arrive à percevoir lui suffit amplement à ne pas se déchaîner sur le corps frêle de Kaya. Elle n’en a pas envie, ni même la raison de le faire. Une partie d’elle-même voudrait lui hurler dessus. Prendre le vase en marbre à côté d’elle et le lui jeter en pleine figure. Une infime partie d’elle voudrait que tu paies pour ça. « Qu’as-tu réellement dis ? Quel genre d’information as-tu dévoilé ? Sur qui ? Sur quoi ?  Es-tu blessé ? » Son ton est calme. Neutre. A peine froid. Brusquait Kaya ne servirait en rien, la jeune rousse est déjà bien amochée pour que le médecin en rajoute une couche.

« Tu as un nom ? Des informations sur la personne qui t’a fait ça ? Un signe distinctif physiquement ? » Elle n’allait pas laisser passer ça, et quand bien même il fallait qu’elle se mette en danger, alors elle le ferait. « On fait tous des erreurs. Le principal est de s’en rendre compte et d’avouer la faute. » Un semblant de colère venait agrémenter le son à peine audible de sa voix.  Utopie était presque contente que la jeune femme soit venue se confier à elle. Peut-être l’avait-elle déjà dit à quelqu’un d’autres, peut importer, à ce moment-là c’était chez elle et sur son canapé que Kaya était venue déballer tout ce qu’elle avait sur le cœur.

Utopie se lève doucement de son canapé et se déplace lentement vers sa fenêtre. Parano. Ancienne mercenaire elle savait pertinemment que ce genre de rat ne pouvait s’empêcher d’être oppressant pour ses victimes. « Tu as été suivi ? » Utopie n’était pas stupide. Elle avait également était de ce genre de personne pendant quelques années. A menacer les bavards d’ouvrir la bouche ou de bouger le moindre orteil sous peine de commettre un véritable carnage dans son entourage proche. Ce n’est pas nouveau pour elle. Alors ses yeux se déplacent de gauche à droite dans la ruelle, et ferme les rideaux.   « Va-t-il revenir ? » Il ne te fera rien de plus. Promis.


Kaya-chou
Colère et Trahison
Color 0489B1
©️ SIAL ; icon tumblr


 
_________________
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum