Monochrome
avatar
FT : Chrollo Lucilfer ( Hunter x Hunter )
Âge : 27 ans
Présentation : Monochrome
Fiche de liens : Cercle chromatique
Autres comptes : Fyodor
Messages : 65
D/4


Kokoro Haruka


«Mon errance est ta démence»


 Prénom et nom : Kokoro Haruka (son nom s’écrit  avec le Kanji  « 遥か » qui signifie « loin» et son prénom « 心 »qui signifie « Cœur» )
Surnom: BookMan
Âge: 27 ans
Sexe: Homme
Groupe: Neverland
nationalité(s): Japonais
origine(s): Métis, a moitié Japonais a moitié Arabe
Anniversaires: 31 Octobre (Scorpion)
Groupe sanguin: AB-
Orientation sexuelle: Pansexuel
Situation marital: Célibataire  
Situation financière: Correcte (Riche s’il n’était pas abonné à l’hôpital et ne se faisait pas racketter tout le temps)

Job:Instituteur primaire. Prof particulier sur demande (de tout âge), + d’autres petits travaux à gauche et à droite (il enchaîne les petits jobs de dernière minute ou d’une journée, pour accumuler le plus d’expérience). Son vrai travail est l’audit au sein des gangs et du Shinsengumi sur demande des boss avec quelque service.

Rôle dans l'organisation : Coach (développe les compétences et aptitude des membres, a compensé leur faiblesse. Ils leur donnent les outils nécessaires pour réussir, à eux de faire le reste) et Audit (au sein du gang)

Taille: 1m77
Corpulence: Poids plume et Finement musclé assez pour que ça se voie (miracle en soi)
Cheveux: Noir
Yeux :Noir (gris à la lumière)

STATISTIQUES
Force             ●  ○  ○  ○  ○
Défense         ●  ○  ○  ○  ○
Dextérité       ●  ●  ●  ●  ○
Intelligence   ●  ●  ●  ●  ●
Charisme        ●  ●  ●  ○  ○
Social              ●  ●  ●  ○  ○





QUESTIONNAIRE


-QUE PENSEZ-VOUS DE LA GUERRE DES GANGS ?
Les guerres représentent l’humanité actuelle, notamment son déséquilibre. Les guerres sont nées de l’inégalité, de la soif de pouvoir, de l’égoïsme et de l’incompréhension mutuelle de l’Homme.

Profitant à certains et appauvrissant d'autres, c’est cela l’équilibre.
Cette guerre des gangs représente l’expression des personnes qu’on n’a pas pu entendre et des personnes qui n’ont pu se faire comprendre, leur différente émotion comme les différentes couleurs d’un tableau. Le dernier recourt à certains et le paradis pour d’autres.

Les gens mauvais n’existent pas tout dépend du point de vue, des gens peuvent donner l'impression de faire du mal, mais ils agissent avec le sentiment de faire ce qu'ils doivent faire. Ça peut être le cas d’un professeur qui renvoie un élève de sa classe, d’un policier qui embarque un mineur, d’un juge qui prononce une lourde condamnation.

Ils obéissent tous à des règles, au risque de paraître « méchants ».

Mais il existe aussi des gens qui sont délibérément méchants, qui prennent la décision de faire du mal aux autres, verbalement, physiquement ou par tout autre moyen. Cela est le seul moyen qu’ils en trouvaient pour exprimer leur mal-être à travers leur massacre et action. Les autres ne sont que le résultat de l’éducation de la société.

Au final, est-il correct de blâmer les gangs pour tout ça ? Entre les gangs et le Shinsengumi selon vous qui est vraiment méchant ? Celui qui se bat pour son but pour tout ce qu’il lui reste ou celui qui veut l’arrêter par tous les moyens pour un idéal, au nom de la paix où par vengeance ?

Il y a de la douleur dans les deux côtés.

Nous sommes tous coupables et innocents à la fois. Nous sommes tous responsable à moitié.

-Que comptez-vous faire pour remédier à cela ?
Pour moi, il n’y a pas de remède radical, alors « mieux vaut prévenir que guérir » selon moi.

Alors je compte garder l’équilibre entre les gangs du mieux que je peux. Ça ne veut pas dire arrêter cette guerre, mais la maintenir à son niveau, la contenir pour qu’elle ne déborde pas plus.

Je sais que ça ne sera pas facile de contenir un torrent datant plus d’un siècle, car l’arrêter est impossible, la raccourcir aussi, alors je vais la ralentir.

Ralentir la déchéance de Tokyo pour les personnes qui y vivent.

Il est vrai que la vie serait beaucoup plus agréable si la guerre des gangs cesse. Plus de conflits, plus de guerre, plus de profit au détriment des autres. Malheureusement, il faut être réaliste, un tel monde n'existe pas. Si cela arrivait à Tokyo, elle sera déséquilibrée alors je la teindrai de noir, pour quel garde son équilibre.


L’équilibre est l’essentiel.
Tokyo ne doit pas perdre son équilibre ni ses couleurs.
Alors je serais la balance qui l’équilibrera et la nuance qui l’assombrira ou l’éclaircira

-Êtes-vous plutôt anti-gang, pro-gang ou neutre dans ce conflit?
Neutre.




«Te souviens-tu de la première bluette qui a réchauffé ton âme ?»

Caractère


Caractère de basse :

Bizarre (surtout niveau alimentaire : du lait avec du coca, du thé avec vinaigre et des morceaux d’ananas…etc.) – maladroit (ce n'est pas rare de le voir se manger le sol et les escaliers évités qu’il vous tombe dessus) – imprévisible – franc et directe (un peu trop) – peut expressive, souvent son expression est neutre sans être froide – son regard est terne – mémoire absolue (eidétique) – de constitution fragile, mais solide mentalement – difficile à lire – intelligent (mais semble vraiment con parfois) – naïf – tactile et limite pot de colle avec amies et ses connaissances – adore son tuteur Junichi Kagure – profondément humain, grand cœur (sensibilité particulière) – a de grande blessure émotionnel – sociable – gentils, n’hésite pas à aider les gens dans le besoin que vous soyez mauvais ou bon (Il est cap de donner ses vêtements à un SDF et de rentrer chez lui en boxer s'il ne se fait pas embarquer par les flics pour exhibitionnisme.) – indulgent et clément en dehors du travail – n’aime pas se battre (pourtant, il est capable de casser des gueules) – curieux (si vous le trouvez trop curieux dites le lui, il arrêtera et s’excusera) – observateur – sentent bien avec les enfants – paradoxal – s’adapte – ambigu par moment  – gamin parfois –  Il n’a pas une grande confiance en lui, et doute sans cesse de lui (chose qu'il ne montre pas) –ne mélange pas vie privée et le travail – se met la pression –  à la poisse – voie toujours le bon côté des choses – n’est pas rancunier sauf pour taquiner – fait de son mieux.

Caractère (travail de gangs) :

Cheveux plaqué en arrière – froid – autoritaire – calme – manipulateur – regard terne – correcte – impartial, neutre – professionnel – rusé – les morts et la violence ne le dérangent pas pour maintenir l’équilibre – N’hésite pas à tuer si sa vie est en danger – intransigeant – observateur – bizarre – intelligent – pragmatique – mémoire absolue (eidétique) – Inexpressive dégageant une aura froide et intimidante – il ne trahira pas un contrat mutuel – illisible – stratège – organiser – coordinateur – superviseur – polyvalent – source d’information et connaissance – peut-être leader, bras droit ou soutien – réagi rapidement aux problèmes – entreprenant – s’adapte – ambigu – me laisse pas sa vie privée influencer son travail.


Aussi illisible qu’une page mouillée
Imprévisible et incertain que l’avenir
Sombre et lumineux que le passé
Simple et unique comme le présent
Froid de loin chaleureux de près
Déchiffre les autres, mais pas lui-même

Un livre peut avoir d’innombrable couverture et qu’une histoire rédiger différemment, mais le contenu reste le même. Sauf si la couverture ou le résumé s'avère trafiquer, l'histoire se révélera fausse.



«Inexorablement une lumière projecteur toujours une ombre est inversement, alors restée à la frontière est la meilleure option pour une vue d’ensemble avec une neutralité et une impartialité sans failles.»

Travail & Compétences



Gangs


Besoin de retirer une balle ? Besoin de nettoyer une scène de crime ? Besoin d’un Audit ? Besoin d’une stratégie ? De contact ? Conseille de fabrication de faux billets ? Technique de manipulation ? Trie et synthèse de donner ? Technique ou méthode de meurtre ? Imitation de signature ? Apprendre le maniement d’armes ?

Demi-dieu du savoir, il sera votre homme selon votre situation. Tout le monde le connaît ou a entendu parler de « Bookman », il est la personne la plus neutre et la plus impliquer dans la guerre des gangs travaillant avec c'est dernier. Tout le monde l’appel ainsi, autrement, il ne vous répondra pas. Il vous appellera également par votre surnom jamais par votre nom ou prénom, la vie privée n’a rien à faire dans le travail.

Si votre demande dépasse ses compétences et connaissance, comme la falsification de papier par exemple. Il vous orientera vers quelqu’un de plus compétent et digne de confiance. Il accepte presque tout comme travail du moment que cela ne perturbe pas l’équilibre au sein des gangs.

Les seules choses qu’il n’est pas capable de faire sont : garde du corps, tueur à gages et tout ce qui demande de l’endurance physique.  

Si vous cherchez des informations sur un individu qui est un de ses clients, il ne vous dira rien sur lui et n’ira pas non plus dire à l’individu que vous cherchez des informations sur lui. Tout est une question de contrat et de confiance. Rompre un contrat sans la procédure établie à la signature et sans raison est égale à une trahison. Vous payeriez de votre vie.

Il deviendra votre meilleur allié comme votre pire ennemie, ce ne sera pas à vous de décider cela, ni à lui, mais aux circonstances et à l’équilibre.


En dehors des gangs


Il accepte aussi tout type de travail. Cours de soutien, serveur, musicien, baby-sitter, cuisinier, acteur, professeur de bienséance...etc.

Un travail banal dirait tant, dans lequel tout le monde l’appelle Haruka ou kokoro. Du moment que ça ne touche pas à l’équilibre, aux gangs et que son état de santé lui permet.


Capacité de combat

Malgré sa constitution fragile et son manque d’endurance, il a su combler ses faiblesses.

La force brute par la souplesse, l’endurance par la précision, la résistance par l’agilité et la vitesse.

Couteau et intelligence sont ses armes de prédilection, les armes à feu sont secondaire à cause des recharges et du poids. Son haut niveau d'intelligence le soutient, lors de ses rares combats, il a appris à être un multitâche efficace et un penseur rapide.
 
Son style de combat combine la vitesse et la précision, évitant tout mouvement superflu, il ne laisse pas d'ouvertures à exploiter et exploite les points faibles de l'ennemi. Il est capable de tuer des assassins qualifiés bien sûr individuellement avec un geste précis et net d’une rapidité déconcertante visant les points vitaux, il sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur au premier coup.

Car sa force de frappe sera toujours égale à celle d’un enfant.

Malgré qu’il ait su compenser ses faiblesses, ça ne fait pas de lui quelqu’un d’imbattable.

Si la situation devint trop dangereuse, ou l’adversaire trop nombreux. Il n’hésitera pas à faire un repli stratégique, c’est-à-dire fuir. La fuite est le salut de tous, et malheureusement, il ne peut courir plus de 5 minutes, c’est pour cela qu’il prépare plusieurs plans et pièges.

Il préfère éviter les combats et favorise le travail en duo/groupe.


Soyer authentique, il en fera de même
Soyer menteur, manipulateur ou arrogant, il deviendra difforme


«Mon premier nous empêche d'être ensemble, mon second fait que nous sommes de nature différente, nous sommes aveugles à mon troisième, nous n'avons pas l'espoir d'atteindre mon quatrième, le tout se trouve dans nos cœurs.»

Histoire





Ta mère divorça, alors que tu n’avais qu’un an. Tu ne gardes aucun souvenir de ton père qui n’avait pas demandé la garde partagé et abandonna tout droit sur toi.

Elle essayait de se remarier de refaire sa vie, te négligeant avec le domicile ne se concentrant que sur ses conquêtes. Échec après échec, elle finit par tomber dans une profonde dépression et toi, tu continuais de grandir à côté d’elle.

Une fois sous la colère de sa troisième rupture, elle t’avait battue, jusqu’à l’essoufflement avant de s’écrouler pleurant son malheur. Gisant au sol, tu restas à la regarder avec ton regard neutre couvert de coup et d’hématome, avant de lui faire un câlin une fois debout.
Tu n’avais pas pleuré, car pour toi de vous deux, c’est elle qui avait le plus mal.

Je me dis parfois que tu aurais dû pleurer, crié pour alerter les voisins, demander de l’aide, que te voir dans un état lamentable recouvert de sa colère et mécontentement. Ma mère aimable acceptée que tu restes chez nous, quand tu venais ou quand ta mère t’envoyait sous prétexte que tu dérangeais, elle n’avait qu’à dire franchement que c’était pour s'envoyer en l'air avec des hommes.

Ma mère te proposait de l’aide, mais toi petit con, tu refusais, je connaissais les raisons de ton refus étant ton amie d’enfance. Tu es trop gentil et naïf Kokoro ! Ma mère te demandait souvent « comment tu t'ai fait ça mon garçon ? » Et toi, tu répondais « Je suis tombé ».
C’est vrai que tu es maladroit, au parc ou à l’école je te voyais te manger les escaliers ou tomber sans raison.

Parfois, tu mens sans vraiment mentir, un mensonge blanc ou un mensonge noir, resté un mensonge.

Quand tu venais chez moi, ça nous permettez de passer du temps ensemble, plutôt chacun dans son coin comme je ne t’appréciais pas trop au début, j’avais toujours détesté les personnes faibles et fragiles est ta santé n’arranger pas les choses. Je te supportais car tu étais discret restant dans ton coin, soit à lire un livre ou à faire un casse-tête sans prononcer le moindre mot.

Cette attitude, je l’ai comprise bien, après le remariage de ta mère.

Je pensais que tu étais traumatisé par ton vécu, que tu avais renoncé à aller de l’avant, que tu cherchais à être vue comme une victime, qu’on te prend en pitié. Je pensais vraiment que toutes, ces raisons t’empêchaient de faire des efforts pour t’intégrer. Je pensais que j’avais encore plus de raisons de te détester trouvant ton attitude faible et lâche, au final, j’avais tort.

Kokoro tu ne voulais pas être sur leur chemin, ne pas donner l’impression à cet homme qu’il t'a volé ta mère. Du moment qu’elle était heureuse ça aller pour toi.
Tu t’es fait petit dans cet intérêt, pour ne pas piétiner leur bonheur pourtant, ils se sont séparés.

« Maman pourquoi tu pleures ? », « Ça ne te regarde pas, tu es trop jeune pour comprendre ! Fous-moi la paix ! » Avait-elle crié en jetant la bouteille à tes pieds d’enfant avant de sangloter, l’enfant que tu étais partie chercher un verre d’eau sans qu’elle lui demande, elle le boit sans un mot. Tu t’assois simplement à côté de l’entrée de la pièce recroquevillé sur toi-même avec la même expression neutre, au bout de quelques minutes, tout bruit s’arrêta. Tu te lèves cherchait une couverture pour couvrir ta pauvre mère embrassant son front lui souhaitant bonne nuit.

Demain elle ne se souviendra pas que tu as mis un somnifère dans le verre.

L’enfant que tu étais ne pouvait pas la porter jusqu’à son lit alors il restait dormir à côté d’elle la nuit, et le jour il venait chez nous expédier par sa mère. Il restait à faire des puzzles, « Tu es bien jeune pour faire un puzzle si compliqué. » Ma mère t’avait demandé une foi rentrer, tandis que tu continuer à le faire dans le silence, tu lui avais simplement répondu « Je me disais juste si j’apprenais à reconstruire des puzzles, je pourrais reconstruire le cœur des gens.»

Tu voulais juste recoller le cœur de ta mère.

Je commençais un peu à te comprendre enfin en partie, jusqu’à ce qu’elle essaye de se suicider.

Ma mère avait simplement reçu un appel le soir de l’hôpital et je l’avais accompagné. Au début, j’avais cru que tu avais encore eu une fièvre vertigineuse, mais non, « le pauvre enfant, il doit être en état de choc sa mère à essayer de se suicider. Il n’a pas bougé depuis tout à l’heure. » Avait dit l’une des infirmières nous emmenant dans la chambre, tu étais assis à son chevet à lui tenir la main sans la moindre expression. Ma mère, c’était avancer et t’avait dit « Ne t’en fait pas elle son sortira, je vais te chercher quelque chose à manger après en rentrera. D’accord ?», ta seule réponse fut « si je pars ma mère sera seul et cauchemardera ».

Tu n’étais pas choqué mais inquiet. Rester là était la seule chose que tu pouvais faire.
Rester à son chevet, c’était tout ce qu’était capable un enfant.

Elle n’a jamais voulu de ton amour ni de ta naissance.
Elle ne te rendait jamais tes « je t’aime ».
Pourtant ton cœur brûlé affection pour elle.
Tu étais là pour lui tenir la main,
Mais personne n’était là pour tenir la tienne.


On te voyant ainsi avec ta mère, je me demandais comment elle pouvait, te dire que tu étais invivable, lorsque tu tombais malade, toi, tu répondais toujours « pardon de te déranger ».

Après cet incident, tu passais la voir tous les jours après les cours et rester chez nous, le temps qu’elle se rétablisse. Ton anniversaire approchait et probablement pour la première fois elle t’avait demandé ce que tu voulais, tu lui avais demandé de récupérer et d’arrêter de négliger sa santé. Une fois à la maison, je t’avais demandé « Ko-Chan, que veux-tu en vrai ? Allait dit le moi, je ne dirais rien », je sais que tu n’avais pas tout dit, tu m’avais regardé avec ton expression habituelle sans être froid avant de baisser la tête posant le Rubicube ramenant tes genoux contre toi, les joues roses « je veux vraiment qu’elle récupère vite et qu’elle fasse plus attention à elle…mais je voudrais bien passer une journée au parc d’attractions avec maman ne serait-ce qu’une fois ».

Tu dis toujours ce que tu penses, mais jamais ce que tu ressens.
Tu n’aimais pas montrer ce que tu ressens, car tu as l’impression d’embêter les autres, alors tu prends sur toi.
Tu restes un enfant qu’importe le temps qui passe.


J’espérais que les visites et son acte de suicide changeront son comportement, pourtant à sa sortie rien n’avait changé, mais aggraver surtout sa santé mentale au point de faire un suicide familial.

Tu avais survécu, après l’incident à ton réveil, tu avais développé une mémoire absolue, les médecins disaient que c’était à cause du coup sur la tête. La seule chose que tu ne voulais pas oublier, fut oubliée.

Je m’étais approché pour m’asseoir à côté de toi avant de me figer d’effroi, c’était une sensation qui me fit stopper net tout mouvement quand tu me regardas du coin de l’œil. Ton regard était toujours neutre, aucune étincelle ne briller, mais tes iris semblaient plus sombres « Je ne me sens pas seule, tu n’as pas besoin de me réconforter, laisse-moi seul, s’il te plaît, Hanabi.», malgré la sensation malaisante et intimidante que tu dégageais, tu parlais calmement la voix claire et nette sans colère ou rancune.

Chaque fois que ta voix s’éteignait, que tes mots ne parvenaient à personne et que tu avais l’impression de trébucher à nouveau, tes mains d’enfant ce ré-accroché à toi-même étreignant tes sentiments exubérants.

Je t’ai écouté depuis le temps, j’aurais dû savoir que tu faisais taire tes véritables sentiments et ravalais tes désirs. Que tu te sentais mal, car tous tes efforts n’on servit à rien pour ta mère, tu te blâmais dans un sens pour ça. À quoi pensais-tu quand je t’ai laissé seul dans la chambre d’hôpital ? Pleurais-tu ? Pensais-tu à un truc du genre « j’aurais dû être plus attentionné, plus à la hauteur, j’aurais dû faire plus d’efforts . » Pourquoi te torturais-tu ainsi ? Tu es si stupide et maladroit. Tu ne pouvais rien faire, tu n’étais qu’un enfant alors pourquoi te blâmais-tu autant ? Où avais-tu des regrets de ne pas l’avoir accompagné dans l’autre monde ?

« Ça me fait mal » en aucune façon, tu ne le diras, ouvertement.

Tel un coffre, tu renfermes tes émotions quand tu exploseras qu'elle serra l’ampleur des dégâts.

Tu ne laisses jamais tomber un proche tout comme les fleurs qui nous accompagnent dans le bonheur et nous soutiennent dans le malheur au prix de faner dans le silence, la solitude et la noirceur la plus totale.

Les gens en toujours crue que tu ne pleurais jamais à cause de ton apparence indifférente et détaché pourtant, tu pleures quand tu es seul dans le noir, mais jamais devant les autres. Combien de fois tes manches étaient humides et mouillés, mais personne ne faisait attention.

Tu ne pleurais jamais devant les autres pour ne pas te montrer plus vulnérable que tu les déjà.

Les seules fois où j’ai puis voire une larme silencieuse coulée de tes yeux inconsciemment, c’est lorsque : un livre, un tableau et le geste d’une personne t’émurent.

Personne n’était près de toi, par-delà l’épreuve.
Seules les lamentations en tarir l’éclat de tes yeux.
Les sentiments que tu ravales, te tuent une par une.
Les émotions que tu gardes en toi, te blessent, mais tu ne le diras pas pour que personne ne remarque.
Tu gardes un sentiment de culpabilité en toi et agissant maladroitement.
Tu agis toujours comme d’habitude, mais qui a-t-il au fond de ton cœur ?
Blessé, les autres te blessent, car tu sais que nous souffrant de mille maux et que nos blessures ne peuvent guérir par les mots.


Tu avais acquis le savoir malheureusement tes questions restées sans réponse.

Depuis l’incident qui t'a laissé une cicatrise au font que tu cachais par un bandeau frontal. Tu fus placé dans une famille d’accueil qui t’avait fait suivre une thérapie qui n’aboutira à rien, tu refusais de parler.

Tu semblais toujours normal pour les autres, indifférent. C’est pour ça que ta soi-disant famille t’avait confié à une autre famille, car pour eux, tu étais insensible, c’est vrai que tu étais devenue différent, bien plus froid, taciturne et détaché, je le sentais, je l’avais remarqué, tu mourais de l’intérieur.

Si en avaient bien écouté en aurait peut entendre un « à l’aide »
Tu ne t’es jamais plaint du froid.
« Attends, ne te force pas. » Personne ne te le disait.
Toi qui n’as nulle part où aller
Les souvenirs sonnent sans arrêt
Ne voulant pas t’épargner.


C’était l’une des rares choses que tu n’avais pas cachées délibérément, mais que personne n’avait remarqué. Se rapprocher des gens, ressentir la chaleur, tu ne connaissais pas tout ça. « Tu peux t’en sortir seul, ne soit pas égoïste, soit plus gentil avec nous, tu es un enfant à problèmes », c’est ainsi qu’ils te consoler. Ils t'appelaient enfant à problèmes sans savoir la cause, ta deuxième famille n’était pas mieux que la première, il t’appréciait pour ton calme et ton génie.

Les gens t’appelaient Génie, tu ne t’es jamais considéré comme telle. Ils voyaient la mémoire absolue comme un avantage ce n’était pas faux, mais toi tu voyais ça autrement. Tu retenais d’un regard, te souvenant de tout et comprenant rapidement.

Le plaisir d’apprendre, tu ne le ressentais plus.
Plus besoin d’effort pour apprendre, plus besoin qu’on t’aide à apprendre.
Plus de solitude.
C’est pourquoi tu chéris chaque nouvelle chose que tu découvres.

Tu n’as pas besoin de souvenir comme un petit objet d’une boutique de souvenirs pour te remémorer la journée que tu as passée et pourtant, tu aimerais en avoir.
Tu ne peux pas oublier le bien et le mal qu'on te fait, et pourtant, tu pardonnes.


Tu n’avais jamais été intègre dans la classe, mais tu étais populaire sans vraiment l’être, ça ne t’intéresser pas la popularité. Nos camarades te trouvaient intelligent, peu expressive et bizarre par tes habitudes comme boire du lait avec du coca-cola et par ton comportement, comme la foi où tu avais aidé cet élève qui t’avait persécuté durant toute notre 4e année en primaire et c’était retrouver persécuté à son tour durant la 5e année.

On prime nos camarades, m’appeler ton amoureuse comme je te défendais à chaque fois que tu te faisais intimider et victimiser, faut aussi dire que tu ne faisais rien pour te défendre !

Tu ne m’as jamais semblé solitaire, mais tu sembles juste seul.

À la rentrée de notre dernière année du primaire, tu me semblais un peu différent, étant ton amie d’enfance, j’étais la seule à l’avoir remarqué un léger changement.

Je n’avais pas attendu pour te demander la cause du changement, c’est-à-dire contre un mur tenant ton le col près à te frapper si tu ne parlais pas. Tu avais commencé à parler d’un tuteur légal ne donnant qu’une partie, l’essentiel pour moi, c’était quelque chose de bien qui t’était arrivé.

De temps en temps, quand tu me parlais de ton tuteur, je voyais une certaine joie et se sourire de reconnaissance et de joie décorant ton visage souvent neutre.

À t’entendre parler, j’avais l’impression de voir cet enfant esseulé, plus en paix avec lui-même, un peu plus épanouie et heureux, souriant un peu plus.

L’enfant timide et réservé avait mûri s’ouvrant un peu.

J’étais heureuse pour toi, l’enfant qui se raccrocher à lui-même de toutes ses forces pour ne pas tomber avait fini par tenir autre chose que de la peine dans ses mains, il a fini par tenir une main tendue.

Tu semblais plus apaiser, j’avais pu déménager l’esprit tranquille à Osaka après le remariage de ma mère avec mon père.

J'espérais que tu trouves le réconfort dans cette chaleur, que tes blessures soient pansées et que tu t’épanouisses.

On, c’était revu au lycée, j’avais rejoint le même lycée que toi en plein milieu de notre 2e année et le changement avait été fulgurant, tu étais : plus intégrer, plus populaire, plus épanoui et tu étais devenue plus bavard, mais ta bizarrerie était restée.

Ça me faisait plaisir de te revoir ainsi.

Grâce à toi, j’avais vite rattrapé mon retard pour les examens, durant les révisions, tu as décelé mes faiblesses dans chaque matière et tu m’as aidé à m’améliorer. Me faisant des fiches efficaces de révisions et de cours, résumé de façon consistante et simple à comprendre, rien de superflus visant que les points essentiels dans j’avais besoin. Cela m’avait pas surpris, petit c’est toi qui m’aider à apprendre mes cours comme les tables de multiplication, mais la faciliter avec là quel j’ai passé les exams sans me tuer à la tâche contrairement à d’habitude surtout avec ma tête de conne. M’avait déstabilisé ! Je me suis dit que tu t’étais amélioré à enseigner ça doit être pour ça.

Quand les résultats avaient été affichés, tu étais premier n’étonnant personne et moi, j’étais sixième sans rattrapage. J’avais voulu te remercier, mais je n’ai pas pu avec tous les autres qui te coller pour te remercier, je n’étais pas la seule que tu as aidée. Ça ne m’étonnait pas connaissant ta gentillesse.

À l’arrivée du festival sportif, tout le monde te voulait dans son groupe. Ça m’avait choqué ! Aussi, loin, que je me souvienne, tout le monde te voulait dans le groupe de révision, mais il n’y avait plus personne quand il s’agissait de l’évènement sportif de l’école. Au primaire, tu étais le plus mauvais en sports pourtant, c’est toi qui te démenais le plus, tu passais ton temps à courir à redoubler d’efforts après les cours pour la course d’obstacles et de relais.

Tu faisais tout pour être à la hauteur poussant ton corps fragile à ses limites au final, tu finissais avec une piètre performance et malade durant une semaine.

Je pensais que la même chose se reproduira, mais non.  

Durant les épreuves, tu arrivais à synchroniser les membres entre eux donnant les directifs, ils t’écoutaient te faisant confiance. Tu faisais les duos pour les épreuves en équipe et choisissais les personnes pour les autres épreuves, tes choix était basé sur les compétences, facultés, le but de l’épreuve et les adversaires.

Je ne savais pas qu’en pouvait utiliser l’intelligence de cette façon, ça m’avait aussi surpris de te voir participer à la course, je croyais que ton corps n’allait pas tenir le rythme avec ton endurance et ta constitution fragile. Pourtant, au signal, tu étais le premier à avoir démarré, depuis quand tu étais aussi rapide et endurant ? Non, tu étais devenue rapide mais pas endurant sinon tu aurais pu marcher seul une fois la ligne d’arrivée franchie.

Tu avais compensé ton endurance par la vitesse.

Ce changement, m’avait travaillé l’esprit durant des mois est encore plus après cette agression qui s’est déroulé trois mois après le festival. En rentraient tous les deux et un homme avait voulu nous agresser à l’arme blanche, tu m’avais demandé de reculer. Au début, je ne t’avais pas pris au sérieux, j’ai cru que tu allais te prendre une raclée comme la fois où tu as jeté un seau d’eau sur des élèves qui parler sur un voyou de la classe leur disant leurs quatre vérités, tu étais cool sur le moment, tu semblais avoir des couilles avant de te faire tabasser par les quatre idiots. Bien sûr, c’est moi qui t’ai sauvé alors que tu’es un lycéen !

Pour moi, c’était la même chose avec juste un couteau dans le ventre, mais j’avais encore tort. La fluidité avec là quel tu as évité son coup, avant de le désarmer et lui plier le bras dans l’autre sens par un geste précis et net pour finalement le mettre au sol avec souplesse sans dégager la moindre violence et force. C’était terrifiant avoir.

Je n’arrive plus à voir le fond et la forme de tes pensées.
T’accrochant au désarroi jusqu’à l’aube en viens
Tu vis dans cette ville une couleur que personne ne connaît.
Dans ce cœur meurtri, règne un sentiment de vide.
Tu as appris à survivre, à ta façon


Tu n’étais plus l’ami d’enfance vulnérable que j’ai connue, mais un tout autre homme.

Je pensais te connaître en réalité non, je venais de te connaître un peu plus au final, je ne te connaissais pas assez.


J’aimerais savoir ce qu’il t’est vraiment arrivé, toi si blanc pour moi, je te voie noir à présent.

Après le lycée, j’ai rejoint Exodus devenant l’un des gardes du corps du boss et le temps passe, je finis par être le garde du corps en chef. Se statue me permettait d’assister à des réunions confidentielles et à ma plus grande surprise lors d’une d’elles je te retrouve devant moi les cheveux plaqués en arrière vêtus de noir dégageant une tout autre aura, une aura semblable le jour à l’hôpital. J’ai pensé « ce n’est pas le ko-chan que je connais. »

Tu étais plus imposant, ferme, intimidant pour ceux qui voulaient prendre une position de domination sur toi, intransigeant, difficile à convaincre sans bon argument, mais juste. Tu séparais les sentiments du travail. Tu es une tout autre personne quand il s’agissait des gangs, tu deviens « Bookman », tu utilises tes connaissances et ton intelligence.

À présent, je me demande si tu faisais vraiment ça par bonté : nous aider dans nous révisions, nous aider à nous améliorer, ou si tu testais tes facultés et compétence à travers nous pour voir tes limites et t’exercer par la même occasion.

Je veux croire que les autres profité de tes talents que tu te laisser faire, et non que nous n'avons été que des cobayes pour voir tes compétences. Je ne sais plus quoi croire… Je me pose vraiment la question quand je te vois ainsi face à moi.

Une fois les cheveux plaqués en arrière, ta sensibilité semblée s’effacer.

J’en suis persuadé depuis que je t’ai vue tuer un homme sans le moindre état d’âme. Devant le corps, tu te tenais immobile l’arme à la main recouverte de sang, la tête baisse vers le corps inerte. L’indifférence émanée de toi comme s’il s’agissait d’une chose naturelle pour toi, comme si tu avais l’habitude de tué.

Mon cœur se brise te voyant ainsi. À quoi pensais-tu ? Que ressentais-tu ? Où était le Ko-chan que je connais ? Avais-tu perdu ta sensibilité où était-elle refoulée ? Kokoro explique-moi ? Je ne te comprends plus ? Je te pensais blanc à présent, je te vois noir. Neutre et impartial prêt à commettre les pires atrocités pour garder l’équilibre dans cette ville.

Tu ne recherches pas la reconnaissance,
Ni la gloire et le pouvoir.
Je sais jusqu’où tu peux allait par amour,
Tu peux allait jusqu’à l’atrocité.
Tu savais que ça ne pouvait être possible sans sacrifice. Kokoro avais-tu mal ?


Au travail, tu n’avais pas peur de te salir les mains, on ne peut avancer sans sacrifice et douleur.
Ta façon de penser, je n’arrive plus à la comprendre.
Nous sommes amis d’enfance alors pourquoi jusqu’à la fin, je n’ai pas su te comprendre.

Tu n’as jamais eu d’équilibre.
Tu gardes un sentiment de culpabilité en toi.
Tout est si ambigu.
Tu es si ambigu.
Ne peux-tu rien y faire ? Où ne veux-tu rien faire ?
Tu n’as pas eu le choix que de t’adapter.
Je ne sais plus quoi penser de toi au final.


Ma première mission avec toi avait été d’être ton garde du corps, quand le Boss t’avait demandé de nettoyer un karaoké qui servait de lieu de négociation, la négociation avait mal tourné, finissant en bain de sang. Tu avais 30 minutes pour tout nettoyer avant l’arrivée du Shinsengumi, entre une trentaine de cadavres, les preuves accablantes, et la fuite. J’avais du mal à voir comment tu allais ton sortir.

Pourtant, tu étais resté calme. Tu m’avais demandé de renverser dans tout l’étage l’alcool que je pouvais trouver me donnant 10 minutes et pas plus, j’avais fait ce que tu m’avais demandé le plus rapidement possible avant de te rejoindre dans la cuisine, je te regardais pianoter sur le micro-onde avant de mettre dedans les briques que tu avais ramassées sur les cadavres et d’ouvrir le gaz.

À pas nonchalant, tu te dirigeas vers la porte de derrière me demandant de te suivre, trois minutes après notre sortie une explosion retenti, tout fit consumer par des flammes voraces. L’affaire fut classée en simple « accident » aucune preuve. Si certain ce douté, sans preuve, ils ne pouvaient rien faire.

Tu avais réglé le micro-onde pour l’explosion, simplement en baissant la puissance pour que les briquer n’explose pas rapidement et que le lieu est eut le temps de se remplir de gaz, l’alcool servait juste à faciliter la propagation des flammes. Tout ça sans faire de victime à l’extérieur.

Je te savais intelligent mais pas dangereux à ce point.

On dehors du travail, je retrouvais le Kokoro que je connais. Qui se fait racketter par des plus jeunes que lui, qui enchaîne les petits boulots, maladroit et bizarre. J’avais beau essayer de te tirer les vers du nez, tu me disais juste « je ne mélange pas vie priver et travaille ». J’ai même essayé de te faire parler sous l’alcool, même ivre Nom de dieu, tu ne parles pas! Tu fais vraiment chier!

Tu es devenue une nuance qui peut éclaircir ou assombrir la ville. Tu veux maintenir l’équilibre de cette ville que ses couleurs restent stable, pour cela, tu as voulu devenir la nuance qui peut l’éclaircir si elle noircit trop et l’éclaircir si elle s’assombrir trop.

Tu es prêt à tous les moyens pour préservait l’équilibre de Tokyo qui est celui des gangs au point de ne pas avoir hésité à m’abattre, moi Hanabi ton amie d’enfance durant la mission de l’affaire du conteneur 84k5. Tu n’avais pas hésité à appuyer sur la détente de sang-froid pour que je ne provoque pas un déséquilibre au sein des gangs.

Tu es probablement la personne la plus neutre et la plus impliquer au sein des gangs.
Tes actes seraient dictés par tes sentiments, faits d’amours modelés de gentillesse, mais de quelles couleurs seront-ils ?
Ton cœur est trop tendre.
J’étais la seule à te regarder de près et pourtant, j’ai du mal à voir la profondeur de ton cœur.
En devenant adulte, tu t’es cru que tu te devais de devenir plus attentionné
Comme dans notre enfance, tu restes le même.


Mon cœur saigne, je n’arrive plus à savoir si tu prenais sur toi ou si tu avais perdu l’essentielle de ta sensibilité. Faisais-tu semblant au travail ou faisais-tu semblant dans ta vie de tous les jours ? Les larmes coulées sur mes joues qui se refroidissent te voyant partir sans un mot, sans un regard, le visage indifférant et ton regard indéchiffrable. J’aurais aimé te dire mes sentiments, mais à présent, j’ai peur de ta mort intérieur.

Ton cœur ne peut s’échapper des liens qu’il chérit appelé entrave.
Pourras-tu vraiment maintenir l’équilibre alors que tu as toi-même du mal à te maintenir ?


Dit moi quelle expression tu as fait une fois le travail fini ? As-tu pleuré à mes funérailles ? Es-tu venue au moins ? As-tu regretté ton geste ? Je ne pense pas. Viens-tu souvent sur ma tombe comme celle avec ta mère ? Je pense que oui, cela te ressemble.

Qui a-t-il réellement dans ton cœur est-il vide ou juste rempli ?
J’aimerais écouter ton cœur, que la vérité en sorte.
C’est parce que tu connais l’importance de la bonté que tu peux devenir cruel.
J’aurais voulu te demander, Kokoro.


Quelles sont tes raisons pour vouloir maintenir l’équilibre et ralentir la déchéance de Tokyo ?


 «Si le monde devient ton ennemi, je serais ton allié mais si le monde devient mon ennemi par pitié soit mon ennemi»

Autre

X. Il est passé par deux familles d’accueil avant d’être adopter par Junichi kagure à 11 ans, c’est également lui qui lui a tout appris comment maquiller les scènes de crime et les nettoyer.
X.Darren Koga est comme un oncle.
X.Sa nièce s'appelle Rinne.

X.Porte, tout le temps un bandeau frontal.
X. S'est fait un tatouage en forme de croix sur le front pour cacher sa cicatrice.
X.Chaque mois, il change de boucles d’oreilles, ceux en forme d’orbe sont ses préférés qu’il porte toujours pour le travail.
X. Porte que tu blanc, noir et gris.
X. Garde toujours un couteau de combat sur lui. (Ne l’utilise jamais quand il se fait racketter.)

X.Frileux.
X.N’est pas du matin.
X.Adore les livres (surtout les vieux livres).
X.Élève une tarentule (Morgane), 5 piranhas ( Paprika, Titi, Ananas, barquette et Soda) et un corbeau (Kuro) dans le jardin de son tuteur.
X.Aime bien les jeux de réflexion et les casse-tête.
X.Il sait cuisiner et son appartement est toujours ranger .

X.Ne boit pas de café.
X.Ne tiens pas l’alcool (3 verres d’alcool fort et il est en PLS où dormira sur place).
X.Adore la nourriture panée.
X.Grand consommateur de lait.
X.Adore le Pepsi.
X.Omnivore et insectivore.

X.Ne pas fumer à côté de lui, sinon il risque de faire une crise d’asthme.
X.À toujours sa ventoline sur lui.
X.En une année, il est allé plus que de 50 fois à l’hosto.
X.À des pansements sur lui, maladroit comme il est.
X.Ne pense pas dépasser les 35 ans.
X.À déjà subi 5 lourdes opérations.
X.Anémique.
X.Il lui arrive de cracher du sang lorsqu’il tousse.
X.Tombe malade chaque mois (une fois, il n’était pas tombé malade durant 3 mois avant de finir à l’hôpital, l'appendicite aiguë).
X.  À souvent de la fièvre qui varie entre 38.5°C et 39.7°C
X. Actuellement son score et de 7 fractures : double fracture de la jambe gauche, fracture à l'avant-bras gauche, fracture du pouce droit, fracture du fémur droit, fracture du poignet gauche et une côte fracturée.
X.Chaque mois il fait un bilan de santé

X.Parle 5 langues différentes (japonais, arabe, anglais, espagnol, français).
X.Connais le langage des signes.
X.À en mémoire plus de 10 000 livres en tous genres.
X.Juste en observant il peut apprendre.
X.Sait jouer du violon et du piano.
X.Sait crocheter les serrures.

X.Ambidextre, il dessine comme un dieu avec la droite alors qu’il dessine comme la pire merde qui soit avec la gauche et le pire, il est gaucher de basse (aller comprendre la logique).
X.À la poisse, mais a de la chance aux jeux de hasard (aller encore comprendre la logique).
X.Depuis 3 ans, il travaille sur une toile à l’huile qu’il n’arrive pas à finir.
X.Tien un carné où sont dessinés tous ses proches.

X.Chaque mois, il se rend sur la tombe de sa mère, de son amie d’enfance Hanabi et de Matsuko Kagure.
X.Prends sur lui sans jamais rien dire.
X.Redescends toujours la lunette des cuvettes.
X.Il préfère prendre la voiture que le métro, trop de gens lui mettent la main aux fesses.
X.S’attire facilement les problèmes

X.Il pose de temps en temps comme mannequin pour une amie du lycée
X.À déjà joué dans le magical gril de Cosmo comme méchant (remplaçant durant 3 mois)
X.Bénévole dans une association


FYODOR:19 ANS
Bonsoir/Bonjours.  
mon DC et bien plus complet que ma 1er fiche ,Happy.  Le Français n’est pas ma langue maternelle alors je fais souvent des fautes mais j’essaye de m’améliorer.    

avatar
FT : Konpaku Youmu & Cho Ah
Crédit : Snow, Pure, Rinne, Kaya, Arashi, Gypso
Âge : 19 ans
Habitation : Son foyer familial à Asakusa, son appartement à Shibuya
Présentation : www
Fiche de liens : www
Autres comptes : Poussin
Messages : 191
D/5
Re-Bienvenue !  
Il est classe ce personnage en base je vais peut être regardé Hunter x Hunter !
J'ai pas encore tout lu mais il est super intéressant et maladroit en plus il a la poisse mais dingue

avatar
FT : Chrollo Lucilfer ( Hunter x Hunter )
Âge : 27 ans
Présentation : Monochrome
Fiche de liens : Cercle chromatique
Autres comptes : Fyodor
Messages : 65
D/4
merci ma snow d'amour, je te discord pour un futur lien comme promis.

tu es vraiment un ange pour me proposé ton aide ❤️.

En vrai tu mérite une grosse boite de chocolat avec plein d'amour.
avatar
FT : Hanmi / Unstoppable Siblings
Crédit : Kayou & Sunsun & Absinthe (l) & Arashid e_e & Pureté infinie (l)
Âge : 24 ans
Habitation : 3 Chome-19-7 Nishiikebukuro Toshima-ku, Tōkyō-to 171-0021 Japon
Autres comptes : Lullaby
Messages : 532
C/4
Bienvenue.... A-n-i-k-i :>
(ou plutôt oncle XDDD)

_________________
        
Rinne a une identité multiple ; il faut au moins ça 
pour protéger son propre petit jardin secret s a c r é.
* rinne < civile >  ** riné < omega > 
*** rhyme < gérante du marché noir pour omega >
Invité
Rebienvenue ♥️
J'aime beaucoup ce personnage, en particulier son opinion sur la guerre des gangs ! C'est très intéressant de voir quelqu'un penser ainsi, hâte de voir comment ça se traduira en rp
avatar
FT : Ronan Lynch ▬ The Raven Cycle.
Crédit : Yas & Rinnicutie
Âge : 25 ans.
Présentation : www
Fiche de liens : www
Messages : 40
D/5
REBIENVENUE WSH !!
le visu gère.
j'approuve x10000.
_________________

Somnifère
avatar
FT : Chrollo Lucilfer ( Hunter x Hunter )
Âge : 27 ans
Présentation : Monochrome
Fiche de liens : Cercle chromatique
Autres comptes : Fyodor
Messages : 65
D/4
Mille merci pour votre accueille chaleureux !!!❤️ ❤️ ❤️

@Rinne : Merci ma Ririnne au passage je te redis Joyeux anniversaire (c'était le 11 je sais!)

@Toluene: je suis heureuse que tu aime~❤️, j'espère que j'arriverais à géré maintenant en RP XD.

@Somnifère: Somni de mes jours et mes nuits, je suis contente que tu aime le visu ❤️


des que je fini mes Examens, je termine ma fiche et je m'occupe de vous deux sur discord mes trésors ❤️ et j'ai des idées nihahaha.

Amours sur vous et pardon pour le retard de réponse

❤️
avatar
FT : yakumo yuurakutei
Crédit : © vertigo
Âge : soixante-six ans
Habitation : asakusa
Présentation : WORTH IT
Fiche de liens : BITCH
Autres comptes : putre
Messages : 41
D/5
Ah que coucou toi. ♥️
(courage pour tes exams, tu nous as pondu un joli dc, mais ça, tu le savais déjà héhé)
avatar
FT : Eaque-Lost canvas
Crédit : Ma pote & Absinthe & Pure
Âge : 25 ans
Habitation : principale: Shibuya secondaire: Shinjuku
Autres comptes : Bookman
Messages : 525
D/1
Merci ma Pu(t)re d'amour~❤️

j'ai hâte qu'il fasse rager ton DC XD

Mon sujet d'Economie monétaire digne d'un boss de Dark Souls ma appris c'était quoi la sodomie cérébrale

même au bac c'était plus joli que ça.

mais c’était le plus dur il reste le mimi boss a la fin du parcoure!!!

Amour sur vous je suis toujours vivante~❤️



_________________



Fanclub :
 
avatar
bonjour
FT : occultic nine // hashigami sarai
Âge : Inconnu
Habitation : Partout
Messages : 613
S/0
Monsieur le professeurJ'aime ce personnage. J'aime son illustration. J'aime son job.
Enfin Chrollo en instituteur de primaire j'avoue j'ai buggé pendant quelques minutes et puis j'ai beaucoup beaucoup ri  

Et cette fiche est tellement complète que ce post ne sera clairement pas à la hauteur qu'elle mérite. Désolé  
 

Ce qui est marrant (et intéressant) chez Kokoro c'est cette dualité entre son côté ultra doué et intelligent pour tout ce qui touche à l'enseignement et à la connaissance, et à côté il a une poisse monstrueuse et un karma vraiment foireux. En apprendre autant sur son passé, son histoire, sa mère, son passage chez Exodus, ça permet de se faire une idée assez précise du personnage et de ses objectifs dans la vie. Et en même temps il y a toujours une part de mystère qui m'intrigue bien entendu  

Bref. J'ai hâte de le voir évoluer dans Tokyo, entrer en contact avec les différents gangs et le Shinsengumi. Son point de vue est particulièrement intéressant, très réfléchis et toujours en demi teinte. Ce questionnement sur qui est vraiment le méchant dans l'histoire, est-ce vraiment les gangs ou est-ce le Shinsengumi, ça me rappelle tous ces personnages qui ont des visions opposées. Lui il est au milieu. Il n'a pas d'avis, il se pose juste la question. Ce point de Bookman m'intrigue et je lirai ses rps pour voir le développement de sa pensée  

Encore une fois rebienvenue. Si tu as des questions blablabla tu connais tout le truc. AMOUR SUR TOI


Avant d'aller arpenter les rues de Tokyo, n'oublie pas de recenser ton avatar. Tu peux aussi faire ta fiche de liens et poster une demande de RP ou répondre à une demande déjà faite.

Amuse toi bien parmi nous ♥️

avatar
FT : Chrollo Lucilfer ( Hunter x Hunter )
Âge : 27 ans
Présentation : Monochrome
Fiche de liens : Cercle chromatique
Autres comptes : Fyodor
Messages : 65
D/4
 merci pour ce message plein d'amour.
 trop Happy il y a l'effet que je voulais se perso

 je stresse pour le jouer d'un coup. Espérant que je soit à la hauteur de vous attente.

Love sur vous. ❤️
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum