P U R E — pale as cocaine (100%)
avatar
FT : Satsuki Kiryuin — Kill la Kill
Crédit : © cheshireFTW
Âge : 25 ANS.
Habitation : IKEBUKURO
Présentation : LOST IN TRANSLATION
Autres comptes : Jun, Ace
Messages : 218
D/1
kogo inoueft. satsuki kiryuin (kill la kill)« You met me at a very strange time in my life. »
pseudo ; Pure.
âge ; 25 ans.
sexe ; Féminin.
groupe ; Shinsengumi.
nationalité(s) ; Japonaise.
origine(s) ; Japonaise, Préfecture de Nagano.

orientation sexuelle ; Tout, rien.
situation maritale ; Célibataire.
situation financière ; Moyen.
job/étude ; Ancienne Étudiante en Journalisme.
rôle dans l'organisation ; Tortionnaire.

taille ; 1m75.
corpulence ; 55kg.
cheveux ; Longs, noirs.
yeux ; Bleus.
force
défense
dextérité
intelligence
charisme
social
●  ●  ○  ○  ○
●  ●  ●  ●  ●
●  ●  ●  ○  ○
●  ●  ○  ○  ○
●  ●  ●  ○  ○
●  ●  ○  ○  ○
Que pensez-vous de la guerre des gangs ?
« Écoute, gamin. » — Pure n'est plus une idéaliste. Tokyo la Citadine a tuée l'esprit insouciant de la jeune fille rurale qu'elle était à son arrivée. De déboires en histoires tordues, elle a apprit que les gangs étaient en réalité une bande de gamins dissidents, manquant de discipline. De fascination en dédain pour eux, la guerre la fatigue. Jouer dans la cours des grands est un bien grand mot et il faut l'avouer, ils s'y croient un peu trop. Irresponsables, égoïstes, leur comportement a finit par l'agacer, elle, l'étudiante en journalisme qui s'était prise de passion pour eux durant les temps de paix. Éconduite par la réalité, elle s'est vendue à leurs supposés ennemis. Avouons-le, sa réthorique sur le sujet est restreinte : loin des beaux discours, des beaux principes, elle a surtout envie de les emmerder. Autant qu'eux les emmerde.

Que comptez-vous faire pour remédier à cela ?
« Le régime de la peur. » — Pure, elle veut être celle qui leur fait de l'ombre, qui inspire le doute sur ses réactions, qui sème une crainte biliaire qu'ils ravaleraient avec difficulté. Elle veut être le bouton suintant au milieu de leur visage, le chewing-gum se trouvant sous leur semelle. Pure, elle aimerait être leur boulet, les ralentir, que son nom soit suivi d'insultes entre leurs dents. Que va-t-elle faire pour y remédier alors? Les narguer, les affronter en pleine lumière. Parce que l'humiliation en sera d'autant plus mielleuse.

Êtes-vous plutôt anti-gang, pro-gang ou neutre dans ce conflit ?
« Terminator. » — Pure, elle fait parti de ces rares dix pourcent de la société nippone qui parlent avec une honnêteté percutante, sans filtre. Loin de tenir deux discours, elle va droit au but. Avec elle, il n'y aura jamais ce qu'elle pense puis, ce qu'il faudrait répondre pour le bien de la communauté, des relations sociales. Elle est une neutre modérée. Elle sait bien que ces institutions ont toujours été présentes, que leurs racines ne mourront jamais vraiment, ancrées profondément dans l'asphalte de la Citadine. Ce ne sont pas les gangs qui la dérange réellement, mais la guerre qu'ils perpétuent, prenant la ville en otage.
CARACTÈRE ; Like I was starving for things I never thought I could have.

Pure. C'est une main de fer attaquée par la rouille dans un gant de velours brodé. C'est la façade d'un cache-misère. Un étrange mélange de violence et de douceur. C’est ce bibelot sur le rebord d’une étagère, que l’on regarde avec une certaine angoisse. Où l’on se dit « tiens, il en faudrait peu pour qu’il se brise ».

Pure n’aime pas la ville. Elle est perdue, ce n’est pas son élément. Alors, parfois, elle jètera un regard par-dessus son épaule pour voir si vous êtes toujours là, parce qu’elle a besoin d’une boussole, d’une bouée parmi les foules humaines qui semblent l’avaler. Parce que Pure, de face, elle a ce regard autoritaire, encadré par des sourcils épais, caustique. Mais de dos, c’est différent. On voit ses épaules frêles, parfois sa nuque maigre. Et l’on se demande comment cette carrure peut inspirer de l’angoisse.

Pure, c’est un mélange détonant faisant qu’elle n’est pas la favorite des relations sociales développées. C’est une solitude assumée. Parce qu’elle est plaisante. Dans sa bienveillance, sa douceur, son envie de vous élever, de vous pousser à toujours faire mieux. Elle en serait presque touchante, lorsqu’on sent que les émotions sont comme un mixeur pour son cœur. Que lorsqu’elle pleure, qu’elle contorsionne ses lèvres pour retenir les larmes, le regard dur, on aimerait lui donner un coup entre les omoplates, pour qu’elle relâche.

Que son sourire, arme à la main, est désarmant. Que son visage vous chante qu’elle va prendre soin de vous, à sa manière. Qu’elle est le jus d’un fruit acide dans une plaie logée dans le plie des lèvres. Elle est dérangeante, elle vous démange, dans sa manière de vous faire la nique. Car il y a là une arrogance calme, dans le claquement de ses talons, dans sa pose. Les mains jointes autour de son arme, l’étui posé au sol, à vous fixer. Pure, c’est une discipline surannée, élevée loin de la citadine étourdissante, pied nue dans les champs boueux.

Pure est serviable, elle l’a toujours été. Elle écoute, agis, si c’est une oreille attentive, elle n’est cependant pas une épaule sur laquelle pleurer. Mais des cuisses sur lesquelles il fait bon de poser ses tempes lorsque les temps vous paraissent durs. Pure, c’est une caresse dans la cou qui pourrait vous étrangler finalement, une dualité surnommée avec hypocrisie. Parce que Pure, pour quelqu’un qui répand l’hémoglobine, c’est drôlement ironique.

Parce que Pure n'est pas impressionnable. La violence, la vulgarité, tout ça ne la remue pas. C'est son insensibilité à elle.

Oui, Pure. Elle se dit que c’est en souvenir de ce qu’elle a été, sans nostalgie aucune.

RANDOM FACTS a écrit:
Appeler Pure par son prénom, c'est la mettre à nue. Si vous voulez la surprendre, la mettre mal à l'aise, soyez familiers avec elle. La nommer, la connaître, c'est intime. Alors si vous voulez la gêner, n'hésitez pas à faire vos recherches pour lui sortir son CV. Rien de mieux pour l'angoisser. Elle est Hémophile. Une coupure ne la dérange pas, mais les grandes effusions la rend nauséeuse. Chacun ses lacunes. Vu son travail, son passé, Pure a les mains pleines de stigmates du travail acharné. Elle ne se trouve pas jolie mais fait avec. Lorsqu’elle rit, c’est loin d’être cristallin. C’est un rire qui sort des tripes. C’est un animal effrayé qui vit loin de son milieu naturel, qui tente de s’adapter à la ville.  Elle fume. Elle dit souvent « Peu m’importe » ou « Fais ce qui te chantes ». C’est souvent faux en réalité, mais Kogo s’est interdit de materner qui que ce soit. Si quelqu’un veut foncer dans un mur, elle le laissera faire. Pure, on la reconnaît facilement sans même la voir. Le bruit de ses talons sont reconnaissables, tout comme son odeur mélangée à la cigarette. Elle est quelqu’un de sobre au niveau vestimentaire. On pourrait la trouver vieux jeux, parfois pudique. Toujours des manches longues, des jupes longues, des imper noués à la taille. On lui a souvent conseillé de couper ses cheveux bien trop longs, que ça finirait par la gêner dans son travail. Il est clair qu’il n’est pas rare que quelques mèches tombent, soient coupées destructurant la raideur parfaite. Elle est accessible comme personne. Mais c’est pas pour autant que tous ont envie de la côtoyer. Son honnêteté mordante est loin d’être un facteur gagnant lorsqu’il est question des relations sociales.
HISTOIRE ; I brought you up, fed you and gave you all of my time

(1991 — 2009) Kogo née et vit dans une communauté réduite et rurale de la Préfecture de Nagano. Sa famille, les Inoue y gèrent le sanctuaire local depuis plusieurs générations. Elle est habituée à marcher pieds nus l’été, porter des courses aux plus âgés, parfois à aider les agriculteurs. C’est une vie calme, insouciante qui la frustre pourtant. Car à dix-huit ans, on est indécis. On a envie de partir, de tout voir et découvrir. Surtout lorsqu’on a jamais rien vu. Miko durant les week-end et les soirs après l’école, Kogo désire partir à Tokyo pour y étudier.

(2009 — 2012) C’est le choc des cultures. Ce qu’elle aime appeler la Citadine aux grandes veines, cette ville organique aux rues en ébullition. Fascinée et chagrinée à la fois, Kogo a dû mal à se faire à ce rythme rôdé, rigoureux. Aux foules piétonnes qui l’avalent. Elle veut devenir journaliste à l’époque, elle est curieuse. Mais la curiosité n’a jamais apportée le talent, elle est loin d’être douée ou bâtie pour cela.

C’est la pierre angulaire pourtant, car elle s’intéresse aux gangs, aux fameux, ceux dont on parle le plus malgré les temps de paix. Parce que Kogo ne comprend pas la mécanique de ces communautés qu’elle reconnaît. Il y a pour elle un air de déjà-vu, quelque chose de rassurant malgré l’inégalité. Elle s’y intéresse, s’en approche, parfois de trop près.

À force de faire le papillon de nuit autour d’une lampe à huile, elle se confronte à la dure réalité. Elle voit des choses qui s’imprègnent dans la rétine, parfois morbides. Le besoin de s’immiscer dans une communauté la rattrape, lui colle une claque. À trop vouloir se rattacher à quelque chose, elle est allée dans la mauvaise direction.

(2012 — 2013) Elle arrête l’école de journalisme, range les clefs usb pleines d’articles et de photos dans un carton. Elle n’a jamais été douée, ses professeurs lui avaient bien dit qu’elle n’avait pas les épaules. Elle tente de chercher un travail nourricier. Pas deux de serveuse ou autre. Parce que Kogo, elle est pas assez jolie pour ça. Les recruteurs ne lui disent pas ainsi, mais elle le sent bien, dans leur regard noir sans profondeur, qu’elle ne correspond pas à leurs attentes. Elle finit par travailler dans une armurerie rattachée aux Shinsengumi sous la tutelle du Gouvernement.

Elle s’occupe de la caisse, de vérifier les identifiants, parfois de la paperasse pour soulager les yeux du vieil homme qui s’en occupe. Cela met du temps, un peu plus d’un an. Mais à force de croiser les membres du groupe, des conversations courtes se créent entre le « Bonjour » et le moment où elle tend le reçu. Elle distille parfois le fait, qu’avant de se perdre ici, elle était en journalisme. Qu’elle a approchée les gangs. Elle n’a jamais vraiment su ce qu’on a réussi à percevoir chez elle, derrière sa frange noire, ses sourcils épais lui donnant une expression caustique. Qu’est-ce qu’on a pressenti dans sa douceur acerbe. Mais c’est le Chef lui-même, qui lui donne cette nouvelle opportunité, celle de rentrer chez les Shinsengumi. Elle pense tout d’abord qu’on allait lui proposer un travail administratif, rien de plus.

Mais c’est une nouvelle fois une communauté qui l’attire. Parce que Kogo a besoin d’être entourée de semblables, d’évoluer en groupe pour ne pas se perdre. Elle ne peut pas faire route seule. Parce qu’elle a bien vue qu’elle avait éveillé un intérêt, qu’il y avait quelque chose dans le regard qui lui offrait une légitimité perdue. Une reconnaissance, d’appartenir à quelque chose.

(2013 — 2016) Il y a un jour ce déclic qui aujourd’hui la fait sourire. Parce que Kogo devient Pure. Et que Pure, elle avait rien pour devenir Tortionnaire. Mais il suffit parfois de peu. Pure, c’est eux qui l’ont nommés ainsi. Si elle s’est engagée, ce n’est pas principes, ils l’ont bien vu que c’était davantage de la reconnaissance, une envie de leur faire plaisir aux débuts. Parce qu’ils étaient les rares à lui donner un quelconque crédit. Qu’elle voulait les remercier à sa manière, en les aidant.

C’est avec nonchalance qu’elle s’est introduite dans ce système, cette communauté parfois disparate. Parce qu’elle a vue qu’elle a éveillée un intérêt, elle a pas voulu le gâcher. Alors Pure, elle s’est salie pour eux. Et ça ne l’a pas dérangée, ni plu. Elle avait envie de rendre la pareille, de renvoyer l’ascenseur. Elle a passé le test pour devenir Tortionnaire bien que le nom lui semble dur à l’oreille.

(2016) Pure, c’est une Tortionnaire. Une hémophile aussi, à basse échelle, mais qui n’apprécie guère les grandes effusions. C’est une dualité vivante. Elle est habillée en blanc, elle porte une arme, toujours soigneusement rangée, qu’elle dégaine rarement. C’est une force tranquille et dérangeante qui a sa propre philosophie. C’est l’élément qui tend à calmer les esprits échauffés, qui peut passer de la bienveillance à un reflet parfois de démence dans le fond du regard.

Pure, on sait jamais trop quoi en penser. Son calme dérange, on se demande si il y a quelque chose de laid derrière la façade. Elle met mal à l’aise malgré elle. Mais elle remplit son rôle, elle est active, dévouée. Parce que leur but est devenue le sien, par reconnaissance. Et ce genre de caractères loyaux, on les dissèque avec méfiance. Pure, c’est une confrontation directe.
VERTIGO ; 21 Y.O

Bien le bonsoir/bonjour! Je me nomme pas, pas besoin d'autant de familiarité voyons (oué ça commence bien je sais /out). J'aime passer des heures sur toshop, parler à mon chat et les brownies (sisi c'est devenu ma passion). Sinon, le forum dépote, vous êtes beaux et j'suis ravie de poser mon postérieur par ici. Mais comme vous pouvez le constater, j'ai rien d'intéressant à dire alors, comme dirait l'autre « on est pas illuminaté putain ».
Invité
Pure qui est tortionnaire ** Omg cette antithèse !
avatar
bonjour
FT : occultic nine // hashigami sarai
Âge : Inconnu
Habitation : Partout
Messages : 613
S/0


Coucou PotesseUn membre du shinsengumi, ça envoi clairement du lourd de chez loud - surtout que bordel, Pure est... J'ai pas les mots depuis hier, c'est un personnage qui me hype comme jamais. Je n'ai pas de ratio à te faire partager (vu que tu n'as pas choisis un gang - et ce n'est pas plus mal vu le personnage que tu nous a pondus - je me répète, mais je suis fan.) En revanche j'me permet de te demander si un rôle au sein du Shinsengumi ne te plairais pas - à moins que tu préfères développer cela IRP et alors là - bah je serais juste "cette personne est géniale adieu ma vie." Non parce que bon, Pure est clairement épique et badass (osons le dire) du coup je l'aurais bien vu avec un rôle sympa au sein de l'organisation ;D Bref je ne fais pas de lavage de cerveau - au contraire, le choix est libre - mais comme je vois qu'il y a un champ qu'il manque dans la fiche (celui du rôle justement - j'ai mal fait mon taf, j'ai pas corrigé le code) je me permettais de le demander 8D

Amour sur toi et hâte de voir la suite ? (A moins que cette fiche ne soit finie ?)(Je n'en sais rien /ZBAF/)
avatar
FT : Satsuki Kiryuin — Kill la Kill
Crédit : © cheshireFTW
Âge : 25 ANS.
Habitation : IKEBUKURO
Présentation : LOST IN TRANSLATION
Autres comptes : Jun, Ace
Messages : 218
D/1

Délico — Aw, mercii! ** Et oui, l'ironie du sort. /out (pis sachant que Pure a faillit se nommer Turbulence, finalement, Pure, c'parfait ->)

Fahrenheit — Oh la la, mais ce message de bon matin, je. faut pas faire ça à mon kokoro srsly. Merci. ;; Du coup j'ai rajouté le champ manquant mais effectivement, je pensais faire de Pure une des Tortionnaires des Shinsengumi! Du coup j'ai plein de questions concernant le groupe et le rôle, mais j'hésite, je sais pas où aller pour embêter quelqu'un directement. /out

_________________






LES KDO:
 
avatar
bonjour
FT : occultic nine // hashigami sarai
Âge : Inconnu
Habitation : Partout
Messages : 613
S/0
Alors je peux t'expliquer le rôle par mp il n'y a pas de soucis - je compte faire une F.A.Q destiné aux rôles pour les détaillés un par un (vu que je pense qu'il y en a qui sont obscurs pour beaucoup xD) - donc n'hésite pas à me poser tes questions par mp, j'y répondrai avec grand plaisir 8D
avatar
FT : Satsuki Kiryuin — Kill la Kill
Crédit : © cheshireFTW
Âge : 25 ANS.
Habitation : IKEBUKURO
Présentation : LOST IN TRANSLATION
Autres comptes : Jun, Ace
Messages : 218
D/1
Parfait. 8D Du coup, je me suis pas gênée, j'ai envoyé un pavé, mp! Merci par avance pour la patience. ;;

_________________






LES KDO:
 
avatar
bonjour
FT : occultic nine // hashigami sarai
Âge : Inconnu
Habitation : Partout
Messages : 613
S/0
Validation / FélicitationPure. Pure. Pure. Bon, je crois que tu t'en doutes - mais je t'ai déjà bien résumé pourquoi j'aime ton personnage par mp. Mais ce n'est pas grave - j'aime bien me répéter. Pure, c'est un peu l'antithèse du Shinsengumi - on pourrait se demander "mais, pourquoi elle en fait parti ?" et pourtant, quand on lit l'histoire - on comprend tout de suite - avec son caractère également, mais voilà l'histoire complète le tableau qu'est Pure - une œuvre un peu éparpillé qui ne sait pas trop où elle va - mais qui se construit par loyauté - par nécessité - j'trouve ça juste fantastique. Pure, c'est un personnage qui convient parfaitement au Shinsengumi - elle démontre bien la complexité qui s'en dégage et les conflits internes qui existent au sein de l'organisation.

Il y a des pourri et des gens bien. Pure, c'est peut-être la petite perle de fraîcheur du Shinsengumi - clairement. Je ne parle même pas des randomfacts qui développe davantage ton personnage déjà parfait (oui, pour moi là, Pure c'est...... J'en suis tombée amoureuse - genre - clairement.) (Si je m'écoutais je jouerai Shiki tiens /ZBAF/) Bref que dire de plus à part que cette demoiselle me fascine et me transcende - j'ai juste hâte de la voir à l'œuvre et évoluer dans Tokyo. Du coup, tu l'auras compris ; TU ES VALIDÉE ! Première fiche du forum à l'être, je suis émue.

Avant d'aller arpenter les rues de Tokyo, n'oublie pas de recenser ton avatar. Tu peux aussi faire ta fiche de liens et poster une demande de RP ou répondre à une demande déjà faite.

Amuse toi bien parmi nous ♥️

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum