Heart Strings • Momoka & Tetsu
Invité
heart strings
Tetsu & Momoka
••••



Oui, Honda-san ?

Le téléphone à l'oreille, une étrange figure cachée sous un bonnet noir et un masque blanc s'isolait sous un arbre. Le corps caché sous une veste épaisse et une écharpe bleue, le jeune homme se protégeait du vent glacial qui soufflait. Tetsunori dans toute sa splendeur.

Oui, je suis dehors. Pourquoi cet appel aussi tard ?... Pardon ? C'est une blague j'espère. Ses sourcils se froncèrent alors qu'il écoutait attentivement son manager. Non il n'y a rien entre elle et moi. Nouveau silence ; son regard se baissa, légèrement douloureux, mais surtout défaitiste. Très bien, demain a dix heures, je serai là.

Il raccrocha.
Caché dans l'obscurité de l'arbre, il resta immobile un instant, le téléphone à la main,  regardant un point invisible devant le tronc voisin. S'il en croyait son manager, une rumeur avait commencé à circuler ces derniers jours ; une rumeur qui au départ complètement anodine, était devenue virale. Il suffisait d'une personne avec assez d'influence pour relayer la mauvaise information, et la rumeur devenait un scandal. Momoka et Tetsu de TNT, ensemble ?! Le titre d'un blog très populaire de ragots sur célébrités, suivit par tellement de monde que ce simple titre racoleur pouvait dégénérer.
La cause ? Une photo qui leur semblait trop réaliste pour être scénarisé, et des regards que Tetsu aurait régulièrement jeté à la demoiselle pendant l'interview télévisée. Dans les deux cas, il était fautif et quelque part il trouvait ironique qu'une simple photo et une interview télévisée ait suffit pour que de parfaits inconnus voient ce que Yui n'avait jamais remarqué pendant des années.
Le doigt sur l'écran tactile, il parcourait ledit blog et la news qui allait avec, soupirant en lisant les commentaires. Si certains trouvaient ça adorable, la majorité était totalement contre ; son rôle de playboy dans son duo avec sa soeur avait jeté de l'huile sur le feu et beaucoup s'imaginaient qu'il allait salir Momoka, si pure si et si douce. Il fallait qu'il arrête ses rumeurs avant qu'elles n'aillent plus loin et que Yui en souffre ─ par sa faute, encore.

Presque deux semaines s'étaient écoulées depuis leur dernière rencontre, et Tetsu n'avait pas cherché à joindre son ancienne amie. Persuadé que leur amitié était foutue, il avait simplement abandonné. Pourtant il ne pouvait pas se résigner à rester silencieux sur le problème de la rumeur, ni à la mettre dans une mauvaise posture. Il voulait l'aider, et pas en profiter.
Malgré ses craintes, il était retourné dans son répertoire pour aller chercher le mail de la jeune mascotte. Les doigts gelés, il se contenta de lui écrire un message simple.
TETSU
Hey, Yui.
Juste pour te dire que mon manager et moi allons dissiper les doutes et les rumeurs. On a rdv demain à 10h avec ta manager à ton agence.
C'est de ma faute donc je vais en prendre la responsabilité.
Désolé du dérangement et passe une bonne soirée.
Tetsu




©️ didoum


En vrai, il ne savait pas quoi lui dire. Quelque part, il se disait qu'elle aurait voulu être prévenue de l'heure à laquelle il viendrait pour justement éviter de le croiser. Penser ainsi le blessait, mais il ne voulait pas répéter les mêmes erreurs et surtout pas remuer le couteau dans la plaie ; sa plaie à lui, comme celle de Yui.
Message envoyé.

Fourrant ses mains dans ses poches, le téléphone avec, il poussa un long soupir alors qu'il se laissa aller contre le tronc voisin, l'arrière de la tête venant toucher l'écorce. Il ferma les yeux, se demandant comment il avait fait pour être aussi bête.


••••

by Wiise
Invité
momoka & rinne
Habituée à un rythme plutôt tendu ces dernières semaines, c'était avec une impatience non dissimulée qu'elle avait préparé ce bain, comptant bien y passer le plus de temps possible ; ça changeait des douches trop courtes et des longues minutes passées à fixer le mur, surtout depuis la dernière campagne promotionnelle. Repenser à tout ce qui s'était produit lui donnait des sueurs froides, remuant les émotions chaotiques qu'elle avait beaucoup de mal à garder enfermées dans un coin. Définitivement  vivre dans le déni était beaucoup plus facile, une technique testée et approuvée par ses soins — pourquoi faire face à ses propres sentiments quand on pouvait les fuir et ne jamais regarder derrière soi?

Un soupire fila en réalisant que l'eau s'était refroidie ; il fallait croire qu'elle s'était assoupie parce qu'elle avait encore l'impression de s'y être glissée il y avait tout au plus quelques minutes, un fait que démentirent très vite le bout de ses doigts fripés. Ce fut pourtant sans trop se presser qu'elle sortit de la baignoire, éteignant les bougies pour ensuite récupérer son peignoir. Pas un bruit dans l'appartement mis à part la musique, quelque chose de plutôt calme afin de meubler le silence sans pour autant troubler sa réflexion. Ce fut ainsi sans surprise qu'elle découvrit une boule de fourrure blanche endormie sur son lit, paisiblement. Si seulement elle aussi pouvait avoir l'esprit aussi tranquille.

Il fallut attendre qu'elle s'habille avant de remettre la main sur son portable, le sien et non celui qu'elle utilisait dans sa vie professionnelle. Violet pâle, décoré de paillettes et de stickers, un truc bien girly collant tout à fait avec son image de Momoka — comme quoi, Yui n'était pas si différente que ça, au fond. Rajustant d'une main le col de la robe de chambre légère et courte qu'elle venait de passer, elle fut on ne peut plus surprise par le nombre de notifications s'affichant sur l'écran : visiblement, il s'était passé quelque chose, bien qu'elle ignore quoi. Une question instantanément remise à plus tard en voyant un nom qu'elle aurait préféré oublier, si bien que l'espace d'un instant, elle voulut simplement supprimer le message sans même prendre connaissance de son contenu, avant de se reprendre.

Les quelques mots lui étant adressés lui firent hausser les sourcils. Doutes et rumeurs? De quoi parlait-il? Et plus encore, comment avait-il eut son mail? Il ne l'avait tout de même pas gardé toutes ces années, si? L'idée lui tira une grimace alors qu'elle fixait l'écran, s'était laissée tomber sur son canapé. Du bout du pied, la voilà qui jouait avec un chausson tout en considérant ou non répondre. D'une part, elle n'était pas certaine de savoir de quoi il parlait, sans oublier qu'elle n'avait pas vraiment envie d'avoir le moindre contact avec lui. D'un autre côté cependant, il avait attisé sa curiosité. Chose certaine, la mascotte n'avait pas envie de se presser, et c'est ainsi qu'elle préféra aller jeter un coup d'œil aux divers réseaux sociaux qu'elle fréquentait. Une décision qui la fit déchanter très vite lorsqu'elle réalisa enfin la nature des fameuses rumeurs. Bordel. Comme quoi, dès qu'ils étaient dans les parages, sa vie devenait beaucoup plus difficile. Enfin, au moins, ça facilitait certaines réflexions.

YUI
Et moi qui pensait avoir la paix.
Je suppose que je vais devoir être présente aussi?

Un long soupire fila alors qu'elle fixait son écran, agacée sans exactement être capable de comprendre pourquoi. Surement parce que c'était lui, et qu'elle ne voulait plus lui parler. Ou alors, c'était elle. Un peu trop rude, elle n'en savait trop rien. Et même alors qu'elle n'avait plus à lui faire face pour communiquer, elle pouvait sentir ses mains se faire moite, et le chagrin refaire surface, en petite vague discrète mais remarquable.

YUI
Je prenais une douche. C'est pour ça que j'ai mis du temps à répondre.
Tes fans ont beaucoup trop d'imagination. Et ne sont pas très polies.

Ca sonnait encore comme un reproche — hypocrite qui plus est — alors qu'elle-même ne savait pas trop pourquoi elle avait ajouté ça. Yui se sentait un peu bête, lasse aussi. Fatiguée de tout ça, les coeurs brisés et la tristesse, l'angoisse et toutes ces choses qui avaient ressurgit depuis qu'ils s'étaient faits face. De toute façon, il n'avait surement pas envie de lui parler non plus. Autant apporter une conclusion à toute ça.

YUI
En fait les miens sont pas vraiment mieux. Les gens feraient mieux de se mêler de leurs affaires.
Bonne soirée à toi aussi .☆.。.:*・°

L'habitude avait reprit le pas, la faisant se figer un instant. Bah, ça n'était rien, juste une signature un peu trop cute qu'elle avait pris l'habitude d'utiliser. C'est pas comme s'il pouvait s'imaginer des trucs juste à cause de ça, si?
Invité
heart strings
Tetsu & Momoka
••••



Les minutes qui suivirent l'envoi de son message lui semblèrent infinies. Il était resté pensif, ne sachant pas trop quoi espérer. Une réponse de Yui le chamboulerait probablement plus que ne pas en recevoir, mais une partie de lui continuait de lui rappeler que jadis, ils avaient été proches. Cette époque lui semblait tellement lointaine. Jetant un dernier coup d'oeil à son téléphone, Tetsu le replaça dans la poche de sa veste avant de quitter l'arbre et reprendre sa route à travers le parc.

Il n'avait pas vraiment de but, mais prendre l'air parfois pouvait faire un bien fou. Retourner dans la foule d'inconnus et devenir l'un d'eux, quelqu'un à qui on ne prête pas attention et que l'on ne suspecte de rien. Sans ses lentilles, maquillage et ses tenues de scènes, il n'était finalement qu'un japonais parmi tant d'autres. Et quelque part, ça le rassurait.
Il n'y avait pas grand monde dans le parc à cette heure-ci, et encore moins avec ce froid. Plus les minutes s'écoulaient, et moins l'absence de réponse de Yui le pesait. il s'estimait en revanche heureux de ne pas avoir de compte public sur les réseaux sociaux ; quel enfer ça serait de recevoir toutes ces notifications et ces messages à n'en plus pouvoir !

Allant s'asseoir sur un banc, Tetsu enfonça sa tête dans ses épaules et soupira longuement. Tout était calme. Face à lui, un petit lac. Les arbres avaient perdu leurs feuilles et le ciel dégagé laissait voir un croissant de lune entouré d'une nuée d'étoiles. Ici, il pouvait mieux les voir qu'à son appartement, dans un quartier trop huppé pour être calme.
Le regard perdu dans le ciel, ses pensées s'égaraient entre le passé et le présent, se demandant ce qu'aurait été sa vie si tout avait été différent. Consolation vaine, mais peut-être que dans un monde alternatif, il était heureux et n'avait causé le malheur de personne.
Vrrr. Vrrr.

Tetsu sursauta. Il sortit son téléphone, son coeur manquant un battement en voyant le nom de Yui apparaître sur son écran. Il hésita avant de débloquer l'écran et lire. Il ne s'était pas attendu à ce qu'elle soit tendre, mais la savoir aussi froide était toujours difficile à encaisser. Il posa sa main sur sa jambe et sa tête bascula en arrière alors qu'il soupirait et râlait en murmurant ; "pourquoiiii" et autres. Jusqu'à la prochaine vibration ; d'autres messages.
Confus, il regard son écran un long moment ; en ligne, mais inactif. Les messages étaient vus, mais sans réponse. Que lui répondre ? Il ne voulait pas lui donner l'impression de s'en foutre, mais ne voulait pas non plus être collant et lui donner l'occasion de taper dans sa blessure. Peut-être devait-il adopter un ton neutre ?...

Tu n'es pas obligée de venir. J'ai juste pensé que tu préférerais éviter de me croiser par hasard dans le couloir.
   


Et que dire sur les fans ? Devait-il répondre ? Cela risquait d'engager une conversation qu'elle ne voulait pas avoir. Les yeux de Tetsu se plissèrent et il se pencha en avant, les coudes sur ses genoux ; il ne savait absolument pas quoi faire. Il avait tellement cru qu'elle l'ignorerait qu'il n'avait pas songé à ce qu'il pourrait lui dire.
Mais puisqu'il en était là...

Tes fans peuvent dire ce qu'ils veulent. J'ai la réputation qu'on vend. De mon côté je ferai juste en sorte que ton rôle ne soit pas entaché.
   


Il avait presque envie de lui dire que cette fois-ci, il voulait la protéger correctement, mais il sentait que ce n'était ni son rôle ni sa place. Sa réputation à lui était bien celle d'un playboy ─ même s'il était loin d'en être un. Ce que les autres pouvaient dire lui passaient un peu au dessus de la tête, tant qu'il ne s'agissait pas du jugement d'une personne qui lui tenait à coeur. Le reste importait peu. Surtout si Yui était mêlée au problème.
Son dernier message mis du temps à venir, tant il hésitait. Mais il se lança quand même, laissant la porte entrouverte.

Après ça tu n'entendras plus parler de moi.
   



Devait-il l'ajouter ? Devait-il le dire ? Il sentait déjà une étrange pression sur son torse qui l'empêchait de respirer convenablement.

Tu seras tranquille.
   



Non, ce n'était pas ce qu'il avait envie de dire. Il avait voulu écrire "Si tu le souhaites" mais la peur de se faire ouvertement rejeter une nouvelle fois l'avait empêché d'écrire ces mots. Il avait préféré partir du principe que c'était ce qu'elle souhaitait de toute manière ; qu'il disparaisse de sa vie.
Tellement stressé qu'il ne relevait pas les habitudes de signature.

••••

by Wiise
Invité
momoka & rinne
Une fois les messages envoyés, elle s'était empressée d'abandonner son portable sur un coussin du canapé, se levant peut-être un peu trop précipitamment pour ne pas prétendre qu'elle était nerveuse. Oh, elle haïssait le fait de devoir l'admettre, mais ce petit échange par mails imposés la mettait en émoi, quelque chose d'un peu vexant d'ailleurs. Parce qu'elle ne voulait plus se laisser submerger par ses émotions, surtout pas à cause de lui ; après ce qui s'était produit il y a deux bonnes semaines, elle considérait avoir assez donné, pour au moins cette vie et la suivante. Des convictions tombées en miettes à la seconde où elle avait décidé de lui répondre.

Fixant le plafond blanc, la voilà qui méditait une fois de plus sur cette histoire ; la frustration s'exacerbait petit-à-petit, atteignant des sommets en réalisant qu'elle n'était pas capable de se le sortir de la tête. Ca ne lui ressemblait pas, pourtant. Après tout, elle était capable de faire abstraction de l'existence d'un certain flic ainsi que ce qu'il pouvait lui faire subir (avec ou sans son consentement) alors pourquoi n'était-elle pas capable d'en faire de même avec Tetsu et sa sorcière de soeur? C'était on ne peut plus consternant, et y continuer d'y penser n'arrangeait nullement son affaire.

La sonnerie brève de son portable la fit sursauter, un juron filant en réalisant qu'il avait répondu. Pas de réponse cette fois aurait été préférable, probablement, bien qu'elle ait posé une question. Et la voilà qui se sentait presque mal qu'il le prenne ainsi, alors que c'était l'effet recherché, au fond. Ca devenait stupide, vraiment.

Son regard se posa sur le message suivant, encore incapable de se décider sur ce qu'elle voulait répondre — si elle le faisait. Et vu la façon dont les choses avançaient, elle avait, étonnement, de moins en moins coeur à l'ignorer.

YUI
Je me rappelais pas que t'étais dramatique à ce point-là. J'ai survécu pendant trois jours, je suis une grande fille.
Je serais là, histoire que ça ait l'air crédible pour de bon.

C'était presque de l'humour, mais Yui savait n'avait jamais été vraiment drôle, juste bizarre et adroite lorsqu'il s'agissait de mettre mal à l'aise. Puis, il y avait une pointe d'hypocrisie, surement, étant elle-même souvent bien dramatique.

YUI
C'est gentil de te soucier de ma réputation, mais je m'en fais pas trop de ce côté-là.

Après tout, ça n'allait pas être une photo et quelques regards qui allaient changer grand chose, ce serait surement oublié d'ici une semaine à peine. Ca marchait toujours comme ça. Et peut-être aurait-elle put se vexer de son empressement à vouloir démentir tout ça, mais il semblait que l'heure soit à une espèce de lassitude mâtinée de tristesse et d'amertume plutôt qu'à l'emportement. Parce que oui, à mesure que ses doigts aux ongle parfaitement manucurés frappaient sur l'écran tactile, elle sentait son cœur s'alourdir, toujours un peu plus. La belle affaire.

Et dans ses derniers mots, elle eut l'impression qu'il serait plus sage d'en rester là, de ne rien ajouter. C'est probablement pour cette raison qu'elle hésita, quitta son siège tout en gardant son portable en main, pensive.

YUI
Difficile à faire quand t'as gueule est affichée dans tous les coins de la ville.

Une autre tentative de blague maladroite ; c'était un peu ridicule et la voilà soudainement embarrassée. Fallait qu'elle rebondisse sur autre chose, ne pas conclure tout ça sur une telle nullité. Mais les idée de génie n'étaient pas son fort, pas dans ce genre de situation, pas alors que l'émotion revenait.

YUI
L'adolescent dramatique et sérieux ça te va vraiment pas comme rôle.
Tiens, pour te consoler
[photo d'un chien fluffy blanc, vraisemblablement dans les bras de Momoka]
Elle est d'accord avec moi (*・∀-)☆

Les chiens, ça réglait définitivement tout. Et cette situation devenait étrange : la voilà à tenter de le consoler pour une chose dont elle était en quelque sorte coupable. Même s'il l'avait mérité.
Invité
heart strings
Tetsu & Momoka
••••



Elle répondait. Elle poursuivait la discussion, et il ne s'y était pas attendu. Le regard surpris, Tetsu regardait les messages défiler, s'afficher les uns après les autres, se demandant ce qu'il devait penser. N'était-elle plus en colère ? Ne voulait-elle pas ne plus lui parler, qu'il disparaisse de sa vie ? Pourquoi avait-il l'impression que c'était l'opportunité qu'il avait attendue ? Même s'il l'avait forcée en lui envoyant un mail en premier, il n'avait pas cru qu'elle pourrait engager la discussion, ou tout du moins lui répondre. Et mieux encore, le consoler.
La photo de la boule de poils blanche eut pour effet de lui arracher un sourire que l'on ne pouvait deviner qu'avec son regard qui s'était attendri. Il avait vu le chien, mais il regardait le bras. C'était elle. Et quelque part, même s'il se sentait terriblement ridicule, il en était content. Il sentait sa poitrine le presser, la peur étant toujours présente, mais il ne pouvait pas... ignorer cet appel. Il voulait. Il voulait absolument lui répondre.

Pourtant, il lui fallut bien une bonne minute avant de réagir et taper une réponse de ses doigts gelés.

Je vois que tu es en très agréable compagnie, je me sentirais presque menacé par cette truffe noire ( ⚆ _ ⚆ )
   


Il envoya le message. Pensif quelques secondes, il regard le ciel un instant, puis le petit lac. Puis, sans trop savoir pourquoi, il leva son téléphone et pris une photo de l'arbre éclairé juste au dessus de lui, la lune apparaissant entre les branches. Pas un seul nuage sur la photo. Regardant cette dernière plus attentivement, le musicien fut subitement content d'avoir payé son téléphone les yeux de la tête ; on voyait clairement les feuilles, leurs couleurs et la lune.


   


C'est pas aussi fluffy mais ça a son charme. Ca me ressemble davantage de squatter le banc du parc ?
   


En vrai, oui, ça lui ressemblait beaucoup. Tetsu avait toujours été ce gars très sociable mais pourtant avide de solitude et de calme auprès de la nature, à souvent s'exiler dans sa tenue de camouflage à vagabonder dans les parcs de Tokyo en long en large et en travers. A prendre des photos, jouer de la guitare, chercher l'inspiration partout où il pouvait la trouver ; un artiste en somme.
Ils avaient bien eu quelques escapades tous les deux à différents endroits, notamment des parcs. Les souvenirs lui revinrent en mémoire et la nostalgie le reprit ; tout ceci lui paraissait si loin, ne pouvaient-ils pas se retrouver ? Les choses ne pouvaient être les mêmes, mais cela ne voulait pas dire qu'elles seraient pires.
Et là, subitement, il réalisa que le ton de ses messages avait subitement changé. Il ne lui avait pas fallu grand chose pour que le masque tombe et la culpabilité le prit d'assaut. Il ne pouvait pas faire celui qui la détestait, s'en foutait, ou voulait s'éloigner. Son désir de la retrouver était tellement grand qu'il lui fallait un simple sourire d'elle pour que ses barrières tombent.

••••

by Wiise
Invité
momoka & rinne
Le chien avait eut tôt fait de s'échapper d'entre ses bras, préférant re trouver son coussin confortable sans attendre, sa maîtresse de toute façon bien plus occupée à fixer l'écran de son portable, attendant une réponse avec une appréhension la prenant à la gorge. C'était stupide, et quelque part, elle avait un soupçon de regrets — peut-être n'aurait-elle pas du continuer cette conversation. Mais c'était trop tard à présent, et il était difficile, malgré les circonstances entourant leur relation, de nier le début de sourire qui commençait à poindre sur ses lèvres.

Sa réponse lui tira un ricanement étouffé alors qu'elle se redressait légèrement, ayant troqué le canapé contre le lit.

YUI
Tu devrais. Enfin, personne à aucune chance contre ça, de toute façon.

Et vautrée sur ses draps, elle n'était pas certaine de l'angle à adopter ; amicale mais pas trop semblait une bonne option, mais les doutes perduraient. Après tout, il n'était pas question de lui donner de faux espoirs, quoi qu'il était peut-être déjà trop tard, à vrai dire. Oh oui, définitivement trop tard puisque la discussion continuait. La photo l'avait faite sourire, un peu plus, et voilà que Momoka se retrouvait bien embêtée.

Que dire? Une dernière blague, lui souhaiter une bonne soirée et tout oublier, enterrer cette histoire pour de bon et avec un peu moins d'amertume. Plus facile à dire qu'à faire cela dit, elle le réalisait tout en tapant sur son écran.

YUI
Jolie photo
Et c'est déjà beaucoup plus crédible, oui (´꒳`)

Mais le connaissait-elle encore réellement, au fond? Un soupire fila, avant qu'elle ne cherche encore une position plus confortable, comme si ça pouvait l'aider à faire du tri dans ses pensées. Plus ça allait et plus elle craignait de dire quelque chose qu'elle regretterait, quelque chose qui réveillerait le chagrin au travers duquel elle voulait désespérément passer. Sauf que ses pensées actuelles ne semblaient pas vraiment suivre cette idée, préférant méditer sur ce qu'ils avaient partagé par le passé, ce qu'elle avait perdu et ce qui lui manquait. Exactement ce à quoi elle préférait ne pas penser, à vrai dire, parce que la mascotte savait très bien que c'était typiquement le genre de choses qui pouvaient faire flancher ses résolutions.

YUI
Tu ferais mieux de rentrer, tu vas chopper la mort
Ou pire
Te faire coincer dans un coin par une fan en
furie (・`ω´・)

Et là voilà qui continuait de blaguer au lieu de lui dire qu'elle en avait fini avec lui, couper court à la conversation et retourner à ses affaire — son souper, par exemple. Non, au lieu de cela, elle ricanait toute seule devant son écran, sous le regard dubitatif de la petite chienne blanche. Une cause perdue, elle le réalisait. C'était terriblement frustrant, parce qu'elle se savait faible et sans réelle volonté, se détestait pour ça d'ailleurs. A croire que se faire marcher dessus et laisser les autres obtenir ce qu'ils voulaient d'elle étaient ses seuls talents. un peu dramatique certes, mais face au tumulte intérieur contre lequel elle se battait présentement, c'était de circonstances.

YUI
Mais vraiement, rentre chez toi.

Et c'était beaucoup plus facile de prétendre que tout allait bien à l'écrit.
Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum