Long découpage Ft Fyodor.
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2



Ft Fyodor.

Long découpage.



https://www.youtube.com/watch?v=pS-gbqbVd8c

Raven était à son bureau, des gants sur les mains, un cache-nez sur le visage, des lunettes et une blouse médicale. Une tête était posée devant lui. Il prit agilement un scalpel et vint doucement entailler la moitié du visage de la victime, avant de minutieusement arraché la peau qu'il découpa avec précision cm² par cm² qu'il plaça dans un bocal vide. Des bocaux, il en avait des centaines rempli d'yeux, de peaux, d'intestins, de cœurs, de cerveaux et autres types d'organes. Lorsque toute la peau fut extraite, il referma son bocal et le rangea avec soin dans son étagère correspondante. Il continua son activité morbide lorsqu'il trouva une balle pile au milieu des yeux. Il nota sur son carnet :

" Exécution armée, cerveau endommagé à 70%, inutilisable. "

Il retira soigneusement la balle qu'il mit avec d'autres avant de poursuivre ses recherches. Il connaissait parfaitement le métabolisme des êtres humains, il exécutait chacun de ses mouvements machinalement comme s'il passait sa vie à faire ce genre de choses. Il alla pour commencer une entaille dans l'œil quand le téléphone se mit à sonner.

" Salut Hayato.
- ...
- Deux corps ?
- ...
- Tu veux que je passe maintenant ?
- ...
- Non ça ne me dérange pas, je vis la nuit, tu sais.
- ...
- Deux millions cinq-cents mille Yens pour tout les organes. Quelle est la cause de la mort ?
- ...
- Asphyxie ? Parfais.
- ...
- J'attends ton escorte dans ce cas. "


Bip. Bip.

Raven se leva, retirant ses gants en latex et son cache-nez qu'il jeta à la poubelle. Il recouvra soigneusement la tête à moitié coupé par un papier translucide qu'il plaça ensuite dans son congélateur. Il prit une mallette où il rangea ses outils de travail. Scalpels, ciseaux, fils, pinces, aiguilles, sardines, etc. Raven avait la réputation d'être un dealer d'organe des plus fiable et des plus méticuleux. Jamais de traces et un travail parfaitement accomplis.

Après plusieurs minutes, l'on frappe à la porte. Raven enfila au passage sa veste et suivit l'homme, il ferma de son pied la porte et rentra ensuite dans une voiture aux goûts luxueux. Il s'installa à son aise sans aucun regard envers l'homme. Son job n'était pas de faire copain copain avec les serviteurs de ses clients après tout. Il porta un regard sur le paysage défilant à grande vitesse, à cette heure-ci personne n'est encore debout, les rues sont silencieuse et la route vide. Après être sorti de la ville, la voiture s'arrêta devant un hôpital miteux que Raven ne connaissait que trop bien. Il passa une main dans ses cheveux et releva les yeux en direction du bâtiment. Il y pénétra, l'ambiance était particulièrement malsaine, mais c'est dans ce genre d'endroits que Raven se laisse aller dans une douce folie. L'homme ouvra la porte, le dealer rentra dans une salle parfaitement éclairée, deux sacs sont sur deux tables froides, on devine aisément qu'il s'agit de deux corps humains.

Raven posa ses affaires au sol, retira sa veste et prit place proche d'eux. Il sortit de son sac de quoi nettoyer l'endroit et les corps. C'est ce qu'il fit. Après une ou deux heures, la pièce était parfaitement désinfectée, il fit lentement descendre la fermeture éclair des sacs jusqu'aux pieds des victimes. Un adulte, une jeune fille. Heureusement qu'elle était majeure, sinon, c'était encore plus cher. Il nettoya avec soin ses outils de travail et vint ensuite marquer d'un feutre noir les endroits à ouvrir sur les corps. Une petite table se dressait entre les deux enveloppes corporelle où Raven avait disposé ses outils. Il posa sur son nez un masque, sur ses mains ses gants, sur ses épaules une blouse et sur son nez, ses lunettes. Raven était prêt. Il prit son scalpel et...

La porte s'ouvrit. Hayato venait de rentrer.

avatar
FT : Eaque-Lost canvas
Crédit : Ma pote & Absinthe & Pure
Âge : 25 ans
Habitation : principale: Shibuya secondaire: Shinjuku
Autres comptes : Bookman
Messages : 525
D/1

Parmi tous tes loisirs, tu affectionnais celui-ci, faisant frétiller ton sang d’excitation allumant dans ton regard bleu roi ta folie perverse qui s'abreuve de maux que les gestes et actes propagent avec gourmandise.

Ton sourire carnassier s’élargit au fil de leur hésitation.

Si seulement ils savaient.

-Vous nous laisseriez vraiment partir indemne ? Demanda la jeune fille d’une voix tremblante.

-Si vous réussissiez à ne pas mourir durant ce jeu, je vous laisserais partir, je le promets.

Tu le dis avec sincérité dans un sourire rassurant. Le jeu n’était pas dur en soi quatre comprimés sur la table basse l’un d’eux mortel les trois autres inoffensifs, trônait avec deux verres d’eau.

Si seulement ils savaient.

-Je vous laisse choisir en premier, je choisirai parmi les restants et ingurgiterais le comprimé en premier. Si ça vous convient ?

L’hésitation et la tension se faisaient sentir, ils n’avaient pas leurs mots à dire, ils étaient tes prisonniers avec lesquels tu as joué durant une semaine sur le plan psychique sans qu’ils puisent s’échapper à causse des hommes de main, maintenant, tu es lassé. Il était temps de sont débarrassés.

L’homme choisit le premier suivi de la demoiselle, ton sourire s'agrandit, tu prends l’une des substances et l’aval.

-À votre tour. Dis-tu assis sur le vieux canapé les mains jointes, leur offrant un sourire ravi le regard brillant d’une lueur malsaine.

Chaque geste tremblant, chaque larme coulant sur leur visage et la peur dans leur regard demandant la pitié, te faisait frémir de plaisir. Les captifs avalèrent les comprimés à l’aide de l’eau.

Tu applaudis doucement avec un sourire tendre, ils avaient réussi.

L’homme échangea un regard avec la demoiselle, le désespoir et la peur avaient disparu un bref instant avant de revenir en force. L’étouffement avait commencé, les mains se posent sur le cou incapable d’inhaler la moindre particule d’oxygène, les débattements pour survivre, les yeux révulsés.

Tu éclates de rire une main au milieu du visage l’autre te tenant les cotes. Le rire odieux se fit entendre dans toute la bâtisse désaffectée tandis que les corps ce figé.

- En vérité, j’ai menti~❤️, le poisson se trouver dans vos verres. Avoues-tu de bonne humeur en te levant.

Si seulement ils savaient que tu mentais depuis le début.

C’était plus une substance qui provoquait l’asphyxie qu’un véritable poisson, tu aimais voir tes victimes se débattre pour obtenir ce qu’il ne pouvait avoir ta pitié et clémence inexistante jusqu’à la toute fin, ils n’obtiendront que cruauté et sadisme.

Bon, il était temps de nettoyer tout ça, tu tires ton téléphone pour appeler Raven, tu profitais de toute situation, plutôt que d’incinérer directement les corps pour effacer les preuves, tu vendais d’abord les organes au marché noir.

Après l’appel téléphonique, tu envoies Fusaki cherché Raven et donnes l’ordre aux autres de déplacer les corps à la pièce habituelle de l’hôpital délabré, dans les sous-sols où se trouve la morgue dont l'odeur de la mort plane encore.

Tu aimais cette atmosphère morbide~ ❤️.

Bon le temps que Ravan arrive et stérilise les lieux, tu avais une bonne heure à tuer. Cigarette au bec, tu quittes les lieux pour un saut rapide à Shibuya pour pouponner Cosmo, le nourrir, prendre une douche, préparé l'argent une partie en liquide l'autre en chèque et avaler quelque chose rapidement et prendre une part avec toi pour Raven, la moindre des choses… La nuit allait être longe très longe.

Tu étais tellement de bonne humeur que tu embrassas amoureusement Sayuri conservait dans son cercueil de verre dans la pièce du fond avant de repartir à l’hôpital abandonné.

Tu arrives et ouvres la porte de la morgue.  

-Bonsoir, Raven comment ça va ?~❤️.Redemandes-tu par politesse. Tu entres et poses l’encas sur une table non loin. Je t’ai apporté quelque chose à te mettre sous la dent si tu n’as pas encore mangé ou si tu as un creux. Tu t’approches comme un enfant le sourire aux lèvres, les mains derrière le dos. Dit, je peux regardais~❤️, je serais sage dans un coin.


❤️

_________________



Fanclub :
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Long découpage

ft. Fyodor ( Keur keur ).



Lorsque Hayato rentra dans la pièce Raven n'avait même pas commencé. Il déposa de quoi manger et s'approcha doucement de Raven. Il demanda s'il pouvait rester.

" Merci Hayato. Je mangerais après le travail. Tu peux rester, mais ne fais pas trop de bruit s'il te plaît, j'ai besoin de me concentrer. "

Raven passa doucement la lame de son scalpel sur les pointillés au feutre noir dessiné au préalable sur les corps des victimes. Il fit glisser son outil délicatement entaillant petit à petit la chair de l'homme. Il plaça de quoi retenir la peau et commença à entaillés les organes. Le cœur en premier. Il découpa proprement les artères afin de sortir cet organe d'une valeur plus ou moins importante. Il le plaça dans un bocal rempli d'eau afin de retirer le sang frais sur celui-ci. Il continua alors son affaire pendant plusieurs heures sous le regard attentif d'Hayato. Bientôt, plusieurs bocaux se trouvèrent non loin des deux corps et du corbeau. Lorsque le corps fut définitivement vidé de tout ce qui avait de la valeur, il reprit plusieurs heures afin de bien nettoyer les éléments et de s'assurer de correctement les placé dans des milieux stériles et facilement portatifs. Il referma le premier corps et vint le mettre dans un sac noir où il remonta lentement la fermeture. 50% du travail était effectué.

Lorsque le corbeau se releva, il faisait déjà presque jour. Il prit une gorgée ou deux d'eau et regarda Hayato d'un air témoignant d'une incompréhension. Il était assis dans un coin et c'est vrai qu'il ne faisait pas beaucoup de bruit. Il en avait même oublié sa présence à vrai dire.

" Est-ce que cela est intéressant à regarder ?"

Dit-il en retirant son cache-nez. De son point de vue, c'était très intéressant à voir. C'est en regardant les autres faire que l'on apprend le plus facilement. Néanmoins, pour une personne ne côtoyant pas spécialement ce milieu-là, il était plutôt difficile de savoir si la situation actuelle pouvait ou non apporter une quelconque satisfaction à ce cher Hayato.

Raven s'adossa sur la table où était disposés ses outils de travail avant de reprendre la parole.

" Si tu me le permets, je vais prendre une petite pause, histoire de me fumer une clope. Est-ce que tu m'accompagnes ? "
avatar
FT : Eaque-Lost canvas
Crédit : Ma pote & Absinthe & Pure
Âge : 25 ans
Habitation : principale: Shibuya secondaire: Shinjuku
Autres comptes : Bookman
Messages : 525
D/1



Tu prends place sur une vieille chaise, croissant les bras sur le dos du meuble regardant le spectacle les lèvres tirées.

Doucement, la lame retrace les marques noires laissant derrière elle du rouge, peu à peu le corps s’ouvre tel un cocon laissant voir les entrailles, l’odeur qui se dégage du corps et le spectacle ferait vomir n’importe qui, mais toi ça fait étirer tes lèvres dans un rictus effroyable, les iris bleu roi s’assombrirent reflétant l’ambiance du lieu, suivant les moindres gestes tel un prédateur guettant une proie. Après chaque jeu malsain, tu vends ce qui peut être vendu au marché noir le reste fini incinéré pour ne laisser aucune trace et piste possible.

Le cœur est le premier à être extirpé, organe vital dans le corps humain, celui que tu préférais et haïssais à la fois. Peu à peu la pièce se remplit de bocaux et le corps refuse de se vider, comme les maux que l’Homme propage à perpétuité.

Des heures passent, tu ne bouges toujours pas regardant le spectacle, te balançant légèrement sur ta chaise, le sourire malsain visé, les yeux se ferment pour apprécier le faible bruit des instruments coupant la viande et de l’eau. Cette ambiance t’apaise en partie et le souvenir qui émerge de ta mémoire te donne envie de dormir de bien-être sur la chaise.

Tes lèvres embrassent délicatement le tatouage bague sur ton annulaire.

Vidé un corps, tu l’as déjà fait par le passé qu’une fois, sur une seule personne, sur ton autre moitié.

Quand l’âme s’envole en enterre les corps qui vont pourrir et être bouffé par les vers seuls les os reste, tu as simplement accélérait le processus de décomposition. Pour qu’il ne reste rien de son passage, tu as dissous son enveloppe, dévorer son cœur pour qu’il n’appartienne qu’à toi et ses yeux pour qu’il n’est d'yeux que pour toi, pourtant les ossements sont resté, tu ne les as pas brisés ou broyer, tu les as simplement récolés entre eux.

Tes mains avaient toujours été recouvertes de sang depuis tes neuf ans, pourtant le sang de Sayuri était chaud, réchauffant tes membres d’une chaleur différente du simple sang chaud. C’était une douce chaleur de quiétude telle sa présence pourtant le sang était bel et bien froid comme son cadavre.

Qu’importent les tourments, les situations, il avait toujours su te réconforter t’apporter cette paix intérieure jusqu’à présent, même la mort n’avait puis vaincre ce qu’il t'a laissé comme héritage, cette chose d’inestimable, d’irremplaçable que nul ne peut briser.

Voilà le souvenir qui refaisait surface t’apportant tant de bien-être.

Des morceaux si forts, que nul ne peut recoller et imité à la perfection;
Une sincérité, un amour inéluctable, un sentiment exacerbant les maux;
Juste un sentiment authentique profondément humain, qui te consume;
Un Amour sans bornes pouvant dicter les pires gestes.


Raven remonta lentement la fermeture. 50% du travail était effectué. Il se leva et prit quelques gorgées d’eau et te regarda à croire qu’il avait oublié ta présence.

- Est-ce que cela est intéressant à regarder ? Dit-il en retirant son cache-nez. Il s'adossa sur la table où étaient disposés ses outils de travail avant de reprendre la parole. Si tu me le permets, je vais prendre une petite pause, histoire de me fumer une clope. Est-ce que tu m'accompagnes ?

- Ça ne me dérange pas que tu prends une pause, pense aussi a te ressourcé. Je t'accompagne fumée une clope ne me ferait pas de mal non plus.

Tu te lèves t’étire légèrement avant de pianoter rapidement sur ton téléphone un message à Fussaki pour emporter au marché noir les organes près.  

-Je dirais que c’est surtout très agréable à regarder. Tu ouvres la porte d’un geste de la main poursuivant d’une voix calme le ton froid et cruel, le regard teinté d’animosité et d’amusement en sa direction. Voire que l’Homme n’est qu’un sac de viande remplie de merde alors qu’il se croit tout-puissant et des plus agréables. L’être humain n’est pas si différent qu’un animal juste avec moins de qualité. Sur ses mots, tu enjambes le pas, tirant une cigarette à l’extérieur de la pièce. L’Homme n’est beau que de d’extérieurs, l’Homme n’est que monstruosité à l’intérieur, voilà pourquoi l’Homme n’est que mensonge et paradoxe, l'apparence est un rideau derrière lequel la réalité se dérobe au vulgaire. Tu tends le paquet de cigarettes à Raven. Et toi ça fait quoi d’ouvrir un être humain ? Que ressens-tu ? De la satisfaction, de l'accomplissement, du plaisir ou autre chose ?


❤️

_________________



Fanclub :
 
avatar
FT : Uta - Tokyo Ghoul
Crédit : Gypso - Saya l Merci ♥
Âge : 26
Fiche de liens : Friends.
Autres comptes : Yun
Messages : 123
D/2

Long découpage

ft. Fyodor ( J'avais complétement oublié ce RP désolé >.< ).



Lorsque le corbeau demanda sa pause, l'autre accepta. Tout deux marchèrent bientôt dans les couloirs du vieil hôpital désaffecté, là où seul l'esprit des insectes erraient de temps à autre. Le cadre est relativement agréable à regarder si on a l'œil pour le voir, entouré d'une belle verdure même si complexe à discerné durant une nuit noire comme celle-ci. Hayato le suivit jusqu'à l'extérieur de l'ancienne bâtisse, il prit la parole à plusieurs reprise exprimant sa vision sur les Hommes tout en glissas subtilement une légère admiration envers les animaux. Cette phrase bien qu'anodine, n'était guère tombée dans l'oreille d'un sourd et Raven prit le temps de juger intérieurement les dernières paroles du type.

La vision de l'oiseau était plutôt différente de celle d'Hayato, en effet, celui-ci était plutôt pessimiste et ne portait pas en son cœur les Hommes tels qu'ils soient, pourtant, il est bien complexe de détester l'être humain lorsque l'on fait partit de la même race. Il y a certes des côtés négatifs quant à l'existence des peuples, mais il en existe également certain de très positif. D'après Raven, la différence entre les animaux et les humains est plutôt intéressante, notamment sur la philosophie générale. Dans un sens, l'Homme est capable de réflexion et son cerveau, organe très admiré, permet bien des choses au contraire des autres êtres vivants, notamment cette faculté de réfléchir, de poser des problèmes, d'y résoudre et surtout, de se parfaire dans des capacités x ou y permettant de mettre à profit ses capacités morales et physique. Ainsi, l'Homme est avare de connaissances et ne souhaite que laisser une trace aux autres pour ne pas sombrer dans une oublie relative.

Hayato lui posa une question sur son travail lui tendant habilement son paquet de cigarettes lui en offrant une. Il la saisit entres ses doigts et l'alluma avant de réfléchir à la question posée, qu'est-ce qui lui plaît dans l'ouverture de corps ? Il était bien rare que les autres s'intéressent à son boulot, habituellement les gens le vois comme un outil, commande ses services et ne discutent pas avec un dealer d'organe, alors il mit du temps à répondre. Seuls les bruits feutrés des oiseaux nocturnes vinrent briser le silence de la nuit. Il cracha sa fumée en direction de la lune, bien montée de le ciel et répondit enfin à la question.

" Je pense que j'ai toujours était intrigué par le fonctionnement de l'Homme en général, alors depuis toujours, je me suis intéressé à la médecine ce qui m'a parmi d'acquérir des bases en dissection, comme tout novice, j'ai commencé par des animaux. Je sais que ça peut paraître cruel quand on connaît ta passion pour ce genre de bêtes, mais elles ne m'ont jamais vraiment intéressées. Je ne suis pas de nature altruiste. D'un autre côté, c'était beaucoup moins enrichissant que ma première dissection humaine. J'ai pu rentrer au cœur du sujet et comprendre enfin la nature des hommes. Je n'ai jamais trouvé d'âme dans le corps humain, seulement du sang et des organes qui ont un système de fonctionnement définit. J'ai commencé par revendre ce que je pouvais récupérer de mes travaux et j'ai pu me faire connaître dans ce milieu, certains me définissent comme un bon travailleur, je dirais simplement que je sais ce que je fais. Alors c'est un boulot passionnant, il est vrai, j'ai pu découvrir pas mal de choses et surtout, j'ai enfin pu comprendre que l'être humain était finalement pourvu de sens, c'est simplement un animal capable de réflexion bonne ou mauvaise. "

Il écrasa sa cigarette parterre, lâchant une dernière bouffée en direction du ciel, maculé de tâche blanchâtre.
avatar
FT : Eaque-Lost canvas
Crédit : Ma pote & Absinthe & Pure
Âge : 25 ans
Habitation : principale: Shibuya secondaire: Shinjuku
Autres comptes : Bookman
Messages : 525
D/1

Raven accepta ta cigarette la saisissant entre ses doigts et l'allumant prenant le temps de réfléchir à ta question posée plus tôt. Tes sourcille se fonce et la cigarette au bout de tes lèves se consume plus pour apaiser ta contrariété à l’évocation de la dissection sur les animaux, chose qui pouvait facilement animer ton animosité, mais tu ne t’énerves pas, car tu sais que Raven ne disait pas ça pour t’énerver ou te contrarier. Tu t’étouffes presque lorsqu’il te dit qu’il n’est pas altruiste, sérieusement, il faut être con pour être altruiste sauf envers les animaux. Raven t’intéressait pas mal sur certains points de vue malgré les divergences avec les tiens comme pour le fondement de l’Homme pour toi la réponse était claire depuis longtemps, l’absurdité de l’homme.

Tu continues de l’écouter attentivement regardant le ciel étoilé, jusqu’à ce qu’il est fini.

-Tu devrais t’y intéresser ça vaut vraiment le détour.Dis-tu prenant une bouffer le fixant du coin de l’œil. Ton regard disait clairement que c’était si intéressé autrement que pour la dissection, doucement, tu expires dans une pensée fugace pour ta mère de substitution, Karen. L’Homme n’avait pas de qualité exceptionnelle à tes yeux, seul l’animal en avait. Personne n’est altruiste dans ce monde, quand tu donnes de bon cœur, c’est forcément pour aider ton prochain à le rendre heureux où lui rendre un service donc tu le fais dans ce but, pour toi. Tu donnes aux autres pour toi donc avec un intérêt qu’il soit émotionnel ou autre. La gentillesse et l’altruiste sont une forme avancée d’égoïsme. Tu prends une nouvelle bouffée, fixant le ciel. Le bien et le mal sont des notions relatives, tout dépend du point de vue. Le fondement de l’Homme est l’absurdité de Dieu, en dit que l’Homme est à l’image de Dieu, je dirais que l’Homme est tous les défauts du seigneur voilà pourquoi il est parfait pour certain, car il est tout ce que l’Homme ne sera jamais.

Enfant, tu avais compris que Dieu aimé être adulé voilà pourquoi il ne graciait que certain selon sa volonté. Il n’est jamais apparu, ni sa silhouette, ni sa présence ne se manifester. Tu n’as jamais ressenti l’amour de Dieu ne serait-ce qu’une seule fois. Il est le menteur que tu détestes le plus.

Nous prions, nos blessures ne guérissent pas,
Nous implorons, tout continue de s’effondrer.
Les malades ne se relèvent pas,
Les morts ne ressuscitent pas,
Et il se dit tout-puissant, belle connerie !


Tu as aussi compris enfant que pour survivre soit il fallait crever ou marcher sur les autres, si il ni avait pas de perdant il ni aurait pas de gagnant, la facilité avec laquelle les gens se justifient de mauvaises actions comme si cela était normal, les animaux valaient mieux que tes semblables. Et que la gentillesse, la bonté, les gens qui la possèdent réellement sont voué à être manipulé, rabaissé et blesser au pire la mort par ceux qui vivent selon la société. C’est l'argent qui domine ce monde. « Tu vaux ce que tu as dans ta poche.» Voilà à quoi se résumer ce monde dérisoire.

-Je dois avouer que je suis étonné que les âmes t’intéressent. Tu ne sembles pas être le genre d’individu intéressé par ce genre de chose. L’âme n’est pas quelque chose que l’on voie, mais que l’on ressent. Dis-tu frappant ton torse de ta main gauche tenant la clope.  

Ta vision sur les âmes était particulière, une âme signifie deux âmes qui en forme une, indissociables, interdépendantes et n’auront de cesse de se chercher et si l’une venait à disparaître l’autre s’éteindrait à sens tour.

Regardant les étoiles en fredonnant avec un sourire. Tu pensais à Sayuri et à une question qu’il t’avait posé un jour. C’était vraiment une belle soirée, tu étais de bonne humeur, détendue et tu avais envie de vite rentrer pour l’enlacer. Après la mort une personne reste en vie dans les mémoires tant qu’il restera quelqu’un pour la reconnaître sur une photo, vidéo. Tant qu’il reste quelqu’un qui pense à elle-même occasionnellement.

Jour de mélancolie
Jour des souvenirs passé
Jour d’amour et de haine
Jour sincère sans faux-semblant
Un jour idéal pour un massacre.


- Que penses-tu de la vitesse de la lumière ? Dis-tu jetant un coup d’œil à ton interlocuteur avant de regarder les étoiles de nouveau. Moi, j’aime bien ce concept parce que ça peut faire des années qu’une étoile est morte, elle est toujours vivante chez nous. AH, oui avant que je n’oublie, mes hommes de main se sont un peu amusés avec la nana. Je dis juste ça s’il y a une surprise dans l’utérus. Tu écrases ta cigarette. Tu peux garder les yeux et la peau comme d’habitude à la fin du travail.

mille pardon du retard ❤️

_________________



Fanclub :
 
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum