Yoru wa kikendesu - ft. Sunny ♥
Invité
Yoru wa kikendesu
La nuit est dangereuse

Ma journée avait pourtant bien commencé, j'avais donné mes planches à mon éditrice et elle les avait validé sans soucis. Mon nouveau shojo allait sortir, enfin le premier tome. J'avais déjà commencé à travailler sur le deuxième tome pour avoir de l'avance. J'étais content, j'avais le sourire. J'aimais vraiment ce que je faisais. Ce que j'aimais par-dessus tous c'était de voir le sourire des fans qui suivaient mes mangas. Habituellement, je faisais des one-shot, mais la, j'avais envie de faire une série et mon éditrice était aux anges. Elle était tellement contente, qu'elle m'avait déjà parlé de la communication et du marketing du projet. J'étais vraiment content.

Je décidais de ranger mon matériel quand mon téléphone vibra dans ma poche, c'était mon chef d'édition qui me féliciter pour mon travail et mon professionnalisme. Jusqu'à maintenant, je n'avais aucun retard d'édition et tout le monde sait que les retards coûte très chère dans l'univers des mangas. C'est pour cela que j'avais toujours un tome d'avance et c'est pour cette raison que j'avais déjà commencé à envoyer les planches du tome deux à mon éditrice, ce n'était que des brouillons, mais je gagnais du temps.

Après mettre bien avancer et aussi que je remarque que le soleil n'était presque plus là. Je décide de ranger mon bureau. Mon appartement était un peu en désordre surtout quand c'était le jour des derniers détails avant l'impression. J'avais tous mes vieux cartons de planche dans l'appartement et un nouveau carton avait fait son apparition, celui qui contiendrait les planches de ma nouvelle série. Je soupirais, c'était vraiment le bordel. J'allais un peu ranger quand ma porte sonna. Je n'entendis pas la première sonnerie, j'avais de plus en plus de mal à l'entendre, comme j'avais du mal à entendre la sonnerie de mon téléphone, c'était pour cela qu'il était sur vibreur. J'allais ouvrir la porte et je fus heureux de voir que c'était Sunny.

Sunny était un ami à moi et je l'apprécier beaucoup. On avait le même age, mais la vie nous avait donné des chemins différents. J'avais la chance d'avoir un appartement et lui non, c'était triste de savoir qu'il était dans la rue. C'est dans la rue qu'ont, c'était rencontrer et que nous avions sympathisé. Je l'avais aidé et nous étions devenus amis. J'aimais bien le voir, cela me rassurer de savoir qu'il allait bien. J'avais vraiment un grand sourire et je le laissais rentrer chez moi.

Je mettais un peu plus de chauffage dans l'appartement, il devait avoir froid. J'étais vraiment content de le voir. Je le regardais avec un sourire. « Bonjour Sunny. Je suis content de te voir. Tu vas bien ? J'ai mis un peu plus de chauffage, tu dois avoir froid.» Je voulais qu'il se réchauffer, je savais que vivre dehors, c'était dure. Comment je le savais, car je parlais à beaucoup au sdf. « Fait comme chez toi Sunny. » Je décidais de ranger un peu. « Je suis désolé pour le désordre, c'était le dernier jour pour rectifier certaines choses pour l'édition de mon nouveau mangas. »


L'appartement d'Hotaru
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
I'm trying my best.
Chisana

On en revenait toujours au même point. Moi dans la rue. Errant comme une âme en peine après un peu trop d'alcool et autre joyeuseté. Du coup j'avais la foncedalle sévère et plus un rond sur moi. Le problème c'est que j'avais squatté assez longtemps le canapé du Patron et que Princesse avait déjà subit assez pour le reste de la semaine. Fallait que je passe en revue mes plans de secours pour trouver ou crécher rapidement... du moins me faire payer à bouffer. J'en avait le bide qui se tordait et la nausée sévère. Jamais un bon plan de se mettre la misère le ventre vide. Y'avait quand même un avantage à tout ça. J'étais en train de crevé, mais je m'en branlais pas mal. Sourire aux lèvres, je me laissais guider par mon instinct et ma faim.
Il ne me fallu pas bien longtemps pour tourner en rond. Passer, repasser. Les vitrines avaient tous la même têtes, les gens aussi. J'étais trop raid pour leurs taxer leurs sacs ou leurs portables. Je me contentais de les regarder s'agiter sous mon nez, laissant mes yeux se perdre sur la foule et sur les étalages. Rien d’intéressant jusqu'à ce que mon œil accroche quelque chose de familier. Un livre. Ou plutôt. Un manga.
Je l'avais vus chez Chisana une fois, je crois même que c'est lui qui l'avait fait en réalité. Quelqu'un avec un travail normal, quelqu'un avec du talent, quelqu'un qui m'offrait toujours un toit et de la bouffe. Mais qu'est ce que je faisais encore là. C'est vrais que je prenais rarement l’initiative de m'inviter chez lui. Parce qu'il était pas comme les autres. Lui c'était quelqu'un de normal. Il avait un vrais cœur, des vrais sentiment et une gentillesse à toute épreuve. Franchement je pensais pas qu'on en faisait encore des comme lui. Alors fallait le préserver un peu et pas s'amener en mode loque tout les trois jours.. Aujourd'hui ça faisait longtemps que j'avais pas eu le droit à ses sourire et sa candeur.Aujourd'hui j'allais lui dire bonjour.. et espérer qu'il me garde une nuit.
Demis tour. Direction chez lui. Je l'avais tellement fait que mes pieds connaissaient le chemin par cœur. J'espère qu'il est chez lui. J'espère qu'il sera content de me voir. J'espère qu'il a fait à mangé. J'en pouvais plus d'espérer, fantasmant une vrais nuit au chaud entre quatre murs sans avoir l'impression de vivre au crochet du gang ou des frères de rue. C'était comme se faire inviter chez un ami, sauf qu'il savait pas que j'arrivais. Rien faire comme il faut c'était ma spécialité. Au moins lui il savait l’apprécier.
Arrivé devant la porte d'entré. Je pris quelques secondes pour recoiffer les mèches qui encadraient mon visage et y chasser mon air de déterrer histoire d'éviter trop de questions. Même s'il en posais jamais je me sentais toujours le besoin de me justifier et j'avais clairement pas l'esprit à ça.
Je sonne, j’attends. Derrière la porte les pas se précipitent pour m'ouvrir. Comme souvent, comme toujours même, il m'accueille avec un sourire. LE sourire d'un Chisana simplement content de trouver un ami sur son pallier. Il me fait entrer sans un mot, sans hésitation. Il m’installe comme si j'étais déjà chez moi.
Je l'étais peut être un peu.

«  Arrête c'est super bien rangé.. »

Un coup d’œil au lieux, le désordre était toujours plus supportable que le bordel que je laissais à chaque passage chez les autres. Mais il était toujours là à s'inquiéter des moindres détails. Même quand y'avait aucunes raisons.

« Désolé de passer comme ça.. j'avais envie de te voir.. et ... tu sais..  Je crève un peu la dalle..»


Pas de toit fixe, le ventre vide. Il conaissait déjà tout ça pas la peine de lui faire un tableu. Je me contentais d'un sourire, les mains dans les poches et le regard baladeur. Il avait l'air en plein boulot. J'arrivais peut pêtre au mauvais moment. Quelqu'un de normal se serait casser pour le laisser finir ça en paix.. mais j'étais pas du genre à faire comme tout le monde.

« Je dérange je vois.. t'inquiète pas je vais me mettre dans un coin te gêne pas. »

Un fais comme chez toi manqua de m’échapper. Fallait peut être pas trop abuser non plus, surtout qu'il était toujours gentil avec moi et cette fois j'avais pas penser à voler un truc sur le chemin pour lui offrir. Alors autant m'écrouler tranquillement sans faire de bruit et piquer un petit roupillon le temps qu'il finisse.
Je suis pas quelqu'un de difficile.
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Invité
Je souriais, j'étais content qu'il soit là et aussi que le désordre ne le dérange pas. J'avais toujours peur que cela dérange surtout que c'est pire quand l'édition et moi-même entrions dans les derniers délais. Des fois, c'était épuisant d'avoir des délais courts, mais c'était devenu mon quotidien et puis j'aimais tellement dessiner et créer des aventures. Et puis j'aimais partager ses mêmes aventures à mes fans.

« Ne sois pas désolé Sunny, je suis vraiment content de te voir. Oh oui, je suis bête, je vais te préparer à manger. Et tu ne me déranges pas Sunny. » J'allais dans la cuisine lui prépare un bon repas, j'aurais dû y penser. J'aurais dû pensé qu'il avait faim. Je vais lui faire un curry avec katsu, (la viande panée) et un peu de riz. Cela lui fera plaisir. Je regardais dans mon frigo, j'avais tous sauf la viande. Je soupirais, j'aurais aussi dû faire des courses. Je savais que je pouvais en trouver dans l'épicerie qui était à quelques rues d'ici.

Je retournais dans la salle et je remarquai que Sunny s'était assoupi, j'allais prendre un plaide pour le couvrir, même si j'avais mis un peu de chauffage, je ne voulais pas qu'il attrape froid. Je laissais un mot avec un petit dessin comme d'habitude sur la table. Puis je pris mon manteau ainsi que mon porte-monnaie pour acheter la viande.

Il était un peu tard pour faire quelques courses, mais je savais qu'il y avait des magasins ouverts. Ils y en avaient même qui était ouvert toute la nuit. Je marchais dans les quelques rues qui m’emmenaient à la petite boutique.

Avant d'arrivé dans la boutique, j'avais croisé un sdf et je lui avais passé un peu d'argent pour qu'il puisse dormir dans une chambre d'hôtel et se payer à manger aussi. J'étais généreux, même un peu trop. Mais je n'aimais pas ne pas aider, je n'aimais pas être égoïste. Après ma bonne action, je repris ma route pour la boutique, je ne devais pas non plus trop tarder dans les rues et je ne devais pas non plus faire trop attendre Sunny. Il avait faim, je ne pouvais vraiment pas le faire patienter.

Je rentrais dans la boutique et je me dirigeais directement vers la viande et je trouvais facilement mon bonheur ce que je cherchais était là. Je pris la viande et je me dirigeais vers la caisse en passant dans un rayon, mon regard s'arrêta sur des sucettes au chocolat et une boite de thé. Par plaisir, je pris ses produits et cette fois, j'allais en caisse directement. Après avoir payé, je sortis de la boutique. J'étais content, j'allais faire un super curry à Sunny.

Je souriais jusqu'à ce que le sdf que j'avais vu avant vienne me parlais. Il avait l'air inquiet, il me disait que le suivre, qu'un de ses amis avait besoin d'aide. Qu'il était blessé. Sans trop en savoir plus je le suivais. Je voulais l'aider du mieux que je pouvais et puis si son ami était blessé, je devais lui porter secours. Je lui suivais, mais plus je le suivais et plus j'avais peur. Il m'emmena dans une ruelle sombre avec beaucoup de poubelles. Les pauvres vivres ici étaient un enfer.

« Où est votre ami ? » Il me regardais avec un sourire et pointa son doigt derrière moi. En me retournant, je vis que cet ami n'était pas blessé. Il me prit par le poignet et se mit à rire. « C'est lui le pigeon que tu as trouvé. » En attendant ces mots, je compris que c'était un piège et je laissais tomber le sac de courses. J'avais été trop naïf. J'avais peur, je ne savais pas me défendre et je ne savais pas non plus comment faire pour qu'il lâche mon poignet en plus il me faisait mal. « Lâche-moi ! Tu me fais mal ! Tu serres trop fort ! » Je lui crier dessus, même si je savais que cela ne servait pas à grand chose. Ils se mirent à me crier dessus, ils voulaient tous les deux l'argent que j'avais sur moi, mais le souci, c'est que j'avais tous utilisé pour acheter à manger et puis je lui avais donné le reste dans la rue.

Je me mis à pleurer, je ne savais pas quoi faire. Je n'aurais pas dû les suivre, mais je voulais tellement venir en aide à quelqu'un et puis je voulais lui porter secours, mais cela n'était qu'un piège et j'avais était naïf de les suivre sans poser de question. Maintenant j'étais tous seul. Et celui qui me tenais me faisait de plus en plus mal. Il serre mon poignet de plus en plus. Pour me faire un peu plus mal, il se mit à me tordre le bras et à plaqué contre le mur. Il était en colère, il voulait que je lui donne l'argent, je n'arrêtais pas de lui dire en pleurant que j'en avais plus. Mais il ne me croyait pas. À me tordre le bras comme il le fait, il va finir par le casser.
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
I'm trying my best.
Chisana

Attendre là. Rester dans un coin au chaud et patienter jusqu'à ce qu'il finisse de faire ses trucs. Je me trouvais un coin pas trop mal, un coin plus confortable qu'un bout de rue humide, c'est aussi pour ça que je prenais la peine de squatter de temps en temps, pour rappeler à mes fesses que le confort ça existe. Assis, posé. Il en fallait pas beaucoup plus pour que je pique du nez. Ça commençait par fermer les yeux, une seconde. Une toute petite seconde. Ensuite c'est le trou noir. Le vide complet. On s'en rend pas compte et pouf, tu sais jamais combien de temps à filer. Trois secondes, cinq minutes ou neuf heures, franchement, c'était difficile de savoir. En ouvrant les yeux cette fois là, je me surpris à être au chaud sous une couverture. Mes petits yeux encore trop fatigués scrutèrent les alentour pour laisser le temps à ma cervelle de se remettre en place afin de déterminer ou je pouvais me trouver.
A oui c'est vrais. Chez Chisana.
Je me souvenais maintenant. Je m'étais incrusté sans rien dire. Parce que l'envie et la faim m'avaient pris. Résultat je me retrouver à pioncer chez lui. Il avait du me poser ça sur les épaules en me voyant piquer du nez comme un vieux devant son téléfilm quotidien. Sérieux, il est pire qu'une maman poule quand il s'y met. Mais bon il me fait à bouffer alors je vais pas me plaindre. Après quelques secondes à émerger de cette micro sieste, le silence de la pièce me fait remarqué que je suis seul. Peut être qu'il avait disparu dans la cuisine ou la salle de bain. Pour vérifier fallait que je lève mon cul et j'avoue que c'était beaucoup demander vus comme j'étais trop confortablement installé. Alors j'attendais simplement. Une seconde. Une minutes. Une de plus. Ça finissait par être long.. et le silence était de plus en plus étrange.

« Oh.. t'es là ? »

Pas de réponse. Encore ce silence et cette absence. Peut être qu'il m'avait simplement pas entendu. Une petite ronde des lieux s'imposait définitivement. La couverture sur la tête. Je me traînais un peu partout dans les pièces histoire de jeter un coup d’œil des fois que monsieur se soit endormi dans un coin ou qu'il ne m’ait pas entendu.
Mais il n'y avait toujours personne. Ou est ce qu'il est passé ? J'essayais de faire le point dans ma tête. Je suis arrivé, j'ai râlé, il m'a dit de m'installer.. et il était parti. A tout les coups il avait rien à mangé et il était parti faire les courses. Évidement.. il pouvait pas laisser un inviter mourir de faim, je sais même pas pourquoi ça m'a échapper.. mais franchement.. allez se promener dans la rue à une heure pareil.. et tout seul en plus.. c'est certain qu'il allait s'attirer toutes les emmerdes du monde. Un début de flemme me souffla que j'étais parano et qu'il allait rapidement revenir.. mais en même temps.. je n’arrêtais pas de penser à son sourire d'imbécile heureux et cette manie qu'il avait de rien voir venir..
Il va se passer un truc.. c'est certain.
Ni une ni deux, j'envoyais voler la couverture pour sortir précipitamment de son appartement et me mettre à sa recherche. Heureusement, les supérettes encore ouvertes à ces heures ci n'était pas trop nombreuses, et j'avais l'avantage de bien connaître le quartier. Avec de la chance, j'allais le croiser sur le chemin. La nuit était fraîche, étrangement calme aussi, je marchais depuis plus de dix minutes sans avoir croisé le garçon. Peut être que je m'étais emballé un peu vite, peut être qu'il était retourné chez lui et avait trouvé un appartement vide. J'avais vraiment pas la tête à ça et j'étais prêt à rebrousser chemin quand le bruit d'une dispute attira mon attention. Les disputes c'était courant dans la rue, surtout quand on à l'habitude d'observer ce qui se passe dans l'ombre des ruelles. En temps normal je m'en mêllais pas si ça n'avait pas un minimum d'interet.. et j'étais prèsque certain que ça n'en avait pas jusqu'à ce que j'entende une voix familière. Une voix étouffé par la peur et les larmes.
J'étais certain qu'il allait avoir des problème.
Mon sang ne fit qu'un tour, Je m'étais précipité dans la ruelle sans attendre, déboulant brusquement comme une furie pour venir percuter l'homme qui tentait d'intimider Chisana. Chez moi ça marchait pas. Mais alors pas une seul seconde.

« Lâche le ! Tu le touche pas ou je t'éclate ! »

J'avais l'avantage de la surprise. Il ne devait pas s'attendre à ce qu'un mec comme moi débarque de nul part pour venir lui mettre des bâtons dans les roues. Chisana dégagé de son emprise, je m'étais naturellement interposé entre lui et l'assaillant des fois qu'il ai dans l'idée de lui faire encore mal. Visiblement, j’emmerdais bien le monde à vouloir protéger leurs victime, mais ça n'allait pas se passer comme ça. Les bagarres de rue ça me connaissait bien, mais c'était certainement pas le cas de Chisana qui risquait de se briser à la moindre secousse un peu trop violente. Du moins, c'est l'image que j'en avais. Toujours entre lui et la grosse enflure, mon regard glissa sur celui du garçon l'espace d'une seconde, essayant de lui faire comprendre qu'il fallait se casser.. mais c'était peut être pas assez directe.

« Chisana va t'en tout de suite.»

Comme ça je pourrai régler cette histoire sans avoir à craindre qu'il fasse quelque chose d'idiot ou de courageux. Dans une situation comme celle ci, les deux revenaient un peu au même.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Invité
J'étais apeuré, j'avais beau crier, il ne voulait pas comprendre. Je n'avais plus rien, j'essayais de lui faire comprendre, mais il ne m'écoutait pas. Je n'aimais pas la violence, j'en avais peur. Mais je savais très bien que la violence était partout dans cette ville, dans ce monde. C'est aussi pour cette raison que je me réfugie dans le dessin et la création de mangas. Je ne savais pas me battre avec mes poings, mais j'essaye de battre la violence avec l'art et le mangas. Mais la, j'étais apeuré, je pleurer, car mes mots ne servaient à rien. J'avais l'impression qu'il était sourd alors que c'est moi qui le devenais. C'était ironique, mais c'était ce que je pensais.

Je pleurais et crier en même temps pour qu'il me lâche, je savais que s'il me casser le bras, j'aurais mal. Je n'avais pas entendu que quelqu'un se précipiter, mon audition était défaillante, je l'avais entendu que quand celui-ci était devant moi. Les bruits de pas, de courses, les chuchotements, toutes ses actions était devenue silencieuse pour moi. Et le fait de savoir qu'un jour le monde bruyant que je connaissais deviendra silencieux pour moi me rendez encore plus triste. Heureusement pour moi, peu de personne le savait et je n'en parlais pas trop, pas par honte, mais j'avais du mal. Mais je devais arrêter d'y pensais et c'est ce que je fis. Et dire que j'y avais pensé juste, car quelqu'un ne m'écoutait pas.

Je levais la tête, mes larmes étaient encore présente dans mes yeux et tomber encore sur mes joues. Je regardais celui qui avait réussi à me libérer et je le reconnus toute suite. C'était Sunny ! Sunny, c'était lui qui avait réussi à me libérer. Mes larmes coulées toujours et j'avais toujours peur, je n'étais vraiment un fan de cette situation. J'étais planté la, sans dire un mot. « Chisana va t'en tout de suite.» C'est en entendant ses mots que je repris mes esprits. M'en aller, le laisser tout seul face à se type. « Je... Je ne peux pas te laisser tout seul. »

Sunny était mon ami le laisser tous seul pour moi, c'était l'abandonnée, je sais que je ne sais pas me battre comme les autres. Je me bats avec des stylos, des plumes, des couleurs, mais pas avec mes poings. Je ne voulais pas l'abandonner, Sunny était mon ami. Je ne pouvais vraiment pas le laisser tout seul sachant que tout cela est de ma faute. « Je ne veux pas t'abandonner. » Je séchais mes larmes, enfin, j'essayais, car elles étaient encore présentes sur mes joues.

« Je ne sais pas me battre, mais je ne peux pas te laisser. S'il t'arrivait quelque chose, non, je ne peux vraiment pas. Tu es mon ami, je ne peux pas. » J'étais sincère, je le pensais vraiment. Je ne pouvais pas l'abandonner.
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
I'm trying my best.
Chisana

Évidement ça aurait été un peu trop simple qu'il accepte sans sourciller. Je demandais quand même pas grand chose. Juste qu'il déguerpisse d'ici pour ne pas me gêner ou même se faire blesser. C'est évident qu'il ne savait pas se batte, en faite j'étais pas certain qu'il se soit déjà mis en colère ou qu'il ai fait preuve d'agressivité une seule fois dans sa vie. Rester ici c'était suicidaire, ou presque. Il larmoyait toujours un peu en s'approchant de moi, résolu à ne pas quitter les lieux sans moi même si ça risquait d'être compliqué vus la situation actuelle. A l'entendre c'était insurmontable et inenvisageable de me laisser à la traîne pendant qu'il se mettait à l’abri. Pour lui ce serait comme m'abandonner, même si c'était très mignon et gentil de sa part, là ça nous aidait pas vraiment. Voir même totalement pas en faite. Même si j'aurais du prévoir cette réaction, m'y confronter me fit soupirer un peu plus que je ne l'aurais aimer.

« Chisana c'est pas le moment sérieux ! »

Surtout que les tocards qui l'avaient agresser n'allaient certainement pas attendre tranquillement qu'on arrange nos petites affaires avant de s'occuper de nous. Si j'avais l'avantage de la surprise, eux ils avaient celui du nombre. Je les entendais déjà remuer dernière nous. Impatient et contrarier que je m'interpose. S'ils attrapaient Chisana et qu'il le menaçaient avec une arme je donnais pas cher de nous. Il avait pas l'air de comprendre que son comportement allait vraiment nous mettre mal tout les deux. Aux grands mots les grands moyens. Cette fois c'est moi qui attrapa la bras du garçon pour le pousser vers la sorti de la ruelle avec force. Mieux valait quelques bleus qu'un couteau planté dans le ventre. Toujours entre lui et les assaillants, c'est moi qui était à porté de main et de poings quand la patience leurs manqua.
Je senti une main m'agripper pour me tirer en arrière. Un retour à la réalité un peu brutal, surtout quand mon corps entier manqua de s’étaler au sol. J'en avait perdu Chisana des yeux une secondes, occuper à repousser le gars qui se jetait sur moi en braillant qu'il voulais que je lui file toute ma thune. Chose assez amusante, fallait bien l'avouer. Mais il fallait que je l'occupe assez pour ne pas qu'ils captent que celui qu'avait de l'argent ici c'était pas moi. Gagner du temps je le faisais bien, tout comme me fritter avec des inconnus au détour des ruelles sombres. C'est clair que j'allais leurs offrir un peu plus de challenge que leurs victimes habituelles. C'était assez évident qu'ils s'en prenaient généralement à ceux qu'avaient des parfaites petites têtes de victimes. Chisana tout craché. Moi c'était autre chose, et les premiers coups les firent vite déchanter.

«  On ramène moins sa gueule hein ? »


Même si j'avais du répondant, cette situation ne pouvait pas durer indéfiniment. Du moins tant que je ne serais pas certain d'être le seul à en ressortir avec deux trois bleu. Je pouvais gérer ça, mais Chisana, lui, j'avais pas envie de le ramasser à la petite cuillère. S'il était malin il aurait déjà filé au bout de la ruelle pour demander de l'aide et faire fuir la racaille. C'est plutôt lâche comme spécimen, ça fuit rapidement face à plus nombreux.
Mais pour le moment j'étais tout seul.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Invité
Il m'avait pris le bras pour me sortir de force de la ruelle. Je ne servais vraiment à rien, j'avais compris, mais je ne voulais pas l’abandonner. Un contre deux, il ne faut pas être très intelligent pour comprendre que cela n'était pas loyal comme combat. Dans un Shonen, le héros gagnerais, avec du mal, mais il gagnerait quand même. Mais la nous n'étions pas dans un shonen, c'était la vraie vie.

Il m'avait fait mal, mais je n'avais rien dit. Je savais que c'était nécessaire. Je ne lui servais à rien au contraire, j'étais un fard d'eau. Je sursautai quand l'un des hommes agrippa Sunny et le tira en arrière. Sans le vouloir, j'avais fait un pas en avant puis deux autres en arrière, je ne devais pas intervenir, je savais que cela n'était pas bon et puis je ne lui servirais à rien. Mais ce geste avait était plus fort que moi. J'avais peur pour lui, mais je ne savais pas quoi faire pour lui venir en aide. J'étais intelligent, mais mes émotions avaient pris le dessus.

Je reculais petit à petit, mais je ne voulais vraiment pas laisser Sunny tous seul, je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. Si j'avais une bonne audition, j'aurais toute suite appelais la police, mais je n'en avais pas une. Les voix aux téléphones étaient dures à entendre pour moi, car le ton des voix est différent pour chaque personne.

Si je savais me battre, nous n'en serons pas la, j'aurais pu l'aider. Mais je ne sais pas. Je devais trouvais un moyen de l'aider et finalement, j'avais peut-être une idée. Je n'étais pas super intelligent, mais j'avais une idée. Je pleurais toujours, car j'avais vraiment peur pour Sunny, même s'il venait de me montrer qu'il pouvait se battre et qu'il était fort. J'avais peur pour lui, un mauvais coup peut vite arriver, mes grands-parents le disait tout le temps quand ma mère était encore à la maison et quand sa maladie gagner du terrain.

« Arrêtez ! » Je venais de me faire remarquer, je savais que cela n'était pas bon. « Ne lui fais pas de mal. » Mes larmes coulaient encore et encore. Je ne pouvais vraiment pas le laisser dans cette situation, Sunny était mon ami. « Je vais aller vous chercher l'argent. Il y a un distributeur dans la supérette. Je vais retirer l'argent et je vous l'apporte. » Je regardais Sunny et je souriais, je voulais lui montrer que tous allaient bien, même si mes larmes disaient le contraire. « Sunny, je ne peux pas t’abandonner. Je vais leur donner ce qu'ils veulent et je reviens. » Voilà comment je réagissais face à un conflit, je parlais et je me montrer docile, même si j'avais peur. Pour moi, c'était le seul moyen de l'aider. Leur donner ce qu'ils veulent. Pour moi, l'argent, n'était pas important, je préférais savoir que Sunny ne serai pas blessé et leur donner ce qu'ils voulaient. « Je vais revenir avec ce que vous voulez. »

J'avais fait quelque pas en arrière et je regardais encore et toujours Sunny, j'avais peur pour lui plus que j'avais peur pour moi. J'étais comme cela, c'était ma personnalité, je ne pouvais rien faire contre cela. « Ne lui fais pas de mal, je reviens vous donner l'argent. » Je me mis à courir, j'avais l'impression de l’abandonner, mais j'allais vraiment leur donner l'argent. Je ne voulais vraiment pas que Sunny soit blessé.

Je courrais de toutes mes forces, j'avais vraiment peur que la situation dégénère et que Sunny soit en danger. Je ne pouvais faire que cela pour l'aider.
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
I'm trying my best.
Chisana

Avoir autant de loyauté c'était pas permis.
Chisana se serait sacrifié corps et âme s'il avait pu le faire. Sérieusement, par moment, j'en venais à me demander comment ce gamin avait réussit à survive jusqu'ici. A être trop gentil, trop naïf. On se fait vite bouffer. A croire que le destin n'avait pas mis trop d’emmerde sur sa route.. fallait bien que ça arrive un jour, et fatalement, c'est quand j'étais dans les parages. A croiser les destins, c'est ce qui finit par arriver. J'entendais le mangaka pleurer derrière moi. Il restait là. Il allait pas partir, c'est certain. Je sais pas trop ce qui lui fallait, mais tout ça allait mal finir et sincèrement, j'avais envie de tout sauf de devoir cavaler à l'hosto en portant Chisa sous mon bras.
Quelques regard hostile plus tard, le garçon mis fin à tout mes espoirs de le voir disparaître en suppliant les agresseurs de bien vouloir me laisser en paix. Faudra que je lui apprenne à plus faire ça. A garder sa dignité et ne jamais supplier quelqu'un à quoi que ce soit, même la pire raclure du monde dans la situation la plus merdique possible. Supplier c'est cracher sur sa dignité.  Mais ça, Chisana avait pas l'air de s'en soucier. Décidément trop gentil pour le commun des mortels.
Il voulait partir retirer de l'argent. Leurs remplir les poches pour éviter qu'ils me refassent le portrait. C'était un peu vexant en faite, comme s'il s’imaginait que je pouvais pas dealer avec deux trois clodo sortie d'une poubelle. C'était mal me connaître, mais c'est vrais qu'il connaissait pas spécialement cette parti là de ma personne. Pour le coup, je lui offrait un aperçu plutôt lamentable et inquiétant.
Mais il avait foutu le camps. A reculons et en promettant sa fortune à ces minables.. mais il était parti. Voilà. C'est tout ce qui comptait, et c'était hors de question qu'il leur donne ne serait ce qu'un billet. Pas tant que je serais là. Ils pouvaient bien dépouiller qui ils voulaient, n'importe qui j'en avait rien à foutre, mais Chisana, c'était limite sacré. Beaucoup trop gentil et innocent. Même moi j'en profitais pas, du moins pas trop, mais je lui avait jamais rien volé. Une fois sorti du champs de vision, la voie était libre, et même si ces idiots on cru une seule seconde qu'il allai revenir, j'allais pas leurs laisser ce plaisir bien longtemps. Sans arme, je meurs servait une simple salade de phalange histoire de me dépêtrer de ce merdier. Rien de très original, rien de très glorieux non plus. Maintenant que y'avait que moi à amocher tout devenait bien plus simple. Prendre des coups c'était une routine et c'est pas ce soir que ça allait se terminer. Ils se rendaient rapidement conte que j'étais pas comme ces mecs qu'ils devaient avoir l'habitude de coincer dans les ruelles sombres. On était pareil et c'est exactement pour ça qu'ils avaient renoncé. J'suis un peu trop chiant à mettre à terre. Difficile à calmer et impossible à intimider. A bout de souffle, les jointures en sang et le visage balafré, c'est comme ça que se finissait les hostilité. Ils allaient pas taxer la thune d'un pauvre gars ce soir, du moins pas celle de Chisana. Y'avait assez de monde dans cette putain de ville pour qu'ils se trouvent une autre cible. Une cible qui serait pas un ami.
Au moins ça réveille.
La ruelle était de nouveau vide. Comme si rien ne s'était passé. Il n'y avait que moi qui gardait les séquelles d'une bagarre au grès des ombres. Quelques bleu, une lèvre fendu, rien d'effrayant, rien de vraiment différent. J'avais simplement besoin d'une cigarette. Une bonne dose de nicotine pour balayer tout ça et me mettre en chasse. Chisana. Celui là. Il allait pas échapper à un bon bottage de cul en règle.
En traînant ma carcasse en dehors de la ruelle, les lumières de la ville et l'animation me firent mal au crane. C'est comme un autre monde. Un monde loin des ruelles sombre et des rat qui s'y planquent. Un monde qu'il ne fallait pas quitter, et ça, Chisana venait de découvrir. Le visage encore larmoyant, je le voyais se précipiter dans ma direction, sûr et certain qu'il devait avoir les poches remplis de billet. Il avait vidé son compte pour rien.. Franchement, pendant un instant, je m'étais dis qu'il était plus malin que ça et qu'il s'était simplement tiré. Comme tout le monde l'aurait fait, comme notre instinct de survie nous le cris..
Mais pas lui.
Lui il fat rien comme tout le monde.

« T'es sérieux.. t'allais vraiment leurs donner? »..

Incroyable.
J'étais peut être un peu énervé.. un brin soûlé aussi. Mais franchement quelle idée d'aller se balader en pleine nuit tout seul ? Avec sa tête de gentil garçon.. c'est évident qu'un truc pareil allait finir par arriver..
©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Invité
J'avais couru de toutes mes forces jusqu'à la supérette, j'avais retiré tout l'argent de mon compte. J'avais peur et tout le long du trajet mes larmes avaient coulés encore et encore. J'avais peur pour lui, je n'aurais peut-être pas du le laisse seul avec eux. Je culpabilisé de l'avoir laissé, je savais que je n'aurais servi à rien. Je savais très bien que je ne servais vraiment à rien dans se type de situations. Je ne savais pas me battre. J'aurais pu appelais la police, mais cela n'étais pas la peine pour moi. Cela fait longtemps que j'ai n'arrive pas à entendre ou à entretenir une conversation téléphonique. Au téléphone, c'est l'enfer pour moi, j'entends un mot sur deux, un sur trois ou je ne comprends pas se qu'ont me dit à cause de cela, c'est pour cela que je n'avais pas appelais. J'aurais aussi pu aller au commissariat, mais cela m'aurait pris trop de temps et Sunny pourrai être blessé suite à mon retard. Je ne pouvais pas le laisser tous seul trop longtemps, j'avais peur pour lui. J'avais peur de ce que ses types pourraient lui faire. J'avais vu qu'il savait se battre, mais si cela se trouve un des deux est plus fort que lui. Je m'en voulais tellement d'être aussi faible et de l'avoir laissé, j'avais peur pour lui. Je n'arrivais pas à arrêter mes larmes. J'aurais voulu me cacher pour ne pas que cela soit visible, mais je ne pouvais pas me cacher et laisser Sunny ce débrouillé tout seul.

Donc j'avais fait comme je fais d'habitude, j'avais pris l'argent qu'il voulait et j'allais leur donner. Dans se type de situation, j'étais docile, je leur donner ce qu'ils voulaient pour désamorcer le conflit, ce n'était pas très intelligent, mais je n'aimais pas la violence, j'en avais peur et pour moi, c'était la seule situation, de l'argent, j'en aurais encore grâce à mon travail, mais Sunny n'avais qu'une vie et c'était mon ami. Je préfère être ruiné et qu'il soit saint et sauf qu'être riche et le perdre. Sunny était mon ami. J'avais couru de toutes mes forces de l'autre sens, de l'argent plein les poches. J'allais leur donner et secrètement, j'espère que Sunny n'avais rien, qu'il était saint et sauf qu'il ne soit pas blessé.

Je me précipitais dans sa direction. « Je suis revenu le plus vite que j'ai pu, j'ai l'argent ! » Je repris mon souffle et j'essayais de sécher mes larmes. En entendant la question de Sunny, je compris que les agresseurs n'étaient plus dans les parages. Il avait réussi seul à les vaincre telle un héros de mangas, mais je revenais à la réalité quand je le regardais. « Non, tu es blessé ! » Mes larmes retombaient sur mes joues. J'avais honte, tous ceci était de ma faute, c'était à cause de moi, car j'étais trop faible pour faire quoi que se soit. J'étais vraiment nul, je m'en voulais vraiment. J'allais répondre à sa question.

« Bien sûr que je suis sérieux. J'allais leur donner. Je ne voulais pas que tu sois blessé ! Et j'ai échoué, car tu es blessé. Je ne pouvais faire que cela pour t'aider, je n'avais pas d'autre moyen pour te venir en aide. C'était la seule solution. Enfin, c'est la seule que j'ai trouvée sur le moment. » Je ne mentais pas, c'était vraiment la seule solution que j'avais trouvé, bien sûr, ils y en avaient d'autres, mais je n'aurais pas pu les appliquer à cause de mon audition. Je le regardais, j'avais mal pour lui. « Tu dois avoir mal, on devrait retournais à la maison. Je te soignerais et je te préparerais le repas. » Je baissais la tête, j'avais honte d'être aussi faible, de l'avoir laissé, de pleurer comme un gamin alors que j'avais 22 ans. J'avais honte d'être aussi émotif. « Je suis désolé. Je suis vraiment désolé. Je ne voulais pas que cela arrive. Tout est de ma faute. Je suis vraiment désolé. » Je gardais la tête baisse comme quand j'étais gamin et que je me faisais punir par mes grands-parents. Je regardais le sol et mes larmes coulaient encore, j'essayais de les faire disparaître en les séchant avec mes mains.
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
I'm trying my best.
Chisana

Autour de nous les gens se retournaient discrètement, lançant des regard interrogateurs, inquiets, méfiants. Peut être que de leurs point de vus la scène semblait à des kilomètres de ce qu'elle était en réalité. Pour eux ce n'était qu'un gamin en pleur face à un sale type à l'allure peu respectable. Peut être même qu'ils devaient se dire que c'était ma faute si Chisana était en larme et semblait si paniqué. Pourtant je n'y était pour rien. Enfin, pas entièrement.. c'est bien à cause de moi qu'il s'était rué vers le distributeur le plus proche, mais c'était pour m'aider plus qu'autre chose, même si c'était ridicule de donner tout son argent comme ça sans vraiment y réfléchir. Chisana était beaucoup trop gentil... Il s'en rendait même pas compte, c'était certainement ce qui était le plus inquiétant en faite.
Quelqu'un devait lui dire, et je crois que ce quelqu'un ça devait être moi. Après ce qui venait de se passer, il était capable de comprendre.. Du moins je l'espère.

« Arrête de pleurer c'est finit... et putain arrête de t'excuser aussi !  Non mais à quoi tu pensais en sortant tout seul ? Et pourquoi t'es pas parti quand je te l'ais dis ? Leurs donner ton argent ça aurait rien changer, et t'excuser en boucle non plus ...»


Je m'étais peut être un peu emporté. Je le regrettais quasi instantanément en entendant le ton de ma voix. Mais il les enchaînait ce soir.. Parce que c'était aussi quelque chose qu'il faisait un peu trop. Demander pardon. Tout le temps, à tout le monde, quelque soit la situation. Même s'il n'est pas en tort, même s'il n'a pas à le faire, il demande pardon. Ça en devenait exaspérant ! C'était le genre de personne à s'excuser quand on lui rentre dedans volontairement.. A croire qu'on lui avait jamais apprit à être méchant, c'est dingue ! Mais ça me rappelait surtout à quel point on vivait dans deux monde séparé.. et ce soir, c'est comme s'ils étaient subitement entré en collision, nous obligeant tout les deux à ouvrir les yeux sur la réalité. Mais surtout Chisana.

« Excuse moi.. Je voulais pas te crier dessus. »


Je me sentais un peu monstrueux de crier sur quelqu'un d'aussi adorable, surtout quelqu'un qui était prêt à donner tout son argent pour m'éviter d'avoir des problèmes. Qui faisait ça franchement ?! J'avais pas l'habitude d'autant d'attention et de générosité à mon égare. Je crois même que c'était simplement la première fois que quelqu'un faisait un geste aussi sympa avec moi. Je savais pas comment réagir, et ça m'énervait peut être un peu de voir que moi je serais jamais aussi honnête et bon que lui. J'avais de la chance de l'avoir comme ami, mais l’inverse n'était pas aussi certain.
Je me comportais comme un con alors qu'il avait rien demander d'autre que m'aider.
J'en soupirais un peu, passant une main sur mon visage qui se remettait lentement des quelques coups qu'on lui avait infligé. J'étais pas à l'article de la mort et pourtant il continuait de s'inquiéter pour moi comme si j'allais m'effondrer dans la seconde à cause de deux trois bouffons. Encore une fois, c'est beaucoup trop gentil de sa part.

« Allez arrête de pleurer je vais bien.. Je te ramène chez toi ok ? »

Encore un peu gêné de lui avoir crié dessus en pleine rue, j'essayais de rendre ça moins pénible pour lui et pour moi en tendant la main pour attraper son poignet et l’entraîner lentement à ma suite. Autour de nous les curieux avaient cessé de nous observer, faut dire qu'avec ma tronche et le regard noir que je lançais à tout ceux qui croisaient mon regard.. ça leurs donnait pas très envie de s’attarder dans les parages ou de se mêler de ce qui leurs regarde pas.
Pour une fois que j’essaie de pas être un connard on pouvait bien me laisser en paix.

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Invité
« Arrête de pleurer, c'est finit... Et putain arrête de t'excuser aussi ! Non mais à quoi tu pensais en sortant tout seul ? Et pourquoi t'es pas parti quand je te l'ais dis ? Leur donner ton argent ça aurait rien changer, et t'excuser en boucle non plus ...» Il venait de me crier dessus, j'allais lui dire pardon, mais il m'avait dit de ne pas m'excuser. Il avait raison de me crier dessus, je n'aurais pas dû partir tous seul comme ça. Mais je voulais juste lui faire un bon repas, je voulais juste lui faire plaisir. Je savais qu'il ne mangeait pas à sa faim. Je voulais juste lui faire plaisir, mais en sortant à cette heure, j'avais mis ma vie et aussi la sienne en danger.

« Je voulais juste allait chercher du Katsu pour te faire un curry, je ne pensais pas a mal. Je voulais juste te préparer un bon repas chaud. Je ne suis pas parti, car j'avais peur pour toi. J'ai compris que tu savais te battre quand tu as donné le premier coup. Mais j'avais quand même peur. Je me suis dit qu'ils pouvaient te faire du mal, te blesser voir pire. J'ai vraiment eu peur pour toi. Je ne voulais pas te laissais. Et puis, les amis n'abandonne pas leurs amis quand ils ont des soucis. Surtout que tous cela est de ma faute. Mais comme je te l'ai dit, je ne pensais pas à mal. J'ai pensais qu'ils te laisseraient tranquilles si je leur donnerais ce qu'il voulait. Pour moi, c'était la seule solution pour te venir en aide Sunny. » Je lui disais la vérité et rien d'autre.

Je gardais la tête basse. « Tu n'as pas à t'excuser de m'avoir crié dessus. Je l'ai mérité. » C'est vrai, je l'avais mérité, j'avais mérité que Sunny me crie dessus comme il venait de le faire. « J'ai était irresponsable et je t'ai mis en danger ainsi que moi-même. » Juste avec mes mots, je l'avais fait passer avant moi. « Tous se que je voulais, c'est te faire un repas. » J'avais arrêté de pleurer, car il me l'avait demandé, comme toujours, j'appliquai la règle de la docilité et de l'obéissance, je ne voulais pas rentrer en conflit avec lui et puis c'était de ma faute.

« J'arrête de pleurer, mais tu ne vas pas bien. Ta lèvre est fendue et tu saignes. Oui, rentrons à la maison. Je te soignerais arrivé à la maison et je te ferais aussi un repas. » Je le suivais, je voulais rentrer à la maison, le soigner, lui préparer son repas et faire en sorte que tout le reste de la soirée se passe bien. La peur était partie puis elle était revenue, peut-être qu'il m'en voulait vraiment peut-être qu'il allait me ramener et puis partir. Et s'il m'en voulait au point de ne plus revenir ? Sans le vouloir, je m'arrêter net et je fixai le sol, comme si j'avais croisé un fantôme. « Sunny tu va rester ce soir ? Tu ne vas pas me ramener et partir ? »
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
I'm trying my best.
Chisana

Il pensait pas à mal. C'était justement ça le problème.
Chisana était sorti pour acheter à manger. Pour me faire un repas. Pour me faire plaisir. Au final c'était ma faute et c'était sûrement ça le plus chiant. C'est encore pour me protégé qu'il avait voulu leurs donner tout son argent. Pour bien faire. Pour protéger. Vraiment j'arrivais pas à comprendre comme ce garçon avait fait pour survive aussi longtemps dans ce monde.. mais peut être que c'était la première fois qu'il se confrontait à quelque chose comme ça. A cause de moi justement.  Sans moi il n'aurait pas eu à sortir de chez lui en pleine nuit.
J'en soupirant tant tout ça finissait par me faire mal au crâne. Il était tard. J'étais crevé et j'avais mal. Autant dire que j'avais aucune envie de me prendre la tête, même s'il aurait mérité que je lui explique pourquoi c'était con et qu'il fallait absolument qu'il arrête d'être aussi naïf dans sa vie.. mais s'il l'était plus, ce serait plus vraiment le Chisana que j'aime bien.. ce serait même quelqu'un d'autre.. Alors, fallait bien faire avec.
Après quelques mètres et lamentations de plus, le garçon s’arrêta net en me fixant avec de grand yeux. D'instinct, je m'étais retourné vers lui en l’interrogeant du regard avant de resté figé quelques secondes par sa soudaine crainte. Il avait peur que je le laisse tout seul ce soir. A le voir, on aurait réellement dit que c'était la chose la plus horrible qui puisse lui arrivé. J'avoue que l'idée m'avait peut être vaguement traversé l'esprit.. mais à le voir comme ça, elle s'était vite envolée.

« .. On verra... Enfin.. Non j'vais pas.. te laisser.. Mais pourquoi tu fais cette tête... Tu mériterais que je te laisse seul ! Je me suis fais défiguré à cause de toi »

L'indexe pointé sur mon visage, je fis tout de même l'effort de sourire un peu. Mauvaise idée, ça m'avait fait mal et je m'étais pas privé d'en geindre un peu en effleurant les hématomes du bout des doigts. Ça allait être douloureux demain.. et ça allait encore laisser des marques a forces.

« C'est bon c'est pour rire t'en fais pas... j'ai vu pire crois moi. En faite ça fait même plus mal.. mais quand même faudra que t’apprenne à te défendre tout seul, je pourrais pas toujours être là pour te sauver et tu peux pas non plus donner à ces mecs tout ce qu'ils veulent juste parce qu'ils le demandent.. tu comprend ? »

J'avais ralenti l'allure, attendant d'être à sa hauteur pour l'attirer vers moi en attrapant son bras. Je voulais l'éloigné des gens qui passaient, des curieux qu'écoutaient et des regards qui se perdaient sur nous et mon allure d'éclopé. Je me serais bien mis à leurs grogner dessus mais j'étais quasiment certain qu'un d'entre eux aurait finit par appeler les flics.. Autant se faire discret et éviter de leurs prêter trop d'attention..

©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Invité
Il était en colère, enfin, c'est ce que je pensais et il avait raison d'être en colère. Après tous, c'était comme il l'avait dit. C'était de ma faute s'il était défiguré. J'étais triste, mais je ne pleurais pas, car il m'avait dit enfin ordonner d'arrêter de pleurer et j'avais obéi comme je le fais toujours pour ne pas rentrer en conflit. J'étais triste dans le sens que c'était de ma faute s'il était dans cet état et d'un autre côté, j'étais content qu'il reste avec moi. Cela me rassurer de savoir qu'il rester avec moi, j'avais tellement peur d'avoir commis la faute de trop, la faute qui fait partir une personne. Je ne voulais pas que Sunny s'en aille. Sunny était un bon ami et je l'aimais vraiment beaucoup, j'avais vraiment eu peur qu'il parte.

Il m'avait rassuré en me disant qu'il restait. Le fait d'avoir pensé qu'il allait partir avait fait ressurgir de mauvais souvenir. Celui de ma mère qui part enfin qui est dans l'obligation de partir, je revois encore l'image des hommes qui la force à monter dans l'ambulance de l'hôpital pour la conduire en psychiatrie, je l'entends encore me hurler dessus. D'ailleurs, cela me fait pensais que je devrais aller la voir un jour. Surtout que maintenant je suis autorisé à la voir, vu que je ne suis plus mineur.

Puis une phrase résonna plus particulièrement dans ma tête, enfin un mot. Tu mériterais... J'avais l'habitue avant de l'entendre, et cela, à toutes les sauces. Ma mère me le craché souvent en pleine figure, mais Sunny était plus gentil. Il avait résonné un bref instant, juste le temps de penser à une phrase que me disait ma mère quand elle avait une de ses nombreuses crises. « Tu mériterais de mourir, sale espion du gouvernement ! » En y repensant cela n'avait aucun sens.

J'avais levé les yeux pour regarder, Sunny et j'avais vu son sourire. Il voulait me rassurer et il y arrivait. Je répondis à son sourire par un sourire. Il m'avait attrapé le bras pour m'éloigner des gens, je l'avais laissé faire. « Je sais que je dois apprendre à me défendre tous seul, mais pour moi s'est compliqué. C'est même très compliqué dans mon cas. » Oui, pour moi, c'était compliqué, avec ma maladie ce n'était pas facile. Je n'entendais pas quand on s'approchait de moi discrètement ou quand on me chuchoter des choses, comme des secrets ou autres. Comment ne défendre si je n'entends même pas les gens venir ? Et puis je ne savais pas non plus me battre. « Et puis, je ne sais pas me battre. Je ne suis jamais battu, tu sais. Je n'ai jamais fait preuve de violence. J'ai vu la violence et je l'ai connu de plusieurs façon, je sais que le monde n'est pas en paix et qu'il n'est pas blanc, mais gris. Mais moi, je n'ai jamais frappé une personne, pour échapper à la violence, je donnais simplement ce que voulaient les autres, sans chercher à comprendre que cela était mal. Dans un sens c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour me protéger. »

Je comprenais très bien que je ne devais pas leur donner ce qu'ils voulaient, je savais que cela pouvait devenir un cercle vicieux et que des gens pouvaient en profiter, mais c'était la seule chose qui me protéger. « Je comprends et je te promets de chercher une autre solution pour me protéger. Je ne veux plus que cela se reproduise. » Pour moi, une promesse était une promesse et une fois seul, j'allais vraiment chercher une autre solution pour me protéger.

Je prenais doucement sa main et je le regardais avec le sourire. « Rentrons à la maison ensemble, une fois là-bas, je te ferais à manger, je te ferai un super bon curry et je soignerais tes blessures. » J'étais sincère et ce que je venais de lui dire, j'allais le faire, je ferais le maximum pour lui donner un super repas et aussi pour le soigner. « Si tu veux, tu peux rester chez moi jusqu'à ce que tu sois totalement rétablie, je te laisserais même mon lit et je soignerais tes blessures tant qu'elles ne seront pas guéris. C'est moi qui prendrais le canapé. Je prendrais tout en charge Sunny. »
avatar
FT : Takao Kazunari - KnB / Chen - EXO
Crédit : Raven ♥ (bb d'amour lol keur) & Snow & Cres & Gypsy & Ara & Chaton & Ledger
Âge : 22
Autres comptes : Hope
Messages : 182
D/0
I'm trying my best.
Chisana

Des fois j'oubliais que Chisana était pas comme moi. Qu'il vivait dans un autre monde, un monde qui n'allait pas avec toute cette merde de gang et de violence. Parfois j'oubliais qu'il était pas capable d'affronter tout ça, et que ça lui était même assez étranger en fin de compte. Moi c'était un quotidien. Une journée de plus parmi beaucoup d'autres. Pour lui c'était peut être la première fois qu'il se faisait agresser comme ça. Comment les gens comme lui pouvaient survivre ?! Des fois ça me dépassait, mais peut être que c'était mon train de vie qui n'avait rien de normal. Je me posais plus cette question depuis longtemps.. Résultat. J'étais là à l’engueuler et ça la foutait assez mal.
J'étais pas spécialement doué pour le réconfort, les mots sympas ou simplement les excuses. Surtout quand c'était pour quelqu'un d'un peu trop adorable pour son propre bien. Même si j’essayai d'être sympa il se sentais toujours mal de m'avoir mis dans cette situation, s'excusant encore et encore en m'offrant même de prendre son lit après m'avoir fait à manger. Des fois j'en venais à me demander ce qui se serait passé s'il était tombé sur quelqu'un de profiteur. Enfin.. de plus profiteur que moi en réalité. Moi je me contentais de lui taxer un repas chaud et quelques nuit sur un canapé.. Certains seraient moins charitable et vachement plus salauds
Comme ces mecs tout à l'heure.
Rien qu'à y repenser j'avais la haine.. mais c'était finit. C'était passer alors y'avais aucune raison de rester la dessus mille ans.

« Tu vas pas me donner ton lit déconne pas.. je suis pas à l'article de la mort non plus.. »

Heureusement que c'était lui sinon ce serait presque vexant... Ce qui ressortait de tout ça c'est que Chisana n'avait jamais apprit à ce battre et qu'il s'était contenté d'être une victime toute sa vie... Mais est ce qu'il avait vraiment eu d'autres choix que ça. Il était pas bien impressionnant, il avait même l'air assez chérif, en plus de ça, il n'entendait presque plus rien.. il était seul. Non, décidément, il n’avait pas vraiment d'autre choix que de faire la victime... c'est peut être ce qu'était le plus déprimant en faite.

« Écoute. On oubli ça ok.. je vais trouver un moyen pour que t'ai plus à subir ça ok ? Je sais pas genre.. pourquoi tu prendrais pas une arme hein ? Ce serait légitime vus.. tu sais... ton problème.. »


J'aimais pas dire handicape, surtout que c'était pas ça son plus gros problème, son plus gros problème c'était la pancarte « victimisez moi » qu'il portait constamment. Il avait la tête du type qu'on pouvait abuser facilement.. une arme l'aiderait au moins à repousser les moins téméraire, pour le reste de toute façon je voyais pas vraiment ce que je pouvais faire de plus sauf lui faire changer son attitude et le transformer en machine à persécuter et intimidait. Même avec un miracle je voyais pas trop comment quelque chose comme ça était possible, en plus, ce serait plus vraiment Chisana s'il était pas aussi sensible et gentil.

« Mais je vais t'aider.. après tout ce que t'as fais pour moi ... qu'est ce que t'en dis hein ? »



©️ ASHLING DE LIBRE GRAPH'



_________________

With your middle fingers up, like the cops drove by. No motherfucker here is drunker than I and if we get crunked enough, we can set it on fire like fuck it, I don't wanna come down I wanna get fucked up right about now gonna tear shit up, I don't wanna fight it, who the fuck here wants to start a riot?
Fuck that shit, let's start a riot!
 


Contenu sponsorisé
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum