La nouvelle Elite.
avatar
Oui.
FT : Frey
Âge : 22
Présentation : Présentation
Fiche de liens : http://fiche_de_liens
Messages : 20
D/5
La nouvelle Elite.


Peut-on se perdre aussi aisément que cela ? Non, je ne veux pas dire géographiquement, mais... Psychologiquement. Est-ce possible de flotter, de se laisser aller pendant autant de temps ? Pour dire vrai, je n'ai jamais eu de réponse claire à cette question. Bien que le sens même de ma vie ne repose pas que sur cette question, je pense que de recevoir une réponse digne de ce nom pourrait surement m'aider à avancer. Peut importe vers quelle direction j'avance. J'ai depuis trop longtemps cette même impression. Cette impression de faire du surplace.

De manquer de couler à chaque vague, de dériver à chaque bourrasque. Et pourtant, je ne faisais rien pour m'en sortir, pour commencer à nager, ou même pire, parfois je n'en avais pas envie. Comme si ma vie, ou ma propre et insignifiante existence n'en valait pas la peine à mes yeux. Et malgré cela, j'étais loin d'être dépressif. Il y a très peu de chose arrive à me faire souffrir. Je ne pleure jamais. Je ne suis pas complexé, je ne suis pas angoissé. En fait, on pourrait même dire que je me fou de tou-...

*BAM*

Voilà. Comme je disais, je me fou de tout. Et même tellement, que lorsque je pars dans mes pensées, je ne regarde pas où je vais, où je marche. Le fait que la nuit soit tombée depuis environ deux heures n’arrangeait pas les choses, certes. Mais tout de même. Me prendre un lampadaire en pleine tête... Je devais vraiment être dans la lune ce soir. Resté allonger à terre, je finis par soupirer. Je devais me relever, rester étalé au milieu du chemin n'était pas la meilleure solution, pour mettre fin à ses jours. Et d'ailleurs, je n'en avais pas envie.

Poussant sur mes mains afin de me tenir droite, je regardai autour de moi. Je n'avais surement pas plus la notion de l'heure que de réponse à mes questions. Il devait être tard. La corvée du jour ? Empêcher les réseaux de trafic dans ce petit coin de rue, eh oui. Un boulot fait pour moi ! Enfin, pour nous… Mon partenaire ? Je pense qu’il doit être dans une sorte D’orgie avec des collègues… Ce n’est pas grave de toute façon y’a jamais rien ici, en général j’vais tourner dans cette petite ruelle là et il n’y aura perso- … Oh… ? Trois silhouettes en face de moi, le profite typique des dealeurs. Capuche, regarde louche, les mains dans les poches… C’est tellement cliché. Je m’approche lentement, les mains dans les poches également.

« Bonne soirée pour vendre de la drogue, hein ? » Dis-je en souriant

J’attend gentiment que l’un d’eux me répondent. Voyant qu’ils ont décidaient de m’ignorait je pousse un long soupire avant de reprendre d’un ton assez sarcastique « Aller, J’vous laisse dix minutes après j’vous casse la gueule. Top chrono ! » Je n’avais pas prévu que cette petite provocation aller les faire bouger directement… Okay, que dois-je faire maintenant ? M’enfuir ? Me battre ? Haha, me battre très drôle. Je retire mes mains de mes poches et me met en position de combat, la base de l’enseignement à l’école de police. J’étais nettement désavantager aux nombres, tss. L’un des trois gars me fonce dessus en essayant de me frapper au visage, une attaque que j’esquive de justesse… Mais malheureusement je me prends le coup de pied de l’autre qui venait à ma droite. Une fois à terre tous se jetaient sur moi pour me frapper comme la petite merde que j’étais. J’aime mon boulot… Putain.

avatar
FT : Aomine Daiki
Crédit : jiji gros boobz
Âge : 31 piges
Habitation : Shibuya
Présentation : Ma grosse teub...
Messages : 69
D/2




j'suis très méchant quand couilles tu me les casses

- « T’es vraiment pas doué blanc-bec ! »

Depuis que les ordres et les tâches avaient été repartis, je l’avais suivi. Comme son fantôme. Comme un vrai flic qui faisait son boulot d’filature quoi. Et l’pire, c’est que l’gamin s’en était même pas rendu compte une seule fois. D’quoi donner l’envie d’pleurer, sérieux. En plus, l’coup du lampadaire… Ouais non. Un p’tit excentrique. C’était tout bonnement un marginal. J’étais pas forcément l’mieux placé pour l’traiter tel quel, mais la suite des évènements m’donna malheureusement raison. Quelle idée d’foncer dans l’tas, tout seul et qui plus est sans aucune expérience en combat ? Ma foi… L’Shinsengumi était rempli d’genre bizarre. Mais c’était p’être cette spécificité propre à notre « gang » -parce qu’à terme, j’le considérais vraiment comme un gang mais dans l’bon camp- qui faisait not’ force. Si on veut…

Mais l’plus important sur l’moment, c’était ces mêmes types qui l’passaient à tabac qui avaient fini par s’redresser pour me mater. Ils eurent aussitôt des sourires pas forcément avenants. C’est à croire qu’on connaissait pas vraiment ma gueule dans l’coin. Bah peu importe. C’était pas vraiment un problème. Au moins comme ça, ils n’allaient pas fuir quand j’allais leur mettre la misère. L’un d’eux arrêta de taper sur l’petit con qui m’servait d’partenaire et sur qui j’devais plus ou moins veiller désormais avant d’se ruer vers moi comme un fou furieux. A croire qu’ils voulaient vite en finir ou qu’ils aimaient pas les intrus dans leur business. Normal quoi. Comme tout bon dealeur. Sauf que celui-là même qui venait d’leur tomber sur la gueule était pas du tout un type normal. Et ça, ils allaient l’savoir à leurs dépens…

- « Tout doux man… »

Sauf qu’il m’écouta pas. Et qu’un premier coup d’poing fusa vite fait. J’aurai pu rester dans sa trajectoire, mais j’préférai l’éviter. J’le fis d’ailleurs nonchalamment puisque j’avais mes paluches fourrées dans mes poches. Un autre punch s’en suivit mais j’l’esquivais tranquillement là encore. Mais alors qu’il amorçait un troisième proche d’moi, j’lui assenai très prestement un coup dans les couilles qui l’mit au tapis directement et qui fit grimacer ses acolytes. C’est alors qu’un deuxième se détacha du groupuscule qu’ils formaient autour du p’tit albinos avant d’foncer sur moi. Ce type avait l’air super mastoc, d’ailleurs. Mais plutôt que d’attendre qu’il fasse étalage d’ses talents, j’fonçai moi brusquement vers lui avant d’l’assaillir d’violentes droites, sans attendre. Mon « mouvement » l’perturba si bien qu’il perdit contenance.

Deux minutes plus tard, il était également au sol, la gueule complètement ensanglantée par mes soins…

L’troisième devant mon passage à tabac eut peur. Et bien conscient qu’il pouvait pas fuir, il sortit une lame qu’il plaça sous la gorge du pauvre tacticien.

- « Si tu bouges, j’le saigne ! »

Ah putain… C’était bien ma veine…


avatar
Oui.
FT : Frey
Âge : 22
Présentation : Présentation
Fiche de liens : http://fiche_de_liens
Messages : 20
D/5
La nouvelle Elite.


C’est ce qu’on peut appeler ne pas avoir de chance. Oui, c’est exactement ça. Pendant que je me faisais rouer de coup, le grand Lieutenant daigne enfin monter sa frimousse… Il était temps, je dirais, enfin…  Si je le pouvais. La moindre des choses serait de se justifier pour le retard ! Mais non. Au lieu de ça j’ai le droit à des reproches en plus. J’observe son combat minutieusement… Il s’en sort très bien tout seul… Et moi je fais pitié par terre. Je pose mes mains à terre pour me relever lentement. À peine debout il en reste déjà plus qu’un.

« Bon, je crois que notre boulot est fini. » Dis-je en ramassant mon téléphone par terre.

J’aurai préféré que l’autre type débarrasse le plancher après avoir vu ses potes au sol… Mais non, ça ne s’est pas tout à fait dérouler comme ça. Il me saisit par le bras et me met une lame sous le cou en me menaçant de me faire la peau. « Ah, tien, j’ai mal évalué la situation on dirait. » J’avais dit cette phrase le plus calmement possible en m’adressant à Dems. Je soupire avant de passer lentement ma main derrière mon dos pour attraper mon arme.

J’le donne ensuite à mon agresseur. « Tien, j’préfère mourir d’une balle dans la tête, plutôt qu’avec ton sale couteau. » dis-je d’un ton irriter. « Il n’est même pas bien affûter, si tu me coupe avec ça je risque de me vider lentement de mon sang et de souffrir. Et je n’aime pas souffrir. Alors qu’avec le flingue une balle dans la tête et hop, plus personne. »

Le types se hâte de lâcher son couteau et d’attraper l’arme sans même retirer la sécurité. Comme je l’avais prédit, même l’utiliser il en était pas capable. Je crois que je me suis fait prendre en otage par un stagiaire. Dire que j’allais me faire tuer par ce gars, Tss, c’est accablant. Je pourrai le désarmer tout simplement maintenant… Mais ça ne serait pas drôle, hein ? Après réflexion une idée me vient à l’esprit. Distrayons-nous un peu.

« Partenaire, Si tu arrives à me tirer pile sur l’épaule, Logiquement la balle traverse et le touche en plein cœur, il mourra. Et si par malchance elle ne traverse pas… Et bah tu n’auras qu’à lui tirer sur la tête. On dira qu’ils avaient des armes et que c’était de la légitime défense. Que c’est lui de coupable pour ma blessure et tout le tralala. Cap ou pas ?  Aucune doléance il a déjà ses empreintes sur mon arme. C’est foutu pour lui… Et ça mettra un peu de paprika dans la soirée si tout se passe bien, non ? » Je pouff de rire en terminant de lui raconter mon plan complétement burlesque.

J’observe mon collègue dans les yeux toujours le même sourire aux lèvres lui montrant que j’étais totalement sérieux. L’agresseur quant à lui tremble comme une feuille. « F-fermez-là ! J-J’vais t’buté si tu l’ouvres encore ! » des menaces que des menaces… Alors, que vas-tu faire mon cher camarade ? De toute façon le pauvre petit, il avait déjà perdu au moment ou il a lâché son couteau. Au moment ou Dems sortira son arme, s’il le sort, bien sûr. Le stagiaire derrière moi aura comme réflexe de presser sur la détente. Mais il sera bien niqué avec la sécurité, puis sous la panique le deuxième réflexe sera de laisser tomber l’arme et de ramasser le couteau, donc de me lâcher par la même occasion…  Il est dans la merde sans le savoir. RIP. »

avatar
FT : Aomine Daiki
Crédit : jiji gros boobz
Âge : 31 piges
Habitation : Shibuya
Présentation : Ma grosse teub...
Messages : 69
D/2




j'suis très méchant quand couilles tu me les casses

J’étais coi. Pantois. Stupéfait. Surpris. Mais par quoi ? J’saurais pas vous dire. Entre c’mélange d’toupet et de j’m’en-foutisme d’mon nouveau partenaire et la bêtise inimaginable d’celui qu’avait proposé son offre, j’savais pas quoi dire franchement. C’pourquoi j’étais là, debout à quelques mètre d’vant eux, gueule grande ouverte comme une pute qu’était prête à avaler l’foutre puant d’son client qu’elle détestait du plus profond d’son âme mais qu’elle pouvait pas envoyer bouler à cause du paquet d’oseille qu’il trimballait. Non vraiment, tout ça m’dépassait et d’loin. Mais après quelques longues secondes d’immobilité, j’finis par dégainer mon arme à feu d’façon nonchalante, comme si j’étais pas du tout motivé à l’idée d’réagir pour l’coup. Et en fait c’était l’cas. J’avais pas du tout envie d’bouger…

- « Mais… Vas-y, bute-le… »

« Hein ? »


L’pauvre gars qui tenait mon p’tit gars n’en revenait pas. Il en croyait pas ses oreilles. C’que j’venais de dire là, c’était pour lui une putain d’blague, quelque chose comme ça, d’autant plus que j’avais toujours cette mine un peu surprise bien ponctuée par des yeux écarquillés et un air presque hagard. Franchement, à cet instant précis, tu pouvais pas faire plus stupide que moi. Et j’pense bien que c’était ce déroulement imprévu qui le rendait encore plus nerveux pour le coup : « TE FOUS PAS D’MA GUEULE ENFOIRÉ !!! » Qu’il gueula. D’quoi bien m’réveiller, avant que j’finisse par l’mater d’un air plus ou moins sérieux c’qui le remit sur ses gardes et ce qui provoqua chez  lui un sourire. Sourire mi-crispé, mi-satisfait. Il préférait ça ouais. C’était plus naturel d’ma part que d’considérer l’meurtre de Jibun.

Sauf que…

- « Ben écoute… J’ai pas que ça à faire. Tu l’tues, j’te tue après ça et tout l’monde est content non ? »

- « MAIS PUTAIN QU’EST-CE QUE TU RACONTES ?! C’EST TON COLLÈGUE NON ?! »

- « Ouais. Et alors ? S’il crève pour si peu, ça veut dire qu’il est naze et on l’remplacera tout simplement. Y’a quoi d’mal à ça ? Un mort ou deux dans notre groupe, qu’est-ce que tu crois que ça change en fait ? J’suis pas sa mère bordel ! »


Là-dessus, j’m’étais mis à sourire comme un affreux connard. Comme une bête. A un tel point que ça déformait ma gueule déjà pas très avenante. L’type qui tenait l’arme de Jibun eut une expression résignée. C’était comme s’il voulait chialer. Sa vue s’brouillait, ses jambes semblaient lâcher et il n’avait qu’une seule envie sur l’instant dorénavant : C’était s’enfuir. S’barre illico d’cet endroit qui lui paraissait désormais être un enfer. Un autre type du shinsengumi aurait surement profité d’sa faiblesse pour l’déséquilibrer, mais l’Jibun devait pas avoir assez d’poigne pour ça. Too bad. Alors pour accélérer c’qui devait fatalement arriver, j’me permis même d’soupirer avant d’commencer à marcher vers eux avec une mine totalement désintéressée. L’king d’la nonchalance. L’ravisseur s’transformait en proie…

Si c’était pas marrant tout ça !

- « T’APPROCHE PAS ! T’APPROCHE PAS ! T’APPRO- »

Et il tomba dans les pommes. Piteusement. Carrément. Avec l’pantalon bien imbibé d’sa pisse. La peur d’se faire buter, tout simplement. La peur d’buter aussi. Tabasser des gens ou vendre d’la coke, c’était une chose. Tuer d’sang froid une personne était une autre chose. Tout l’monde n’avait pas c’cran là. Tout l’monde pouvait pas appuyer facilement sur la gâchette comme j’pouvais l’faire de temps à autre, quand ça m’chantait. J’étais plus un tabasseur qu’autre chose, mais j’rechignais pas à l’idée d’tuer des gens quand il fallait l’faire. C’était l’une d’mes qualités en tant que ripou. Un fait qui faisait d’moi c’que j’étais : Un lieutenant du tout puissant Shinsengumi. J’finis par ricaner comme un con avant d’m’arrêter tranquillement à deux mètres de l’albinos tout en rangeant mon arme dans son étui.

- « Il a fait dans son froc en plus, hahahaha ! Tout est bien qui finit bien hein, gamin ? »


avatar
Oui.
FT : Frey
Âge : 22
Présentation : Présentation
Fiche de liens : http://fiche_de_liens
Messages : 20
D/5
La nouvelle Elite.


Hein ?! Je rêve ou il vient de lui dire de me tuer ?! Il n’est pas sérieux ? C’est peut-être un plan de sa part ? Il a une idée derrière la tête ? D’ailleurs pourquoi je m’inquiète ? L’autre gogol n’a toujours pas retiré la sécurité de l’arme... Franchement, Fallait-il que je lui botte le postérieur pour qu'il se décoince ? Je soupire de désespoir. C’est plutôt ennuyant, en fait. J’espérais faire de lui ma prochaine occupation, mais finalement il me fait perdre plus de temps qu’autre chose.

« Ouais. Et alors ? S’il crève pour si peu, ça veut dire qu’il est naze et on l’remplacera tout simplement. Y’a quoi d’mal à ça ?... »

Laissant Dems continuer son monologue, je ne bronchai pas, me retenant de bailler. Je sentis vibrer dans ma poche, et tout en me saisissant de mon téléphone, je laissai les deux voix en arrière fond afin de me concentrer.  Un message d’alerte m’annonçant que j’ai fini ma journée. Il est si tard que ça ? C’est vrai que je commençais à avoir faim. Je range mon téléphone puis relève la tête lentement vers Dems.

« Oh, non il va me tuer à l’aide que quelqu’un vienne me secourir… » dis-je d’un ton ironique.

Le petit bleu tremblait comme une feuille c’était triste à voir. Le lieutenant venait dans notre direction d’un pas très lent. J’avais le temps de mourir qu’il ne serait pas arrivé. « T’APPROCHE PAS ! T’APPROCHE PAS ! T’APPRO- » Le voilà par terre maintenant, sans qu’on le touche. Ça ne devait pas du tout se passer comme ça, mais bon… C’est aussi un moyen comme les autres de traiter le problème.

« Il a fait dans son froc en plus, hahahaha ! Tout est bien qui finit bien hein, gamin ? »

Faire équipe avec lui me facilite la tâche. Si seulement c’était pour la bonne cause… Mais lui et moi savions parfaitement ce qui s’tramer dans le coin. J’en rigole encore rien qu’en y repensant.  « Ouais, c’est ça, tout est bien qui finit bien, comme vous le dite. » Je ramasse mon arme à terre avant qu’il ne soit imbiber d’urine. Et maintenant comment faire passer le temps ?

Avec un peu de chance d’autre gars pourrait débarquer. Je me tourne vers Dems le regardant de haut en bas.  « Apprenez-moi à me battre. La prochaine fois, j’ferais tout et vous vous me regarderait. » j’approche de l’un des gars qu’il a mis à terre avant de m’accroupir et de le fouiller. C’est la première fois que j’étais sur le terrain, c’est fun, j’préfère ça que de rester dans un bureau à remplir des papiers. Faire la secrétaire c’est vraiment pas pour moi.

Y’a des choses beaucoup plus intéressantes. Je me relève après avoir trouvé le paquet puis me retourne vers Dems encore une fois avant de reprendre. « Bon, on fait quoi maintenant ? Manger une glace et apprendre à se connaitre ? Y’a une glacerie pas très loin, on pourrait y faire un tour et revenir ici histoire de voir s’il y a encore des gens. » J'avais surtout envie de faire un bilan. De qui j'étais devenue, de ce que j'aurai voulu être. Je sais ce n'est pas très gai. Mais que voulez-vous, moi la nuit quand je ne dors pas c'est que des pensées qui occupent mon esprit. je lance le sachet de poudre dans sa direction, devait y avoir un bon kilo là-dedans.  

D’ailleurs je me demande ce qui a poussé le lieutenant à devenir Flic, il a le profite typique d’un chef de gang. Alors pourquoi être un simple policier ? Pendant que je trottinais je méditais sur la question. Peut-être la notoriété ? Il peut tout faire en étant flic sans avoir trop de problème au niveau de la loi. Vu qu’il est la loi. Enfin, c’est ce que j’crois…? Tout en continuant de marcher je pose directement les questions. « Pourquoi avoir choisi ce métier ? Je veux dire… Etre flic c’est pas pour vous. Vous avez plus la tête d’un criminel que d’un justicier. On doit vous le dire souvent ça, non ? Vous n’avez jamais pensé une seule seconde à rejoindre un Gang ? »

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum