Beauty & the Beast | Chaton [+18]
Invité
Beauty & the Beast
ou l'art de passer une super soirée
Les journées comme ça, ça avait le don de l'énerver au plus haut point. Il y a des jours où, il était impossible de trouver la paix, et tu gamberge comme un grand con. Et bien, ce jour là, c'était aujourd'hui pour Blacky. Fatigué après une rude soirée de travail, il ne s'était que très peu reposé. Faut dire, il habitait dans un petit tas de merde ambulant qu'il appelait "l'appart" situé dans une rue qui était toujours en travaux. Donc quand lui rentrait du taf pour se reposer, il y avait les marteaux-piqueurs et les ouvriers qui faisaient un maximum de boucan. Donc il ne dormait pas. Donc il était de mauvaise humeur. Alors oui, d'habitude le flambeur aime bien dépenser son pognon à tout va et crécher dans des hôtels un peu plus confort que son studio d'merde dont le loyer valait une petite poignée de pain. Le pire dans tout ça, c'est qu'il allait redevoir bouger un peu plus tard. Rencard avec Chaton. Enfin, «rencard» était un grand mot. Il allait devoir faire bouger quelqu'un au nom des Exodus, et ça passait par eux deux. Avec un peu de chance, il pourrait remettre le couvert avec elle. Cela faisait un petit moment qu'ils s'étaient pas vus, et non pas que ça lui pesait, mais un peu "d'affection nocturne" ça allait peut être le détendre.  

Le métisse avait siesté pendant peut-être deux heures, avant qu'un voisin random ne décide de percer. C'était trop. Il avait les nerfs en pelote, et il n'y avait que deux soluces à son problème : péter une durite et une gueule ou prendre l'air. Intelligemment, il prit la deuxième option, se disant que de toute façon il allait certainement déboîter un gars dans la soirée. Prendre son mal en patience, même s'il était du genre à détester toute forme d'attente et toute notion de patience. Des fois, on fait des trucs à l'encontre de ce qu'on est, et ça casse les couilles. Mais l'idée de se faire pécho par les poulets parce qu'il aurait encastré un voisin dans un mur, et nuire à la mission de la soirée, bah ça l'emmerderait certainement plus. Du coup, il s'était avisé, avait fermé la baraque à clé après une bonne douche, et tranquillement il rejoint le parking du bâtiment.

Elle était là. Une splendide moto qui n'attendait que lui. La sienne, bien évidemment. Il devait être aux alentours de dix-sept heures, en roulant vite et bien il n'allait pas mettre extrêmement longtemps pour arriver au point de rendez-vous qu'ils s'étaient donnés. Et ils auraient certainement encore le temps de profiter un peu de "l'happy hour" avant de mettre les voiles. Et ça, c'était une putain de bonne chose.

«Salut beauté, content de faire équipe avec toi.» fit-il d'un ton calme, la voix légèrement rauque et caverneuse. On pouvait y ressentir un brin de fatigue.

Il était là, là où ils s'étaient donnés rendez-vous. La moto garée à quelques pâtés de maison.
Le gang avait une mission pour eux, enfin, d'après ce qu'il avait compris c'était plus ou moins Chaton qui avait besoin de ses services au cas où ça déraperait. Le constat était le suivant, et c'était tout simple : Y'a une boutique, elle appartient maintenant à Exodus. Point. Le seul problème, c'est le gérant. Lui, il veut pas que sa boutique appartienne à un gang. Du coup, faut le convaincre que c'est mieux pour lui. Aussi simple que ça. Chaton allait user certainement de ses formes, d'un semblant de gentillesse et d'un ton calme pour arriver à ses fins et si ça ne marchait pas, il y avait le plan B. Et le plan B, c'était Blacky. Simplicité quand tu nous tiens !

Voilà, ça, c'était les bases. Vint la suite de l'épopée. Ils étaient devant un bar. Et le bonhomme avait envie de se changer un peu les idées avant d'attaquer. De toute façon, le magasin et son gérant n'allaient pas s'envoler donc bon. D'un geste ouvert de la main droite, il l'invite à entrer dans l'établissement. "Go Rubbery" que ça s'appelait.

«Il va pas s'envoler l'aut' couille molle de toute façon, autant prendre un verre avant, et si t'es sage j't'offre même un coup à boire!»

Ce dont ils n'étaient pas au courant, c'est que ce qui devait être un début de soirée avant d'attaquer la "quête" allait se transformer en bonne soirée tout court, et la mission bah... Il va pas s'envoler de toute façon, ça peut attendre demain ! Par contre, il n'avait pas vraiment eu le temps de faire gaffe tantôt, mais maintenant c'était comme si ça lui sautait aux yeux. Il ne pouvait pas s'empêcher de faire une remarque par ailleurs.

«Sympa la vue, ça m'aurait presque manqué.» Fit-il, appuyant du regard le décolleté ou du moins, ce qu'il y avait derrière, toujours avec un ton très sobre, très modéré et pas aussi explosif qu'à l'accoutumée. Fatigue quand tu nous tiens...

«Sinon, tu bois quoi? »
(c) sweet.lips
Invité

Beauty and the Beast
CHATON & BLACKY


Un pantalon slim en simili cuir qui galbait ses formes, un haut en col V, un eye linner doré sur un smoky bien installé, le tout avec des lèvres aussi rouges que tous les péchés dont était accablée la silhouette. Comment pouvait-on se jouer autant des corps humains et de leurs désirs simplement en glissant un regard appuyé au bon moment. Un sourire amusé face à son reflet dans le miroir, et la silhouette était partie, escarpins aux pieds. La sonnette d'alarme était tirée, dans la rue, on se retournait. D'un pas assuré, elle fendait la foule, souriant lorsqu'elle surprenait le moindre coup d'oeil sur son corps, riant intérieurement en laissant les gens se retourner sur elle. Une main dans les cheveux, une clope coincée entre ses lèvres, l'autre main pressant la détente du briquet comme il suffirait de le faire pour allumer la mèche qui détruirait la moitié des êtres désirant son corps à cet instant même. Elle devait faire un détour avant de se rendre au point de rendez-vous, un client de dernière minute, elle n'allait pas refuser, mais elle avait prévenu, elle ne pouvait pas s'attarder.

Plus tard, elle était repartie, le carré déstructuré, lui donnant cet air sensuel qui terminait son tableau de panthère noire. Elle avait encore de la marche, mais elle était motivée, cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas du aller corrompre un mâle dans sa propre antre. Elle glissa les écouteurs aux creux de ses oreilles et lança la musique. Elle frémit de plaisir, le duvet adoucissant sa peau se hérissant dans un frisson magistral. Elle se mit à chantonner tranquillement :

♣️ All the good girls you take out for dinner, but all the bad girls you take out for liquor. All the good girls they don't pull the trigger, but all that bad girls they pull it much quicker...

Sans problème d’exhibition, elle se déhancha tout en marchant joyeusement jusqu'au point de rendez-vous. Il était là, le videur se baladant à moto, peau tannée, muscles proéminents, elle sourit, elle arriva dans son dos, passant l'index du bas de la chute des reins jusqu'à la nuque du brun, caressant ensuite sa joue en passant devant lui.

«Salut beauté, content de faire équipe avec toi.»

Sa voix était plus grave qu'à l'habituelle, c'était presque stimulent, elle sourit en se plantant face à lui, les jambes légèrement décollées, ancrées dans le sol avec toute la confiance en soi qu'elle possédait. Son look un peu rock lui donnait ce côté un peu dérangé qui finissait d'embellir sa personnalité déjà bien entamée. Elle lui glissa un clin d'oeil espiègle, elle l'appréciait plutôt.

♣️ Salut chéri, ravie de te voir encore habillé. J'espère que tu es motivé pour ce soir, sans sous entendu, évidemment~

Elle sourit, ce sourire qui montrait qu'elle aurait tout à fait pu dire cette même phrase dans un contexte tout autre, sans aucune gêne, elle roula légèrement les yeux avant de reporter à nouveau son regard sur le colosse bruni. Boire un verre ? Elle ne savait pas si elle s'en réjouissait ou si elle devait se forcer à accepter, un mélange étrange et paradoxal entre les deux. Elle décida qu'elle serait plus convaincante si elle était encore moins inhibée qu'à l'habituelle, et finit par accepter.

♣️ Si j'étais sage, on ne m'offrirait jamais à boire, tu sais...

Elle sourit, et détourna son centre de gravité pour remettre son corps en marche. Impulsion. Elle pénétra dans le bar, l'ambiance étouffante et lourde de sens de la boîte l'enroba. Elle était chez elle, dans son monde, bien plus que dans les rues de Shibuya. Son corps répondit, devenant félin, séducteur, magnétique, même son regard vibrait d'un éclat sauvage, celui du prédateur, habitué, tapis dans les ombres. Instinctivement ses hanches se balancèrent en rythme avec la musique avec laquelle son corps s'était synchronisé. Elle soupira d'aise.

♣️ Un Bluelagoon, parce que je vais éviter le Black Russian avant une mission ~

Elle se dirigea vers un coin de la salle où une table n'était pas déjà accaparée. Sa silhouette était remarquée, et elle notait l'attention qui était portée sur ses courbes, malgré sa tenue décontractée, du moins dans le langage Chaton. Elle s'installa sur une banquette assez vintage, elle aimait ce genre d'endroit. Elle croisa les jambes et étala ses épaules sur le dossier, trônant là comme l'impératrice de ces lieux. Elle était reine, tant sa prestance était naturelle. Son sourire langoureux et satisfait suffisait. Elle savait qu'elle allait s'amuser.

Invité
Premiers verres
le début d'une longue lignée !
Plutôt cocasse comme situation. Ses yeux se baladaient au travers de sa position, à moitié affalé sur la banquette de c'bar. Dingue comme les vieilles habitudes sont ancrées, il était là pour boire un verre et passer un bon moment mais au lieu de ça, il avait cette manie d'inspecter tout ce qu'il se passait, regardant chaque fait et geste. Mais finalement, c'était le miaulement de cette chatte qui le fit reprendre ses esprits. Il n'était pas là pour bosser, mais pour s'amuser. Elle parlait de bluelagoon et de black russian, très certainement des noms de cocktails élaborés mais il n'était guère du genre à boire ce genre de boissons. A vrai dire, Blacky avait l'habitude de traîner dans certains bars à whisky lorsqu'il ne bossait pas. Et même lorsqu'il bossait, il avait l'habitude de se prendre un 'sky. Faut croire que c'était une boisson qu'il appréciait vachement, à tel point qu'il ne sortait quasi jamais de sa zone de confort pour boire autre chose. Et puis, les japonais mine de rien, ils savaient y faire avec cette boisson. A tel point qu'ils pouvaient aisément concurrencer les écossais et les irlandais là-dessus.

La commande fut simple : Un bluelagoon et une bouteille de Nikka Coffee Grain. Oui, directement la bouteille, ça lui évitera de passer commande sur commande, puisqu'il possède la fâcheuse tendance d'enchaîner les verres à vitesse grand V. Blacky était ce genre de type à être tout le temps dans l'excès, il était rare de le voir sobre tout comme il était très rare de le voir de bonne humeur. Calme oui, mais toujours sur sa défensive, toujours un élan de nervosité. Son pied gauche tapotait le sol avec certaines pointes d'accélérations, il s'attendait à ce que quelqu'un vienne le déranger et ça, à tout moment.

«Bon, voyons si j'ai bien compris. Tu va devoir le persuader de nous filer une taxe et ce, par la manière douce c'est bien ça ? Et si ça marche pas, je prend le relais avec ma propre manière ? Bon, y'a plus qu'à espérer qu'il t'envoie bouler !»

Si c'était le cas, alors, Blacky espérerais que le type en question ne soit pas aussi docile avec Chaton, afin que le grand gaillard puisse un petit peu, se détendre l'esprit en frappant quelqu'un. C'était toujours bon pour le mental, de sentir ses phalanges percuter quelque chose de solide, et l'idée de taper dans un mur ne lui viendrait pas à l'esprit. Une personne physique, ça valait mieux que tout leurs sacs de frappes, leurs punching-ball, et les viandes dans la chambre froide d'une boucherie. Parce que quand on se castagnait la gueule, et ce comme il se doit, il y avait toujours des bruits, des cris, des élans de douleurs, des grognements, des grincements de dents et des gémissements. Et ce petit son là, si banal, lui donnerait presque une trique d'enfer.

Il lève le verre en sa direction, trinque, et l'avale cul sec avant d'en faire couler un autre. Il bâille, il s'étire sur la banquette, il commence à se sentir mieux. Comme si la chaleur enivrante du premier verre lui rendait son explosivité qui lui était habituelle. Et ça lui faisait un bien fou.

«Ah putain ça fais un bien fou !» il craque ses doigts, et directement c'est tout son visage qui était métamorphosé. Il se sentait déjà bien mieux, malgré toujours sa soirée de deux petites heures. «Bon bah, du coup on termine ça, on va vite fait lui faire comprendre qu'ici, c'est nous qui choisissons ce qui nous appartient, et une fois que c'est bouclé, toi et moi on s'choppe un petit hôtel dans l'quartier histoire de marquer l'coup !»
(c) sweet.lips
Invité

Beauty and the Beast
CHATON & BLACKY


Un mouvement, désagréable, d'un genou qui tressaute car le pied assorti s'agite. Elle sourit doucement en voyant son verre arriver sur un plateau, non fait d'argent, porté par une jolie personne. Elle remercia cette dernière d'un petit signe du bout des doigts et d'un léger clin d'oeil : beaucoup trop aguicheuse pour un soir de mission. Surtout sans avoir bu un seul verre. Elle reporta son attention sur le videur, enfin, son coéquipier officieusement. Toujours cette jambe qui s'excitait alors que le breuvage ingurgité par le corps rattaché était censé l'endormir lentement, dans une torpeur moite et psychédélique. Elle soupira, finit son verre beaucoup trop rapidement, et se retourna vers l'homme dont la chaleur corporelle lui était presque perceptible. Ses doigts, fins et précis, se posèrent sur le genou du jeune homme, puis remontèrent sur sa cuisse tandis que son buste était venu à la rencontre du flanc masculin. Elle posa le bras sur l'épaule de son partenaire, sa respiration effleurant ce cou, vulnérable, elle continua à glisser le long de sa silhouette. Ses doigts passant sur la cuisse, l'aine, la zone V qu'elle effleura de manière infime, légère, succinte. Elle remonta le long de son torse, passa sur l'épaule puis le bras qui tenait le verre de Whisky. Elle susurra.

♣️ Alors, c'est qu'il serait énervé mon cher partenaire ?

Elle entrelaça ses doigts aux siens, prenant une prise sur le verre, et l'extirpa pour voler une gorgée du breuvage. Elle sourit longuement et adressa un clin d'oeil au mâle que l'alcool égayait de minute en minute. Elle reposa le verre où elle l'avait pris, entre les doigts du corps métissé. Elle embrassa sa joue, revêtant sa peau de créature de la nuit. Elle était allumée, allumeuse, et son sourire se faisait bien trop prometteur pour le nombre de personne qui avait l'honneur de le voir s'épanouir sur son visage.

♣️ C'est bien aimable à toi, de toute façon, une bouteille c'est mieux de la boire à deux, tu ne trouves pas ?

Un petit rire, beaucoup trop suave pour qu'on lui tienne rigueur, espiègle, son corps parlait de lui même, elle était presque faite pour ça, plaire. Elle s'installa sur la banquette en se servant de son partenaire comme dossier, remontant un genou pour pouvoir supporter son bras droit. La scène était presque aussi sensuelle que les danseuses sur leurs tables, dans leurs cages, ou autour de leurs barres de Pole Dance. Elle attrapa la bouteille du breuvage et hésita un instant à prendre une dose direct à la bouteille. Mais elle avait peur qu'un puriste la foute dehors, et sa prestance n'y changerait rien. Elle resservit alors le verre qu'elle venait de subtiliser, puis de rendre, et laissa la possibilité au mâle d'y tremper les lèvres, le temps imparti une fois écoulé, elle termina le verre sans se faire prier.

«Bon, voyons si j'ai bien compris. Tu va devoir le persuader de nous filer une taxe et ce, par la manière douce c'est bien ça ? Et si ça marche pas, je prend le relais avec ma propre manière ? Bon, y'a plus qu'à espérer qu'il t'envoie bouler !»

Elle sourit, ouais, fallait penser boulot, et pas celui qu'elle avait l'habitude d'exercer dans les arrières salles comme on en trouvait dans ce bar. Elle s'étira lentement, se lovant encore plus contre la silhouette brunie par les gênes.

♣️ Hmmmm, moui c'est à peu près ça, généralement c'est pas une taxe, mais un vrai droit sur le magasin ou le café, on est les boss du boss, tu piges le truc ?

Elle prit le dernier verre qu'elle s'était autorisé avant de partir en mission. Cul sec. Elle déposa la bouteille sur la table et se releva, vivement. Heureusement qu'elle savait très bien gérer les doses d'alcool dans le sang, une personne plus petite ou moins résistante aurait fini par terre après avoir vu le paysage tourner sur lui même, mais pas Akisa. Elle s'étira doucement, son haut remontant un peu, laissant apparaître cette taille de guêpe, ces hanches larges à prendre à pleines mains, et soulignant chacune de ses courbes, quelles qu'elles soient.

«Bon bah, du coup on termine ça, on va vite fait lui faire comprendre qu'ici, c'est nous qui choisissons ce qui nous appartient, et une fois que c'est bouclé, toi et moi on s'choppe un petit hôtel dans l'quartier histoire de marquer l'coup !»

Programme tentant, il fallait l'avouer, elle sourit, faisant mine de réfléchir à la proposition, ou bien à comment continuer d'attiser les désirs masculins tout en faisant la vraie mission qui les avait conduit ici.

♣️ Vendu, tu paieras la chambre, je t'offre le reste, en attendant choppe la bouteille, on y va, histoire d'avoir fini rapidement. Ah, et, si je te prends avec du sang sur les vêtements pas la peine de vouloir poser les mains sur mon corps divin.

Elle lui fit un clin d'oeil, tira la langue, et se mit en marche, remettant la veste en cuir sur ses épaules, faisant tourner quelques têtes dans sa direction. Elle posa le pied dehors.

***

Elle pénétra dans cette enseigne, pourtant la pancarte indiquait fermé. Elle ébouriffa sa chevelure déjà bien éméchée, et jeta sa veste sur une table, son pas était vif, sûr d'elle, la panthère venait d'entrer en scène. Ses talons claquèrent sur le sol, et il n'y eut qu'un début de phrase venant du gérant avant que la demoiselle ne se hisse sur le comptoir, et lui attrape le col pour l'attirer à elle.

♣️ Ouais, je sais chéri, c'est fermé, t'énerve pas, j'en ai pour cinq minutes si t'es gentil, sinon je vais devoir me faire aider, et je suis pas sûre que ça te plaise.

Elle le relâcha le col, et passa les mains intéressées sur le torse du joli coeur qui se tenait là, hébété face à l'incarnation de la tentation. Elle sourit tendrement, et posa ses mains en arrière du bar, trônant magistralement sur le comptoir propre d'une enseigne tout juste fermée.

♣️ Ecoute chaton, je vais faire simple, ton petit commerce va prospérer, quelque chose d'infernal, tu n'en reviendras même pas, en contrepartie, on gère qui entre et qui sort. Et évidemment, en échange, on consomme, ce qu'on adore faire, tu peux me croire.

Elle sourit, rictus carnassier et pourtant si mielleux, doux, envoutant, généralement, il n'y avait pas besoin d'aller plus loin avec les hommes, les femmes aussi parfois. Elle était si proche du jeune homme, car il était plutôt pas mal fallait l'avouer, que son visage pouvait sentir le souffle de celui-ci, son haleine caressant la mâchoire carrée qui était si serrée face à eux. Elle lui fit un clin d'oei.

♣️ Alors, marché conclu ?
Invité
beauty & the beast
a fine way to die ♪


«Vendu, tu paieras la chambre, je t'offre le reste, en attendant choppe la bouteille, on y va, histoire d'avoir fini rapidement. Ah, et, si je te prends avec du sang sur les vêtements pas la peine de vouloir poser les mains sur mon corps divin.»


Il appréciait grandement la façon de faire qu'elle avait. C'était simple, rapide et sans prise de tête. C'était tout bonnement parfait pour un type comme lui qui aimait aller à l'essentiel, sans détours, sans bifurcations alambiquées ou quoi que ce soit. Il ne lui avait rien dit vis-à-vis du fait qu'elle squattait son verre depuis tout à l'heure. D'une part ça le dérangeait pas, d'autre part il s'en foutait à la rigueur ils pouvaient même la siffler à même le gosier que c'était pas dérangeant.

«T'en fais pas. C'est pas les mains que je comptais poser.»

Simple. Efficace. L'effet Blacky quoi.

Du coup, ils tournèrent les talons, puis remarquant que tout le monde se retournait derrière elle – ça c'était l'effet Chaton – il ne pouvait s'empêcher d'avoir un petit sourire au coin des lèvres. C'est dingue comme tout les mâles, lui compris, avaient cette tendance à regarder les nanas comme de vulgaires bouts de viande. Pour Blacky c'était pareil, mais lui l'assumait complètement. Il était un chien, pas un garçon, pas un homme, un putain d'clebs. En partant, il choppe la bouteille avec fermeté dans l'une de ses mains, utilisant l'autre pour s'allumer une clope le long du trajet.

Il mit un coup d'épaule à un type en costard qui était plus concentré sur son téléphone que sur la route. Un acte gratuit qui lui arracha un sourire au visage. Faire chier les gens, ça l'amusait.

Une fois à l'intérieur de l'établissement, B laissait Chaton suivre le plan A. Il buvait allègrement à même la bouteille. Il ne s'était pas offusqué d'une formule de politesse. Tout ce dont il voulait, c'est que le type refuse. Alors, Blacky sera obligé de le punir jusqu'à ce qu'il accepte. Ça, c'était intéressant comme plan. Mais bon. D'un autre côté, s'il acceptait rapidement, les deux pouvaient passer à autre chose dans la foulée.

Puis pendant qu'elle lui expliquait les bails, Blacky commençait réellement à trouver le temps long. C'est dingue comme le fait de devoir attendre quelque chose ne serait-ce que trente secondes, arrivait à le rendre aussi nerveux et énervant. Il faisait les cent pas, derrière Chaton. Il faisait craquer ses doigts, puis sa nuque. Il râlait, il soufflait. Bref. Jusqu'à ce moment fatidique.

«De toute façon, si tu refuse, j'vais devoir te cogner jusqu'à ce que tu accepte, donc dans tout les cas, et même s'il faut du temps, à la fin c'est nous qui gagnerons. Je s'rais toi, j'jouerais pas aux cons avec un type comme moi. Parce que même si tu peux jauger un peu à ma gueule et à mes muscles, tu ne sais – mais alors vraiment pas mon gars– à quel dégénéré tu va t'frotter. Ça va être une putain d'boucherie mon gars.»

La bombe était lâché. A lui de voir ce qu'il voulait faire. A lui de voir s'il voulait se frotter à Blacky ou accepter le deal de Chaton. Et comme il l'avait stipulé, dans tout les cas, c'est Exodus qui gagne à la fin. Tout était qu'une petite question de temps. Tout n'était qu'une vulgaire question de putain de temps. Et le temps, c'était une notion qui devenait de plus en plus oppressante pour B. A tel point qu'il en avait presque envie de le frapper gratuitement histoire qu'il se bouge les miches à répondre.

Et le bougre, finalement, il avait dit «marché conclu».

«Pfff»

Il râlait, haussait les épaules, tournait les talons et quittait la boutique d'un pas pressé. Il n'avait même pas eu l'occasion de lui éclater la gueule. Il s'était allumé une clope, s'appuyant contre la boutique en attendant que Chaton n'arrive. Intérieurement, il était tout de même satisfait mine de rien. C'était rare qu'il utilise son esprit affûté pour convaincre quelqu'un de faire quelque chose. Généralement, il utilisait ses poings – tout aussi affûtés – pour faire entendre la raison aux gens. Comme quoi, il avait toute la panoplie. Même si, sa préférence allait pour la castagne. Il tapotait du pied jusqu'à ce que la porte de la boutique ne s'ouvre et que Chaton n'en sorte.

«Bon... au moins y'a pas de sang sur les vêtements..»

Relativiser.

(c) sweet.lips
Invité

Beauty and the Beast
CHATON & BLACKY


Elle avait posé les talons sur le comptoir, où le niveau était plus bas, manspread, et un sourire presque malsain sur les lèvres, en entendant la voix grave du tas de muscle qui lui servait de plan B. Elle tourna légèrement le visage vers lui, les joues du gérant entre ses griffes, son visage effleurant le sien. Elle plissa légèrement les paupières, ce genre de mission lui plaisait toujours, surtout quand la personne a soudoyer était plutôt mignonne, et qu'elle avait carte de blanche sur les méthodes à utiliser. Ses doigts caressèrent cette mâchoire où la barbe de trois jours naissait encore, et replongea son regard magnétique dans celui du barman. Elle le gardait proche d'elle, comme ces serpents qui s'enroulent lentement autour d'une proie. Si elle était un animal, elle serait surement l'un deux, ou peut-être une panthère, les deux lui seyant à ravir.

♣️ J'attends.

Elle effleura les lèvres du patron, continuant à le déstabiliser, tirant un peu sur celle du bas avec le pouce, dans ce style si étouffant et sensuel qu'était le sien. Quand il rendit les armes, la demoiselle continua d'étirer ces lèvres en un sourire vermillon, éclatant, laissant son homme de main d'un soir pester jusqu'à la sortie. Elle, cette silhouette longiligne, toute en forme, créature de minuit, plaça un merveilleux baiser sur le front du gérant, laissant une trace sanglante d'un accord presque tacite passé dans cette enseigne pourtant fermée. Elle tourna sur elle même et sauta du bar, retombant sur ses pattes comme le chat qu'elle incarnait dans cette pénombre d'une salle morne, vide. Seule la lueur du tabac s'embrasant vint rendre chaleureuse cette pièce. Puis la fumée teinta la pièce de cette odeur singulière, la créature expira d'aise, récupéra sa veste et d'un geste exagérément dramatique, ouvrit la porte. Son regard se porta sur l'autre monstre en plus d'elle même. D'un autre calibre, lui n'était pas ce genre de démon à se pavaner dans divers apparats pour se repaître d'un désir finalement jamais véritablement inassouvi. Il était ce genre de créature qui devait se défendre, et en défendre d'autres, un lycanthrope ? Difficile à diagnostiquer.

«Bon... au moins y'a pas de sang sur les vêtements..»

Elle sourit, relâchant une nouvelle bouffée destructrice dans l'air ambiant, frais de la nuit pleine, féconde, bien faite. Une fois sa sucette à toxine terminée, elle la laissa choir sur le sol, et son escarpin termina d'y mettre un terme. Elle releva ses prunelles bleutées, lilas, vers la silhouette basanée. L'attitude était toute autre, tendue, dans le bon sens du terme. La demoiselle passa ses doigts dans sa chevelure sans une quelconque forme prédéfinie, celle-ci retombant doucement sur ses joues, caressant sa peau comme si ses propres cheveux découvraient sa peau. La hanche se décala légèrement comme un appui à la taille de guêpe.

♣️ Toujours d'attaque ou peut-être que je devrais te ménager pour la soirée ?

Elle tira la langue entre les deux lignes immaculées de minéraux qui lui servaient de crocs. Puis, elle esquissa un sourire, plus fin, plus... intéressé, en indiquant d'un léger mouvement de bras la direction qu'il suffisait au brun de prendre pour honorer son contrat signé à l'alcool fort, en allant payer cette chambre d'hôtel qu'il avait mis en vitrine pour s'accaparer son corps pour le reste du soir, celui qui n'était pas prêt de finir, puisqu'il n'avait même pas encore sonné le coup des deux heures du matin. Elle lui emboîta le pas lorsqu'il se mit en branle, mains dans les poches, talons hauts retentissant sur le béton de la civilisation.



[HRp : Sorry, c'est de la Kpop <3]
[HRp 2 : Si tu veux ouvrir un autre rp suite plutôt que de répondre ici pour éviter de devoir censurer une moitié de rp, fais toi plaiz surtout   ]
Invité
beauty and the beast
a fine way to die
C'est dingue, cette manie à tout pouvoir obtenir juste en... Dandinant ? Se sur-élevant ? Caressant la tronche d'un type ? Remuant un peu la poitrine et les fesses ? Un peu de tout. Le charme naturel faisait beaucoup, c'était certain, tu en étais conscient. Mais putain, ça avait l'air tellement facile avec Chaton que ça avait le don de te rendre dingue. L'épisode dans la boutique là, véritablement, tu y serais allé tout seul ça n'aurais jamais fonctionné. Et même si c'était une meuf et que tu arrivais style Chaton en lui caressant la face et en dandinant un peu, ça n'aurait jamais eu l'effet escompté. T'avais peut être, tout simplement, pas la belle gueule de l'emploi. Et t'allais devoir faire avec tout au long de ta misérable vie, c'comme ça. Alors, en fumant ta clope, le temps qu'elle arrive, tu t'étais dis que peut-être plus tard dans la soirée, après avoir consommé, tu pourrais lui demander un petit trick ou deux, histoire d'augmenter le nombre de cordes à ton arc.

Elle était arrivée, vous aviez le contrat en poche. Aussi simple que ça. Tu râlais intérieurement, te défouler un peu n'aurait pas été un mal, loin de là. Au lieu de ça, tu t'étais retrouvé comme un con dehors en attendant qu'elle finisse le sale boulot. Tu tente de trouver matière à te détendre. Il fais un peu frisquet dehors, mais ton corps est tellement bouillant que ça te fais un bien fou. Y'a cette bouteille dans la patte gauche, tu l'apporte jusqu'à ton gosier en l'écoutant. Te ménager ? Pour quoi faire ? T'avais certainement l'air complètement déboussolé de ne pas avoir eu la chance – que dis-je, l'honneur – d'avoir pu lui exterminer sa petite gueule de con à ce pauvre type. Mais bon. T'avais toujours la force de passer une nuit avec elle. Si bien, que comme seule et unique réponse, tu avais pointé du doigt la direction qui te séparait du restant d'un semblant de nuit affective.

Tu ne pipais mot, ne daignant ouvrir la conversation. T'étais beaucoup trop bloqué sur ce qu'il venait de se passer. Si seulement toi aussi, pouvais avoir ce genre de «dons» ça pourrait t'épargner de temps en temps quelques combats hasardeux dans des ruelles à la con. Cela pourrait fortement aider Exodus lorsqu'ils cherchaient à faire taire des témoins gênants par exemple. Du moins, ça offrirais un nouveau truc à ta panoplie. Parce que les poings c'était cool, mais face à une arme à feu, tu n'allais rien pouvoir faire. Et ceux qui te connaissaient savaient que tu n'entretenais que de mauvais rapports avec les armes. Ça manquait de beauté. De bestialité. Il y avait un côté faible à ça. Mais tu savais que c'est ce qui allait forcément te tuer un jour où l'autre. Ton assassin, ne sera pas un type ordinaire qui t'aura décroché la tête de ses poings féroces au court d'une baston d'anthologie. Non. Tu allais forcément crever comme le cabot que tu étais, de dos, avec une bille de plomb entre les deux yeux. Simple. Efficace. Et cela évitait les retournements de situations.

En guise d'apéritif, outre la bouteille qui était comme ancrée entre tes doigts fermes, tu zieutais au loin cette silhouette qui ouvrait le bal. Ton pas était plus lourd que le sien, comme si tu traînais ta carcasse, comme si c'était un fardeau de déplacer cette armoire à glace que tu étais. Tu t'attarde légèrement – ou longuement à vrai dire tu n'avais pas la notion du temps quand tu reluquais – son postérieur. On aurait dit de la guimauve qui tanguait, un coup à gauche, un coup à droite. C'était presque à croquer. En fait non, ça l'était. Tu accélère la cadence pour rattraper celle qui martyrisait le bitume de ses talons. A son niveau, tu continuais de fixer la grosse enseigne aussi lumineuse qu'une étoile qui guiderait les inconnus à travers la pénombre. En l'occurrence, deux adultes consentants qui souhaitaient au court d'une nuit agitée, passer un peu de bon temps. A l'accueil, tu rince pour la chambre, précisant que tu l'a prenait pour toute la nuit, qu'on ne vienne pas te réveiller avant au moins dix heures, et qu'il fallait prévoir de changer les draps. T'étais direct, franc, honnête, que de qualités qu'il semblait manquer au gang d'après les on-dits. Puis, une fois à l'intérieur, tu remarque que la chambre est magnifique. Mais tu t'attarde pas trop sur la décoration. Le seul truc que tu veux, dans cet instant précis, c'est déposer la bouteille sur la petite table basse, virer ton froc et lui dire yeux dans les yeux «Prend tes aises, j'vais me taper une douche avant.» tu craque ta nuque, tu fais machine arrière, pointant ton index vers elle. «J'compte sur toi pour me laisser quelque chose à boire, hein.» un petit clin d’œil et tu file te laver. Ce qui, techniquement, n'était pas si bête, mais techniquement était très bête aussi. Te laver, avant de suer, pour retourner te laver par la suite. Ça te prend peut-être dix minutes, l'eau chaude faisait un bien fou, tu aurais voulu y rester plus longtemps mais il y avait à faire.

Tu débarque en ouvrant la porte d'un coup de patte, testant ton agilité au passage et non pas ta force sinon t'aurais complètement dégondé la porte et ça allait faire un bruit assourdissant. Avec comme seul couverture, ce boxer qui protège tes parties. A quoi bon l'avoir gardé en vrai ? Va savoir. Peut être pour qu'elle ait le luxe de l'enlever, ma foi, ça sonne bien comme ça. Tu t'approche d'elle à petits pas feutrés, laissant un peu d'eau à même le sol. Mal rincé, pied encore légèrement mouillés, tu t'en battait les couilles puissance mille. Tu soulève Chaton, bestialement via tes bras puissants, et l'envoie faire un aller directement dans le lit. La picole pouvait attendre. Toi par contre, t'avais plus envie d'attendre. La bête était réveillée, virevoltante, explosive. Ça allait swinger ce soir. Ça allait peut être lui changer des binoclards en manque d'affection, qui sait, à vrai dire tu ne connaissais pas vraiment sa clientèle, mais tu devais certainement être le plus grand des animaux qu'elle devait connaître, ça, tu pouvais le parier aisément.
(c) sweet.lips
Invité



[HRP : Je l'ai déjà mis en hide entièrement parce que j'avais la flemme de tout relire pour encadrer seulement les passages, des bisous ♥️]
Invité
Beauty & the beast
a fine way to die



(c) sweet.lips
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum