wound — (revolver)
avatar
FT : noodle (gorillaz)
Crédit : revolver le bg
Âge : 27 yo
Habitation : akihabara
Présentation : www
Fiche de liens : www
Messages : 32
D/5
I carry band-aids on me now For when your soft hands hit the jagged ground Wheels aren't even touching the ground Scared to take them off but they're so worn down
un air de déjà vu.
c’est le risque qu’on prend en travaillant, en s’enfermant dans une routine qui nous force à nous répéter. Pourtant on appelle pas ça les urgences pour rien ; y a le goût du risque des imprévus qui surgissent au beau milieu de la nuit et qui l’arrachent à ses rêveries, ses pauses entre deux chambres - oh si seulement - si seulement on avait besoin d’elle.
Mais le calme souffle entre les couloirs tandis qu’elle soupire et s’enfonce dans le noir, l’appel de l’air frais. C’est sa pause clope ; c’est l’odeur du tabac qui garde ses envies et les expulse en l’espace d’une pulsation. C’est une respiration. C’est court et accrocheur comme un refrain.
comme un air de déjà vu.
comme un pressentiment gênant, un ressenti qui pique là où ça fait mal - plutôt crever que rester là à réaliser qu’elle s’ennuie. Les yeux fermés, elle s’imagine endormie comme la moitié des habitants de Tokyo. Du moins comme ceux qui ne sont pas partis faire la fête là où elle n’est pas invité, ceux qui ne sont pas dans les bars dans les boîtes ou dans les rues à la recherche d’extase ou juste d’un peu de compagnie ; tous ceux qui roupillent paisibles sans penser à toutes les opportunités manquées, les discussions autour d’une machine à café, les incidents et les patients qui trouvent de la compagnie dans ce refuge : l'hôpital qui ne dort pas, au même titre que ces commerces aux enseignes lumineuses et qui attirent les papillons de nuits les plus perdus.
Cela dit on y fait pas la fête, on est même loin de l’amusement mais pas à l’abris des surprises
du moins c’est ce à quoi pense Toko perdue dans ses propres idées ; une autre taf, une dernière pensée - elle pense au fait qu’elle est sans doute mieux défoncée. Oui, là tout de suite si elle avait autre chose qu’une clope au bout des doigts elle dessinerai un monde bien plus merveilleux dans ses rêves ; c’est fou c’que l’imagination lui manque quand elle est lucide et tête baissée,
les yeux rivés sur le sol dans l’attente d’un
un air de déjà vu ?
le bruit des sirènes, la mélodie assourdissante de la montée d’adrénaline dans les urgences ; nouveau patient qu’elle voit passer, couvert de sang. Pas ennuyeuse pour tout le monde cette soirée. c’est sa première pensée. Sa deuxième, jaillit de nulle part et lui dit de jeter sa clope, de l’écraser de passer la main dans ses cheveux et sa robe comme elle fait toujours avant de revenir. Et elle revient, le pas pressé sans trop savoir pourquoi ; ça doit être sa curiosité morbide qui la pousse à s’approcher sans même qu’on l’ait appelée - elle se penche et elle le voit.

pire qu’un air de déjà vu.
il était là,
jin-sang... elle a murmuré au creux d’un bref instant de silence, un regard échangé et on l’emporte dans une salle. Alors elle décolle, elle s’accroche au brancard et lance son signal qui dit qu’elle va s’en charger. Si serviable, si motivée et dévouée à son boulot. Son ennui d’après minuit lui est passé quand elle l’a vu ; pourtant personne ne rêverait de voir un visage familier dans un tel lieu. C’est comme souhaiter retrouver le nom d’un proche sur une pierre tombale mais Toko ne peut pas s'empêcher d’être aussi inquiète que excitée à sa vue
la vue du sang,
la vue de jin-sang.
Mélange pas si improbable finalement, mais sa surprise n’est pas des moindre.

pas trop sonné ?
elle espère le réveiller avec sa voix d’infirmière habituelle, celle qui se préoccupe du patient tout en préparant de quoi le soigner. Tant de questions sur le bout de la langue mais ce moment de déjà vu revient si tard - elle peut bien attendre encore un peu.  
@revolver ; jtm

avatar
bg
FT : akira kurusu (P5) / wonwoo (SVT)
Âge : vingt-huit ans.
Présentation : http://presentation
Fiche de liens : http://fiche_de_liens
Messages : 25
D/5
i didn't win because now i have a fuckin'
wound
fermeture de la boutique il y a un sentiment qui te pique,
une profonde envie de t’embarquer dans une (més)aventure,
c'est ça après avoir frimer toute la sainte journée devant des clients peu sûrs,
t'aurais du te calmer t'aurais du laisser passer,
te laisser aller dans tes beaux draps froissés,
mais non, évidemment jinsang, tu n'as rien écouté,
tu t'es promené dans ces lieux qui ne t’appartiennent pas et tu as goûté,
au risque que tu te permets de ne (jamais) évité.
assez de ton regard de travers qui fusille, assez de tes yeux sombres qui envoient des balles,
parce que tu n'as pas le courage de tirer avec une véritable arme et au final,
tu te retrouves tabassé, tête jusqu'au pied,
t'es sorti de la rue et les passants ont tellement eu pitié,
alors jin vas-tu cesser de rêver d'aventures (im)mâtures ?
continue ainsi et ton visage sera infesté de jolies ratures.
maintenant que l'ambulance t'as ramené, tu ne fais pas la différence entre le noir des rues délabré,
et le blanc de ce couloir immaculé.
t'as les yeux clos et la tête écarlate,
t'es dans les vapes alors qu'on t'emporte avec hâte.
((tout se calme un instant.))
revolver tu as de nouveau les yeux ouverts,
les prunelles filtrées par le sang,
et sur tes lippes il y a un sourire de travers.
parce que tu l'as vu elle et tu as ressenti sa douceur si t o x i q u e,
bizarrement cette retrouvaille, tu l'imaginais un peu plus romantique...

- oh.
oh... non sérieux ?
toko te revoir ici ça me rajeunit un peu.


tu t’en fiches de toute l’hémoglobine sur ta face,
après tout tu n'en garderas plus aucune trace.
et même si sur ton visage, ton sourire perd toute sa splendeur,
jinsang, tu ne manqueras jamais,
ô non,
jamais d’ a r d e u r.

- sonné, non, je vais bien. voir mieux.
savoir que c'est toi qui va me soigner, c'est déjà un bon moyen de s'en remettre.


(mais quel con) surtout quand tu sais, quand tu sens que ça va pas le faire,
(alors pourquoi t'entêter, tout ça pour plaire ?)
ta paupière droite se ferme en un dixième de seconde,
(ô dieu, que ce clin d’œil est immonde.)

_________________


f a b u l o u s
avatar
FT : noodle (gorillaz)
Crédit : revolver le bg
Âge : 27 yo
Habitation : akihabara
Présentation : www
Fiche de liens : www
Messages : 32
D/5
I carry band-aids on me now For when your soft hands hit the jagged ground Wheels aren't even touching the ground Scared to take them off but they're so worn down
mémoires d’adolescents, laissant sa main tomber dans le vide un instant - chiffon trempé de désinfectant - et le regard perdu au milieu de rien ; ils sont seuls au milieu de cette salle ( elle ignore les allés retour des collègues ) seuls au milieu des souvenirs qui remontent en surface.
on se sent jeune, on oublie le temps qui passe.
puis on se rappelle que ces années sont dépassées - finies - on revient à la réalité.
elle plaque son chiffon contre son front ; elle le soigne sans un mot pas la peine de décrocher des phrases bateau telles que ça va piquer car Toko ne se fait plus d’illusion sur la douleur,
laisse passer sa main le long de son visage et essuie le sang du bout de ses doigts,
son visage à découvert à l’heure des constats tu ne changes pas. sur un ton monotone ça sonne comme une phrase balancée dans le vide mais loin de là, Toko le voyait déjà dans sa mémoire le visage dur prêt à encaisser les coups - il n’a de cesse de se battre - mais quel voyou.
c’est peut être ce qui le rendait si populaire (parmis les impopulaire) fut un temps,
Toko se souvient avoir posé les yeux sur lui désireuse de se voir comme lui dans quelques années, et voilà où ils en sont. L’un prend soin de l’autre - il manque les alliances à ce tableau et un cadre de vie plus modeste, plus sain
mais Toko lève les yeux au ciel
là haut descend la lumière artificielle qui lui fait prendre conscience de certaines choses ; elle se voit presque à la troisième personne et visualise la scène,
scène à l’image d’une vie qui ne sera jamais ce qu’elle prétend être ; normale.
elle est spéciale notre réunion des anciens élèves, tu trouves pas ? essaye de dédramatiser la chose tout en continuant d’appliquer les soins sur le visage de son bien aimé ex camarade retrouvé j’arrive pas à croire que tu te battes toujours... les choses n’ont vraiment pas changées j’ai tort ?
elle attend une parole qui pourrait confirmer ou nier toutes ses pensées perdues dans ce flot de souvenir immense
perdue dans l’intensité des retrouvailles inattendues.
@revolver ; *wink*

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum