Forum RPG | Tokyo | City & Gangs | NC-16
 

Between liars. [Nott]

avatar

FT : Hanmi / Unstoppable Siblings
Crédit : Kayou & Sunsun & Absinthe (l) & Arashid e_e & Pureté infinie (l)

Âge : 24 ans
Habitation : 3 Chome-19-7 Nishiikebukuro Toshima-ku, Tōkyō-to 171-0021 Japon
Messages : 352
D/1

You can’t be trusted.
Nor am I

Samedi soir.
Rinne a passé la journée dans le noir.
L’écho de sa nuit au kombini se lit sur les cernes épaisses qui strient le dessous de ses yeux. Des lignes sombres et creuses. Le bas de ses paupière est gonflé, son teint brouillé porte le coloris d’une craie.
La chaotique humeur de l’informaticienne alterne entre des notes aigres d’un manque de sommeil et une mélancolique envie de se tuer la gueule — à coup de cocktail saturé sen sucres. (Rechercher de l’énergie dans l’abandon et la folie).

S’aérer, à peine, de toutes ses machines.

Rinne boit peu. Ou plutôt boit-elle rarement. C’est épisodique. Asociale ; elle ne sort jamais dans les bars avec des amis. Les occasions ne manquent pourtant pas tant que ça, au sein d’Omega. Et Ikebukuro recèle de petits bars discrètement agencés dans les hauts immeubles de la capitale. Mais l’odeur âcre de la fumée de cigarette mélangée aux effluves d’alcool lui rappelle de mauvais souvenir : une Pina Colada suffit à mentir à son esprit ; à lui faire voir des choses qu’elle préfèreraient oublier ; qu’elle a d’ailleurs souvent réussi à enfouir sous une nappe de déni.
(Comme l’odeur du cigarillo fumé. Celle-là même qui la ramène toujours dans les bras de son démon au rire sarcastique.)

Mais voilà ; parfois ; l’existence vous pousse à vivre un peu : à vous extirper de la nappe phréatique dans laquelle vous vous êtes meublés. En somme, à briser l’interdit en s’extrayant du cocon sertit de sécurité.
Dans ces cas-là, Rinne revêt un déguisement en particulier parmi ses multiples identités.
Une perruque jet en carré flou, une casquette nike, du mascara charbonneux, et un coup d’eye-liner. Elle se pose une mouche au dessus de la lèvre, tout à gauche de son nez. Un tee shirt blanc, un pantalon noir en coton ample, des baskets aux semelles épaisses. Le parfait équipement de la Coréenne tendance ; avec l’assurance de pouvoir se barrer en courant si la nécessité est présente.
Elle devient Riné, petite frappe d’Omega, au rôle insignifiant, à la transparence relative.

Quelque chose diverge néanmoins des autres soirs d’errance. Rinne a cette fois-ci une raison bien plus concrète de vouloir entrer en transe. Un objectif derrière cette envie décadente. C’est un caillou dans sa chaussures ; une vis qui s’est cassée la figure dans le rouage parfaitement ordonné de son travail d’architecte numérique. Une énigme. Et les énigmes sont rares quand elles lui résistent en performance informatique.

Cette énigme à un nom ; et même un visage. Il s’agit de Nott. Un collège. À cette pensée, Rinne se grignote l’ongle du pouce. C’est une ironie effarante, pour elle qui n’en a jamais rien eu à faire de ses acolytes clandestins. Que l’irritation provienne de l’intérieur du cortège… La vie est une drôle de pièce aux didascalies rieuses. C’est dans cet état d’esprit que ses petites jambes franchissent la porte du bar où sont déjà attablés quelques unes des têtes que sa base de donnée -secrète- lui a rendue familière. Elle se glisse entre eux, sur un tabouret, et son air contri leur fait un dialogue.

    « Ben t’en tires une tronche Riné. »

À ces mots-là, ses sourcils se arquent. Quelqu’un ici l’a-t-il déjà vu de meilleur humeur ? Il est rare qu’elle entre au Q.G pour autre chose qu’une tentative de tout oublier. Si son visage reflète davantage d’agacement encore, c’est que ce petit con a réussi à lui ronger les entrains.

    « Je cherche Nott. »

Réponds-t-elle froidement. Elle le cherche tant et si bien, qu’elle ne prends pas la peine de sillonner la salle de son regard opaque. Et pourtant…


avatar
écoute le silence comme ça sent bon
FT : marcin (kyoux) // jseph (kard)
Crédit : elli + absinthe + oim

Âge : 24 yo
Habitation : ikebukuro
Présentation : no past_
Fiche de liens : no future_


Messages : 94
D/5


i'm hereft— Rinne
Music— Epuisé. Allongé sur un canapé beaucoup trop mou pour être confortable. Les yeux dans le vide. Contemplant un plafond blanc illuminé par les lumières de la ville. Il divague. Ses pensées sont loin de cette pièce. Loin de Tokyo. Elles sont dans le passé. Un passé pas si lointain. A l’époque où il vivait encore chez ses parents. Il n’y avait pas d’harmonie dans cette famille. Il n’y en a jamais eu. Pas d’amour. Pas de tendresse. Pas de rire. Juste l’ordre, la discipline et au-dessus de tout, pour compléter cette sainte trinité familiale, la tradition. C’est elle qui l’a poussé à partir. Ou plutôt à fuir. Nótt a préféré écrire sa vie lui-même plutôt que suivre un destin déjà tracé. Egoïste. Puéril. Imbécile. Selon ses parents. Libre pour lui.

Il chasse d’un trait ces pensées sombres. Penser à autre chose. N’importe quoi. Ne pas retomber dans la dépression. Il se lève d’un coup. Sa tête tourne à cause du changement rapide de position. Il a besoin d’air. De fraicheur. Ses clefs. Son téléphone. Il passe la porte d’entrée de l’appartement, descend les marches quatre à quatre, et sort. Un souffle d’air lui caresse le visage. Le calme revient. Il se dit que se promener serait une bonne idée. Sentir les évolutions, les changements de la ville. Se tenir informer des dernières nouvelles du monde des gangs. Où en est la guerre entre Alcatraz et Exodus surtout. Voilà une question dont la réponse pourrait remettre en cause toute son affaire. Par intérêt financier, et parce que son appartenance à Omega le permet, Nótt vend des informations à tout le monde. Il ne se soucie pas de l’identité de l’acheteur, selon de son moyen de paiement. Mais si cette neutralité apparente devait être remise en cause. Si Omega venait à prendre parti dans ce conflit. Cette liberté de commerce cesserait. Il devrait faire attention à qui il vend, pour ne pas s’attirer les foudres des hauts-gradés du gang.

Sous ses traits de jeune homme marginal et fier de son indépendance, Nótt respecte plus que tout l’autorité. Il fait beaucoup pour Omega qu’il considère comme sa plus grande chance actuellement de conserver sa liberté. Réflexions. Il essaye de prévoir le futur. Prévoir les prochaines actions des autres gangs comme un chef de guerre tente de savoir où se trouvera l’armée ennemie. Mais il n’arrive à rien. Connaître les activités des gangs est très compliquées. Malgré les alliances personne ne se fait confiance et la guerre peut succéder à la paix en une fraction de seconde. Il lui faut plus pour refaire le puzzle.

Stray Wolf. Odeur de tabac. Vapeur d’alcool. Ici se rassemble Omega et ceux qui les cherchent. Assis au bar. Une pinte de bière sous le nez. Nótt ne fait pas attention aux autres. Certains l’apprécient et d’autres non mais qu’importe. Il ne risque rien ici. Du moins c’est ce qu’il pense jusqu’au moment où il entend une voix féminine.

« Je cherche Nótt. »

Il se retourne. Scrute les tables dans l’ombre et trouve sur une silhouette familière. Une fille d’Omega qu’il n’apprécie pas plus que ça. Comme toutes les filles de ce monde. Il se lève et se rapproche de la table où elle est assise. Bière à la main, le garçon n’est pas particulièrement impressionnant, mais son regard plein de mépris jette un froid dans la conversation lorsqu’on remarque sa présence. Avec un air de défi et une voix calme il sort.

« Je suis là. »

Ils le regardent. Ils essayent de cacher leur surprise. Lui ici ? Cela faisait longtemps. Nótt garde les yeux fixés sur la fille. Ils attendent la suite.
code by nutty   609 mots—  color #f32323

_________________
avatar

FT : Hanmi / Unstoppable Siblings
Crédit : Kayou & Sunsun & Absinthe (l) & Arashid e_e & Pureté infinie (l)

Âge : 24 ans
Habitation : 3 Chome-19-7 Nishiikebukuro Toshima-ku, Tōkyō-to 171-0021 Japon
Messages : 352
D/1

You can’t be trusted.
Nor am I

Le son de ta voix, me procure des entrailles
grognantes sous l’acide
que m’inspire ton visage.

    « Je suis là. »

Rinne esquisse un imperceptible sourire du bout de ses lèvres gercées (détail anonyme sous le maquillage violacé). Là. Sa proie, à portée. C’est un plaisir qui gronde, réanime un peu son humeur furibonde. Là, ce petit con (cette erreur du système avortée). Rinne n’est pourtant pas celle qui hais, de nature impassible. Elle regarde les gens sans jugement, cerveau indifférent. Mais Nott est une énigme et pas de celles qui l’amuse. Derrière sa discrétion relative et ses airs méprisants, l’Omega cherche l’incisive au cœur du néant. (Je sais qui tu es). Elle aimerait lui dire en ces mots, mais ce serait mentir. Elle ne sait pas grand chose, rien qui satisfasse pour son propre plaisir. Il y a quelque chose de vide chez toi qui l’inspire (à te maltraiter un peu, pour ses propres désirs).

En un flash elle revoit : l’écran informatique, les champs vides, sans voix. Une rareté tranquille, une absence dérangeante. — Qui es-tu ? — Aimerait-elle saisir. Un trafiquant comme tant d’autres, dont le pseudo lui évoque divers artefacts. Mais le problème n’est pas ce que tu vends parfois ; le problème c’est toi, ce qui n’apparait pas. « Naissance : Inconnue » « Nom : Inconnu » « Prénom : Inconnu » « Famille : Inconnue » « Antécédents : Inconnus ». Que sait-elle de toi ? Ton pseudo, ton boulot. Certains diraient que c’est pire, mais Rinne s’en contrefiche. Ces infos illégales, elle les brasse par miliers, les ordonne et les classe, sans jamais sourciller. Mais toi ; tu as arqué ses yeux d’une ombre irritée. Toi, tu as laissé dans l’ordre et la vérité du mystère et de l’obscurité.

« Je suis là », résonne un tantinet. Son regard est un affront que Rinne (ici Riné) aimerait laver. A la place elle ricane, presque comme un murmure. Elle le toise placidement ; injecte à ses prunelles un peu de son vivant. Ces dernières se colorent - au sens figuré - d’une animosité que ses collègues ressentent. Elle se lève en silence, les mains vides de verre, et passe à son profil, murmure à son oreille.

    « C’est à propos de demain. »

400g d’amphétamine. Une folie au Japon ; et pourtant si commune. (Nous n’avons pas de limites face à votre bêtise). Le paquet est stocké dans un lieu bien précis, un hangar discret, secondaire, tapi. L’électricité fonde la table dans l’obscurité : leurs acolytes se taisent, détournent leurs regards, et se concentre sur le rire. Ils ne sont pas ici, ce soir, pour se faire pourrir. Rinne quand à elle ne prononce pas plus à voix haute et se dirige vers le bar où elle commande un Jack. Sec, la couleur miel joue joyeusement sur les parois du verre des notes étincellantes. Elle le jauge un instant, le tapote sur le bois, et le bois subitement. Commande un café. Patiente que son « hôte » daigne ou non, s’avancer.
[/color][/list]



avatar
écoute le silence comme ça sent bon
FT : marcin (kyoux) // jseph (kard)
Crédit : elli + absinthe + oim

Âge : 24 yo
Habitation : ikebukuro
Présentation : no past_
Fiche de liens : no future_


Messages : 94
D/5


smooth jazz & strange girl—ft— Rinne
Music— Neiges éternelles sur une montagne. Là depuis des millénaires et pour des millénaires encore. Elles connaissent le monde. Elles observent avec leurs regards imperceptibles et gardent le silence. Nótt c’est cette neige. Il est là dans ce bar à regarder cette fille avec ses yeux noirs en fermant sa gueule. Il a juste dit trois mots pour répondre à ce qu’il a pris comme une agression. Il veut bien être le garçon qu’on voit jamais. Celui qui va à la salle de sport mais qui est toujours aussi épais qu’un pied de chaise. Mais faut pas pousser. Il se fiche pas mal de l’avis des autres tant qu’il l’entend pas. Il boit une gorgée. Sa bière a un goût amer. Le goût de l’imprévu. Le goût des emmerdes qui arrivent au grand galop. Nótt il est du genre paranoïaque sur les bords, à jamais faire confiance, toujours prêt à la moindre éventualité, toujours avec un coup d’avance. Mais là il sait pas ce qu’il se passe. Il cherche dans sa tête mais rien ne vient. C'est une Omega comme les autres. Pas une envoyée d'un acheteur qui s'l'est prise à l'envers par ses prix aberrants. Alors qu'est-ce qu'elle lui veut ?

En fond un vieux jazz américain accompagne l’affrontement qui se joue entre les deux regards. Lui ne lâche rien. Ne montre rien. Elle se pare d’une hostilité discrète qui lui va tellement bien. Elle passe à côté de lui, si proche qu’il sent son souffle dans son oreille lorsqu’elle lui sort quelques mots : « C’est à propos de demain. ». Demain ? Que se passe-t-il demain ? Il fouille. Cherche. Essaye de se souvenir d’un message ou d’un appel. Mais rien ne lui vient. Un piège ? Peut-être. Mais il faut en trouver la raison. Elle aurait découvert qu’il vendait des infos ailleurs qu’au marché noir ? Peu probable. Ce genre de transaction il les fait avec d’autres identités et utilise un téléphone différent à chaque fois. Elle saurait pour … Non. Impossible. Personne n’est au courant. Personne ne peut savoir.

Il reste planté là. Sa bière à la main, le regard vers cette fille qui commande maintenant au comptoir. Ça ne sert à rien de chercher. Il sait qu’il fonce dans la gueule d’un loup aux crocs aiguisés. Mais il y va quand même. Il laisse sa bière sur la table, décidément trop chaude et trop mauvaise pour lui, et se rapproche du comptoir du bar. Assis sur un tabouret à côté de la fille, il commande une vodka. Pure. Il lui faudra bien ça pour survivre à cette soirée. Il garde le silence. Le verre arrive. Petit. Le liquide transparent à l’intérieur laisse voir le bois sombre du bar. Côte à côté comme deux étrangers dans un bar. La scène est digne d’une série américaine. Finalement il se décide à parler. Enfin. « Qu’est-ce qu’il se passe demain ? ». Voilà une phrase complète. Un exploit pour un mec qui n’aime pas parler aux femmes. Et il ne s’arrête pas là. « J’te préviens. Si c’est pour vendre la même merde que la dernière fois je marche pas. » Le dernier job qu’elle lui a trouvé, Nótt a vu la pointe d’un couteau s’approcher un peu trop de son œil gauche. Un mec complètement défoncé qui savait même plus dans quel pays il était. Un client en or pour Omega qui fait l’essentiel de sa fortune sur la production et la vente de drogue, mais pour Nótt c’est juste un déchet. Et les déchets il les aime loin. Dans une poubelle cadenassée de préférence.
code by nutty   602 mots—  color #f32323

_________________
avatar

FT : Hanmi / Unstoppable Siblings
Crédit : Kayou & Sunsun & Absinthe (l) & Arashid e_e & Pureté infinie (l)

Âge : 24 ans
Habitation : 3 Chome-19-7 Nishiikebukuro Toshima-ku, Tōkyō-to 171-0021 Japon
Messages : 352
D/1

You can’t be trusted.

Il ne la suit pas directement au comptoir où elle a le temps d’affaisser un peu son dos, d’arrondir sa colonne en agitant un peu les épaules. Se dégourdir. Le café glisse sur le bar dans un bruit qui fuse, et la couleur du liquide sombre dévoile des nuances aux accents de noisettes sous l’éclairage tamisé des lieux. Nott est à présent assis à sa droite. Il commande une vodka. Elle ne peut s’empêcher de se dire que tout, décidément, les oppose. Sauf peut-être l’absence de tout florilège. L’alcool sera pure, ou il ne sera pas. As-t-il lui aussi besoin de se vider la tête ? L’informaticienne ricane intérieurement. Peu étonnant, avec le bobard qu’elle compte lui servir. (J’ai bien l’intention de vérifier qui tu es.). À défaut d’avoir des matériaux réels, en monter de toute pièce, de par ses dispositions, ne semblait pas bien difficile.

Elle relève négligemment la tête vers lui, se séparant des variations cafeinée, lorsque sa voix (détestable timbre) se fait entendre. Ce qui se passe demain ? Ah bah tiens. Le plus drôle est à venir, se dit-elle, quand il lui remémore le fichu coup qu’elle a eu l’audace de lui assener. C’est vrai que ce client n’était pas facile. Elle l’avait d’ailleurs fait exprès — il s’agissait de jauger son attachement, sa droiture, son sens des affaires, et au-delà, plus pour la boss que pour elle-même, sa débrouillardise. Elle tentait ce soir un jeu presque similaire, à l’exception près qu’il impliquait davantage de risques, d’une toute autre nature. Le prix à payer en cas d’échec serait cuisant ; pour ne pas dire, définitif.

    « Qu’est-ce qu’il se passe demain… »

Elle saisit la cuillère argentée déposée sur le socle de sa table. Ouvre le chocolat qui accompagne la boisson amère. Coule la truffe à l’aide de l’ustensile, la remue, joue avec elle dans la chaleur qui la baigne. Puis la sort, maintenant presque fondue, et gobe. Lèche. Prends le temps de savourer son petit en-cas, sans jeter ne serais-ce qu’un regard à celui auquel elle s’adresse (Ou se parlerait-elle à elle-même ?). Sa jambe droite joue dans le vide en dessous du tabouret. Elle saisit sa tasse, l’approche de ses lèvres. Mais quelque chose l’empêche d’y boire, elle la repose dans un bruit sec, discret : par un geste délicat.

    « Ce n’est certainement pas quelque chose qu’il s’agit de discuter ici. »

La méfiance ; une part indissociable du caractère d’Omega. La hanse de sa tasse est toujours passée à son doigt, mais sa tête pivote, et son regard plonge vers Nott, s’imprègne davantage - encore - de son anatomie. Il est rare pour Rinne de s’attarder autant sur quelque chose ; d’autant plus qu’il ne doit pas être le seul ici bas à masquer beaucoup de choses à son sujet. Mais si peu, si peu d’informations, c’est d’une… Sans doute lui suffirait-il d’aller voir Tequila, humblement, de lui demander. Mais sa fierté, son orgueil, voit l’énigme comme un jeu (detestable, certes), à démanteler seule. Riné ne prends d’ailleurs pas la peine de relever la mention de leurs affaires passées. À quoi bon ? Ce qui est fait est fait. Peut-être l’enverra-t-il chier. « Si tu ne me donnes rien de plus, je n’en ai rien à cirer. ». Mais d’après la ligne de mire de son trafic, l’information est quelque chose qui doit le tirailler. On ne devient pas informateur par hasard, croit-elle.

Il faut avoir ce sens du devoir, cet appétit du gain, cette envie de savoir, de surveiller au grain. Et Rinne en a, des pépites à lancer, des cailloux dorés sur la route pavée, un cortège tout tracé jusqu’à son piège ficelé.


avatar
écoute le silence comme ça sent bon
FT : marcin (kyoux) // jseph (kard)
Crédit : elli + absinthe + oim

Âge : 24 yo
Habitation : ikebukuro
Présentation : no past_
Fiche de liens : no future_


Messages : 94
D/5


war in a bar—ft— Rinne
Music— Il regarde le verre. Ou le verre le regarde. Qui sait ? Le garçon essaye de faire abstraction de tout le bruit, de ce monde qui préfère boire plutôt que d’affronter la vie. Et puis il saisit le verre et le boit comme ça. Cul sec. Ça passe ou ça casse. Heureusement Nótt il tient bien l’alcool, et puis il a même pas fini sa première bière. Alors c’est pas un verre de vodka qui lui fera mal. Au pire ça l’aidera à se concentrer. Peut-être. La scène est toujours aussi étrange. Deux personnes côte à côte. Deux inconnus en apparence. On pourrait croire qu’ils viennent seulement de se rencontrer et pourtant non. Ils se connaissent déjà. Est-ce qu’il s’apprécie ? Difficile à dire. Nótt ne sait pas trop. Dans le doute il préfère se méfier, surtout quand il s’agit d’une femme.

L’autre lui répond après avoir joué avec son chocolat. « Ce n’est certainement pas quelque chose qu’il s’agit de discuter ici ». Quelque chose dont on ne peut pas discuter ici ? Dans le bar qui sert de quartier-général à Omega ? Etrange. Elle est prudente ce qui une grande qualité aux yeux du jeune homme. Mais si elle voulait lui proposer un deal de drogue elle avait juste à ouvrir la bouche, balancer les infos, filer la marchandise et puis voilà. Enfin c’est ce qu’il aurait fait. Ce comportement l’intrigue autant qu’il l’agace. Il veut lui dire d’aller voir ailleurs. Qu’il ne marche pas si elle ne met pas toutes ses cartes sur table. Mais de l’autre côté il pourrait manquer une occasion de se faire du blé. Pas qu’il soit en manque en ce moment, il est rarement un manque de tune en même temps avec son deal d’informations, mais quand même. Il aime l’argent peut-être plus que tout au monde. L’argent c’est la puissance, et plus on en a plus les autres viennent vous bouffer dans le creux de la main la queue entre les jambes. Cette phrase pourrait résumer toute sa famille. La raison pour laquelle il s’est barré. Et en même temps on ne renie pas facilement ses origines.

Il allait lui répondre lorsque des voix venant de l’ombre au fond du bar se font entendre. Des cris. Des vociférations même. « Dégage de là gros porc ! T’vois pas que tu gènes ? ». Grande classe. Nótt ne peut pas voir précisément l’origine de ces paroles mais il distingue une silhouette. Un colosse. Du genre 190 cm pour 100 kg de muscles et de graisses. Surtout de muscles. D’autres se lèvent. Les esprits s’échauffent. Le ton monte encore plus. La musique s’entend de moins en moins. L’ambiance devient gênante. Finalement l’autre a peut-être raison. Ce n’est pas un endroit pour discuter de ce genre de chose. Ce n’est pas un endroit pour discuter du tout. Omega est un gang adepte de l’observation, la drogue ça occupe pas mal l’esprit, mais ça n’en reste pas moins un gang. Une assemblée de personnes plus ou moins recommandables qui apprécient parfois le bonheur d’un coup de poing dans la figure d’un voisin.

Coup d’œil vers la fille. « T’as raison. Sortons. On sera mieux dehors ». Et il se dirige vers la sortie.
code by nutty   538 mots—  color #f32323

_________________
Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum