La princesse et les racailles × Kerberos
avatar
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
D/1

La princesse et les racailles
Le ciel est bleu, les oiseaux chantent et la vie est belle. Tu veux sortir avec ta robe préférée aujourd'hui. La longue couleur menthe. Sans vraiment savoir pourquoi, tu as eu envie de t'aérer l'esprit. Pour faire quoi, ça c'est la grande question. Pas grand chose probablement. Marcher tranquillement à l'ombre des arbres peut-être.

Enfin c'est ce que tu aurais voulu faire. Il pleut tellement dehors que tu as dû sortir ton attirail. Parapluie en main et bottes vertes pommes chaussées, tu affrontes le dehors. Tu marches longuement sous la pluie. T'aimes bien ce qui se dégage de ton quartier quand il n'y a personne. Les nuages rendent grise cette ville de béton, l'air est chargé d'humidité et pourtant tu savoures ce moment de détente. Faut dire que ces temps-ci, tu te poses pas mal de questions. Ta famille semble inaccessible et ton métier te fatigue. Plus rien à voir avec l'année dernière. Trop de choses ce sont passées, trop de trop finalement. Tu n'as pas envie de revenir en arrière et ressasser encore et toujours. Alors tu concentres ton attention sur un chat. Il est posé sous une voiture garée, ses prunelles posées sur toi. Il est en face de la route et pourtant il semble sur ses gardes. Tu t'es arrêtée pour fixer ton regard sur le petit roux. Tu imagines que si tu oses te rapprocher, le félin risque de prendre les pattes à son cou. Tu te rends compte que la pluie s'est arrêtée. Ayant une soudaine envie de thé, tu fermes ton parapluie et rebrousse chemin. De faibles rayons viennent se poser sur ta peau, te faisant sourire.

Tu le perds assez vite ceci dit, lorsque tu aperçois les crétins du premier. Ces mecs sont toujours en train de fumer, ce qui a le don de t'agacer. Parce que ce ne sont pas que des cigarettes et que tu trouves que ça empeste. Tu as toujours su garder ton calme, mais aujourd'hui tu as envie de les voir éteindre leur joint. Tu te postes devant eux, relevant la tête et remettant une mèche à sa place.

« Allez fumer votre truc plus loin. Ou éteignez le mais j'aimerais bien entrer dans l'immeuble sans avoir à sentir votre merde. »

Tu fronces les sourcils légèrement énervée. Les trois gars se regardent un instant, et éclatent de rire. Ils descendent les marches et se placent autour de toi. T'avais pas pensé un instant que tu pouvais être en position de proie. L'un des gars, celui qui habite ici te souffle son immonde fumée au visage, un sourire en coin.

« Salut, minette. T'es jamais chez toi il me semble, pourquoi tu viens nous faire chier ? Je t'ai jamais vu ramener de gars ici, mais la voisine dit que t'es une pute. Tu veux passer du bon temps avec nous ? »

T'aurais mieux fait de ne jamais leur adresser la parole finalement. tu resserres tes doigts autour du manche de ton parapluie prête à t'en servir.

« Laissez tomber. »

T'essaie de passer mais ils te barrent la route, leur rire gras éclatant dans la rue.

« Tu nous quitte déjà ? Mais viens, on va rire un peu ! »

Il attrape une mèche de tes cheveux et pose une main sur ton épaule. Il ose toucher ta précieuse chevelure que tu entretiens parfaitement tous les jours. Alors tu viens frapper son ventre avec ta pseudo arme mouillée en criant de te lâcher.

C'était une mauvaise idée, maintenant on dirait des clebs enragés.

_________________
avatar
FT : Kuroo Tetsurou - Haikyuu!!
Crédit : Myself ; Onyx ; Acétone ; Karma ♡ & icon by Cheshire ♡
Âge : 25 y.o
Présentation : Astronaut
Fiche de liens : Constellation
Messages : 88
D/5

La princesse et les racailles ft. Kaya
Music - Parfois, il y a des choses qu'il aimerait juste oublier, simplement pour arrêter d'y songer. Pour que même lorsqu'il est dans les bras de Morphée, il puisse un peu respirer. Toujours le même rêve, ou plutôt le même cauchemar qui ressasse sa vie passé ; il lui rappelle qu'il a été impuissant ce jour-là, qu'il s'en est mordu les doigts et qu'il se les mords toujours.
Ses mains traînent sur les draps, venant ensuite sur la couverture sous laquelle il est enfoui. Ses doigts froissent légèrement le tissu ; il aimerait rester là encore un peu. Ne pas se lever, ne pas déplacer ce corps encore un peu lourd dû à la soirée où il avait sombré dans l'alcool, car il voulait un peu l'oublier, le temps d'une soirée.

Un soupire s'extirpa de ses lippes et c'est avec lenteur qu'il fini par bouger sa carcasse qui lui sembla plus lourde que d'habitude. La gueule de bois l'avait épargné, il avait simplement la gorge sèche et il y a la fête dans sa tête. Une migraine l'avait prit de court, cela ne lui manquait pas vraiment d'ailleurs, car cela signifiait se shooté à certains médicaments pour la faire disparaître. Ses pas le guidèrent au rez-de-chaussé du penthouse, allant jusqu'à la cuisine, il se servit un verre d'eau dans un premier temps, avant de finalement prendre ce qu'il faut pour le mal de tête. Aucun signe d'Ellipse dans les lieux, mais les gamelles des chats sont remplis, il s'en est probablement occupé. Se dirigeant vers le frigo, il attrapa un reste de morceau de concombre de la veille. Le glissant entre ses lèvres, il croqua doucement l'aliment pour avoir quelque chose dans le ventre. Il irait probablement se nourrir ailleurs, sûrement dans un café à Shibuya pour y découvrir de nouvelles saveurs, mais au moins il n'avait pas le ventre vide pour le moment.

Retournant finalement à l'étage pour s'occuper de lui ; c'est au bout d'une vingtaine de minutes, qu'il fini par sortir de la salle de bain avec les cheveux mouillés plaqués en arrière sur la tête, et une serviette autour de la taille. S'ébouriffant rapidement les cheveux pour éviter que ça garde une forme bizarre, il retourna dans sa chambre pour aller attraper quelques vêtements dans son armoire ; un léger pull rouge bordeaux, un pantalon noir et un blazer de la même couleur qu'il ne mit pas de suite. Il attrapa d'ailleurs une paire de gants noir ; une vilaine habitude qu'il a d'en porter constamment. Retournant une dernière fois dans la salle de bain pour se sécher les cheveux et se coiffer comme il veut, il attrapa d'ailleurs un collier entreposer dans une boîte ; un choker avec plusieurs fils fins avec un petit médaillon au bout pour être exact, ainsi qu'une chaîne en argent. Enfilant finalement le blazer, ainsi que les gants. Il sortit de la pièce, pour descendre rapidement les escaliers, allant attraper son manteau, ses clés et un parapluie au cas où ; puis il enfila en dernier une paire de vans noir.

Sortant rapidement de chez lui, il ne perdit pas de temps pour aller prendre l'ascenseur pour quitter l'immeuble. Il allait flâner un peu en ville avant de se rendre dans un café ; pas de voiture aujourd'hui, juste ses jambes. Et pourtant, ce fut au bout de quelques rues qu'il aperçu une biche en détresse ; entouré d'imbéciles qui n'ont rien de mieux à faire que d'abuser de leur nombre sur une seule personne. Cela lui fait grincer les dents de voir ça, parce que personne n'intervient pour venir t'aider. Ils se contentent simplement d'ignorer, peut être ont-ils peur de se faire agresser en retour ? Ou bien que ces idiots fassent partit d'un quelconque gang ? C'est probable, il n'en sait rien et en soit, il s'en fou. Cela l'exaspère juste.

Il s'avança alors vers le groupe dans lequel tu te trouves, l'un s'apprêtait à venir te frapper dû au coup que tu lui avais porté dans le ventre avec ton parapluie. Pourtant, sa main vient subitement empoigné le bras de l'homme qui fait une tête de moins que lui. Lui faisant une rapide clé de bras pour le tenir tranquille, il le fit ensuite se plier en deux en enfonçant son autre poing dans son estomac, puis c'est un revers du poing droit qui vient s'abattre contre sa mâchoire et ceci assez fort pour le sonner un peu et le faire tomber à ses pieds. Levant son regard vers les deux autres qui commençaient à charger sur lui, il s'en occupa rapidement également en venant cogner dans leurs mâchoires en premier. Ils n'avaient aucune réelle défense, ils étaient pleins d'ouvertes qui n'attendaient qu'à être frappés de plein fouet. Il y avait eu de légers craquements lorsque son poing s'abattait contre leur visage, l'un en recracha même une dent.

« Elle ne veut pas, vous ne comprenez pas lorsqu'une fille dit non ? Ou je dois vous refaire entièrement le portrait pour que ça entre dans vos têtes de cons ? » Il était cru dans ses paroles et ne prenait aucune pincette, pourquoi en prendrait-il d'ailleurs ? Ce serait inutile. Il y avait une différence impressionnante de force entre lui et eux, ils étaient plus maigres, plus petits et moins athlétiques que lui. Et puis il est injustement grand pour un japonais, c'est probablement ses origines canadiennes du côté de sa mère qui en sont la cause. « Dégagez-moi le plancher. Et le gars avec la casquette, ramasse ta dent ou je t'en fais voler d'autres. » Et il fait craquer ses phalanges, prêt à cogner à nouveau. Pourtant, ils se contentèrent seulement de prendre la poudre d'escampette en couinant de douleur ; cela prouvait une chose, une grande gueule, mais rien d'autre.

C'est un long soupire qui s'échappa de ses lippes, il finit par hausser ses épaules pour ensuite se tourner vers toi et observer si tu ne semblais pas blesser. « Ils ne vous ont pas fait mal au moins ? » Il s'approcha de toi, époussetant tes vêtements de la possible poussière, retirant également les mégots de cigarette qui aurait pu te tomber dessus. L'odeur lui fit légèrement froncé les sourcils, ça ne devait pas être que des simples cigarettes, sûrement de la drogue assez forte qu'on ne trouve que sur le marché noir du côté d'Omega. « Essayez de faire attention à l'avenir, tout le monde n'a pas le cran de venir aidé une demoiselle en détresse. Les personnes ont sûrement peur de se faire agresser par des gangs, donc ils n'osent pas. » C'est assez drôle venant de lui, mais lorsqu'on ignore qu'il fait lui même partit d'un gang, cela passe plutôt crème. Il essaye de t'apporter une dose de confiance, pour que tu comprennes qu'il ne te fera rien. Puis il s'écarta doucement de toi, allant ramasser son parapluie qu'il avait sûrement dû faire tomber avant de venir cogner les quelques idiots qui t'ont importuné.





_________________
FC:
 
avatar
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
D/1

La princesse et les racailles
Ton corps se crispe, prêt à recevoir le coup que le blond veut te porter. Et pourtant il ne vient pas, son poing ne s'écrase pas sur ton beau visage. Alors tu redresses la tête et aperçois une nouvelle tête. Il est plutôt grand et beau, pourtant il ne te semble pas familier. Tu ne penses pas l'avoir déjà rencontré mais il est là devant toi, pour te sauver la mise. Tu réussis à t'éloigner un peu le temps qu'il mettent une raclée aux jeunes qui finissent très vite débordés par le brun. Tu trouves qu'ils fuient bien vite pour des gars qui faisaient beaucoup de zèle. Mais après tout, tu t'en fiches au moins tu ne vas pas avoir à te placer de la glace sur la joue.

Tu reportes ton attention sur ton sauveur et tu écoutes ce qu'il a à te dire. Il te demande si tu vas bien et vient même épousseter ton épaule. Tu le laisses faire un peu surprise. Depuis peu il faut croire que tu ressembles à une jeune fille sans défense puisque ce n'est pas la première fois que l'on vient à ta rescousse. Il ne porte pas l'uniforme du Shinsengumi mais il pourrait très bien en faire partie. Quoique, ses membres se permettraient-ils de frapper sans rien demander ? En tout cas cela ne ressemble pas à ce que pourrait faire monsieur Tatsuya. Mais tu as appris qu'il ne faut pas se fier aux flics, ils ne sont pas tous comme lui.

Quand il fait allusion aux gangs, un sourire s'étire sur son visage. S'il savait que tu en faisais partie toi aussi, que dirait-il ? Les apparences sont souvent trompeuses. Et puis ce n'est pas dans tes habitudes de te laisser frapper. Tu t'es juste fait surprendre voilà tout.

« En tout cas c'était plutôt impressionnant. »

Tu le regardes ramasser son parapluie et resserre ta poigne sur le tien. De ton autre main tu viens te recoiffer d'un air satisfait. Voir des hommes accourir vers toi, même si c'est pour te sauver de quelconques rustres, tu trouves ça toujours agréable.

« Vous êtes du quartier ? »

Son allure te montre que non, ou tout du moins pas de ce côté-ci. Mais tu as envie de discuter avec lui, faut dire qu'il est pas mal et si tu peux te faire un nouveau client ... Tu ne vas pas cracher dessus.

_________________
avatar
FT : Kuroo Tetsurou - Haikyuu!!
Crédit : Myself ; Onyx ; Acétone ; Karma ♡ & icon by Cheshire ♡
Âge : 25 y.o
Présentation : Astronaut
Fiche de liens : Constellation
Messages : 88
D/5

La princesse et les racailles ft. Kaya
Le parapluie de nouveau à la main, il le secoue légèrement pour retirer les quelques petits cailloux qui se sont déposés dessus. Et le son de ta voix parvint à ses oreilles, il te regarde du coin de l'oeil, t'observant alors plus attentivement. Il y a ce sourire qui arbore ton visage, un sourire de fierté qui le fait discrètement soupirer. Et il hausse doucement ses épaules à tes premières paroles, il s'attendait plutôt à des remerciements qu'à des éloges.

« Il n'y avait pourtant rien d'impressionnant » Il ne joue pas les modestes, il trouve simplement que ça ne mérite en aucun cas ce genre de réaction. C'était eux qui étaient faible, rien de plus et il a simplement viser les points faible de l'être humain, pour les mettre le plus rapidement hors d'état de nuire. A la limite, il aurait préféré qu'ils arrivent à se défendre, que d'avoir terminé de leur coller une raclée en quelques coups. N'importe qui aurait pu s'en débarrasser en fait, même toi, malgré que tu étais toute seule face aux trois.

Puis vient une question plutôt inattendu, tu lui demandes si il est du quartier. Alors il secoue doucement la tête, pointant derrière lui, un peu plus loin. « Du tout, je vis plus loin dans le quartier sud. » Ou le quartier des gens riches, là où il y a les hôtels et appartements de luxe. Il ne préfère pas préciser, mais au moins il a simplement répondu à ta question qui pourrait t'aider à visualiser. Puis il repose son regard sur toi, t'observant de la tête au pied avant de finalement planté ses pupilles dans les tiennes. Il soutient ton regard un long moment, comme si il essayait de lire en toi ; mais ses yeux se ferment finalement, alors qu'un léger sourire se dessine sur ses lèvres.

« Vous ne semblez pas perturber par le fait d'avoir été à deux doigts être frappés par des hommes. Ou même d'être secouru, que vous en oubliez à remercier, serait-ce une habitude ?» Puis il hausse négligemment ses épaules, tournant doucement les talons, en faisant un simple signe de la main.

« Faites juste attention à vous à l'avenir, les femmes ont tendances à se comporter comme des hommes, mais il y a quand même une différence de corpulence et de force. » Et il s'arrête d'avancer, tournant légèrement le buste vers toi. « Surtout lorsque vous êtes seule et que eux, ils sont plusieurs. »

Il avait dit quelque chose d'évident, comme si il te faisait la leçon, comme si tu ne le savais pas. Il se doute pourtant que tu as sûrement conscience de cela, tu n'es pas une enfant après tout. Et pourtant, il se l'était permis par simple bonne conscience, pour rappeler la vérité. Il aurait simplement pu se taire, mais il avait remarqué ce sourire qui avait arborer tes lèvres, alors il préférait le voir disparaître d'une certaine façon. Même si il ignore pourquoi il y a ce sourire, il y a quelque chose qui l'avait agacé.





_________________
FC:
 
avatar
FT : Chinatsu Hiyama
Crédit : Raven / Panda / Saya / Dysto:blush:
Âge : 24 ans
Messages : 120
D/1

La princesse et les racailles
Il te fait par de son point de vue, comme si c'était quelque chose qu'il pourrait faire tous les jours. Alors tu hausses les épaules d'un air ennuyé. Puis lorsqu'il pointe derrière lui, la lumière se fait dans ta tête. Par là bas se situent les quartiers un peu plus riches. Alors tu ne mets pas longtemps avant de faire le lien entre sa manière plutôt chic de s'habiller et son geste. Un large sourire s'étale sur ta face alors que tu te demande si un client de son niveau ne te mettrait pas dans une situation plus tranquille. Tu attends tout de même qu'il finisse son sermon. Mais ce qu'il te dit ne te plaît absolument pas. Tu finis par croiser les bras sur ta poitrine, fronçant les sourcils comme s'il venait de t'insulter. Tu te mords la langue pour ne pas dire de bêtise puisque tu as vu qu'il était plutôt bon pour se battre. Mais c'est plus fort que toi, tu ne peux retenir les mots acides qui te brûlent la trachée.

« Ah oui, vous m'en voyez désolée. Merci beaucoup pour votre aide ô combien parfaite, papa. »

Tu accentues ton dernier mot, tes lèvres s'étirant dans un sourire presque insolant. Tu le cherches, comme tu viens de prendre pour toi ses phrases. Comme si tu ne pouvais pas te défendre contre ces connards. D'ailleurs tu t'inclines légèrement pour appuyer tes mots.

« Une femme ne peut donc pas se battre selon vous ? Pourtant, ces mêmes femmes font partie des mêmes gangs qui enfoncent la ville. »

Subtilement, tu lui fais comprendre que les pauvres princesses sans défense peuvent participer et prendre position dans une guerre invisible.

« D'ailleurs, ça ne vous dit pas de passer du bon temps ? Je suis certaine que vous pouvez vous le permettre. »

Tu prends appui sur ton parapluie et lui offre de nouveau un sourire des plus offensant. Est-ce que tu fais bien de te livrer ainsi sur un coup de tête ? Surtout que tu ne sais pas vraiment à qui tu as à faire.

_________________
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum