青い鳥 • Nana & Akashita
avatar
Invité
青い鳥
Nana & Akashita
••••


Comme d'habitude, en pleine journée, le Shibuya crossing était blindé. Tellement blindé, et pourtant superbement fluide. Ce carrefour était l'exemple même de la diligence des japonais ; en dépit de la foule, personne ne se bousculait ou touchait, chacun laissant un minimum d'espace à son voisin. Le mouvement était régulier, ne s'arrêtant que quelques longues secondes lorsque les voitures prenaient la relève.
En pause déjeuner, travaillant sur la rénovation d'une façade de la gare récemment abîmée par un petit incendie, Akashita était posé sur l'étage le plus bas de l'échafaudage, deux mètres au dessus du col. Les jambes dans le vide, le bras posé sur la barre de fer devant lui, il regardait les gens passer sans trop les observer, appréciant simplement le brouhaha de la vie quotidienne. Son casque était posé à côté de lui, et son uniforme orange était abaissé jusqu'à ses hanches, laissant voir un débardeur gris salis par l'effort et la poussière. L'on pouvait même remarquer un bout de son tatouage traversant son torse, laissant deviner comme un dragon parcourant sa peau. Ses collègues, eux, étaient sur le toit.
Shibuya grouillait de gens de tout genre, de tout âge, d'origines diverses et variées, aux histoires différentes, rêves uniques... le borgne bu une gorgée de sa canette, et son regard se posa sur le grand écran en face. Un duo. Des jumeaux ─ faux jumeaux précisément. La musique résonnait dans toute la zone mais personne n'y prêtait guère attention, et la qualité du son laissait à désirer. Le clip était relativement simple mais il devinait que la musique était entraînante et que la chanteuse avait une voix agréable.
Akashita s'accorda quelques minutes à regarder leur clip, les pubs, l'annonce de futurs concerts, sans vraiment faire attention à ce qu'il se passait. Puis son regard se baissa, et quelle ne fut pas sa surprise d'y croiser des oreilles de lapin tombantes, roses, avec une bulle bleu en guise de motif sur le ventre. Et un profil qu'il ne connaissait que trop bien.

Il n'avait pas revu Nana depuis l'épisode du parc et sa colère était retombée. Il n'y avait aucun intérêt à lui tenir rancune, même s'il pensait que son avertissement tenait toujours si elle était trop bavarde. Elle aussi avait les yeux sur l'écran, semblant avoir été arrêté dans son élan. L'oeil bleu d'Akashita se reposa sur les publicités, et le duo de jumeaux fut remit en avant.

C'est ton genre de mec, la guenon ? Le musicien là, Tetsu.

Il attendit simplement qu'elle le remarque, pour lui offrir un simple salut, deux doigts contre la tempe dessinant un bref arc de cercle. Aucune agressivité dans sa voix, une simple curiosité un peu déplacée peut-être.

••••

by Wiise
avatar
Invité

ft. kakashit

emmitouflée dans l'un de ses plus beaux sweats à capuche, assortie d'une magnifique paire de collants résille bleus et d'un jupe ridiculement courte, nana fixait sans trop savoir pourquoi l'écran géant. elle se perdait dans des contemplations passé, présent, futur, mâchant un chewing-gum qui n'avait plus de goût depuis une bonne dizaine minute. plus de goût et un pellicule amère qui se formait sur sa langue à mesure que le temps avançait.
ça faisait plusieurs jours qu'elle n'avait pas mis un pieds au garage, hiroki ne lui en voudrait certainement pas. il savait que l'on se rapprochait doucement de la période de l'année la plus compliquée pour elle. il serait indulgent, elle l'espérait. après tout, un jour, il en aurait certainement marre, lui et les autres, ils en auraient marre de ses caprices d'enfants et de son spleen de novembre. de ses frasques et du reste. mais pas trop tôt. sa bulle éclate dans un pop caractéristique.

elle tend l'oreille en espérant entendre la chanson mais le brouhaha ambiant fait rempart. elle garde les yeux fixés sur l'écran. absorbée. fascinée.
et une voix rauque s'impose dans le bruit blanc. elle tourne sa tête et son regard plein d'un faux dédain.

— akashita. sérieusement ?

elle hausse un de ses sourcils, ôte sa capuche pour libérer son indiscipliné crinière châtains.
sa frange ne ressemble plus à une frange depuis longtemps et aujourd'hui elle l'a coincé avec quelques barrette de style decora.
elle finit par complètement se retourner et observe l'homme, les mains posées sur les hanches. j'vais monter dit-elle, sans demander une quelconque permission.
et elle s'exécute, pour finalement venir s'installer à côté du géant aux yeux bleus.

— tu serais jaloux si je te disais que oui ? dit-elle en observant la pub suivante, pensive, moqueuse, désinvolte. comme toujours.


avatar
Invité
青い鳥
Nana & Akashita
••••


Aka le savait, il ne devrait pas la laisser monter. Mais il savait aussi qu'elle n'en ferait qu'à sa tête. Jetant un bref coup d'oeil vers le toit, personne ne le surveillait. Bien. Comme ça, aucun commentaire. Son regard se reposa sur Nana, assise maintenant à côté de lui ; il n'était pas vraiment surpris qu'elle se positionne ainsi à ses côtés, mais il ne s'y était pas attendu non plus. Une petite voix lui avait soufflé qu'elle aurait probablement mis les voiles. Mais, dans le fond, ils étaient tous un peu bizarre, et ils ne se détestaient pas non plus ─ à sa connaissance.
L'affirmation de la demoiselle n'étonna guère le métis, qui reporta également son attention sur le grand écran, le clip de jumeaux reprenant à nouveau. Le Japon et ses looping abrutissants de pubs. Enfin, il n'allait pas se plaindre d'avoir autre chose qu'une japonaise passant pour une débile en costume de cheval.

Non, répondit-il passivement, il ferait même une jolie gonzesse avec des cheveux longs.

L'image changea pour laisser apparaître la chanteuse, la soeur, plutôt gâtée niveau formes avec de beaux et longs cheveux soyeux, semblant aussi doux que de la soie. Akashita s'ennuyait un peu, en un sens. La rénovation de façade n'était pas ce qu'il y avait de plus passionnant ─ pour le coup le sens figuré l'intéressait davantage mais il n'y avait personne qui en avait besoin dans l'immédiat. D'humeur plutôt tranquille, le désintérêt qu'il montrait à l'idée de répondre sur le même ton que sa comparse offrait peut-être une chance à la discussion, là où habituellement il n'écouterait pas et tracerait sa route sans vous calculer. Sans décrocher son regard de l'écran, le borgne posa une nouvelle question, la voix toujours aussi monotone.

Ca te prend souvent de glander en regardant les grands écrans au shibuya crossing ? C'est pas tellement l'endroit pour ceux qui savent pas où aller.

Il avait d'elle l'image d'une gosse toujours pressée, surexcitée, à râler constamment parce que rien ne va assez vite pour elle. Toujours en adoration pour ses voitures, désinvolte et capricieuse au possible, à envoyer chier quiconque lui adresse la parole. Il la voyait comme une gamine, en gros. Pourtant, il y avait quelque chose de différent ? L'atmosphère n'était pas celle de leur dernier virée au parc.

••••

by Wiise
avatar
Invité

ft. kakashit

il fallait l'avouer, en cet instant, assise là, elle se sentait paumée. comme souvent le mois de novembre venait éteindre le feu qui brûlait en elle le reste de l'année. elle se mourrait jusqu'au jour de l'an, avant de se prendre une cuite infernale et puis de repartir pour un tour, réchauffée de son enfer intérieur, dans sa bagnole et son look de demie adulte. elle regardait les passants passer, se questionnant sur leurs point d'arrivée. où vont-ils, que font-ils, quelle vie ont-ils ?
est-ce que ça m'intéresse vraiment ?
un soupir. deux soupir, elle s'étale sur la barre qui la retient de tomber, molle et fatiguée.

— même avec des cheveux longs, il serait plus séduisant que toi.

elle lui tire la langue. et puis gonfle ses joues comme un hamster et retient l'air comme ça. ça lui fait une tête de poisson rouge, c'est pas très glamour. mais peu importe, personne la voit à cette hauteur là, si ?

— j'glande pas. enfin, si mais c'est pas la version officielle. j'suis en train de bosser là normalement.

elle redresse sa tête et jette un œil à akashita. il a le t-shirt crasseux et l'air bougon. toujours ce même regard étrange, ce même air d'être à l'étroit dans un monde trop étriqué pour une si grande carcasse. elle le jauge, le juge. à chaque seconde. comme elle ferait avec n'importe qui, n'importe où. puis la fatigue l'écrase comme si un éléphant s'asseyait sur son dos - ou que le colosse le faisait, au choix. et elle se remet à fixer l'écran. ce type là, il a tout du prince charmant, de ce mec dont rêve les filles à l'école. celui qui vous branche sur la plage, une guitare à la main. il est comme momo, au masculin.

— et puis d'abord, j'vais là où je veux, et à ce que je sache, les écrans géants sont là pour qu'on les regarde. surtout si y a des gens comme ça dessus.

elle dit ça sur un ton agacé, trop pour une si petite remarque. et elle s'en rend compte et ça la fait rager, alors elle crache son chewing gum sans regarder qui passe en bas.


avatar
Invité
青い鳥
Nana & Akashita
••••



Si je voulais plaire j'aurais pas cette dégaine.

La réponse était venue au tac-o-tac, sans trop être réfléchie. Là où Nana pensait peut-être le faire tiquer, il n'avait pas réagi. A vrai dire, Akashita ne se demandait jamais s'il était beau, séduisant et tout le tintouin. Pour lui, il suffisait de se maintenir en forme et il n'aimait juste pas avoir les cheveux trop courts, ça faisait trop ressortir son cache-oeil. Puis les gens lui foutaient la paix de manière général alors, aucune raison de changer.

Il pivota légèrement la tête pour regarder la demoiselle à ses côtés ; ça ne l'étonnait pas vraiment de savoir qu'elle "séchait" le boulot, d'une certaine manière. Il l'avait beaucoup fait ─ avant, plus maintenant. Il se surpris alors à penser qu'il avait bien changé depuis l'époque de son adolescence, étant nettement moins turbulent aussi. Le changement, en réalité, était relativement récent. Peut-être l'âge et l'expérience de la vie, aussi.
Le silence retomba un instant, puis elle commenta à nouveau les personnalités sur l'écran. "Des gens comme ça" qu'elle lui dit. Des gens comment ? Il ne répondit pas de suite, réfléchissant à la question. Des gens beaux, concordant avec les critères de beauté ? Des gens talentueux, savant faire de la musique, chanter et bouger le popotin ? Il n'y voyait pas trop l'intérêt. Akashita n'avait jamais été un mordu de la musique et encore moins des idoles japonaises. Il ne savait pas trop pourquoi, mais il avait toujours eu dans l'idée que sans un minimum de caractère et de non conformité, l'approcher ne rimait à rien. En dépit d'avoir grandit au Japon, sa mère était loin d'avoir été exemplaire et il avait souvent été confronté à son "manque d'éducation". Alors, le Japon...

Pauvres gens quand même, doit y avoir des gros dégueulasses tout genre confondu qui se font sacrément plaisir sur leurs photos et vidéos.

Non, vraiment, ce genre de vie ne l'intéressait pas ; c'était tellement plus agréable d'être le turn off d'excellence lorsqu'il retirait son cache-oeil quand quelqu'un pensait que ça ne pouvait pas être si horrible que ça, tellement plus sympathique de ne pas se faire emmerder par qui que ce soit parce qu'il faisait deux têtes de plus que tous les autres gars.
Il expira longuement, puis, un sourire narquois se dessina sur ses lèvres alors qu'il la regardait, la joue posée dans sa main.

Tu aimerais qu'il prenne ta virginité, mmmmh ?

C'était gratuit, mais comme un jeu. Il savait qu'elle allait lui répondre. Après tout, elle avait le répondant qui allait avec. Et il n'arrivait pas à imaginer un seul instant qu'un homme ait déjà eu une quelconque relation avec Nana. Impossible.

••••

by Wiise
avatar
Invité

ft. kakashit

le chewing-gum s'écrase - heureusement - à quelques centimètres du pied en chaussure fourrée d'une passante. elle en fut relativement déçue. le hasard aurait mieux fait les choses de l'avoir collé dans ses cheveux ultra-lissés.
aujourd'hui, nana détestait tout le monde. aujourd'hui, plus encore que les autres jour. aujourd'hui et demain, encore. jusqu'à l'apogée. elle renifle avec beaucoup de classe, s'essuie le visage sans trop savoir de quoi.

un petit sourire amusé, qu'elle ne peut réprimé, s'imprime pourtant sur son visage poupin. c'est vrai que, à bien y regarder, y en a beaucoup qui doivent se toucher sur les TNT. surtout terumi, ajoute-t-elle en soufflant. le privilège des grosses poitrine ricane-t-elle.
ses doigts viennent balayer l'indomptable mèche de cheveux qui lui sert de frange. elle balance ses pieds dans le vide.

— ....quoi ?

elle se tourne, et fixe l'homme. droit dans les yeux. rien de frémit pendant des brèves secondes pendant lesquelles elle essaie de déterminer si il croit ce qu'il dit, s'il dit ce qu'il croit. est-ce qu'il y croit ?
et puis alors elle se balance en arrière sur l'échafaudage et explose d'un rire gras et rauque. un rire de gorge, plus sincère que tout ce qu'elle a bien pu rire ces derniers temps. des larmes coulent le longs de ses joues. elle rit tellement qu'elle en a des crampes.
et encore secouée de rire, elle dit :

— mpolikyujhtrge. ( ou quelque chose dans ce goût là )

elle se redresse et essuie son visage dans ses manches rose bonbon. elle rit encore, pendant quelques secondes, se calme et recommence, fatiguée, fourbue d'une hilarité bienvenue.

— en fait c'est moi qui lui prendrais probablement sa virginité.

puis elle hèle son voisin d'un coup de coude :

— tu pensais sérieusement ce que tu viens de dire ? que je suis vierge ?

rien que le fait de l'évoquer la rend à nouveau hilare.


avatar
Invité
青い鳥
Nana & Akashita
••••



Le moment de blanc qui suivit sa question soulignait presque le comique de la situation. Alors, quand la brunette explosa de rire, Akashita haussa les sourcils, mais ne se sentit nullement insulté. En vrai, il ne s'était pas attendu à une telle réaction ; vexée, ennuyée, embêtée, agacée, bref un peu de tout ça, mais clairement pas amusée au point d'en avoir les larmes aux yeux. Le borgne se surprit à penser que ce n'était pas désagréable non plus, vu que son air ronchon de pékinois boudeur l'irritait en général. Au moins, il avait comprit que son idée était fausse, et qu'un homme avait déjà posé les mains sur elle.
Alors qu'elle reprenait l'esprit, l'imagination d'Akashita s'affairait toujours à comprendre dans quelles circonstances cela avait pu arriver ; un vieux qui l'avait payé ? Une racaille dans sa voiture ? Elle qui menait la danse ? Lui ? Ou peut-être une autre fille en fait ? Il n'en savait rien, mais tous ces scénario lui paraissaient tellement improbables... Quant à la virginité du chanteur, bizarrement, il n'en doutait pas un seul instant également. Comme quoi, ils arrivaient à se mettre d'accord, parfois.

Un sourire amusé étirant ses lèvres, il ne changea guère sa position, un peu curieux malgré tout.

J'ai un peu du mal à imaginer le scénario qui mène à la perte de ta virginité, ouais. Tu es un peu le chaton sauvage qui donne l'impression que tu mords la queue de celui qui te la montre.

Belle métaphore pour souligner son caractère difficile et son allure de teigneuse. Derrière tous ces petits trucs kawaii et son air ultra ronchon à bouder pour rien, comment avait-elle pu se déshabiller et s'envoyer en l'air avec quelqu'un ? Peut-être qu'elle avait violé quelqu'un en fait.

Tu as violé un mec ?

Il ne voyait pas vraiment de fille que Nana pourrait se faire. C'était pas impossible. Mais même une fille ne supporterait pas Nana. Avoir un concours de plus gros boobs au pieu, c'était pas le bon plan, alors autant avoir un petit soumis à chevaucher. Ah... c'était ça peut-être. Un binoclard nerd chopé dans un game center parce qu'elle en avait marre d'être la pucelle. Léger rire amusé.

C'était quoi, un binoclard du game center voisin ?

••••

by Wiise
avatar
Invité

ft. kakashit
c'est vrai qu'à bien y repenser, le scenario est étonnant, et peu simple à imaginer. la réalité va parfois bien plus loin que n'importe quelle fiction dans l'absurde et l'improbable. la suite lui provoque un nouvel éclat de rire, un peu plus contenu. elle ne voudrait pas non plus qu'on la remarque là-haut et puis que le colosse la vire parce qu'elle attire trop l'attention. elle est bien là, sur le perchoir, comme détachée du reste du monde, à parle de sa première fois et du reste. avec un parfait inconnu.

— tu me sous-estimes.


elle dit ça en gonflant les joues, en bombant le torse, comme un coquelet sous testostérone. mais elle se marre, elle déconne. ça va mieux, qu'elle se dit. elle commencerait presque à y trouver de l'interêt à ce grand benêt.

— non, pas un binoclard. mais si je te raconte, tu devras me raconter toi aussi. et si tu le fais pas, je raconterais des trucs minables sur toi.

et juré qu'elle le fera, avec sa moue boudeuse et son air innocent, elle racontera un truc dégueulasse, salace. et bien sur qu'on la croira, parce qu'après tout, pourquoi pas ? elle prend un bol d'air, remet sa capuche sur sa tête et rassemble ses souvenirs dans une grimace.
puis, admettant naturellement le fait qu'il approuvait le deal, elle se met à raconter son improbable histoire :

— j'avais 15 ans. et... dans le bahut où j'étais, y avait un grand internat un peu prestige machin, et ils étaient super regardant sur les relations entre élèves tu vois ? ils surveillaient beaucoup. genre vraiment beaucoup. tellement beaucoup que j'avais toujours un con de surveillant sur le dos quasiment où que j'aille. et un soir, je voulais faire le mur. je sais plus trop pourquoi. et le surveillant m'a choppé alors que je me glissais par la fenêtre. et en fait, il m'a fait flippé, du coup j'ai basculé par dessus le bord et j'ai perdu ma jupe dans la bataille. c'était super gênant. et le mec était gêné aussi. mais comme j'étais bien décidé à me barrer, bah je suis partie comme ça en fait. sauf que lui il m'a couru après. il était persuadé que j'allais rejoindre je ne sais quel trou du cul de ma classe pour faire des bisous ou je sais pas. enfin bref, le fait est qu'il m'a rattrapé gnagna il m'a ramené jusqu'au bâtiment et quand je lui ai expliqué que j'allais voir personne, il a parut soulagé et j'ai trouvé ça étrange. et quand je lui en ai parlé, il m'a avoué qu'il me trouvait mignonne gnagna du baratin de connard, une soupe qu'il avait déjà du servir à d'autres gamines. et il m'a collé après ça, c'était encore plus gênant que de se barrer en culotte dans le parc. le fait est que pour lui casser les couilles, j'ai accepté de coucher avec son collègue. voilà.


et en y repensant, elle trouvait ça drôle, un peu pathétique aussi, mais drôle. il n'y avait ni remords ni trémolo d'aucune sorte dans sa voix, juste une hilarité contenue et une certaine gêne. cette gêne que l'ont ressent quand on raconte un truc salace pour la première fois à un membre de sa famille.

— et franchement, c'était nul. mais je me suis rattrapé depuis. ajoute-t-elle en sortant deux sucettes de sa poches. des grosses sucettes avec des chewing-gums dedans. elle en ouvre une et puis en pose une dans les mains de son voisin.

— à toi maintenant !

et la sucette vient se caler dans sa bouche, entre ses molaires,e t craque.

avatar
Invité
青い鳥
Nana & Akashita
••••



Non, pas un binoclard ? Alors quoi, le queutard du coin ? Le deal qu'elle lui proposait paraissait raisonnable. Il lâcha un "mmh" d'approbation, acceptant le jeu juste parce qu'il était curieux et qu'elle semblait avoir une bonne histoire à lui raconter.
Et quelle histoire. Il n'avait pas pipé mot, mais le haussement de ses sourcils en disait long. Plus elle parlait, plus il trouvait la situation totalement absurde. Mais d'un autre côté... ça ne l'étonnait pas tant que ça. Nana quoi. Elle restait Nana, quoiqu'il arrive. Alors, lorsqu'elle lui tendit la sucette, il explosa simplement de rire ; un bon rire franc, car il y avait bien de quoi se marrer. Ce n'était pas tous les jours qu'une telle anecdote pouvait être entendue.
Le borgne se calma néanmoins rapidement, mais un large sourire persistait sur son visage.

Putain, t'es un sacré numéro quand même. Coucher avec le collègue pour casser les couilles de l'autre, sérieux...

Prenant la sucette sans se faire prier ─ c'était si gentiment proposé ─ et retira l'enrobage en plastique. Il n'était pas très sucrerie, mais une fois de temps en temps ne lui ferait pas de mal, surtout quand Nana venait vous raconter la perte de sa virginité et que c'était hilarant. Il n'allait pas oublier cette anecdote de si tôt.
Aussi, elle lui réclama son histoire à lui. Sucette dans la bouche, il posa ses mains derrière lui et soupira légèrement.

Rien d'extravagant en comparaison.

Silence.
Il s'accorda quelques secondes de réflexion sur le sujet.

En fait, si, un peu louche quand j'y pense. Je venais de perdre l'usage de mon oeil droit, tout le monde me cassait les couilles, j'allais être viré de mon lycée. Je suis allé chier, et quand j'avais fini, y'avait une meuf dans les toilettes des mecs qui m'attendait. Il lança un regard à Nana. Sans culotte sous la jupe.

Le souvenir de la bimbo de son lycée l'amusa un peu. Ils n'avaient pas été pris sur le fait, mais il n'avait pas anticipé cette situation, et quand il y songeait, c'était un peu improbable. Ils ne se connaissaient même pas.

Voilà. J'avais 15 piges. Elle en avait 17.

Son histoire était bien plus courte en comparaison, mais le glamour n'y était définitivement pas. A tout bien réfléchir, qu'est-ce qu'elle lui avait trouvé ? Pourquoi avait-elle voulu coucher avec lui à cet endroit et ce moment précis ? Les toilettes, quand même, il y avait plus sexy comme endroit, surtout après qu'il ait posé une pêche.

Je crois qu'elle était nympho, balança-t-il en se rappelant le visage de la fille.

••••

by Wiise
avatar
Invité

ft. kakashit
elle regarde ses mains, les siennes, petites, témoins plus fiables de son âge que son propre visage. et puis celle de son voisin, immense, probablement calleuses, tellement grandes par rapport au sienne. et elle se marre, dans sa tête, de sa petitesse, de son aspect enfantin et de cet air de chérubin qui lui colle à la peau et dont elle saura jamais se défaire. ce truc qui fait qu'elle avait été repérée quand elle était idol, ce truc qui fait qu'on la prendra jamais au sérieux la première fois. ce truc délictueux qui allume des étincelles dans les yeux des mecs. ce truc. son truc. elle croque la sucette à nouveau, à s'y casser les dents, attentives à l'histoire qu'on lui conte. et ses yeux restent rivés sur les passants, presque hypnotisée par le monde qui avance juste sous ses pieds.

— attend... quoi ?!

attend, quoi ?!
et ça continuait dans sa tête, comme une chanson entêtante - ses interrogation, son regard qui se soulève plein d'étonnement et ses pupilles fixées vers le conteur. elle reste interdite un bref instant avant d'être secouée par un nouveau fou rire, qui manque de la faire basculer par dessus bord.
elle se rattrape tant bien que mal avant de glisser sous la rambarde - probablement qu'on voit ses sous-vêtements, mais ça ne l'effleure même pas.

— quoi ? je ... quoi ? j'vais jamais m'en remettre akashi, tu le sais ça ? j'vais en faire des cauchemars la nuit, en fait. j'suis plus si sûre que c'était une bonne idée que tu me racontes ça.  

y a vraiment des gens étranges ajoute-t-elle entre deux bruits de succions très loin d'être l'amour. et elle continue de le fixer, tripotant le bâton de sa sucette pendant qu'elle essaie d'arrêter d'imaginer la scène qui illustre cette anecdote improbable. pendant qu'elle se demande si il la mène en bateau juste pour qu'elle n'insiste pas . mais qui pourrait inventer ça ?

— et tu trouves que c'est pas extravagant ? en plus ?

elle tape sa tête du bout du doigt, signifiant qu'il est probablement atteint d'un trouble mental. ou d'un vice de fabrication.

— je me demande combien de mecs, de victime même, elle a bien pu faire cette nympho. si ça se trouve, elle est passée en dessous de nous, sans qu'on le sache, cette fille. et aujourd'hui, elle est mère de famille et son mec la tabasse pas trop si elle est sage. elle fait tourner la sucette dans sa bouche, s'appuie de nouveau sur la rambarde. c'est fou, n'empêche, toutes ces vies dont on saura jamais rien. toutes ces premières fois improbables qu'on nous racontera pas sur un échafaudage.

c'est fou. et elle croque à nouveau dans le bonbon, sans vraiment savoir si elle trouve ça important, ou non.

avatar
Invité
青い鳥
Nana & Akashita
••••



Le rire de Nana eut le mérite de lui décocher un sourire. Elle trouvait son anecdote hilarante ? C'était mieux que d'en pleurer ou d'afficher une mine écœurée. La môme glissait, se déshabillant presque au nez des gens, et Akashita jeta malgré lui un regard curieux ; qu'est-ce qu'elle pouvait bien cacher sous ses fringues kawaii et ultra geeky ? A bien y réfléchir, il ne l'avait jamais vraiment regardée.

Un vague "Mmmh" se fit entendre alors qu'il calait la sucette dans sa bouche, l'air un peu songeur.  Il croqua à peine et la sucette se brisa en deux. Il ne s'y attendait pas, mais s'y accommoda bien vite. Le bruit crunchy de sa mastication, fort heureusement, n'était pas plus fort que le brouhaha de la vie quotidienne. Bouche pleine, il commenta également, non sans avaler entre les mots.

Et dans le lot y'en a probablement un ou deux qui rêvent de se taper un cheval ou une vache.

Pertinent. N'y avait-il que ça qui lui traversait l'esprit ? Bah, dans le fond, il s'en tapait un peu des gens, alors autant imaginer les trucs les plus tordus qui soient.

Et peut-être même qu'y'a un eunuque qui a perdu sa queue après l'avoir fourrée dans un pot d'échappement.

C'était presque un gag à ce niveau là. Mais, pourquoi pas ? Quand les gens pensaient être louches, ils finissaient pas trouver pire en fouillant un peu. Jusqu'où pouvait aller l'étendue de la connerie humaine ? Quelle était la limite ? Le truc le plus saugrenue ou difficile à concevoir par le commun des mortels, qu'un jour un homme ou une femme seul aurait décidé de faire ? Lécher entre les orteils des morts ? Faire des sandwitch de caca ? Une pénétration nasale ? Une écharpe en poils pubiens ? Et pourquoi pas un concours de merguez dans les oreilles tant qu'à faire ? Tout ce qui pouvait être imaginé par l'esprit, pouvait être réalisé par la connerie.
Et lui qui ne s'étonnait même pas d'être capable d'imaginer des horreurs pareilles.

••••

by Wiise
avatar
Invité

ft. kakashit
c'est vrai que doit y en avoir un paquet, de gens bizarres. qui se baladent comme ça, à leurs pieds, incognito. et elle se dit que bientôt il va falloir y retourner, descendre, se ré-insérer dans la foule des gens bizarres. des inconnus aux multiples vies. elle ira marcher et continuera sa vie à elle, d'improbable feu follet.
elle rigole, encore un peu. ça fait du bien finalement, peut-être qu'elle remontera plus souvent sur des échafaudages avec le géant. mais pour l'instant, c'est la fin de l'échange. elle le sent, elle doit y aller. rester immobile trop longtemps ça lui file des fourmis dans les fesses - et puis elle a un endroit à aller visiter. aujourd'hui demain et jusqu'à la fin du mois, c'est comme ça. elle remet sa capuche, engloutit ce qui reste de sa sucette et regarde en bas.
un coup d'œil à akashita. un sourire malin. et elle se laisse glisser entièrement. crapahute comme un petit singe jusqu'en bas, fait vibrer tout le bordel avec ses conneries.

arrivée en bas, elle lui fait signe de la main.

— c'était sympa. mais les trucs crados sur les voitures, tu comprendras que c'est trop pour moi.

elle lui fait un clin d'œil et disparait comme elle est apparu. au fil de ses pas, elle retrouve le morose et la solitude qui l'avait mené au milieu de la foule. la journée avance quoi qu'il en soit et bientôt il sera temps de retourner au QG. une mission à effectuer.
nana n'était pas ponctuelle. sauf lorsqu'il s'agissait de son travail et de ses missions. chaque seconde comptait alors et elle se faisait un devoir d'être irréprochable dans ces cas-là. encore une contradiction.
à quoi pensait-elle ?
ses doigts entrèrent dans un petit trou situé sur sa poche, elle avait du accrocher le sweat en descendant. elle jura,et lança son pieds dans un truc qui traînait.

Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum