Stars can't shine whithout Darkness. | Raven |
avatar
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Stars can't shine whithout Darkness

ft. Raven

On s’est connu voici fort peu de temps.
Tes yeux semblaient si implorants…
De nos deux tristesses, un bonheur est né...


Était-ce un signe du destin, ou bien une certaine bonne étoile qui semblait avoir tout écrit à l'avance ?

Dans la nuit, nous faisons face à des personnes bien différentes de celles que nous rencontrons dans la journée. On y voit toutes ces âmes en peine, bourrées, totalement éclatées au sol, ces filles dénudées au passé douloureux, qui, pourtant, s'efforçaient tant bien que mal à satisfaire pleinement leurs clients. Ces petits délinquants, muets lorsque le jour se lève, mais puissants une fois l'obscurité revenue. Tous ces gens sans le sou, écrasés par les regards des riches personnes, écrasés par le froid, ils sont tellement plus visibles une fois la nuit tombée.

Haru connaissait bien ce monde, il avait vécu là des années durant, Haru, l'âme en peine, qui titubait chaque nuit, le corps meurtri, les pensées enfumées, tout comme ses poumons. Il avait tout fait par la suite pour s'en écarter.

Et pourtant.

Tout le ramenait à cette vie d'une manière ou d'une autre. Il aimait cette atmosphère de désespoir, il aimait ces gens qui s'ouvraient bien plus qu'en temps normal, ces gens qui dévoilaient enfin leur vraie nature.
Il aimait s'amuser à distinguer les étoiles dans ce ciel trop pollué, il aimait les voir scintiller, elles brillaient pour lui, elles brillaient pour ces gens, jamais elles ne se dévoilaient à tous ceux qui dormaient, bien au chaud sous leur couette.

Ce soir, encore, la petite fleur sortirait. Elle aurait les idées brouillées par l'alcool et la drogue, elle ferait sûrement une rencontre. Un homme, ou une femme, avec qui elle aurait une longue discussion qui se terminera probablement à l'hôtel, et ça la rassurerait, elle qui a tellement peur de rester seule.

Mais cela changerait-il quelque chose ?

Au fond, Haru sera-t-il moins seul après ? Il avait beau tenter de se mentir à lui-même, c'était évident que la réponse à cette question était négative. Le lendemain, il se réveillerait à nouveau seul, il vivrait sa journée seul, et il recommencerait le soir.

Affublé de vêtements simples, mais assez beaux, assez chauds, cachant par la même occasion sa maigreur, il descendait à la hâte les escaliers de son appartement. Comme à son habitude, il se dirigerait vers un quartier où il se sentirait en sécurité. Ueno. Il ne risquait rien là-bas. Les Meiji y étaient rois. Ils surveillaient cet endroit, peut-être pas toujours dans la plus grande des discrétions, mais il savait qu'ils pourraient l'aider s'il était en danger.

Arpentant les ruelles sombres d'Ueno, le pétard à la bouche, le jeune garçon s'arrêta soudainement.

Il le vit à nouveau.

Ce n'était pas la première fois qu'Haru voyait ce curieux personnage. Il ne savait rien de lui, mais dès la première fois, il ne put s'empêcher d'être captivé par lui, cet homme à l'apparence si particulière, à la démarche peu commune, il semblait venir se réfugier là pour fuir toute l'agitation de la ville, tous ces gens pressés qui s'entremêlent dans les allées les plus fréquentées. À force de le croiser là, toujours au même endroit, le petit Gypsophila s'était mit à lui inventer tout un tas d'histoires, des plus banales aux plus folles. Était-il un Yakuza comme pouvait peut-être en témoigner tous ses tatouages ? Était-il un être surnaturel, sorti d'un conte de fées, ou d'un roman horrifique ?

Que venait-il faire ici, seul, dans ces endroits où il n'y avait rien, rien d'autre que la tristesse du noir.

Sans doute la même chose que toi, Gypsophila.

Haru n'avait jamais vraiment eut de mal à partir à la rencontre des autres, et pourtant, il n'était pas allé de suite parler à cet être mystérieux, en totale rupture avec les autres. Pourquoi donc ?

Avait-il peur ?

Peut-être. Ou peut être-pas. En tout cas, chaque fois, il y avait comme un blocage, comme si son corps refusait d'avancer, alors, il le laissait s'en aller, se disant qu'il ne le reverrait sans doute jamais, et chaque fois, c'était la même histoire.

Pourtant, ce soir-là, il osa. Était-ce son pétard, plus chargé que les fois précédentes, qui le poussait à venir vers l'inconnu, ou bien avait-il soudainement gagné quelques points en confiance ? Lui-même n'en savait rien, mais cette fois-ci, ses jambes ne parvenaient pas à s'arrêter. Elles le dirigeaient vers lui comme s'il était un aimant.

"Je... Vous avez de magnifiques tatouages."

Mais quel con.

Pourquoi perdais-tu tous tes moyens face à lui Gypso ? Il n'était qu'un humain parmi tant d'autres, quoi que tu en penses.

Cachant sa gêne derrière la fumée de son poison, le jeune homme tentait de se rattraper comme il le pouvait. Sans réfléchir à ce qu'il allait dire. De toutes façons, il fallait bien qu'il se lance. Il ne pouvait plus fuir, il ne pouvait plus le laisser fuir.
Les yeux dirigés vers le ciel, il enchaînait comme il pouvait, peinant à coller les mots derrière les autres.

"Ce n'est pas ici que vous verrez les plus belles étoiles vous savez ?"

Doucement, le brun laissait tomber ce qui restait de son pétard. Il parvenait enfin à regarder l'autre dans les yeux, et quels yeux. Il n'en avait jamais vu des semblables. Il ne savait même pas que c'était possible de les transformer autant. C'était à la fois beau et effrayant, pourtant, il ne baissa pas le regard, il avait appris à ne pas le faire.

"C'est pas la première fois que je vous vois traîner ici. Elle a quoi de si spéciale cette ruelle ?"

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Stars can't shine without derkness

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).



Musique ♥️

Ce soir était le grand soir. Cela n'arrivait que tous les dix ans, cette pluie d'étoiles. Peu de gens était au courant de cet événement, il était rare pour l'homme de la nuit de pouvoir observer les étoiles, car, même si cela était très important pour lui, le boulot n'attendait pas, le marché et les clients non plus. Néanmoins, il avait bloqué cette soirée afin de pouvoir vivre et ressentir ce que l'univers pouvait (enfin) lui transmettre. Pas de temps pour les rencontres, pour les discussions, son but était simple, trouvé le meilleur endroit pour les voir. Pour observer avec douceur ce ciel maculé de tâches blanchâtre l'étendu noir et infini qu'est l'espace. La lune, ronde et d'une pureté surnaturelle allait l'accompagner ce soir. Lorsqu'il descendit le soleil venait à peine de s'endormir sur les montagnes offrant un spectacle d'une merveille à qui sait le voir. Il arriva enfin dans la rue, l'endroit des enfers. Là où il descendait quand les démons du quotidien avaient pour habitude de se laisser caresser dans les bras de Morphée. Le corbeau foulait alors le trottoir d'un air déterminé. Personne ne lui ferait blocage cette fois-ci, personne. Néanmoins, il devait se rendre à Ueno, histoire de récupérer de quoi se laisser planer en regardant les étoiles lui faire signe.

Lorsqu'il arriva dans une vieille ruelle caché des citoyens trop peureux pour s'y aventurer, il s'adossa légèrement contre un poteau. Il venait souvent ici, traqué, fumé, acheter. Il côtoyait avec très peu considérations les étranges personnages qui animaient cette rue la nuit. Lorsque tous dorment, la ville vie. Elle vit de toutes ses personnes qui sont incapables d'exister en dehors de la nuit, tel des anges se cachant du soleil de peur de se brûler les ailles. C'était son monde. Ce monde ou peu de gens le regardait non pas par crainte, mais simplement parce qu'ils savent que le tableau rongé par l'encre noire était un humain tout comme eux.

Durant un moment relativement mou, lorsque l'endroit se ternissait peu à peu et que la lune montait de plus en plus dans le ciel, laissant apparaître doucement les premières lueurs des étoiles, Raven leva les yeux au ciel. Il allait être l'heure, l'heure d'exister et de voir ce que trop peu de personnes sont capable de ressentir et d'écouter. Un homme s'avança près de lui, l'extirpant d'une main habille de sa rêverie transcendante. Il le complimenta sur ses tatouages. En voilà une bien étrange première approche. En guise de réponse, Raven prit le temps de hocher légèrement la tête. La rue était certes sauvage, mais... C'est vrai que la politesse se faisait plus rare aujourd'hui. Il reprit la parole. Cette phrase, vide de sens pour cet inconnu ne laissa pas notre charognard de marbre. Ce n'était pas ici qu'il verrait les plus belles étoiles. C'était une approche des plus audacieuse, mais des plus vraie. Cette voix et cette phrase résonnassent peu à peu dans son esprit faisant écho à son âme oubliée. C'était sûrement lui, le second témoin de l'univers.

Tout comme cet homme, face à lui, ça n'était pas la première fois qu'ils se croisaient. Néanmoins, il est vrai que le regard que portait Raven sur son style vestimentaire était plutôt admiratif. Il observa alors avec intérêt et détaillement son interlocuteur avant de reprendre confiance en lui, laissant échappé une seule phrase.

" Vous aussi, vous aimez le ciel ? "

Un frisson le parcouru du bas du dos jusqu'à venir dresser chacune des plumes du corbeau, frétillant d'une exquise excitation de trouver un partenaire pour la contemplation du monde. Ce moment était unique. Le charognard était pendu à ses lèvres.

avatar
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Stars can't shine whithout Darkness

ft. Raven

On s’est connu voici fort peu de temps.
Tes yeux semblaient si implorants…
De nos deux tristesses, un bonheur est né...


Était-ce un signe du destin, ou bien une certaine bonne étoile qui semblait avoir tout écrit à l'avance ?

Totalement subjugué.
Haru n'osait plus bouger. Il attendait les réponses de son interlocuteur.
Une simple phrase.

Une simple phrase qui venait transcender l'âme de la fleur, lui donner des frissons, rien que par le ton employé, le timbre de la voix. "Vous aussi, vous aimez le ciel ?"
Machinalement, il regardait cette grande étendue sombre au-dessus d'eux. Les étoiles se mettaient doucement à scintiller, le ciel était plutôt dégagé ce soir, on pouvait en voir quelques-unes, ce n'était pas grand chose, mais peut-être que cela suffisait.
Les deux êtres ne dirent rien pendant un moment. Un silence venait de s'installer, mais étrangement, celui-ci n'était pas gênant, presque apaisant. Haru inspirait lentement et bruyamment. L'autre n'avait répondu à aucune de ses questions, et pourtant, ça lui suffisait amplement. Au fond, avait-il réellement besoin de tous ces renseignements ?
Pas vraiment.

Quittant des yeux le ciel majestueux qui semblait les observer, Gypsophila se reculait légèrement, à nouveau, il fixait les yeux de l'inconnu. Un mince sourire vint habiller son visage. Un doux sourire, un peu nostalgique, un peu mélancolique.

"Le ciel nous offre toutes ses merveilles. Il est un peu comme un homme, changeant au gré de ses humeurs, changeant au gré du temps. Parfois rose romantique, parfois bleu espérance, il peut même être rouge passion. Ou noir... Comme l'espoir ?"


Placé bien à la lumière de la lune, chaque partie du corps d'Haru était visible. On pouvait ainsi voir son expression, ses yeux rougis par la drogue, ses cernes, la blancheur de sa peau. Il se dévoilait sans vraiment trop le faire. Il était stressé, il s'entendait sire n'importe quoi, alors, il se mit à rouler une nouvelle fois.

Planer, planer pour mieux oublier.

Enfin, il comprit.
Il comprit ce que l'autre attendait dans cette rue discrète. Allumant son nouveau joint, il fouillait dans sa poche. Il avait fait le plein, il était tranquille pour la soirée en tout cas. Il en avait trop acheté, alors, même si c'était avec un inconnu, pourquoi ne pas partager. Il verrait ça plus tard. Il sortait son portable pour regarder l'heure.

"Vous n'aurez pas le temps, ça va commencer, la pluie d'étoiles. Mais bon, d'ici, vous devriez quand même avoir une pas trop mauvaise vue..."

Pouvait-il s'inviter à contempler ce spectacle avec lui ? Peut-être voulait-il seulement se reposer, seul, et qu'Haru le dérangeait. Et pourtant, il ne pouvait pas s'empêcher d'être captivé, il ne pouvait pas détacher son regard de ces yeux si étranges, de cette voix monocorde qui, pourtant, lui paraissait si douce. Il se disait encore une fois que s'il s'en allait, il ne le reverrait plus jamais.

Le brun tirait une nouvelle fois sur son poison. Son cœur s'emballait alors que ses yeux peinaient à rester ouverts. Timidement, il le tentait à son ami inconnu, après tout, il n'allait pas pouvoir le finir tout seul.

"Je peux... Rester regarder les étoiles avec toi ?"

Il n'y avait aucune raison pour qu'il dise non ? Si ? Le garçon ne voulait plus y penser. Il voulait juste profiter de l'instant présent, puis, ils ne se reverraient sûrement plus, mais au moins, il n'aurait aucun regret.

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Stars can't shine without derkness

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).




La lueur de la lune éclairée avec exactitude le corps frêle de l'homme en face de Raven. Il prit la parole, exposant son point de vue sur le ciel, le décortiquant de mots justes et précis semblable à un poète. Il savait pour la pluie d'étoiles, il attendait très certainement, lui aussi, ce moment si important pour les amoureux du monde, de la terre. Il lui tendit, presque gêné, l'outil de l'abandon, l'outil de l'oubli des tracas quotidiens. Il le prit entre ses doigts tatoués et frêle, leurs peaux se touchèrent à peine, s'effleurèrent un instant, le regard de Raven plongé dans celui de son interlocuteur. L'alchimie était passée dans cette ruelle, le monde, la vie, tous en étaient témoins. Il releva la tête, tirant sur le joint, laissant doucement s'échapper la fumée caressant lentement les lèvres entrouvertes du corbeau. Cet homme, objet de nouvelles interrogations prit la parole une dernière fois, le tutoyant, lui demandant s'il pouvait regarder les étoiles ensemble.

Le spectacle de l'univers allait bientôt commencer. Il le regarda de façon tellement intense, quelque chose ce soir-là était né, quelque chose avait été créé, sous le regard admiratif des éléments aux alentours. Une première étoile passa au-dessus de leur tête. L'univers n'attendait pas et encore moins ce soir. C'était nécessaire qu'ils la voient ensemble. Raven se réveilla comme d'une hypnose.

" Me fais-tu confiance ? "

Il n'attendit pas la réponse de cet homme. Il lui prit la main et se mit à courir. L'heure approchait à grand pas, le moment était arrivé. Tout allait commencer, c'était le début du nouveau. Les voilà maintenant, courant dans les rues, joint à la bouche, Raven souriait. C'était rare, mais cette fois, totalement justifié. Ils arrivèrent devant un immeuble de trois voir quatre étages, sur le côté, des escaliers de secours menant jusqu'au toit. C'était le moment ou jamais, à cette heure-ci, pas la peine de ce caché. Raven traîna sa victime dans les escaliers, et bientôt, ils arrivèrent en haut, essoufflés. Raven s'allongea sur le toit, plat. Il plaça ses mains derrière sa tête et regarda doucement le ciel si sombre maculé de quelques fines tâches blanchâtre parcourant chaleureusement le ciel qui peu à peu gagné en identité. Il sortit de sa poche un feu, l'objet de convoitise était éteint. Le corbeau pointa du bout de l'ongle une des étoiles qui se mit à doucement bouger dans cette vaste étendue.

" Regarde, ça commence. "

Il sourit, puis posa sa tête en direction de l'homme.

"Tu ne souhaites pas me rejoindre ? "

Il lui tendait son joint, le panorama était magnifique, toute la ville était éclairée par les lueurs fébriles du soir, peu de voitures passait, le ciel était éclairé par cette magnifique lune qui surplombait les habitants, les étoiles brillaient de mille feux, se déplaçant par moment, ce n'était que le début des festivités et pourtant, Raven était déjà comblé.
avatar
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Stars can't shine whithout Darkness

ft. Raven

On s’est connu voici fort peu de temps.
Tes yeux semblaient si implorants…
De nos deux tristesses, un bonheur est né...


Était-ce un signe du destin, ou bien une certaine bonne étoile qui semblait avoir tout écrit à l'avance ?

Tout allait si vite.
Trop vite.

Un sourire venait se dessiner sur les lèvres de l'inconnu, inconnu qui, sans même lui laisser le temps de répondre à sa question, entraînait notre jeune fleur vers un mystérieux endroit. Là, l'inquiétude venait gagner le brun. Avait-il eu tort d'adresser la parole à ce garçon ? Allait-il le tuer au coin d'une rue ? Il ne parvenait pas à deviner quel était son but, et pourtant, il ne parvenait pas à se défaire de lui.

La curiosité était un bien vilain défaut. Ou peut-être une incroyable qualité.

Il oublia vite tout ces scénarios d'horreur quand l'autre se mit à monter avec une rapidité déconcertante les escaliers de secours de cet immeuble. Il le suivait, sans ralentir la cadence. Enfin, au sommet, il put souffler. Sa respiration était bruyante, sifflante, il n'avait pas l'habitude de courir ainsi, mais en haut, tout en haut de cet endroit, il savait qu'il était en sécurité.

De là où les deux garçons étaient, ils pouvaient voir la ville merveilleusement bien éclairée. Elle brillait, elle scintillait de mille feux, tout comme les étoiles au-dessus de leurs têtes, qui, petit à petit, dévoilaient leur romantique spectacle, venaient descendre, rencontrer le Monde.

L'autre prit rapidement place sur le toit, se mettant à ses aises, allongé, il pouvait encore mieux admirer la beauté de ce ciel noir immense, beau, mais effrayant à la fois. Haru, lui, ne vint pas tout de suite, il ne parvenait pas encore à se remettre de ses émotions et sentait que son cœur allait lâcher. Il était totalement entre l'adrénaline et la détente que lui procurait le joint qu'il avait commencé. Il ne savait pas s'il était en train de planer, de rêver, ou bien si ce moment étrange était réel. Tout semblait tout droit sorti d'un conte de fées.

"Tu ne souhaites pas me rejoindre ? "

Bien sûr, il en mourait d'envie, il ne se fit pas prier. Son souffle enfin retrouvé, il vint s'allonger aux côtés de cet homme si bizarre, si captivant. Il était un être hors du temps, et Haru venait à se demander s'il n'avait pas fait la rencontre d'un extraterrestre. Qui aurait cru qu'ils étaient si beaux, ces soi-disant bonhommes verts aux grands yeux ? Il attrapait le pétard, un peu froissé par la course, et se mit une nouvelle fois à tirer dessus. Il contemplait les étoiles, et parfois, il le regardait lui, il ne parvenait pas à déterminer ce qui était le plus magique.

"C'est magnifique vu d'ici... Merci."


Il ne cherchait même pas à faire sa connaissance. Connaître son nom, ses goûts, ou même son âge, ça n'avait aucune importance, aucun intérêt, et ça pouvait gâcher le charme du moment. Alors, pendant un long moment, il ne dit plus rien.

Les étoiles, de plus en plus nombreuses, ne cessaient de tomber. Le spectacle durait depuis longtemps déjà, et le calme, le silence, n'avait pas été troublé, alors, Gypsophila décida de le briser, tant pis si cela était une mauvaise idée. Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait...

Vivant ?

"Je n'ai jamais été aussi bien. Qu'est-ce que tu es ? Un sorcier ? Un magicien ? Ne me dis pas que je suis fou, et que c'est mon imagination qui me joue des tours. J'ai longtemps rêvé à un moment comme celui-ci."

Les mots venaient tous seuls, et ça ne voulait rien dire, Haru s'en rendait bien compte, mais il ne parvenait pas à les arrêter, alors, il se mit à rougir, légèrement, car il s'entendait parler, sans pouvoir s'arrêter, sans pouvoir se contrôler, et pourtant, tout ce qu'il disait venait du fond de son cœur, et ces mots, aussi bizarres soient-ils, étaient d'une sincérité incroyable.

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Stars can't shine without derkness

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).



Le regard de Raven oscillait lui aussi entre l'inconnu, éclairé par la beauté du ciel et entre les étoiles qui ne cessaient de danser au-dessus d'eux. Lorsque leurs regards se croisèrent, il sourit. Le témoin du monde était à ses côtés, celui avec qui il partageait ce moment si unique et singulier avec cette personne si unique et singulière. Il allait devenir important dans sa vie, important pour lui, tellement important. Il le remercia pour l'avoir mené jusqu'ici. C'était un réel fantasme que de voir avec autant de passion ce monde qui leur tendait les bras, ce moment magnifique qui serait partager avec autant d'honnêteté.

Tout comme son nouveau compagnon, il se sentait en vie, sentiment rare oublié depuis maintenant si longtemps. Le corbeau pensa à son existence qui défilait doucement devant ses yeux, il laissa échappé sur le bord de ses yeux une larme, une seule, qui brillait à la lueur de la lune. Il se sentait tellement ouvert au monde, aux autres, ce soir était particulier. Il lui demanda ce qu'il était, si sa présence n'était que le fruit de son imagination. Il sourit, c'était une question que lui aussi se posait. Il tourna doucement la tête vers lui, prit la parole calmement, posé, simplement :

" Je ne suis pas une créature de tes pensées, je ne suis pas un sorcier, je ne suis pas un magicien, je suis un homme. Un homme tout simplement, qui cherche depuis tellement longtemps de rencontrer quelqu'un comme toi. J'ai besoin de savoir moi aussi, si tu n'es pas un simple fantasme, un outil de création né de mon imaginaire. "


Le corbeau alla pour déposer sa main dans celle de cet homme, il s'arrêta, puis il la posa. Il entremêla ses doigts autour de celui-ci. Une légère brise vint caresser les cheveux et le visage de Raven, son cœur rata un battement, et là, sous son regard d'un noir intense, sous son corps fébrile, sous le monde, il ouvra la bouche, respira. Les battements de son cœur se firent de plus en plus rapidement, il rougissait. Alors c'était ça, vivre ? Sa respiration se superposa avec celle de l'homme, dans ce geste, pour lui, ils s'unirent, ils vécurent ensemble. Les étoiles bougèrent de plus en plus rapidement, laissant un spectacle des plus harmonieux se mettre en place dans cette situation si étrange, si surnaturelle, si belle. Il se rapprocha de lui. Se blottit tel un oisillons qui souhaitait plus que tout ressentir une once de protection ce soir. Tout s'était brisé, sa carapace tomba, laissa un corps frêle et éclaté apparaître à lui. C'était lui, le véritable Raven, un être faible, un être triste rongé par une peur incontestable du monde, des autres. Ca n'était pas ce que les autres voyaient, un homme tatoué, parfois inquiétant, souvent mystérieux non. C'était un humain des plus normal, un être sans défense, apeuré. Lui aussi avait des rêves, une histoire un but.

Il releva la tête, les yeux demis clos vers son interlocuteur, quelques larmes roulèrent le long de ses joues, les lèvres entrouvertes et tremblante, il ne prononça qu'un mot qui était si lourd à sortir, si compliqué à expliqué.

" ... Merci. "

Il reposa doucement sa tête sur lui, ressentir sa respiration était devenu nécessaire, tout allait si vite. Il regarda les étoiles qui semblait ce décroché les unes après les autres du ciel noir.
avatar
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Stars can't shine whithout Darkness

ft. Raven

On s’est connu voici fort peu de temps.
Tes yeux semblaient si implorants…
De nos deux tristesses, un bonheur est né...


Était-ce un signe du destin, ou bien une certaine bonne étoile qui semblait avoir tout écrit à l'avance ?

Au plus le temps avançait, au plus Haru quittait les étoiles des yeux pour en regarder une bien plus proche de lui. Il surprit son ami d'un soir verser une larme. Il ne comprit pas vraiment pourquoi, mais d'une certaine manière, ça le touchait, peut-être bien que cet être n'était pas si froid qu'il n'y paraissait. Il se mit à lui répondre, et la fleur ne put contenir son sourire.

" Je ne suis pas une créature de tes pensées, je ne suis pas un sorcier, je ne suis pas un magicien, je suis un homme. Un homme tout simplement, qui cherche depuis tellement longtemps de rencontrer quelqu'un comme toi. J'ai besoin de savoir moi aussi, si tu n'es pas un simple fantasme, un outil de création né de mon imaginaire. "

Et comme pour s'assurer de quelque chose, il vint doucement caresser la main de Haru avec la sienne, il la déposa en son creux, et le coeur de la fleur se mis à nouveau à s'emballer.

Un simple contact qui allait tout changer.

La chaleur envahissait Haru tout entier. De légers frissons parcouraient son dos. Il souffrait, il avait mal à son cœur qui battait trop fort, trop vite, mais pourtant, il désirait encore plus ressentir cela, ce n'était pas une souffrance désagréable, mais libératrice. Une douleur qui faisait plus de bien que de mal. Il quittait une nouvelle fois le regard du tatoué, et les étoiles, bien que magnifiques, lui semblaient alors plus fades qu'avant, elles ne parvenaient pas à rivaliser avec la beauté de cet instant, avec la présence de cet homme, avec tous ces sentiments qui se bousculaient dans la tête et le cœur de Gypsophila. L'autre se rapprochait, jusqu'à venir se blottir contre lui, et il ne savait plus comment réagir. C'était quelque chose de nouveau, de totalement imprévisible. Il resta immobile pendant un instant. Encore une fois, des larmes s'écoulèrent sur son visage incroyablement pâle. Il ne ressemblait plus à l'être que Haru avait croisé au coin de la rue plus tôt. Lui aussi, semblait vivre pour la première fois. "Merci."

Ce n'était qu'un simple mot, lâché comme ça, contenant toutes les émotions de ce garçon. Il se blottissait toujours un peu plus sur lui, et Haru pouvait à présent sentir leurs cœurs battre ensembles. Instinctivement, sans y réfléchir, il jeta le joint à présent terminé et enlaça doucement ce garçon, qui avait l'air si fort, mais qui était en fait bien plus faible qu'Haru lui-même. Il voulait lui transmettre cette chaleur, le réconforter, et si l'autre voulait à nouveau pleurer, il pouvait désormais le faire dans ses bras.

Lui ne pleurerait pas, il n'en avait pas envie, il voulait simplement que son cœur se calme, qu'il puisse enfin retrouver une respiration normale. Il ne comprenait pas ce qui venait de se passer, il ne savait pas ce qui se passerait ensuite, et la peur se mêlait à l'incompréhension. C'était donc cela, le bonheur ? Il n'en savait rien, il était totalement paumé, ce qu'il ressentait était totalement nouveau, et c'était bien, comme sensation.

"Je me sens vraiment... Bizarre là... Pas toi ? Qu'est-ce qui nous arrive ?"


Quelque chose venait de se produire, et le temps semblait s'être arrêté. Même les étoiles s'étaient figées quelques micro-secondes, et pendant ce temps, il avait l'impression qu'ils étaient seuls au monde, juste quelques micro-secondes, avant que les bruits de la ville retentissent de nouveau.

"Ne bouge pas. Restons un peu comme ça. S'il te plaît..."

C'était égoïste. Haru était égoïste. Il se fichait bien de savoir si ce garçon voulait encore rester dans ses bras, lui, il voulait encore ressentir ça quelques instants, il vivait au jour le jour, à présent, tout pouvait arriver, il fallait se préparer à toutes les éventualités.

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Stars can't shine without derkness

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).



Le temps semblait avoir arrêté d'exister pendant un instant. L'instant des mains rassurantes sur le corps frêle de Raven, parcourant avec tendresse son dos. Cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait pas pleuré, tellement longtemps qu'il n'avait pu mettre des mots sur ses sentiments, sur sa vie, et ce soir, il avait pu le faire. La présence de l'homme avec lui était quelque chose d'incroyable et d'unique, c'était autre chose que de simples marques d'affection sans sous-entendus, c'était puissant, fort et vrai. C'est ainsi que Raven se libéra de tout le chagrin qui l'avait en lui, de toutes ses sensations le rongeant depuis tellement de temps. Seuls sur un toit, face à l'univers, aux étoiles, ils étaient ensemble. Il entendait, de façon irrégulière son cœur battre tout comme le sien. Main dans la main, ils étaient dans un état de transe, comme ci le monde autour d'eux, la terre, tout avait arrêté de fonctionner.

Il exprima à Raven qu'il se sentait bizarre, pas comme d'habitude. Ce n'était pas la drogue qui peu à peu venait ce déposé sur eux comme un remède ce n'était pas le cadre idyllique qui les rendait intouchables, non, c'était bien plus fort, bien plus honnête, autre chose, être ensemble. Il ne répondit pas à l'homme, par peur de briser ce moment intense en posant des mots vulgaires, des mots simples sur quelque chose qui était si compliqué à exprimer. Le temps était suspendu, plus rien n'exister si ce n'était eux, ensemble pour toujours, une promesse intérieure que se fit Raven, et pourtant. Pourtant, tout c'était passé si vite, sans aucun calcul, il savait. Il savait que lui le comprendrait, le dévoilerait, l'aiderait à être en vie, à exister. C'était un homme qu'il croisait souvent, il était admiratif de son look, de sa personne, de la manière dont il avait de marcher, un peu de tout. Au premier regard, il l'imaginait si unique et singulier. Ca n'était pas ainsi qu'il avait vu les choses, il n'aurait jamais pu communiquer cette sensation en le voyant, de l'admiration. Finalement, l'homme reprit la parole, de sa voix chaude, suave qu'il savait sans faiblesse. Il extirpa le corbeau de sa rêverie d'une main habile et particulièrement agréable.

Il lui demanda de ne pas bouger, de rester ainsi. Lui aussi, il ressentait ça ? Il ressentait tout ce que Raven ressentait, ils étaient identique, semblable, éloignés, différents. Comment pouvait-il définir avec justesse cette relation naissant à peine. Il releva la tête vers l'homme, reprenant un peu de courage, comme pour se prouver qu'il en était capable, il le regarda. Il était si beau, si intéressant, si agréable à regarder. Son cœur rata de nouveau un battement.

" C'est que.. Je ne veux pas te déranger.. "

Un frisson descendit le long de son cou jusqu'au bas de son dos, dressant unes à unes les plumes du corbeau qui peu à peu se changeait en un humain. Il perdit ses ailes, retrouvant en son regard si intense une humanité perdue. Il posa sa main libre sur le visage de cet homme, comme pour ce persuadé qu'il existait réellement, comme pour être sûr qu'il ne rêvait pas. Non, il était bel et bien en vie. Cela faisait tellement longtemps que personne ne l'avait regardé ainsi, tellement longtemps que personne ne l'avait toucher ainsi, tellement longtemps que plus personne n'avait été capable d'exister avec lui. Ce type était un étrange mystère. Un mystère incroyablement beau. En réalité, c'était son expression qu'il trouvait magnifique. Incroyablement magnifique.
avatar
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Stars can't shine whithout Darkness

ft. Raven

On s’est connu voici fort peu de temps.
Tes yeux semblaient si implorants…
De nos deux tristesses, un bonheur est né...



Était-ce un signe du destin, ou bien une certaine bonne étoile qui semblait avoir tout écrit à l'avance ?

Encore une fois, la main de l'inconnu vint caresser la peau de Haru. Encore une fois, le temps s'arrêta. Ces moments étaient spéciaux, étranges, et faisaient mal au corps tout entier du brun, pourtant, il en voulait toujours plus. Ils s'échangèrent à nouveau un regard, mais cette fois-ci, tout était différent. Il pouvait y lire les mille et unes émotions qui se bousculaient dans la tête du garçon. Jusqu'à présent, il n'en avait pas eu l'occasion. Il y voyait la tristesse, le bonheur, le soulagement, la mélancolie... L'admiration ?

Encore une fois, Haru se mit à sourire, le visage légèrement rougi par le froid, mais pas seulement. Il avait l'air d'un imbécile heureux, mais ça n'avait pas d'importance. Son cœur, qui avait reprit un rythme à peu près normal, se remettait à battre incroyablement fort. Il ne savait plus comment le stopper, il ne voulait plus rien stopper...

Alors il allait...

Céder à ses envies. Encore une fois, il agissait avec égoïsme, il ne faisait que ce que lui avait envie, et pourtant, il avait confiance, il savait que c'était nécessaire et que l'autre le comprendrait. Et puis, c'était comme s'il avait invité à le faire, en posant sa main froide sur sa joue, de toutes façons, la fleur ne pouvait plus rien contrôler à présent. Au rythme des battements de son cœur, il s'aventurait vers quelque chose de totalement inconnu. Quelque chose de pur, d'incroyable.

Une étoile filante passa.

Ses lèvres vinrent rejoindre celle de l'inconnu. En temps normal, Haru n'aurait jamais eu un tel geste, mais c'était plus fort que lui. Il maintenait un peu plus fermement le corps du garçon pour s'assurer qu'il ne parte pas, sans pour autant le retenir totalement dans ses bras. S'il ne voulait pas, il n'avait qu'à pousser Gypsophila, et lui, il s'arrêterait, mais pour l'instant, il voulait juste profiter du moment présent.

Plusieurs fois, ses lèvres s'écartaient de celles de son ami, puis, elles revenaient s'y coller, comme si ce n'était jamais assez. Il saisissait rapidement l'occasion, lorsque la bouche du garçon s'entrouvrait, peut être d'incompréhension, il venait y glisser sa langue. Il n'avait plus besoin de demander, ça n'avait aucun intérêt.

Cet intense baiser ne dura pas si longtemps, pourtant, Haru avait l'impression que les secondes étaient devenues des heures. Ce n'était pas de l'ennui, c'était magique. Plus rien n'était logique, plus rien n'avait de sens, et c'était la première fois qu'il se sentait aussi perdu, et pourtant aussi sûr de lui. Il desserra son étreinte, comme pour mettre fin à cet instant. Il quittait ses bras, son corps faible et frêle. Il se redressait, n'osant plus vraiment regarder cette personne à qui il venait de voler un baiser. Il ne comptait pas s'excuser. C'était sans doute la meilleure chose à faire.

"Mon corps ne répondait plus, et tes yeux me disaient de le faire. Et tu sais, je recommencerais encore et encore s'il le fallait."

La tension que ressentait son corps entier venait de s'apaiser. Haru était alors plus souple, plus détendu. Il se sentait incroyablement bien et il voulait le crier sous tous les toits. Pourtant, il était bien trop discret pour ça, alors, toute son âme se mis à bouillonner en lui, et ça lui faisait du bien.

Et pourtant, c'était tellement ridicule. Comment un parfait inconnu pouvait-il lui faire ressentir tout cela ? Il ne le connaissait pas, et pourtant, il avait l'impression d'en savoir tellement à ce sujet. Cette histoire était tout droit sortie d'un conte fantastique. Ca n'arrivait jamais, ça, dans la réalité.

"Je te connais. Sans te connaître. Tu ressens ça, toi aussi ?"

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Stars can't shine without derkness

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).


Doucement, leurs visages se rapprochèrent, scellant l'évènement en un baisé incroyablement beau, leurs bouches collées l'une à l'autre vinrent faire accélérer de nouveau le cœur du corbeau. C'était quelque chose de nécessaire, une chose qu'il attendait. Peu à peu, les bras de l'homme enlacèrent Raven d'une étreinte passionnée, laissant celui-ci ressentir cette envie qu'ils partageaient, cette nouvelle envie que tout deux découvraient avec l'autre. Comme si, tout ce qu'ils avaient vécu jusque-là n'était rien, tout avait commencé à être créé à cet instant, une nouveauté. L'amour. C'était puissant, leurs lèvres se décollèrent, puis revinrent comme deux aimants s'attirant incontestablement. Raven ne repoussa pas Gypsophilia, bien au contraire, il passa doucement ses bras autour de sa taille désirant que cet instant reste gravé dans sa mémoire à jamais et pour toujours. C'était nécessaire pour exister, ressentir cela au moins une fois dans sa vie.

Peu à peu, une sensation bien étrange commença à naître dans le ventre du corbeau, des papillons, c'était comme des papillons qui s'envolaient dans son estomac, dans son cœur. Il pourrait mourir demain, rien ne changerais. Il a reçu de ses mains le bonheur encré dans son âme. Qu'avait-il fait dans sa vie pour mériter autant ? Mérité ce petit moment de magie dans sa vie ? Dieu seul sait que ce n'était pas un homme bon, qu'il avait causé beaucoup de mal autour de lui. Certes, il s'en voulait, mais comment pouvait-il aujourd'hui avoir droit à une rédemption de la sorte ? Peut-être que c'était une seconde chance qu'on lui offrait. Une chance pour ce rattrapé dans sa vie, construire quelque chose de stable, de fort qui le remettrais dans un chemin plus droit, meilleure. Tout se remettait en question dans sa tête, il compliquait trop les choses. Lorsque le baiser devint plus intense, que la langue de l'homme vint rencontrer la sienne, à ce moment, Raven ne répondait plus de rien, il se laissa bercé par cet homme qui n'avait pas conscience que notre corbeau avait lâché prise, abandonnée à ses bras, à ses lèvres, à son corps entier. Lorsqu'il mit fin au baisé, l'homme prit la parole. S'il le fallait, il recommencerait.

Étais-ce un moyen de donner du courage à Raven ? De lui permettre d'aller mieux ? Étais-ce une idée de la part de cet homme pour aider le corbeau ? Non, il y avait autre chose, ça se ressentait, une alchimie, un lien qui peu à peu se tissait. Lui aussi avait cette étrange sensation, connaître sans connaître, comprendre sans vraiment avoir d'explications, c'était si simple. Tout était beaucoup trop simple. Raven prit le visage de l'homme entre ses doigts qu'il vint tourner en sa direction, posant son regard demi-clos, les lèvres encore humides de leurs baisers fraîchement donnés. Il s'approcha de lui.

" Ne m'oublie pas. Jamais. Je suis Raven, le corbeau, mais ne m'appelle pas ainsi. "

Il passa de nouveau ses doigts frêle sur les joues rougit par l'émotion de l'homme. Il vint déposer un doux baisé sur ses lèvres puis retira doucement sa bouche afin de lui murmurer.

" Appelle moi Kin, Kin Takahashi. Ne m'oublie pas. "

Il vint déposer langoureusement un second baisé, plus intense, comme pour lui faire promettre de ne jamais l'oublié, de garder cet évènement dans un coin de sa tête, quelque part, c'était devenu pour lui vital. Vital de ne plus être oublié. Une étoila passa doucement, témoin de ce baiser vivifiant. Et il répétait encore, doucement, dans un souffle, les yeux clos

" Ne m'oublie pas... Ne m'oublie pas ... Ne m'oublie pas .. " Tout en continuant de porter ses lèvres aux siennes, il ne contrôlait rien. Plus rien.
avatar
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Stars can't shine whithout Darkness

ft. Raven

On s’est connu voici fort peu de temps.
Tes yeux semblaient si implorants…
De nos deux tristesses, un bonheur est né...

Music

Était-ce un signe du destin, ou bien une certaine bonne étoile qui semblait avoir tout écrit à l'avance ?

L’inconnu ne s’était pas débattu. Haru le sentait, il avait aimé ce moment autant que lui. Il ressentait la même chose que lui, ils se ressemblaient finalement beaucoup dans leurs différences. Le garçon vint poser ses mains froides sur les joues encore rouges d’émotions de Gypsophila. Il s’apprêtait à dire quelque chose.

" Ne m'oublie pas. Jamais. Je suis Raven, le corbeau, mais ne m'appelle pas ainsi. "

Haru n’eut pas le temps de comprendre le pourquoi du comment, en une fraction de seconde, l’homme vint à nouveau déposer ses lèvres contre les siennes, et il répondait à nouveau à ce baiser, bien que surpris. Il ne voulait pas s’arrêter. La sensation de bien-être avait envahi son corps tout entier. Il en voulait encore un peu, il en voulait encore beaucoup. Et chaque fois que leurs lèvres se quittaient, Haru voulait venir chercher celles de celui qui se faisait Raven. Ce surnom ne lui allait pas si bien. Il n’était pas un corbeau, mais une colombe. Pas une banale colombe blanche, non. La plus belle qu’il ait pu voir de sa vie. Et cette colombe pouvait enfin sortir de sa cage.

Haru put enfin mettre un véritable nom sur le visage de cet homme. Kin. Un nom bien plus féminin que masculin, qui le rendait encore plus sensible, encore plus fragile.

Kin signifiait « or ».
Alors, il devenait instantanément la personne la plus précieuse aux yeux de Haru. C’était son or, celui qu’il garderait avec lui, et que jamais, il ne partagerait, que toujours, il protégerait, car il était précieux, tout comme le moment qu’ils vivaient.

Un nouveau baiser, plus intense. Il le suppliait de ne pas l’oublier, il semblait désespéré. Heureux, mais désespéré, alors, Haru vint encore l’inviter à rejoindre ses bras, jamais… Jamais il ne pourrait oublier cela. À chaque fois qu’il verrait une étoile, toutes ses pensées seront pour cet homme. Et même sil voulait effacer ce souvenir de sa mémoire, jamais il n’en aurait les capacités.

Tout leur échappait, ils étaient incapables de contrôler leurs gestes, leurs paroles, Kin continuait à le suppliait, comme pour lui faire rentrer l’information dans sa tête, « ne m’oublie pas », disait-il entre deux courts baisers. Haru ne répondait pas. Il ne pouvait pas. Pas de suite, pas maintenant, il n’y arrivait pas. Il voulait juste encore ressentir ces chatouillements qui parcouraient son corps à chaque fois qu’il l’embrassait. Tantôt, il serrait les bras autour de Kin, tantôt, il les faisait glisser de partout sur son dos, ce n’était que de douces caresses, comme pour calmer l’autre, comme pour le rassurer. Durant tout ce temps, il gardait les yeux fermés pour mieux apprécier la magie de l’instant. C’était comme des feux d’artifice qui explosaient dans son cœur, comme si tout son être s’agitait pour la dernière fois avant de rendre l’âme. Il était peut-être en train d’apprendre ce qu’était réellement l’amour…

Il se sentait simplement vivant, comme son amant d’un soir.
Il s’écartait de nouveau, reprenant son souffle, glissant ses doigts le long du visage de Kin. Il lui souriait comme il n’avait jamais souri à quelqu’un. Son regard était empli de bienveillance. Peu à peu, il reprenait ses esprits.

« Jamais je ne t’oublierais Kin. À présent, tu es encré là-dedans, dans mon cœur. »

Le brun vint délicatement embrasser le front de son ami. De son amour ? Il était peut-être encore trop tôt pour parler de cela, on ne tombait pas amoureux d’une personne que l’on connaissait à peine, n’est-ce pas ? C’était bien trop simple, et la fleur n’aimait pas les choses trop simples, il fallait du temps, pour construire quelque chose de beau, comme il fallait du temps pour qu’une pluie d’étoiles tombe sur eux.

« On se reverra ? Dis-moi qu’on se reverra. J’aimerais tellement apprendre à te connaître. Et puis… Revoir ton visage encore une fois. »

À ces mots, Haru se leva. Les jambes un peu engourdies, il faillit perdre l’équilibre. Heureusement qu’il était assez agile. Il tendait la main à sa colombe pour l’aider à se relever. Il jeta un dernier coup d’œil au ciel. C’était terminé. Les plus belles choses duraient moins longtemps. Une fois Kin relevé, il vint à nouveau le prendre dans ses bras. Il s’approchait de son oreille, comme pour lui murmurer un secret.

« Je m’appelle Haru, souviens-toi de ce nom. Souviens-toi de moi comme je me souviendrais de toi. »

_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Stars can't shine without derkness

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).




La vie avait repris son court. Ce moment magique était terminé, mais pour combien de temps ? Allaient-ils revivre cet évènement si intense, si fusionnel ? Bien des questions avait peu à peu rongé l'esprit de Raven, la peur le gagna de nouveau, lui qui détestait ce sentiment si déprimant qui peu à peu venait vivre à l'intérieur de lui. Il ne pouvait pas le laisser seul comme avant. Cet homme l'avait délivré d'un mal, mais plus la situation avançait, plus il se sentait loin de lui. Il ne le recontactera jamais, ils ne se reverront plus, c'était la dernière fois, il faut en profiter. C'était ce que le corbeau se disait. Lorsque sa frénésie, c'était arrêter, lorsque toute cette situation devint plus calme, il le regarda. Il avait envie de passer sa vie à le contempler, l'admirer de bien des façons. Il prit la parole, lui dit qu'il ne l'oublierait pas, jamais, qu'il avait une place dans son cœur au plus profond de son être. C'était ainsi, dans cette soirée, il avait vécu plus que jamais. Il voulut faire part de ses inquiétudes à cette mystérieuse personne qui n'avait pas encore décliné son identité. Il voulut lui dire qu'il avait peur de vivre sans lui, d'exister sans lui, mais non. Il préféra garder ce mal-être au fond de lui, tel une bêtise que l'on préférait cacher aux autres, par honte de paraître plus faire que d'habitude.

Il lui demande s'ils se révéraient, il veut le connaître, avait-il peur lui aussi que le visage de celui avec qui il avait partagé tant de chose soit effacé par de nouvelles marques bien plus hostiles à sa vie. C'était un moment important, le corbeau était perdu, jouant au funambule sur le fil de son existence. Le corbeau caressa de ses longs doigts tatoués et de ses ongles vernis par un noir intense le visage fin et délicat de l'homme. Ca n'était qu'un effleurement comme s'il prenait conscience qu'il était tout aussi frêle que lui si ce n'est plus, comme si finalement, il pouvait le briser en un seul mouvement. Il parcourra doucement la longueur de son visage comme pour se le visualiser, être sur de ne jamais être capable de laisser son esprit le faire tomber dans les méandres des souvenirs égarés. Il murmura dans un léger souffle

" Je te le promets. "

L'homme se releva et tendit sa main à Raven, l'aidant à se relever, celui-ci prit appui sur lui. C'était son pilier. Ils regardèrent ensemble le ciel encore un instant pour être sûr que ce panorama idyllique soit gravé à jamais dans les esprits de chacun, s'assurer que le moment fantastique qu'ils venaient de vivre était bel et bien terminé. L'homme le prit dans ses bras, c'était chaud, rassurant, incroyablement puissant, il laissa son souffle murmurer tel un secret si bien préservé son prénom. Haru.

Ce simple mot faisait phrase maintenant, le printemps, si délicat pour lui de trouver sa place après le froid, le climat rude de l'hiver. Celui qu'on rêve de préserver pour que la fleur ne s'envole pas au grès du vent. Il ne l'oublierait pas, jamais. Il le lui dit, c'était une promesse, quelque chose que jamais il ne brisera. Jamais. L'étreinte devait ce terminé, lorsque les bras d'Haru vinrent lâcher le corps encore fébrile de notre corbeau, celui-ci ressentit un pincement au cœur, un pincement intense, triste. Il ne voulait pas le quitter, jamais. Il sortit de sa poche son téléphone portable qu'il donna à la douce fleur, son numéro de téléphone était inscrit dessus.

" Contacte-moi quand tu le voudras, Haru. N'hésite pas. "


Le corbeau scruta doucement le visage de son nouvel ami, quelque chose était là, entre eux, la naissance d'une profonde haine que nous connaissons tous, la naissance d'un sentiment si puissant qu'il détruirait un homme, celui qu'on a peur d'admettre et de découvrir, celui que l'on cache, que l'on renie. L'amour, le véritable, le seul et l'unique, celui dont on a peur et qui nous fait faire des choses horriblement belles.
avatar
FT : OC Luviiilove
Crédit : Me, Arashi, Raven ♡♡, Saya, Onyx, Snow, Crescendo ♥
Âge : 22 ans
Habitation : Shibuya
Fiche de liens : J'aime les omelettes.
Autres comptes : Hanabi Nakajima
Messages : 159
D/2

Stars can't shine whithout Darkness

ft. Raven

On s’est connu voici fort peu de temps.
Tes yeux semblaient si implorants…
De nos deux tristesses, un bonheur est né...

Music

Était-ce un signe du destin, ou bien une certaine bonne étoile qui semblait avoir tout écrit à l'avance ?

Haru aimait chaque contact qu’il avait avec cet être hors du commun. Lorsqu’il vint passer ses doigts sur son visage, il ne pouvait s’empêcher de frémir. La joie envahissait son corps tout entier, et encore plus lorsque Kin lui fit la promesse d’une retrouvaille. Ils allaient se revoir, et Haru en avait la certitude à présent. Il ne lui en avait pas fallut beaucoup pour le convaincre, mais peut-être qu’en y repensant, en prenant du recul sur tout ce qui venait de lui arriver, il se prendrait la réalité en plein dans la figure. Pour l’instant, il ne voulait pas y penser, il voulait simplement vivre dans l’espoir de revoir le mystérieux tatoué.

Il ne voulait pas le quitter, il aurait aimé rester dans ses bras toute la nuit, peut-être toute la vie, mais le moment n’aurait plus été le même. Il ne fallait pas le prolonger, alors, il fallait partir, même si c’était à contre cœur.

Kin fit une chose qui rassurait un peu plus la fleur, il sortait son téléphone pour le tendre à son ami. Il s’empressa de noter le numéro du garçon, et tout aussi rapidement, il inscrit quelque chose sur le téléphone du corbeau, avant de le verrouiller et de le rendre à son propriétaire.

« Attends que je sois parti avant de regarder ton téléphone. D’accord ? »

C’est cela qu’il répondit à Kin lorsque celui-ci lui annonça qu’il pourrait le contacter lorsqu’il le voudra. Il leur restait si peu de temps ensembles, Haru le savait, Haru s’y était préparé, et pourtant, il ne pouvait pas s’empêcher d’être attristé par cela. Ca bouillonnait dans son corps, tout était si nouveau pour lui. Quel é »tait ce sentiment de bien-être qui lui traversait tout le corps avant de marteler son cœur de coups ? L’amour ? Si tôt ?

Doucement, le brun vint prendre la main de Kin, et ensembles, ils descendaient les escaliers pour les amener vers la terre ferme, vers la réalité.

C’était la fin d’un rêve.

Timidement, il embrassa la main du garçon en signe d’au revoir. Il ne fallait pas trop en faire. Ce n’était que le début. Le début d’une grande aventure, d’un grand livre qu’eux deux écriront ensembles, car leur lien, aussi nouveau soit-il, était puissant, peut-être pas solide, pas encore, mais il le deviendrait tôt ou tard.

Il se retourna, c’était la dernière fois de la soirée qu’il verrait cet homme, cet alien, ce mystère. Sans regarder derrière lui, il s’en alla, tranquillement. Il n’attendait pas que Kin le suive, il avait sûrement comprit, ils se reverraient.

Une fois arrivé chez lui, Gypsophila se jeta sur son lit. Un énorme sourire venait s’accrocher à son visage, et, sans qu’il puisse les contrôler, de grosses larmes coulaient le long de ses joues. Toutes les émotions qu’il avait ressenties sortaient de son corps. Il était heureux, il était triste. Il aimait, il ne savait pas. Il ne savait plus. Il était totalement perdu.

Il passa de longues heures à regarder son portable, les mains tremblotantes, hésitant plusieurs fois à envoyer un message au garçon, mais il se ravisa. Il était trop tôt. Ce n’était pas encore le moment, il ne fallait pas.

Sur l’écran du téléphone de Kin, on pouvait y lire « Tu es mon trésor, mon étoile. »


_________________
Pour chaque éclat de rire, il faut une larme.
Code by Joy
Teams:
 
Les plus beaux:
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Stars can't shine without derkness

ft. Gypsy. ( J'espère que le RP te plaira, des bisous ).




Lorsque les mains des deux amants s'effleurèrent alors qu'Haru prit le téléphone de corbeau son cœur battait si vite. Comment, c'était possible de connaître un ascenseur émotionnel aussi puissant en si peu de temps ? Ses pensée oscillant entre la tristesse, la peur et le bonheur rendait le corbeau comme déconnecté du monde, tombant doucement dans un silence désagréable. Il avait du mal à regarder Haru dans les yeux, il ne regrettait pas du tout ce qui venait de se passer bien au contraire, mais en réalité, il était perdu. Était-il prêt à avoir une relation comme celle-ci aujourd'hui et maintenant ? Ne c'était-il pas précipité sur une occasion rare ? Non, cela ne pouvait pas être ainsi, il y avait bien quelque chose entre eux, mais quoi ? Le temps répondrait sûrement à cette question. Ils descendirent doucement les escaliers ornant le building. Le silence laissait place à un bruit de fond de voitures, d'animaux errants ou de volatiles nocturnes. C'était une bien belle métaphore que de descendre de ce paradis nocturne, la consécration de leur rencontre.

Ils se faisaient face, dans cette petite place silencieuse, les lampadaires avaient peine à s'éclairé et ils étaient seuls l'un avec l'autre redécouvrant l'enfer de cet endroit. C'était la fin de cet évènement, la fin du rêve.

Haru lui rendit son téléphone, il ne devait pas le regarder, pas tout de suite, il devait être parti. Il prit doucement la main du corbeau. Ses doigts fins dégagèrent cette chaleur inconnue et particulièrement agréable. La tête d'Haru vint s'abaisser timidement jusqu'à la main de Kin et déposa de ses lèvres tremblantes et humide un doux baiser transmettant avec délicatesse la chaleur du corps de l'étoile. Raven ferma les yeux, désirant plus que tout se souvenir de cette sensation si belle, si chaleureuse. C'était interdit de ne pas se rappeler de ça. Le lien qui les unissait était intense et agréable. Le corbeau ne voulait pas laisser partir cette nouvelle connaissance. Le garçon commença à partir, puis se retourna une dernière fois, ses yeux scrutant le corps frêle du corbeau, il n'oublierait jamais les yeux de cet homme.

Si Kin c'était écouté, il aurait couru vers lui, le suppliant de ne pas le laisser seul, mais il avait conscience que tout cela était nouveau pour eux. Il ne fallait pas tout montrer tout de suite, il ne fallait pas que tout aille trop vite, il fallait du temps. Il observa un long moment cette silhouette silencieuse disparaître peu à peu dans le noir des rues nocturnes. C'était la dernière fois qu'il le verrait aujourd'hui. La dernière. Mais il se reverraient, c'était sur et certain.

Raven fouilla dans sa poche et sortit son téléphone, son visage se décompasa peu à peu laissant une larme s'extirper doucement de ses yeux tremblant, roulant doucement sur sa joue jusqu'à venir s'écraser sur l'écran de son téléphone " Tu es mon trésor, mon étoile. ".

Il essuya doucement le téléphone de sa manche et vint le coller contre son cœur avant de s'asseoir contre l'un des bâtiments. Il voulait ressentir cette chaleur et la douceur de Haru a travers ses mots écrits sur cet objet, mais ce ne fut pas le cas. Il ramena ses genoux à son torse regardant son téléphone, espérant un instant un message de son amant, mais ça ne fut pas le cas. Il mit sa tête entre ses bras, en boule contre un mur, entre deux poubelles, le corbeau pleurait.

Un bruit étrange vint sortir Raven de sa rêverie, un bruit d'objet métallique roulant sur le sol, il essuya doucement ses quelques larmes avant de relever la tête, rangeant son téléphone et prit la parole d'une voix qu'on devine fébrile :

" Qui est-ce ? "

------- Fin du RP avec Gypsy, début du RP avec Sunny -------
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum