la belle et la poubelle || ft. sunny
avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2

la belle et la poubelle




Il n'y avait jamais de raison particulière. Juste une envie soudaine. Parce que tu voulais déserter ton appartement pendant un temps, parce que les chambres d'hôtel étaient intéressante à tes yeux. Les restaurants, le repas dans la chambre, toute ses choses qui étaient séduisante bien que la population de l'hôtel t'étais toujours énervante. A croire que ça ne te passait pas à l'esprit que c'était principalement grâce à ses gens que tu n'aimais pas que tu avais tant de possibilité. Tant d'activité, tant de vêtement. Que tu vivais simplement dans le luxe.

Alors juste, tu avais quitté ton immeuble pour aller déposer tes affaires dans une dès chambre d'hôtel que tu avais l'habitude d'occuper. Sans doute parce que c'était l'une des suite les plus chère, parce qu'il n'y avait pas beaucoup de client qui souhaitait la réserver. Du moins, c'était possible mais plutôt rare. Bien qu'à tes yeux, la notion du prix en était totalement inconnue. Un simple écart, une simple présence. L'hôtel à presque quelques lieux, sans doute autant lumineux que ton habitat.

L'instant nécessaire du hall traversé. Observer les clients pour noter la marque des accessoires qu'ils possédaient, histoire d'avoir de nouvelle idée d'achat mais aussi de tenue à concorder. Un esprit quelque peu pragmatique sur cette histoire qui te semble si importante. Peut-être même jusqu'à jalouser certains articles que tu avais désiré de toute ton cœur, mais dont leur succès t'avais fait défaut. Les rendant ainsi hors stock lorsque tu en aurais le plus eu envie. Une triste problématique.

La tête dans les nuages, un espoir dépassé. Ton nom qui survole jusqu'à tes oreilles.

« Oh ! Mikitani-sama, votre ami vous attends depuis hier soir dans la suite royale. »

Ta démarche pourtant si assurée qui s'arrête alors sans crier gare. D'un simple geste, la tête qui se retourne vers l'employé laissant tes cheveux voler face à cette rotation soudaine. Un geste malgré tout gracieux, parce qu'importe comment tu désirais te comporter ton corps l'était automatiquement. Comme par réflexe, une beauté. Le sourcil qui monte face à l’incompréhension, cette main qui se soulève pour atterrir simplement dans ta chevelure à recoiffer. Aucune nécessité, mais bien un geste des plus naturels. Une lèvre qui se pince, le regard qui s'interroge. Pourtant, bien qu'un soupir fini par traversé ta bouche, aucune parole à l'égard du maître d'accueil n'est effleuré.

Finalement, une expiration des plus rapide. Un son sec qui laisse comprendre que tu sais. Que tu a compris de quoi il s'agit, jusqu'à même évoquer l'outrance. Un instant de mépris, simplement à sa place, envers l'énergumène qui avait cherché abri dans cette suite royale qui était tienne. Le pas plus puissant, engagé parce que maintenant tu sais ce que tu désires. Le remettre à sa place. Sûrement. Alors tu arrives à t’acharner sur le bouton de l'ascenseur, pensant simplement que cela pouvait le faire arriver plus rapidement au rez-de-chaussée. Bien sûr, ça ne servait à rien, mais à l'instant précis tu n'en avais strictement rien à faire. Peut-être même que le chemin aurait été plus rapidement en prenant les escaliers, mais tu n'avais pas envie de te faire suer pour rien. Et encore moins pour lui.

Et tu finis par rentrer dans cet ascenseur, une patience inexistante, le pied qui tapote le par-terre durant la montée. Le temps qui paraît si long, le soupir qui s'échappe à chaque arrêt d'étage inférieur. Les pas qui finissent pas repartir jusqu'au fond du couloir lumineux. Une porte gigantesque, une simple badge d'accès pour entrer dans la chambre qui s'avère bien trop grande pour lui. Les talons qui claquent sur le sol, encore plus férocement que l'habitude, une perte totale d'indulgence lorsque tu lances ton sac Burberry noir sur la chaise à l'extrémité du salon d'accueil. Pour finalement ouvrir sans retenue aucune, -et non sans silence- la porte qui donne sur la chambre principale.

« Sun Kimura. »

Tout ton corps qui se balance pour ne s'appuyer que d'un côté, une position qui met en valeur ta ligne fine et athlétique. Ta langue qui claque, tandis que l'une de tes mains vient se poser sur tes dernière lunettes de soleil, noire au design pavé de diamants de chez Christian Koban, qu'elle soulève pour les positionner sur le haut de ton crâne.

« Je crois que tu me dois quelques explications. »

Bien que tous deux, saviez exactement la raison de sa présence en ce lieu. Parce que ce n'était malheureusement pas la première fois.
concrètement j'ai faim
ft. Sunny - 741 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

Dormir c'est la vie.
Alors dormir dans un lit 5 étoiles, autant dire que c'était le pied absolue. Passer des canapés miteux à la soie d'une double couette, ça n'avait pas de prix. Mais vraiment pas, étant donné que tout ça c'était au frais de la Princesse. Ça faisait un moment que j'avais pas abusé de la situation, à force elle allait certainement finir par me bannir de partout en s'assurant que je ne puisse plus jamais mettre les pieds dans un bâtiment qui porterait son nom... Mais j'en avait besoin de ce lit. De ce bon lit moelleux et de cette super nuit de sommeil. Un sommeil aidé par la quantité astronomique d'alcool présent dans le mini bar et une fille au QI inversement proportionnel à la taille de ses seins.. Le seul vrais moyen de fermer les yeux plus d'une heure.
Là, c'était pour toute la nuit, et bien plus encore.
Emmitouflé dans les draps, rideaux fermé, j'aurais pu roupiller comme ça toute ma vie. Hiberner comme un ours. Franchement est ce que c'était pas le meilleur plan du monde ? Mais comme tout les bons plans sur terre, ça pouvait pas durer éternellement. Après tout, ce serait trop chiant que de me laisser kiffer la vie plus d'une demis journée, des fois que j'y prenne goût on sait jamais. J’aurais bien fait semblant de pas entendre la furie qui approchait à grand pas, mais c'était difficile d'ignorer une telle mise en scène.. Pourquoi elle venait me casser les couilles au juste.. et comment ça ce fait qu'elle sache que je suis ici ? C'était pas une coïncidence.. parce que si ça l'était j'avais le karma le plus pourris du monde, sincèrement..
Nu dans le lit, la tête enfouie dans l'oreiller, je me contentais de grogner un peu. Pour protester, histoire d’émettre un son en guise de réponse également. J'avais tellement mal à la tête, fallait pas me demander de faire des phrases construites.. du moins pas avant d'avoir repris un verre. Combattre le mal par le mal, surtout si c'est de l'alcool. A la limite, une cigarette, histoire de me remettre les idées en place.. mais n'ayant ni l'un, ni l'autre, je me contentais de grogner en levant le nez de l'oreiller pour entrevoir la silhouette de Princesse à travers mes yeux fatigué et défoncé.
Belle, bien fringué, un maquillage parfait malgré le regard noir qu'elle me lançais, elle avait certainement décidé de déserter son appartement pour faire du shopping ou se balader dans sa limousine juste par plaisir de créer des émeutes de curieux. Elle a vraiment que ça a foutre mais ça lui va plutôt bien... Alors pourquoi elle venait me gueuler dans les oreilles ? Y'en avait d'autres des chambres après tout.

« Kestuve 'tin pourquoi tu gueule... »

Dans un autre grognement, cette fois je me tournais un peu en fermant les yeux. Comme si ça allait la faire disparaître. Pouf. Envolée, comme un mauvais rêve.. ce serait beaucoup trop beau c'est vrais. L'autre fille dont le nom m'échappe totalement l'avait bien fait elle, pourquoi Princesse faisait pas cet effort franchement ? J'espérais simplement que ma copine d'un soir n'ai pas oublié sa petite culotte en route sinon Princesse allait certainement me piquer une autre crise. La première étant certainement l'état du mini bar.. La seconde mon corps nu enroulé dans ses draps.. ça faisait déjà beaucoup en trop peau de temps.. Et encore, j'avais pas encore réclamé une douche ni même quelque chose a bouffer...
Après une entrer aussi grossière et sans gêne, elle pouvait bien me commander à bouffer..
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2

la belle et la poubelle




Ta mâchoire qui aurait pu se décrocher, la bouche simplement ouverte parce que tu n'en revenais pas. D'une part il se permettait encore une fois d'utiliser ton nom pour entrer gratuitement dans les hôtels de ta famille. Mais qui plus est, il se permettait de te répondre comme si cette situation était des plus normale.

Il était clair que tu n'étais pas son majordome ou quelque chose du genre, d'ailleurs entre les deux personnes présentes dans cette pièce il ne faisait aucun doute que celui qui résonnait le plus comme un esclave aux yeux de l'autre, était incontestablement le seul qui était encore au lit. Alors t'avais laissé échapper un long soupir qui était tout sauf miséricordieux, il fallait le dire. Ton talon qui vient à claquer tout autant sauvagement que rapidement le sol de la chambre, afin de lui faire part de ton agacement. Qu'après tout tu n'avais pas que ça à faire dans ta vie que de t'occuper de lui, d'ailleurs c'était même pas ton rôle. A la rigueur, si tu étais de bonne humeur, lui offrir une limonade fraîche pour le remercier d'avoir porté tes affaires lors de vos journées shopping était déjà une très grande avancée.  Mais là, là il exagérait vraiment. Vraiment beaucoup trop.

Et comme tu vois qu'il ne prend même pas la peine d'émerger du lit royal, ton sang qui ne fait qu'un tour dans l'ensemble de ton être, tu t'en approches pour le tirer  des draps qui auraient dû être tient.

L ' h o r r e u r .

En vérité ce n'était pas la première fois. Ce n'était pas la première fois que tes yeux se retrouvaient souillés à ce point. Ce n'était pas la première fois que ton regard passait sur quelque chose qu'il n'aurait pas dû voir. Ce n'était pas non plus la première fois que ton envie de l'anéantir était aussi présente. Et encore moins la première fois que tu le voyais nu comme un vers.

Et non, ce n'était pas
n o r m a l.

« Putain Sunny met au moins un caleçon merde. »

Le fait que tu utilises son pseudo de gang montrait à quel point ton envie de lui en mettre une c’était renforcée en une seule seconde. Mais pourtant, malgré tout tu ne lui remets pas le drap parce que tu as bien trop peur qu'il le récupère pour se rendormir, telle la grosse merde qu'il est. Alors simplement un mouvement de recul pour t’éloigner le plus possible de ce que tu venais de voir. Ton dos qui se tourne comme si ça pouvait te faire tout oublier. Tes pieds qui glissent, tes talons qui claquent. Ton regard qui se porte vers la fenêtre pour l’ouvrir histoire de lui en mettre plein la gueule. Sauf que tu bloques, ton devant de l’escarpin qui shoot contre quelque chose. Quelque chose de mou, quelque chose d’inconnu, une sorte de vêtement d’après le touché.

Alors ton regard tombe, il se baisse dans l’obscurité de la chambre pour voir ce dont il s’agit. Mais heureusement pour toi et malheureusement pour lui, tu n’as pas besoin de beaucoup de luminosité pour savoir de quoi il s’agit. Simplement parce que tu en portes aussi. Ainsi, toi et ton sport, toi et ta souplesse, tu ne prends même pas la peine de te baisser pour le récupérer. Pensait-il réellement que tes talons allaient t’empêcher quoi de ce soit ? Ton pied qui se plaque, le vêtement récupère sur le pied pour le balancer d’un coup à pleine puissance dans la tête de celui-qui-n’avait-plus-que-quelques-secondes-à-vivre.

« T’as vraiment ramené une pute ici ou t’as juste décidé de te travestir ? »

Un soutien-gorge. Rouge. Inconnu. Une rage qui parcourt ton corps. Il y avait bien une chose que tu n’acceptais pas, qu’il traîne une prostituée dans les murs de l’hôtel histoire de ternir le nom dont tu étais si fière.

slt les kopains
ft. Sunny - 661 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

Même en l’ignorant très fort elle disparaissait pas. Avec le temps je devrais le savoir mais j'avais toujours cet espoir un peu fou qu'elle s'évapore si on s'occupait pas d'elle. Mais attirer l'attention c'était un peu sa spécialité. Surtout quand elle était vénère. C'est mort, j'allais pas pouvoir continuer ma grasse mat abusive, pas dans ces conditions en tout cas. Les yeux fermés, j'essayais sans grande réussite de trouver la motivation nécessaire pour me lever jusqu'à ce qu'un courant d'air vienne me chatouiller la raie du cul.
Il fait un peu froid là non ?
Le cul à l'air, et le reste aussi, grâce à Princesse qui venait simplement de tirer le draps jusqu'en bas du lit. Geste qu'elle regretta immédiatement à la vue inévitable de mes parties dénudées. Vus qui semblait l'avoir rendu aveugle sur le coup. Elle en avait gueulé, elle m'avait insulté, mais elle s'était quand même retourné pour ne pas avoir à subir ce spectacle trop longtemps. Je l’emmerde putain, personne n'est jamais plaint de voir cette parti de moi ! En plus c'est pas comme si c'était la première fois que je me baladais les couilles au vent sous son nez, elle faisait sa prude pour pas grand chose.
Puisque j'étais mis à nu, c'était pas la peine de se presser pour se fringué. De toute façon elle avait vus tout ce qui y'avait à voir. Alors je baille un peu, je me redresse dans un grognement en étirant mon dos et mon corps après cette très bonne nuit de sommeille dans ce fabuleux matelas. Sérieux, il me manquait qu'une douche et un truc à manger pour que tout soit parfait. Ça et une Princesse qui arrête de me briser les noix..
Déjà furieuse, elle s'était approché de la fenêtre certainement pour l'ouvrir. Peut être qu'elle allait m'y balancer après ce que j'avais fait. Franchement je sais même pas si je serais capable de lui en vouloir pour ça.. parce que c'est vrais que je le méritais un peu.. juste un tout petit peu.. mais quelque part j'espérais aussi qu'elle ai un peu trop d'affection pour moi bien enfouie sous son corps de femme vénale pour retenir son geste.  Je suis sur qu'elle m'aime trop.
Je le sais.
Je crois.

« Oh.. hé.. arrête de crier j'ai mal au crâne. »

Parce qu'elle me criait encore dessus.. je sais pas ce qu'elle avait « encore », mais j'en prenais plein la tête. Littéralement. Un truc venait de me voler en pleine gueule. Un truc qui m'était vaguement familier en y regardant de plus prêt. Un soutien gorge rouge très sexy. J'avais quelques brides de souvenirs qui me revenaient et je me revoyais très bien l'avoir ôté du corps d'une très jolie fille. C'est ce qui devait déplaire à Princesse. Que j'ai osé amener une fille dans cette chambre, à son nom.. mais si on peu plus dépanner les potes aussi.. c'est quoi ce monde.. elle faisait vraiment une montagne de pas grand choses..

« Déjà. C'est pas une pute vus que j'avais clairement pas un rond hier pour payer une meuf.. j'imagine qu'elle a juste été séduite par mon charme naturel.. elles sont pas toutes vénale et frigide comme toi. »

Si avec ça je passais pas par la fenêtre c'est un miracle. Mais j'étais pas totalement certain d'avoir désaoulé et en plus de ça j'avais super mal au crâne alors ça sortait tout seul. Soutiff entre les mains, je l'observais d'un peu plus prêt, pas inquiet par ma grossièreté ou par l’ouragan qui se préparait devant moi. Il était trop tôt pour ces conneries de toute manière..

« J'dirais bien que t'as cas le garder mais clairement t'as pas ce qu'il faut pour le remplir.. tin elle avait de ces seins..  j'espère qu'elle m'a laissé son numéro... »

Parce que je vrais drame ce serait de pas pouvoir remettre ça. J'avais pas la moindre idée de son nom.. Pris de panique à l'idée d'avoir laissé un bon coup se tirer, je cherchais désespérément la trace d'un numéro de téléphone autour de moi, sur une serviette en papier, une boite d'allumette ou même une parti de mon corps.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2

la belle et la poubelle




« Sache que j’ai une très bonne taille et de toute façon, vue ce que devait contenir ce soutien-gorge, elle se les est refait. Aimer le faux, ça te va si bien. »

Remarque assez comique lorsque l’on sait que tu as toi-même usé de la chirurgie esthétique pour te refaire les yeux. De pas grand-chose, certes mais juste assez pour te rendre dite superficielle. Mais ça valait totalement le coup, parce que le fait d’avoir les yeux autant bridés, te dérangeait. Parce que c’était moche. Ils étaient moches. Tous. Alors toi-même tu aimais le faux, l’apparence et le superflu. Mais la différence était que l’opération avait été faite à la perfection, de telle sorte qu’elle donnait cette impression de ne jamais avoir été faite.  C’est pour ça qu’elle se permet des commentaires, parce que pour sa part c’est quelque chose qui est réellement ignorer. Alors que la taille de la poitrine. Non, on n’y passait pas à côté.

Le souffle lent et délicat pour reprendre de ses esprits, ne pas s’égarer, ne pas s’énerver. Un manque certain de lumière, simplement tu reprends ta première destination. Un simple clic, la fenêtre qui s’ouvre alors automatiquement, l’avantage d’être riche sans doute, peu d’effort lui était nécessaire. Le tour gracieux, les fesses nues de ce cher Kimura, mais aussi une espèce de serviette. Ou peut-être un torchon ou une carte, quelque chose de sale, presque chiffonné qui n’avait rien à faire là. Ce papier tombé au pied du lit lorsque tu avais rabattu le drap d’un geste simple. Un instant de mépris, un geste arrogant, tu t’en vas récupérer la feuille pour afficher ce sourire victorieux sur ton faciès.

« C’est peut-être ça que tu cherches ? »

Ce n’était pas un déchet mais bien ce que l’indésirable espérait. Une carte d’apparence vierge abimée où était finalement noté un numéro de téléphone. Alors d’un simple fait, tu lui présentes la carte de telle façon qu’il puisse en remarquer le numéro sans pour autant pouvoir le déchiffré. Ce sourire qui ne disparaît pas lorsque tu cherches un de tes briquets au fin fond de ta poche. Aucun mot, aucune parole. Aucun son qui ne traverse tes lèves finement maquillées lorsque le feu se naît sur cette feuille de papier. Tu manques peut-être de te brûler, mais c’est bien pour la bonne cause.

« Oh. Zut alors. »

Une mine triste parfaitement représentée. Ce son qui sonne comme de fausse excuse, comme si tout cela n’était pas de ta faute. Un malheureusement accident, le briquet était présent à cette endroit, c’est soudainement allumé pour en faire disparaître le numéro. Alors ta main qui vient se placer devant ta bouche pour exprimer cette surprise dont tu as du faire face autant que lui. Et cette face déconfite qui peu à peu laisse place à un sourire révélateur.

« Oh je sais ! En sortant j’irais voir les caméras de surveillance pour blacklister dans toutes les enseignes la tête de miss-je-refait-mes-seins. »

Le rire amusé, bien trop léger pour être perçu. Rien que pour toi, aucun partage pour lui cette fois-ci. Puis une vibration des plus naturels au centre de ta poche, ton Iphone X. Parce que oui, tu avais fait ton petit instant de gaminerie en exigeant que ton père te l’achète avant sa sortie officielle. C’était en quelque sorte ton petit brin de fierté, surtout lorsque tu faisais rager les hateurs sur instagram. Une nouvelle notification, un nouveau message. Durant la lecture, une mèche qui tombe à l’avant de ton visage pour y déranger la vue. Un simple revers de la main, les cheveux soigneusement placé derrière l’oreille.

« Ça serait quand même dommage qu’une fille que t'as défoncé dans ma chambre en te faisant passer pour quelqu’un d’intéressant découvre que t’es juste un chat de gouttière, non ? »

Un haussement d’épaule des plus hautains lorsque tu replaces ton téléphone dans son antre. Tu as beau le connaître depuis plus d’une dizaine d’année, ta parole ne change pas. Toujours aussi mal, toujours aussi dur. Princesse la véritable langue de franchise et de douleur.

« Parce que pense ce que tu veux, mais en vrai tu n’intéresses personne. »

Et tes yeux qui finissent pas glisser sur le pourquoi de la chose, tandis que tu faisais tout ton possible pour ne pas le recroiser présentement. Mais en vérité, tu avais plus été choqué qu’autre chose parce que c’était dérangeant. De principe, rien ne te troublait réellement, parce que tu n’avais aucune réaction qui s’avérait correcte.

« Et c’est clairement pas ça qui va la faire revenir. »

Un rire fort, frais. Mais qui n’a rien d’élégant, tout comme le centre de son inspiration. Puis pourtant, tout ce stop. D'un coup, comme ça sans même crier gare. Comme si tout n'avait été que faussement imaginé.

« Bon dépêche toi de t'habiller maintenant. »
au moins elle est pas violente jsp
ft. Sunny - 813 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

Et en plus elle est jalouse.
Princesse avait toujours eu un problème avec les filles mieux foutu qu'elle, c'est viscérale, dés qu'elle se sent menacé par une meuf elle passait en mode super harpie, et là, vus la taille du sous vêtement, elle avait clairement de quoi rager. Le pire c'est qu'elle osait cracher sur le potentiel « refait » de cette poitrine alors qu'elle avait certainement connu plus de bistouris que n'importe qui ayant dormis dans ce lit. Mais c'était toujours amusant de la voir râler un peu. Ça le devenait beaucoup moins quand elle commençait à faire sa garce. Ce qui finissait toujours par arriver, soyons honnête.
Le seul vrais truc chiant c'est qu'elle avait trouvé le numéro avant moi. Mon flirt d'un soir m'avait réellement laissé un numéro, pour une fois que j'étais ravie et prêt à la rappeler, il fallait que le destin, armée d'une Princesse en pétard, se mette en travers de ma route. Qu'est ce que j'ai fais pour mériter ça franchement ? Bon je l'avais peut être un peu chercher c'est vrais, mais quand même.. ruiner mes coups parce qu'elle est frustré. C'est pas très élégant de sa part.
Même si elle avait le sens de la mise en scène.
Elle l'avait cramé.. Elle l'avait vraiment cramé Là comme ça sous mes yeux. Juste pour me faire chier et juste parce que c'est un peu trop une peste en faite. J'ai même pas eu le temps de réagir. De bouger. De me plaindre ou de faire quoi que ce soit pour l'en empêcher.. de toute manière elle aurait cramer cette chambre entière avec moi dedans si je l'en avait empêché. Je suis certain qu'elle en était capable. Devant le précieux numéro qui partait en fumé, je me contentais donc de soupirer en grognant un bon coup avant d'enfouir ma tête dans l'oreiller le plus proche histoire d'y déverser ma haine en silence. Sérieux, j'avais qu'une envie c'était de me rendormi. Mais maintenant qu'elle était là, elle était vraiment pas prête de me lâcher. Maintenant on passait aux menaces. Elle voulait radier à jamais mon coup d'un soir de tout ses établissement. Comme si j'en avait quelqu'un chose à faire de toute façon, c'est pas comme si j'avais l’intention de la faire revenir ou de jouer ma carte hôtel de luxe tout les jours.. Mais ça prouvait bien à quel point Princesse avait la haine. Rien que ça, c'était kiffant.
Étendu et toujours nu, je relativisais assez sur la situation et me moquait une fois de plus des insultes qu'elle me lançait en pleine tête.

« Ma Princesse, si tu savais comme je m'en badigeonne les couilles du pinceau de l'indifférence.. Je comptais pas épouser cette fille et en faite j'arrive même pas à me souvenir de son nom alors... »

Ce qui arrivais assez souvent, je devais bien l'avouer. Peut être qu'elle s’imaginait que c'était un plan sur le long terme et que peut être je comptais me caser avec une meuf en basant notre relation sur un mytho et une nuit d'amour. Une nuit qu'elle devait clairement pas regretté puisqu'elle avait laissé son numéro, quoi que Princesse en dise, ça, ça pouvait tout a fait faire revenir des filles et c'était même déjà arrivé. Comme tout homme vexé dans sa virilité par une amie de si longue date qu'elle pouvait faire office de sœur, j'étais obligé de me revaloriser un peu.

«  En plus je te ferais dire que ça, justement, est plutôt populaire chez les personne l'ayant déjà pratiqué. Si tu vois ce que je veux dire. »

Pas la peine de s’étaler sur le sujet. C'était l'heure de prendre une douche. Même si elle voulais que je m'habille, c'était hors de question de sortir d'ici sans m'être rafraîchie, et puis comme j'avais déjà squatté toute la nuit de toute façon, un quart d'heure de plus c'était pas grand chose. Debout, enfin hors du lit, je m'étirais de nouveau en attrapant le draps pour m'en faire l'esquisse d'un pagne histoire qu'elle soit vaguement satisfaite.

« Je sais pas toi, mais je vais prendre une douche. T'as cas venir avec moi, si tu veux je te laisserais expérimenter toi même et te faire ton idée..  Puis baiser un coup ça te ferais du bien je te trouve un poil tendu.. »


©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2

la belle et la poubelle




Le regard meurtrier, les yeux revolvers, les mains qui se déplacent pour se déposer avec hardeur sur tes hanches, le talon qui de plus belle vient s’exploser face au sol. Tac tac tac tac. Un bruit incessant qui percute autant tes nerfs que ceux de n'importe qui. Cependant tu ne le fais pas cesser, l'agacement qui ne fait que se renforcer, ne disparaît pas, bien au contraire. Déjà qu'il ne dégainait toujours pas sortir du lit king size aux draps les plus sophistiqués, mais en plus de cela il ne semblait pas réellement troublé par cette perte de numéro.

Pourtant, malgré ce tac tac qui ne faisait que compléter l'espace bien trop conséquent de la suite royale, un rire frais, le ventre plié mais pourtant qui paraîtrait presque forcé, ce rire qui traverse tes lèvres aux paroles de ce chez Sun. Avait-il seulement conscience de ses propos, parce que la façon dont il en semblait en être tant persuadé était à mourir de rire. Sincèrement. Comment pouvait-il de lui même croire et de surplus, inventer un tel mensonge en ta présence. Au fond, même si il était terriblement chiant. Par moment, ça lui arrivait d'être un peu drôle.

Mais juste un peu. Autant que son physique passablement passable à vrai dire. Ces deux éléments étaient totalement comparable tellement leur niveau te paraissait qu'insignifiant. Triste réalité, ce soupir qui coupe fin à ce rire enfantin lorsque l'une de tes mains s'approche finalement de ton visage pour s'y écraser. Malheureusement pour lui, Sun ne comprenait pas le respect dont il était censé faire preuve envers ta splendide personne.

« Je ne crois pas t'avoir autorisé à me parler de cette manière. »

Le ton et l'acte qui surplombe tes paroles de cette manière condescendante qui te caractérise tant. Cette langue qui vient claquer contre le palais pour exprimer ce dont il s'agissait : il avait définitivement dépassé les bornes. Une des mains qui s'approche de ta chevelure pour replacer l'une de tes mèches existante au derrière de ton oreille. L'expiration violente et inattendue qui pourrait représenter ce souffle coupé, qui pourtant n'est qu'en lien une fois encore, avec ce doux énervement qui t’habite.

Le regard qui surplombe toute ton espérance, les yeux qui se crispent lors d'un simple mouvement de tête. Tous t'énerve, tous t'indigne. Une seule envie, beaucoup trop violente. Quelque changement apporté, un retrait efficace juste par la présence dans cette chambre bien trop luxueuse pour qu'il en récolte les frais. Pourtant, l'envie qui s'affirme à chacun de ses faits. Et cela, même si il semble apporter quelques efforts peu significatifs à tes yeux.

« Tu sais qu'on voit une bonne partie du quartier ici. »

L'évidence même. L'un des bons plaisirs d'utiliser cette chambre bien trop chère pour le commun des mortels. D'une part chaque meuble, la grandeur, la position. Tout est existant pour exprimer à quel point elle se doit d'être fabuleuse. Alors l'hôtel dont le bâtiment possède l'une des meilleures position de roppongi, celui qui s'élève en centre du tous. Les vitres gigantesques qui permettent d'observer, d’apercevoir. De prendre son pied. Un Tokyo éblouissant juste en face de sois, rien que pour sa petite personne. Savoir en profiter.

Mais lui ne savait pas.

« Si tu n'es pas prêt dans cinq minutes, c'est ta tête ensanglantée qui va finir explosée sur la vitre. »

Parce qu'on y voit tous, mais rien ne nous vois. N'arrive même pas à nous frôler. Telle était la beauté de la richesse, la supériorité face aux misérables qu'habitaient ce monde. Le doigt pointé vers la fenêtre, l'endroit exact où il allait atterrir si il ne se dépêchait pas. L'endroit exact où il risquait de tirer son dernier souffle de vie si il continuait à te parler de la sorte.

« Au moins la dernière chose que tu verras sera plutôt sophistiqué pour quelqu'un comme toi. »

Un haussement d'épaule. Tu lui donnais quand même beaucoup trop.
mdr continue comme ça sunny
ft. Sunny - 813 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

Non. Elle voulait juste être chiante.
Moi je disais ça pour elle surtout, sérieusement elle se faisait pas assez sauter ça la rendait invivable. Enfin plus d'habitude et c'était au delà de ce que pouvait supporter le commun des mortels, heureusement que j'avais l'habitude maintenant . Je l'entendais râlais et préféré m’exiler sous la douche des fois qui lui viendrait en tête de me lancer un truc à la tête ou de m'enfoncer ses talons dans le cul pour mon mauvais langage comme elle le disait si bien. Même dans la salle de bain je pouvais l'entendre s'agacer. Je m'imaginais super bien se retenir de tout envoyer valser, moi premier.. Peut être que j'abusais un peu.. un tout petit peu.. mais franchement j'ai fais que pioncer dans sa chambre c'est pas non plus le pire crime du monde. En plus j'ai rien cassé. Ok c'était une chambre de luxe mais elle s'en fou elle paye pas ! Elle pouvait partagé, surtout que la vue était super, ça, y'a pas de doute. J'en avais pas tellement profité ceci dit. En vérité j'en savais rien étant donné que je me souvenais pas du tout de la soirée d'hier.. mais la vue donnait des idées de meurtres à Princesse que je me serais bien gardé d'entendre. Encore des menaces ? Vraiment, il serait temps que ses parents lui trouvent un mec à marier parce que plus ça va moins c'est supportable.

« J’entends rieeeen !»

Ce qui était faux mais au moins ça faisait genre que je savais pas qu'elle menaçait de m'éclater la tête dans la vitre pour que je finisse en crêpe de nudiste tout en bas de l'immeuble. Cinq minutes c'était trop peu mais j'étais quasi certain qu'elle allait pas me chronométrer.. du moins j'espère, parce qu'encore un peu bourré de la veille, le temps était quelque chose de plutôt abstrait pour le moment. Les pieds dans la douche, l'eau chaude avait au moins pour effet de finir de me réveiller correctement et c'était quand même plus agréables que les cris de Princesse.
Je sais pas comment j'allais faire pour survivre à la furie mais je trouvais toujours une idée... même si là du coup, j'avais juste faim en faite. Je suis même pas certain d'avoir manger quelque chose hier soir étant donné que je me souvenais à peine du visage de la fille qui m'avait tenue compagnie.. Ce serait abuser demander à ma plus vieille amie d'aller prendre un petit dej je crois.. mais j'étais pas le genre de mec à faire attention à l'abus. Au contraire. Une fois l'eau coupé, je continuais de lui parler comme si tout était parfaitement normal de le plus banal des monde.

« J'ai faim. On va manger après ? »

Sortir ça comme ça alors que la défenestration était si proche c'était peut être de l'inconscience mais elle me connaissait Princesse, elle savait que je pouvais jamais rien prendre avec sérieux même quand ça risquait de finir mal.. surtout quand ça risquait de finir mal. J'étais peut être un peu maso sur les bords.
Lavé. Enroulé dans une serviette, je sortais de la salle de bain pour rejoindre Princesse et mes vêtement éparpillés au grès de la pièce. J'étais même pas certain de tous les retrouvé tellement ils étaient pendu à des endroits improbable. J'affichais toujours un sourire, pour détendre l'atmosphère et pour rappeler à Princesse qu'il n'y avait pas mort d'homme et que j'étais quand même gentil après tout, même si je lui faisais des plan foireux comme celui ci. Le caleçon repéré, j'y glissais dans un sifflement joyeux avant de l'enfiler sous ma serviette histoire d'éviter à Princesse une nouvelle vu sur mon cul.

« T'es vraiment en colère hein ? »

Parce que même de dos, dans une serviette après avoir abusé comme ça, je voulais pas qu'elle me fasse la tronche trop longtemps, et pour de vrais.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2

la belle et la poubelle




Cette impatience qui surplombe la pièce dorénavant vidée de toute personne masculine, tu peux pas t'empêcher de grincer des dents à l'idée que Sun fasse exprès de prendre tout son temps sous la douche. L'idée même de s'occuper de l'eau chaude, histoire de lui gracier une averse des plus glacées te traverse l'esprit, un instant. Mais finalement très vite rattraper, parce que même si cela pouvait s'avérer être une bonne idée, l'entendre crier comme une fillette de bas âge te rendrais bien plus violente, et tu avais déjà bien assez de mal à te contrôler pour ne pas lui foutre le pommeau de douche dans le cul.

Alors tu prends ton mal en patience même si ça t'en arrache totalement la vie, toi petite princesse, l'habitude d'attendre lorsque tu désirais quelque chose t'étais inconnu. C'était quelque chose qui ne faisait pas partie de ton répertoire d'ailleurs « attendre ». Toi tu n'attends jamais, mais les autres eux, pouvaient t'attendre. Vouloir quelque chose ? C'était immédiat, jamais tu ne pourrais permettre quelques secondes d'attente lorsque tu convoitais ardemment un bien. Et que cela plaise ou non, ça avait toujours été comme ça. Depuis ta simple naissance.

Et t'attends, tu claques, tu tournes en rond. Ton sang vif qui parcourt l'ensemble de ton corps de manière bien trop vivante pour être habituelle, bien qu'en vérité ce n'était pas tant inquiétant que ça, du moins pour toi. Pour lui, c'était une bien autre histoire. Lui qui fini par sortir, l’innocence même d'une personne. En vrai, il était beaucoup trop con pour exister. Peut-être beaucoup trop sympa pour être dans ton collimateur, mais c'était comme ça. Depuis bien longtemps et ça ne changerais pas, justement parce qu'il était comme ça. Simplement faible.

Le geste simple, cette chaise attrapée avec difficulté qui manque de faire basculer ton équilibre de tes talons aiguilles peut-être légèrement trop hauts finalement. Cette chaise qui fini lancée en direction de ce cher Sun. Juste, sans aucun mot. Sans aucun souffle. Rien pour ne le prévenir, juste la chaise qui arrivait sur lui. Une histoire pour décompresser parce que si il se retrouvait très blessé, ça pouvait être délicat d'être vue avec lui. Même si tu ne risquais pas grand-chose. Mais une blessure, des bleus le rendraient bien plus moche que l'origine. Alors Sun devrait se contenter d'une chaise aujourd'hui.

L'expiration forte, la tête balancée de droite à gauche pour y détendre les épaules. Maintenant, ça devrait aller. Du moins, un peu plus et surtout si il n'en rajoutait pas.

 « Si t'as vraiment faim t'as cas juste bouffer la chaise. »

En silence de préférence. Car sa voix commençait à t’insupporter plus que tu ne l'aurais jamais cru. Un retour en arrière sur la pièce d'ouverture de la chambre, aucun regard tourné vers Sun. T'étais là pour récupérer ton sac et partir.

« Dépêche toi sinon c'est pas une chaise que tu te recevras la prochaine fois. » 

Le son franc et sec, tu ne rigolais pas.
ft. Sunny - 500 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

On dit que les meufs sont jamais contentes. Mais princesse c'était encore un niveau au dessus.
Je me suis grouillé de me douché alors que j'aurais bien larvé une heure de plus. Elle m'avait réveillé de force alors que j'aurais bien dormis deux heures de plus. Je suis gentil. Je lui propose de se détendre, je l'invite presque à sortir manger, ok c'est avec son argent mais c'est moi qui ai lancé l'initiative... mais non. Elle continuait de me faire la tronche, même si à la réflexion elle n'avait jamais vraiment fait autre chose que faire la gueule, râler, se plaindre et gémir des caprices toutes les deux secondes. Mais je la connaissais assez pour savoir quand j'atteignais réellement « la limite ». Et là, la limite était largement franchie. Alors que je ramassais tranquillement mes affaires par terre, en envoyant voler la serviette maintenant que mes fesses étaient couvertes, Princesse arriva au bout de ses nerf et exprima toute sa colère et sa frustration sur la seule chose qu'elle avait sous la main. Moi. Et une chaise.
Une chaise qui vola droit dans ma direction.
Je me l'était prise. Elle m'avait eu par surprise. Parce qu'en général, j’arrivais à esquiver ce qu'on me balançait à la tronche. J'étais expert même, je pratiquait ce sport depuis l'age de six ans mais j'avoue que j'avais l'habitude des bouteilles vides. Pas des chaises.

« Mais putain... »

Ça fait mal. Je suis un homme battue. Heureusement que c'est pour ça que je l'aime bien sinon je me serait tiré depuis longtemps. Mais elle avait besoin d'un ami à malmener, et j'étais du genre à me foutre pas mal qu'on me secoue un peu. Princesse était peut être riche mais elle avait pas le luxe d'avoir un millions d'amis. Bien sur pour elle ça doit être un détails, le genre de trucs qu'elle estime trop encombrant et ennuyeux. C'est pour ça aussi que je suis là, parce que je suis le seul à supporter son sale caractère et ses manières. Mais quand même une chaise dans le cul à peine levé je m'en serais passé. Je me contentais d'un regard farouche à la belle, gémissant plus qu'il ne fallait juste pour me donner un coté malheureux mal aimé. Elle déteste ça mais c'est la seul chose que je pouvais réellement faire pour lui casser les pieds. Elle me met beaucoup trop une raclé quand j’essaie de l'attaquer.. même quand c'est pour rire. C'est un danger publique sous ses airs angéliques.

« C'est bon j'suis prêt.. sérieux déstresse... regarde. Voilà.  »

Plus qu'une chaussure. Une chaussette. Deux trois boutons de chemise. J'étais prêt. Quasiment. Mais cette fois elle pouvait pas nier que je me grouillais, juste pour elle. Et pour pas qu'elle ai envie de me balancer le lit cette fois ci. J'étais quasiment certain qu'elle était capable de le soulever. C'est Hukl habillé en Prada cette meuf. Ma deuxième chaussure au pied, je lui fis mon plus beau sourire en écartant les bras comme pour qu'elle admire l'exploit. Sunny qui s'est habillé tout seul après une cuite carabiné, ça méritait des applaudissement.

« Allez s'teuplé. Je t'invite.. On passe au My Chicken Home... même toi tu résiste pas au poulet frit. »


C'était un signe de trêve . Comme planter un drapeau blanc. Fumet le calumet de la paix ce genre de truc. Et on est de meilleurs humeur quand on mange, je suis même certain qu'elle allait m’exploiter après s'être calé le bide.. Après le squattage en règle, je pouvais bien subir un peu.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2

la belle et la poubelle




Appuyée contre la porte de la suite royale tu ne faisais que l'attendre, une attente qui te paraissait longue et interminable, de quoi remonter ta colère à flot bien que tu avais réussi à évacuer une bonne partie avec ce lancé soudain de chaise. Pourtant, en vérité, on ne pourrait pas nier que Sun avait fait tout son possible pour s'habiller, il avait même été rapide. Du moins, bien plus que toi en tant normal. Mais, ça n'avait pas été assez, pas assez rapide, tu avais attendu trois secondes de plus que tu ne l'avais permis. Ce détour lorsqu'il se présente à toi prêt à partir, ta main qui glisse au niveau de la poignée de la porte pour en ouvrir l'aspect. Cette langue qui claque d'une façon bien inattendue.

Sun pouvait dire ce qu'il voulait, tu n'avais que l'idée de le virer de l'hôtel. Le foutre à la rue dans cette tristesse tout juste réveillée. Le laisser tomber et retourner faire ta vie comme si de rien était. Parce que sa présence n'avait fait que chambouler ton emploi du temps, tes souhaits et tes envies. Pourtant, malgré tout ce qui te traverse la tête, il arrive à te faire réagir. Évoque simplement le nom d'un restaurant, le My Chicken Home. C'était un petit restaurant qui se trouvait à Asakusa, tu l'aimais beaucoup malgré sa simplicité, parce que la nourriture était toujours exceptionnel et le chef cuisinier plutôt agréable. Bien que ça puait un peu trop le vieux pour toi.

D'ailleurs, plusieurs fois dans la semaine tu avais essayé de t'y rendre, sans y en avoir eu le temps, parce que tu avais toujours quelque chose à faire. Des courses, des divertissements, bref peu de temps pour t'y rendre pour apprécier un repas fait maison de poulet. Les lèvres qui se rapprochent tout en s'allongeant, cette grimace plus communément nommée comme faisant la moue, aucune autre réaction qui ne s'exprime dans ton corps. Juste raide, toujours la main posée sur la poignée comme si tu ne savais pas quoi faire. Livrée à toi même et cette envie de poulet.

« Tu paies vraiment ? »

A croire que ça avait de l'importance. Comme si tu en avais quelque chose à faire d'économiser quelques misérables yens de nourriture, toi qui ne comptais pas et aimais juste dépenser de l'argent à tout va. Mais le fait qu'il évoque une invitation te fait tiquer, parce que depuis des années votre relation se passait sur un type d'invitation, qui qu'importe ce qu'il se passait, tu étais toujours celle qui déversais la monnaie. Alors, ça t’intéressais. Était-il près à se faire pardonner en t'offrant à manger ? Non, bien sur que non. Tu le savais qu'il allait te faire payer.

  « Tu as quand même de la chance parce que j'essaye dit aller depuis un moment. »

Alors c'était d'accord. Tant pis si ça ne changerait pas, que tu serais encore et comme toujours celle qui payerait la note Après tout, pour toi l'argent tombait littéralement du ciel. Du coup tu finis par ouvrir la porte et de te diriger vers l'ascenseur que tu appels pour pouvoir descendre au rez-de-chaussé. Une nouvelle attente, mais cette fois bien plus courte et bien moins énervante. La porte de l'ascenseur qui s'ouvre lorsque tu y entres avant de te retourner vers Sun.

 « Par contre tu te démerdes pour aller à Asakusa, j'veux pas que tu salisses ma voiture. »

Malheureusement pour lui, l'hôtel et le restaurant n'étaient pas à côté. Il devait compter un peu moins d'une heure de transport en commun, mais l'avantage était que tu ne verrais pas sa sale tête durant tout ce temps.

 « J'espère que tu vois aucun problème à ça. »

Parce que de toute manière, si il en avait, il risquait réellement de passer par la fenêtre.
ft. Sunny - 641 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

C'est pas un cas si désespéré.
Visiblement ma proposition de poulet faisait son petit effet. Peut être même plus que ce que je pensais. C'était qu'un resto après tout et encore, il était loin d'être à la hauteur de ce que Princesse avait l’habitude de fréquenter. C'est le genre de fille à manquer de tourner de l’œil en devant se frotter à la pleb et manger à leurs table, je suis quasiment certain qu'elle avait l'impression de faire de l’humanitaire en posant le pied dans ce genre d'endroit et en partageant un morceau de poulet avec le reste du misérable monde, mais c'était pour la bouffe alors elle faisait des efforts.. Ce resto là avait très bonne réputation, et elle avait ses points faible, comme tout le monde. Maintenant j'avais plus qu'à me démerder pour payer.. parce qu'elle avait pas l'air d'y croire une seconde !faut dire que j'étais plus du genre à me faire inviter qu'à payer ma tournée ça c'est claire, surtout avec elle en faite. Elle avait beau dépensé l’équivalent de trois salaires pour une paire de chaussure, quand fallait allonger la monnaie pour les autres, c'était la pire radine sur terre.
Mais vus qu'on avait un objectif commun, aka, le poulet, elle avait l'air plutôt partante pour y aller. J'allais enfin quitter sa précieuse chambre si honteusement souillé par ma présence, peut être qu'elle avait accepté juste pour ça, sans cette invitation c'est certain qu'elle m'aurait balancé tout le mobilier de la pièce à la tronche histoire de laver l'affront. Je préférais autant qu'on aille manger du poulet.. et de loin. Bêtement satisfait du retournement de situation, je la suivais jusque dans le couloirs de l’hôtel, sifflotant pour donner un peu de positivité à tout ça. Positivité qui n'allait pas durée, bien entendu, parce que le passe temps préféré de Princesse était bien entendu de piétiner de ses talons incrusté or toute forme de joie et d'insouciance autre que la sienne. La subtilité d'un bulldozer sur un parterre de fleure.
C'est en attendant l’ascenseur qu'elle décida de tout ruiner une fois de plus avec ses caprices de diva.

« Tu déconne là... »

Allez là bas avec les transports en commun c'était la mort.. C'est le bout du monde, j'allais mettre facilement mille ans à y arriver. En plus à cette heure ci y'avait jamais de place assise. C'est la merde et Princesse le sait pertinemment, c'est exactement pour ça qu'elle voulais que je m'y traîne sans elle. Pour me faire chier. Sa petite vengeance pour mon incruste dans sa chambre. J'en soupirais, levant les yeux au ciel en me plaignant pire qu'un môme qui refuse d'aller à l'école.

« Mais c'est grave loin... T'es relou pour une fois je t'invite en plus.. Viens avec moi quoi ! Si tu veux pas que je salisse la voiture t'as cas venir en métro avec moi. Allez.. Je te porterais sur mon dos quand t'auras mal aux pieds à force de marcher trois mètre sans limousine privé.. »

Voilà. Ça allait certainement ce payer par un faciale avec le miroir de l’ascenseur mais tant pis. J'étais certainement le seul courageux au monde à l'envoyer chier et à oser lui sortir ce genre de chose en sachant parfaitement qu'elle était capable de me planter son talon dans la carotide pour me faire regretter mes mots. Mais faut bien quelqu'un pour la faire redescendre de temps en temps, de toute façon elle s'en fichait bien de ce que je lui disais, elle ferait de toute manière comme elle en a envie.. Et c'est chiant.

« Voit ça comme une aventure. »


©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2

la belle et la poubelle




Ce regard meurtrier une fois encore, ce sentiment qui te parcourt bien plus qu'il n'en serait permit lorsqu'il est à tes côtés. Une envie de l'étrangler, de le fracasser jusqu'à se qu'il ne puisse même plus exister. L'anéantir, juste et simplement comme tu avais cette habitude de régler tes problèmes. Tes yeux le traversent dans son intégralité, tu l'écoutes cherchant à maîtriser tes gestes par un acharnement sur ta lèvre inférieure. Tuer quelqu’un, ou du moins le battre à mort pouvait être pensé, et encore mieux réalisé. Mais malheureusement, pas dans les hôtels de ton père. Parce que ça serait bien trop mauvais, mauvais pour ton porte-monnaie. Alors même si ça te faisait mal, tu étais obligée de prendre sur toi, de faire quelque effort.

« Parce que j'ai l'habitude de déconner ? »

Non tu ne l'avais pas. Du moins, pas sur ce sujet. L'argent, tes possessions, les voitures, toutes cette richesse et toutes ses beauté n'étaient que pour toi. Tu n'avais pas l'habitude de partager, de prêter ou quoi que ce soit d'autre. Déjà qu'il t'utilisais bien assez à ton goût pour dormir et manger à sa faim, tu trouvais que le geste était déjà bien suffisant pour lui. Parce qu'après tout, un mot de ta personne et il était blacklisté à vie dans toutes les enseignes de ta famille. Chose qui d'ailleurs, ferait extrêmement plaisir à tes parents. Et Sunny espérait, malgré tout, pouvoir monter en plus dans ta limousine ? Cette sublime voiture qui n'appartenait qu'à toi, cadeau de ta vingtième année d’existence ? A croire que tu pouvais te permettre d'y inviter n'importe quoi.

Et ta voix qui se perd. Une première parmi les nouveautés. Ta bouche qui s'ouvre, qui bouge comme si tu cherchais à lui parler. La bouche bée par ces propos les plus incompréhensible. Il te disait de prendre le métro? A toi ? Mikitani Yūki ? C'était l'hôpital qui se foutait de la charité, comme une personne de ton élégance pouvait prendre le métro et qui plus est, avec ça. Une simple expiration qui s'avère être des plus hautaines, celle d'une personne qui n'arrive pas à réaliser. Penserait qu'il s'agit d'une mauvaise farce qui pourtant, n'en est pas une. Alors tu le regardes, le sourire bien trop parfait mais ouvert seulement au coin de tes lèvres.

« Moi, prendre le métro ? »

Ta tête qui s'abaisse légèrement, ce rire naissant qui sonne bien trop creux pour exister. Une main qui s'élève pour replacer une mèche de cheveux derrière ton oreille lorsqu'un de tes pieds se dirige pour frapper un de ses genoux. Ce n'était pas une conclusion espérée, une semelle plate de talon lorsqu'on ne dédaigne pas frapper avec la pointe ne faisait pas aussi mal que des simples chaussures à la véritable semelle. Mais ça devait être bien assez suffisant. Ou peut-être pas. Pourtant à tes yeux, tu n'avais pas besoin de plus de parole pour lui exprimer à quel point il était con.

Cependant, la porte de l’ascenseur s'ouvrit sur l'accueil, laissant place à cette démarche du, comme si rien ne c'était passé. Un coup rapide à l'accueil pour leur demander de nettoyer la chambre dans son intégralité, aucun recoin ne devait être oublier, changer les draps et surtout aller jusqu'à utiliser de l'eau de javel pour la douche. Parce que oui, il fallait au moins ça pour enlever cette présence dégueulasse qui allait hanter les lieux pendant quelque temps.

Finalement un retour vers cette personne qui devrait juste disparaître de ta vie tellement il t'énerve.

« Sache que je n'ai aucune envie de partir à ''l'aventure'', comme tu dis si bien, avec un truc comme toi. »

Au moins, ça avait le mérite d'être clair. Si son compte en banque ne s’élevait pas à un minimum d'un milliard, il n'était à tes yeux, même pas considéré comme un être humain. Triste réalité. Enfant bien trop gâtée. Un nouveau hairflip de qualité qui jauge tes paroles lorsque tu avances vers la sortie pour entrer dans ta limousine qui t'attends. La porte qui reste ouverte, comme si tu finis par attendre Sunny, mais en fait absolument pas.

« Que tu comprennes bien, comme si je pouvais prendre le métro. Un rire qui s'élève comme si cela sonnait comme une blague à tes lèvres. La prochaine fois réfléchit un peu, même si je doute que ce soit dans tes capacités. Et je ne retire pas ce que j'ai dis, je ne laisserais pas n'importe quoi monter dans ma voiture. »

Alors Sunny pouvait toujours espérer monter avec toi. C'était un non dans toutes les formes d'art.

 « Mais je suis pas un monstre, alors essaye de voir si le conducteur veut bien de toi à l'avant. »

Et juste sous tes dernières paroles, la porte de la voiture que tu fermes sous un fracassant bruit d’énervement.
ft. Sunny - 807 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

Pourquoi j'ai envisagé une seule seconde qu'elle accepte cette solution.
Qu'elle trouve l'idée amusante et qu'elle se prête au jeu de marcher trois mètre parmi la foule. Des fois je  me trouais sacrément optimiste en faite. Un peu naïf peut être.. complètement con d'imaginer qu'elle arrêterait d'être une grosse chieuse au moins une fois dans sa vie. Pourtant c'était un bon deal.. Mais c'était trop bas de gamme pour mademoiselle pété de thune. Sérieux, je me demandais ce qui me retenais de la pousser sous les roues de sa limousine de bourgeoise.
En plus d'un refus elle se privait pas pour m'envoyer des insultes à la tronche. Mais c'était sa façon de me montrer son amour ça.. le jour ou elle arrêtera de me rappeler toutes les trois secondes que j'étais qu'une merde ou que je ne méritais pas l'honneur qu'elle faisait de m'accepter dans sa vie c'est que les choses iront mal.. et que j'aurais du soucis à me faire. Alors je la laissais me traiter comme un déchet que j'étais, dandinant du cul jusqu'à sa voiture en jouant les diva effarouché par mes proposition hilarante tellement elles lui semblaient au delà de toute raison.. elle finissait quand même par céder un moment ou un autre..
Sinon j'étais bon pour le métro.
Et si j'étais bon pour le métro elle pouvait se foutre son poulet au cul hein.
Même si elle avait clairement pas besoin de moi pour en manger.. j'avais proposé l'idée donc ça foutait les boules qu'elle y aille sans moi. Quelle ingrate putain. J'en ronchonnais tout seul en la suivant sans même savoir pourquoi je m'obstinais encore. Parce que ça a toujours été comme ça entre nous. Depuis toujours. Depuis si longtemps que je m'en souvenais à peine... Mais d'aussi loin que je me souvienne, même si on s’engueulait tout le temps, qu'on se frappait ou qu'on s'insultait sans le moindre respect, ni l'un ni l'autre n'était jamais parti pour de bon. C'est un peu comme si on avait besoin de se maltraiter l'un l'autre pour que ce soit viable,  et on va pas se mentir, c'est elle qui frappe le plus fort mais c'est elle qui peu pas se passer de moi.
La preuve.
Après m'avoir bien fait comprendre qu'un « truc » comme moi avait rien à faire dans sa voiture, elle accepta tout de même que je m'arrange avec son chauffeur pour m’asseoir devant. Comme quoi si c'est pas de l'amour ça je sais pas ce que c'est hein. J'essayais de ne pas avoir l'air trop content parce que ça l'aurait immédiatement fait changer d’avis.. valait mieux faire comme si c'était chiant et trouver un truc à raconter au chauffeur pour qu'il me laisse squatter la banquette avant.
Heureusement que j'étais grave doué en baratin hein.
Puis son chauffeur avait un cœur lui. Enfin je crois.. Dans le fond s'il était au ordres du patriarche j'étais dans la merde, vus leurs désamour pour ma petite personne, au mieux il allait me proposer de courir derrière, au pire il allait me jeter de la voiture en marche dans l'espoir que je me fasse écraser. Je suis pas certain d'avoir envie de tenter ma chance surtout que j'avais rien à proposer en échange si ce n'est ma fort sympathique compagnie.

Quelques minutes plus tard, je prenais place devant à coté du chauffeur qui avait certainement jugé plus rapide de me faire monter que de devoir écouter mes justifications à la con. J'étais rentré ! J'étais en voiture, en limousine même, de quoi se la péter grave en faite. Princesse allait instantanément regretter cette faiblesse quand elle m'aura vu parader à la fenêtre de sa voiture.. mais c'est elle qui voulait pas que je monte derrière.. en plus, devant. Y'a un micro.
C'était grave tenant.. un peu trop pour que je reste sage et que je fasse pas le con en appuyant dessus pour apprendre la bonne nouvelle à Princesse.

« Merci d'avoir choisit la compagnie Sunny expresse... »

Pas le temps de finir. Visiblement j'avais mis les mains là ou fallait pas.. Le chauffeur m'avait empêché de continuer mon numéro.. Peut être que j'abusais un peu en faite... et que j'allais vraiment finir par voler par la porte alors autant se calmer un minimum le temps du trajet....

« Y'a rien a boire ici ? J'ai super soif.. »


©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'


_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


avatar
FT : oc - tofuvi // park shin hye
Crédit : arashi
Âge : 21 ans
Habitation : roppongi
Présentation : www.prez
Fiche de liens : www.rs
Autres comptes : darren koga
Messages : 109
D/2


la belle et la poubelle




Et tu t’assoies, ou plutôt te laisse tomber telle une masse sur le long canapé en cuir de ta limousine. Tu t’y installes telle une princesse sur son lit de nuit. Tes jambes étalées sur la longueur de l’espace inutilisé, la limousine était sans doute l’un des meilleurs endroits qui existait sur terre. Triste vie que grand nombre de personne ne puisse, tout au long de leur existence, même pas sentir l’intérieur de ces voitures de beauté. Ils ne pouvaient clairement pas savoir ce qu’il manquait, parce qu’ils étaient tous trop bête pour user leur argent dans les bonnes choses de la vie.

Tu soupires malgré tout de devoir attendre, les départs rapides étaient cette marque de fabrique de ton chauffeur -c’était d’ailleurs pour cela qu’il travaillait à ton nom-, mais la présence d’un individu indésirable rendait cela bien compliqué. Même si au fond, tu te sentais bien heureuse de ne plus avoir à le supporter parce qu’il t’avait déjà bien mise en rogne. Les malheurs de la vie, de l’avoir acquis en tant qu’esclave, en vérité, sunny commençait à prendre bien plus de place qu’il ne devait posséder. C’était surement quelque chose à remédier le plus rapidement possible.

Parce que la confiance ne lui allait pas.

C’est finalement la voix que tu désirais ne plus jamais entendre qui s’élève, brisant le silence et même cette petite musique des plus douce qui existait à l’arrière de ce palace à roue. Ta main qui d’un énervement, vient se frapper contre le front de ta sublime personne. Quel idiot. Pourquoi seulement, avais-tu proposés une telle chose et pourquoi donc, ton chauffeur en lieu de travail, avait accepté de prendre une personne dite lambda et ce, même si l’indésiré était en présence de la patronne. Alors tes yeux roulent sous un élan de lassitude, imaginer manger avec lui te donnait immédiatement envie de vomir.

D’ailleurs, c’était un peu l’effet quotidien qu’entraînait sa présence dans ta vie. Mais l’avantage était, que ça permettait par moment de perdre du poids. Alors, il avait tout de même ce petit côté bénéfique, bien malgré toute cette saleté qu’il représentait. Ton coude qui glisse, s’approche du bouton de parole. Cette pression qui te permet d’entrer en contact avec ton chauffeur en cas de besoin des plus nécessiteux.

« Si vous voulez faire un accident violent au niveau de l’avant passager, je ne vous en voudrais pas aujourd’hui. »

Et sur ses mots, le bouton du silence absolu. Sunny aurait beau avoir l’occasion de réappuyer de nouveau sur le micro durant le voyage, le son ne te viendrait ô grand jamais. La musique qui augmente, la voiture qui démarre. Le court voyage qui te permet d’oublier la triste réalité, celle des retrouvailles avec un pauvre dans les vingt prochaines minutes.



xx
ft. Sunny- 463 words

_________________
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
La belle et la poubelle
Princesse

Putain en fait, c'est grave le luxe cette caisse. J'y était mieux assis que n'importe quel canapé que mon cul avait pu squatter. Je devrais demander à Princesse de me laisser squatter plus souvent. Peut être même en faire ma piaule privé. J'étais jamais allé à l'arrière, mais vu la taille y'avait carrément moyen d'y dormir.. et de le faire bien en plus ! Voilà. Je lui demanderais la prochaine fois, elle se vexera peut être moins que le pique sa bagnole qu'une chambre d’hôtel ! Puis maintenant que j'avais mis les pieds ici j'étais quasiment certain qu'elle allait la garer dans son parking sans plus jamais la sortir.. Franchement autant me la donner même si je conduisais comme un pied.
Mais je crois que c'était pas du tout dans l'optique de Princesse. Sa voix résonna à travers l'interphone où je sais pas quoi. C'est vrais que si on pouvait lui parler c'était logique qu'elle réponde. Elle autorisé son chauffeur à m'écraser la tête dans le parebrise même si ça devait ruiner sa voiture. J'aimais pas trop le petit sourire qui s'était dessiné aux coins des lèvres du laquais, comme si le mec l'envisageait vraiment...

« Elle dit ça mais elle est folle de moi en vrai.. genre c'est une évidence quoi.»

On y croit. Moi j'y crois, y'a pas de raison que lui il gobe pas ça ! Puis j'étais assis là à coté de lui donc c'est forcément que j'étais un peu spécial ! Du moins, c'est ce que j'aimais bien me fantasmer tout seul dans ma tête. Parce que c'est bon pour l'ego et parce que ça doit quand même être un peu vrais dans le fond.. Même un tout petit peu.
Souriant, j'ouvris la fenêtre alors que le chauffeur à coter de moi ne cessait de m'envoyer quelques coups d’œil indigné. Je crois qu'il avait très peur de se faire virer, ou un truc comme ça. Fallait se détendre hein je vais pas le bouffer ou le jeter par la fenêtre pour kidnapper princesse. Quoi que l'idée était quand même super tentante... mais fallait pas oublier que la miss derrière était une vrais sauvage quand elle voulait. J'avais pas très envie que ma tête racle le bitume en guise de punition...
Alors je me contentais de profiter de l'air faire, fenêtre ouverte, grand sourire. Je frimais un peu trop en faite, mais pour une fois que je le faisais en limousine. Ça méritait même un selfie en fait. Smartphone en main je pris la pause, hésitant pas à tendre le bras par le fenêtre ouverte sans même me préoccuper de savoir si c'était dangereux ou pas. La photo était parfaite ! Et le chauffeur avait même pas son mot à dire. Voilà. C’était partagé partout sur les réseaux sociaux, un petit filtre qui va bien et un peu trop de # à la suite, fallait que le monde sache que je me baladais en ville dans une super limo. C'était même vitale.
Puis fallait bien passer le temps. Les quelques réactions à cette photo ne se firent pas attendre. J'inventais un beau myto en prétextant que je m'étais fait repérer par un producteur célèbre ce genre de trucs. Fallait bien ça pour coller à la limo ! Puis les gens croient tout ce qu'on leur dit de toute façon. Y'a que les vrais frères qui se faisaient plus embrouillés et qui se demandaient vraiment si j'avais pas menacé le mec ou un truc du genre. A eux je leurs répondais que je m'étais fais draguer par une jolie héritière.. un myto un peu plus crédible surtout que j'étais quasi sur de pouvoirs me prendre en photo avec Princesse pour appuyer un peu le mensonge !
Mais d'abord.
Manger.
La voiture s’arrêta enfin. Heureusement qu'on avait pas pris le métro sinon on aurait mis deux heures et demis à arriver. L'avantage d'une limousine, c'est qu'on se poussait toujours pour la laisser passer, sérieux, c'était mieux qu'être roi. Enfin, pour une Princesse c'est pas étonnant quoi. Voiture arrêtée, je pris les devant pour descendre précipitamment et, en bon prince, aller ouvrir à Princesse. Courbette comprise, parce que c'est clair que ça allait la faire rager.

« Si madame veut bien se donner la peine ! »

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum